Oppression des Américains: les Sukhoi peuvent-ils s'emparer du marché du Moyen-Orient?

Démontré lors de la célébration du 85e anniversaire de l'usine d'aviation d'Irkoutsk tout nouveau Su-30SM polyvalent, prévu pour l'armée de l'air du Bélarus, a de nouveau soulevé le sujet des directions possibles pour l'exportation des véhicules de combat russes de la famille Sukhikh. Des options particulièrement intéressantes peuvent se présenter ici en rapport avec le reformatage en cours de l’armée existantepolitique des alliances et des blocs, ainsi qu’une aggravation critique de la situation dans diverses régions du monde.




Et si certains d'entre eux ne sont qu'hypothétiques, il vaut la peine de les considérer au moins pour voir plus clairement les directions potentiellement prometteuses pour l'industrie aéronautique du complexe militaro-industriel russe.

Ankara - les perspectives sont floues


Le sujet des livraisons possibles de chasseurs de la génération 4 ++ Su-35 en Turquie a été très activement discuté récemment. Certes, tout d'abord, ce sont les médias turcs. Si vous en croyez les rapports de certains d'entre eux, alors les personnes responsables au sein du ministère local de la Défense de l'acquisition de matériel militaire équipementont déjà contacté la direction du département avec une telle proposition. Maintenant, il est soigneusement étudié, et si cette idée est approuvée, Ankara entamera des négociations appropriées avec Moscou. À cet égard, il convient de rappeler que le chef de la société Rostec, Sergueï Chemezov, a annoncé en juillet dernier que la Russie n’était pas du tout opposée à «résoudre» ce problème. En principe, cette position a été confirmée par le chef de Rosoboronexport, Alexander Mikheev, qui a évoqué les domaines de coopération militaro-technique prévus avec Ankara, parmi lesquels il a nommé le «domaine des avions de combat». Il ne fait aucun doute que si la partie turque a une réelle volonté d'acquérir le "Sukhi", la Russie ne sera pas aux commandes. Cependant, dans ce cas, vous ne devez pas succomber à une euphorie prématurée. Il vaut toujours mieux peser sobrement tous les avantages et inconvénients possibles.

Il faut bien comprendre que la transition vers les avions de combat russes ne sera possible que si la Turquie décide réellement de rompre définitivement et irrévocablement l'alliance avec les États-Unis et l'OTAN. L'acquisition par Ankara des systèmes de défense aérienne russes S-400 était le premier pas dans cette direction et un pas de sept lieues. Cependant, dans le même temps, il ne faut pas oublier que cette décision a été en grande partie forcée - la Turquie n'avait en réalité aucun système de défense aérienne sérieux en service, ainsi que de réelles perspectives d'en créer un seul ou de l'obtenir des alliés occidentaux. Les États-Unis avec leurs patriotes ont quasiment «bu le sang» d'Ankara, l'ont conduite par le nez et, en fait, l'ont humiliée. Cela n'est pas oublié à l'Est. Et pour ce qui est de leurs caractéristiques, nos "Triomphes" n'ont en fait aucun analogue dans le monde, il n'y a rien à discuter ici. Cependant, avec les avions de combat de l'armée de l'air turque, l'histoire est complètement différente. Les Turcs n'ont pas abandonné le programme pour la création du F-35 eux-mêmes - ils ont été littéralement jetés hors de là, poussés à leur gré. Néanmoins, Ankara, apparemment, ne renonce pas à espérer recevoir ces combattants. En fait, il serait insensé de s'attendre à autre chose, étant donné les sommes qu'elle a déjà investies dans leur achat ...

Aujourd'hui, l'armée de l'air turque se compose presque entièrement de véhicules de combat américains - du F-4 et F-5 au F-16. Cela implique une infrastructure bien établie au fil des décennies, une «culture» de l'entretien et de l'exploitation des aéronefs, des compétences très spécifiques de leurs pilotes, et bien d'autres choses similaires. Tout cela est aujourd'hui «affûté» exclusivement pour la flotte d'avions de fabrication américaine. En cas de passage à des avions de fabrication russe, l'armée de l'air turque devra inévitablement faire face à une «restructuration» grandiose, qui prendra beaucoup de temps et coûtera beaucoup d'argent. Ankara acceptera-t-elle cela? En principe, ils déclarent des plans très ambitieux pour créer un "chasseur domestique de cinquième génération" - TF-X. Lors du dernier spectacle aérien à Paris, des représentants du pays ont même démontré quelque chose comme ça. Cependant, le président de la société de développement Turkish Aerospace Industries Inc, Temel Kotil, a honnêtement déclaré qu'un prototype de chasseur pouvait être pris dans les airs au plus tôt en 2025, et même plus tard, en 2028, au moins, il a été mis en service. Ankara doit remplacer les véhicules de combat américains plutôt obsolètes dans un avenir très proche. Ainsi, l'option avec l'acquisition d'au moins une certaine quantité de Su-35 par elle ne devrait pas être complètement écartée. Cependant, comme déjà mentionné, cela ne peut se produire qu'après que la Turquie ait finalement perdu l'espoir de recevoir au moins des F-35 déjà payés. Et la décision de ce niveau ne sera certainement pas prise au ministère de la Défense local ...

Téhéran - ce serait bien, mais pas encore


L'Iran est un autre acheteur potentiel des Sukhikhs, à savoir le Su-35. Les informations sur les discussions présumées entre Téhéran et Moscou sur ce sujet excitent de temps en temps la communauté mondiale, poussant invariablement Washington à des grincements de dents et de graves crises de maux de tête. Ce sujet est débattu depuis 2016 et la volonté de conclure un tel accord a été périodiquement confirmée ou résolument démentie par chacune des parties - à différents niveaux. En fait, les Iraniens seraient très heureux de devenir propriétaires du Su-30SM russe. Aujourd'hui, leur Force aérienne est un mélange sauvage de véhicules de combat depuis longtemps obsolètes, assemblés de «pinède» presque partout dans le monde et des copies de ceux de production locale. Selon certains rapports, Téhéran était désireux à un moment donné d'organiser, comme l'Inde, la production sous licence du Su-30 sur son propre territoire. Assurément, la partie russe n'aurait pas vu de problèmes pour une telle coopération, sinon pour ... Le problème réside dans "l'embargo sur les armes", qui a été imposé à l'Iran. Des combattants polyvalents modernes sous l'influence de cette chute sans ambiguïté. Cependant, la résolution 2231 actuelle du Conseil de sécurité des Nations Unies n'interdit pas complètement un tel accord, mais nécessite seulement son approbation par le Conseil de sécurité.

Cependant, il ne fait aucun doute que l’organe, dont les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France sont membres permanents, n’autorisera en aucun cas un tel contrat. A Washington, à chaque allusion à la possibilité de fournir des "Sukhoi" à l'Iran, ils s'envolent plus proprement que si quelqu'un là-bas du cœur poussait dans un endroit sensible avec un poinçon. Le fait que nos combattants n'atteindront les Iraniens que par les cadavres de l'ensemble de l'establishment politique américain a été affirmé à plusieurs reprises. Et si la réaction américaine était si nerveuse il y a trois ans, il est difficile d'imaginer ce que ce sera aujourd'hui. Cependant, il y a un point très encourageant ici. Rien dans notre monde, comme vous le savez, ne dure éternellement - y compris la durée de diverses restrictions et sanctions. D'ailleurs, il n'y a pas si longtemps, le monde s'est vu rappeler cela par nul autre que le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, qui a même fait la démonstration d'une horloge inversée à cette occasion - ils disent que le temps passe, les minutes et les jours s'écoulent, et le 18 octobre 2020, toutes les restrictions les fournitures d’armes à Téhéran seront retirées. Cela a été fait par le secrétaire d'État, naturellement, afin de forcer les alliés des États-Unis à «augmenter la pression sur le régime iranien» et le forcer à «changer de comportement». Cependant, pour la Russie, cette date peut avoir une signification complètement différente.

L'essentiel ici, d'une part, est de ne pas perdre de temps et d'opportunités, et d'autre part, de bien comprendre toutes les conséquences d'un éventuel accord. L'autre jour, un général de brigade de l'armée iranienne, Qasem Takizadeh, a annoncé l'achèvement du développement du système de missiles anti-aériens Bavar-373, qui est un analogue du S-300 russe et même prétendument "supérieur dans ses capacités". C'est difficile à croire, mais ce n'est pas le but. Avec nos combattants, Téhéran ne réussira certainement pas dans une telle astuce - ils ne seront pas en mesure de créer des «analogues» des soukhikhs dans un proche avenir, avec toute leur volonté. Et presque personne d'autre que notre pays n'acceptera de leur fournir des avions de combat modernes. Avec tout ça. Moscou doit comprendre qu'une telle coopération conduira à un nouveau cycle d'aggravation du conflit avec les États-Unis. Tout sera bien plus grave ici que dans l'histoire des S-400 partis pour la Turquie… En même temps, le facteur de "l'expansion aéronautique" toujours croissante des États-Unis ne peut être ignoré. Aujourd'hui, le complexe militaro-industriel américain cherche à saturer de ses produits le plus de pays alliés possible. Et l'offre de combattants ici est peut-être en premier lieu. Il ne s’agit pas seulement de l’achat prochain par le Japon d’un nouveau lot, encore plus grand, de F-35В américain, d’un montant de 42 pièces. Une campagne massive est en cours au Congrès américain pour soutenir la vente à Taiwan d'un nombre vraiment record d'avions de combat - 66 chasseurs F-16. Et ceci malgré le fait qu'une telle perspective a déjà provoqué une réaction extrêmement négative de Pékin, qui a menacé de «mesures de représailles sévères».

Les États-Unis «pompent» littéralement la région Asie-Pacifique avec leurs propres avions militaires. Une réponse tout à fait naturelle de la Russie dans une telle situation pourrait être l'expansion de l'exportation de ses propres combattants vers les pays du Moyen-Orient, où ils sont particulièrement demandés après avoir fait leurs preuves dans le ciel de la Syrie. La lutte entre les constructeurs mondiaux de véhicules militaires pour la «suprématie aérienne» devient de plus en plus aiguë, et plus les routes d'exportation de nos «soukikhs» sont nombreuses, mieux c'est.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 20 Août 2019 09: 11
    0
    C'est vrai.
    Il est dommage que nous ne soyons pas amis avec de nombreux pays, mais l’Inde, la Chine, voire l’Iran, font déjà leur propre travail ou commencent déjà.
  2. Oleg RB Офлайн Oleg RB
    Oleg RB (Oleg) 20 Août 2019 13: 05
    0
    C'est bien que nous soyons vendus.
    Il sera possible de radier l'ancien MiG-29 et de le vendre aux Ukrainiens.
    1. Bulanov Офлайн Bulanov
      Bulanov (Vladimir) 20 Août 2019 13: 53
      +1
      Et les Ukrainiens, à leur tour, pousseront ces Migs ... Iran!
      1. Oleg RB Офлайн Oleg RB
        Oleg RB (Oleg) 20 Août 2019 13: 56
        +1
        Bonne idée
        Mais l'Iran a-t-il besoin de ces vieilles choses?
        1. Bulanov Офлайн Bulanov
          Bulanov (Vladimir) 20 Août 2019 14: 00
          +1
          Et ils peuvent faire, comme avec le vieux Zhiguli. Ils achètent un numéro et une carrosserie rouillée, puis mettent tout ce qui est neuf sous l'ancien numéro. C'est donc ici. Nous avons acheté un vieux MiG, et là où nous avons trouvé de nouvelles pièces (sous la forme d'un étui, etc.), Allah seul le sait!
  3. Victor mars 47 Офлайн Victor mars 47
    Victor mars 47 (Victor 47 mars) 21 Août 2019 13: 26
    +2
    Citation: Sergey Latyshev
    C'est vrai.
    Il est dommage que nous ne soyons pas amis avec de nombreux pays, mais l’Inde, la Chine, voire l’Iran, font déjà leur propre travail ou commencent déjà.

    «L'amitié» avec de nombreux pays asiatiques, africains et autres s'est avérée pour nous une dette extérieure de 150 milliards de dollars en dollars d'alors, qui, en raison de l'incapacité de recevoir, a été radiée. Il ne faut pas perdre la face !!! Pour ce qui est du taux actuel du dollar, ce serait ...
  4. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 26 Août 2019 08: 28
    +1
    Ils sont amis avec nous car toutes les ventes se font soit à crédit, soit par troc. Notre gouvernement de gérants ne peut que mettre son propre personnel au comptoir et emporter des appartements pour les dettes hypothécaires!