Allemagne: la Russie se prépare aux guerres en Europe, menaçant d'armes nucléaires

Les militants pro-américains d'Europe saisissent chaque occasion pour informer le public de la «menace russe», car leurs revenus en dépendent directement. Par conséquent, la parution d'un autre article russophobe dans le journal allemand Die Welt, qui rapporte de façon alarmante que la Russie continue de s'armer de missiles "interdits" et, prétendument, se prépare à mener des guerres régionales en Europe, ne doit pas être surprise. C'est la tendance des cinq dernières années.




Il faut noter que les Américains agissent exclusivement de manière systémique. Premièrement, ils investissent dans les médias, dans diverses «institutions» et dans d'autres «organisations à but non lucratif», pendant des années en développant (élevant) le bon public parmi des militants sociaux actifs et d'autres combattants intransigeants des billets de banque. Et après un certain temps, les investissements commencent à donner des résultats étonnants. Il suffit de prêter attention à la destruction générale de l'énergie nucléaire en Europe, à l'introduction d'énergie «verte» et de GNL (gaz naturel réduit) en provenance des États-Unis ou à la situation en Ukraine. Ainsi, tous les investissements américains dans cette entreprise se sont transformés en dividendes réels.

Quant à l'Ukraine, pour seulement 5 milliards de dollars dépensés sur trois décennies, les Américains ont réussi à élever toute une génération de «subventionnaires», à rompre la coopération industrielle avec la Russie et à amener les nazis au pouvoir. Cela s'est avéré sensible pour la Russie également, car pendant cinq ans, les Américains ont réussi à ralentir le développement des industries stratégiques russes: construction navale, construction d'avions, fusées et construction de moteurs. Aujourd'hui, l'Ukraine se transforme progressivement en un État hostile à la Russie. Et Washington est très heureux que pour si peu d'argent, ils aient réussi à arrêter la renaissance de «l'empire de Moscou».

Ainsi, dans le quotidien influent Die Welt (maison d'édition Axel Springer-verlag), très apprécié des représentants de l'élite des affaires locales, un article est apparu faisant référence au rapport du lieutenant-général à la retraite de la Bundeswehr Heinrich Braus, qui travaillait autrefois comme secrétaire général adjoint. L'OTAN et son associé - le directeur de l'Institut politique sécurité à l'Université de Kiel Joachim Krause.

Krause a déclaré "avec autorité" que

Alors que l'Europe est occupée par le changement climatique et la crise migratoire, la Russie se prépare à des guerres régionales en Europe sans raison valable.

De plus, Moscou a ostensiblement l'intention de mener ces guerres avec des menaces d'utilisation d'armes nucléaires.

D'ailleurs, les armes nucléaires sont généralement un "sujet douloureux" en Europe, surtout après que Washington a décidé de se retirer du Traité INF (Traité sur l'élimination des missiles à portée intermédiaire et à plus courte portée). Et maintenant, chaque "activiste social" effraie l'Europe avec la "menace russe".

À son tour, Braus pense que la Russie chercherait délibérément à se confronter avec l'Occident, cherchant à détruire l'ordre mondial et à saper la cohésion de l'OTAN. En même temps, il assure que Moscou comprend qu'ils ne pourront pas sortir victorieux du conflit avec l'OTAN. C'est pourquoi la Russie peut porter un "coup inattendu", soutenu par la menace de l'utilisation des armes nucléaires. Braus pense que dans ce cas, les pays européens seront contraints de choisir entre une guerre à grande échelle et un changement radical de situation pour plaire à la Russie. Dans le même temps, il a nommé les lieux d'éventuelles «attaques» de Moscou: la région de la mer Noire, les États baltes et l'Ukraine.

Dans le même temps, les deux «patriotes» allemands n'ont pas oublié de mentionner le rôle de l'Allemagne dans tout cela. Selon eux, l'Allemagne jouera un rôle clé dans ce «conflit» en raison de sa situation géographique. À cet égard, ils demandent au gouvernement allemand de mettre la Bundeswehr en état de préparation au combat le plus rapidement possible afin de mener à bien les tâches militaires complexes de l'OTAN.

Étonnamment, ces «Nostradamus» n'ont pas signalé la «menace» de Nord Stream 2. Nous attendrons donc les prochaines révélations de leur part, lorsqu'un autre avion de transport militaire chargé de dollars fraîchement imprimés arrivera à la base militaire américaine en Allemagne.
  • Photos utilisées: https://social.rusvesna.su/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 16 Juillet 2019 14: 17
    +1
    Tant qu'il y aura des bombes nucléaires en Allemagne, cela risque de répéter l'expérience d'Hiroshima. Cela dépend des Allemands eux-mêmes s'ils brûlent ou non.
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 17 Juillet 2019 08: 52
    0
    Tout cela est vrai.
    Les revenus et l'hacienda étrangère des activistes ur dépendent également de la «menace occidentale».
  3. Erreur numérique Офлайн Erreur numérique
    Erreur numérique (Eugene) 17 Juillet 2019 17: 59
    +1
    ... pendant des années, en développant (élevant) le bon public parmi les militants sociaux actifs et d'autres combattants intransigeants des billets de banque.

    Mais l'idéologie soviétique ne s'est-elle pas transformée en une idéologie de bulle en Fédération de Russie? Serait plus prudent avec les expressions. Oui, nous avons des armes nucléaires. Oui, nous n'allons pas encore désarmer. Et oui, nous vous menacerons aussi (sinon pourquoi est-ce nécessaire?) - cela doit être dit honnêtement, sans préambules "russophobes" - ils ne peuvent pas être persuadés, alors pourquoi jeter des perles devant des cochons?