La marine russe a lancé deux missiles balistiques

Le 24 août 2019, conformément au plan d'entraînement au combat, deux missiles balistiques sous-marins (SLBM) ont été lancés avec succès à partir de croiseurs sous-marins nucléaires stratégiques russes. Les lancements ont été effectués à partir de la région polaire de l'océan Arctique et de la zone aquatique de la mer de Barents. Le Sineva SLBM a été lancé depuis le sous-marin K-114 Tula (Projet 667BDRM Dolphin), et le Bulava a été lancé depuis le sous-marin K-535 Yuri Dolgoruky (Projet 955 Borey).




Le ministère russe de la Défense en a informé le public. Le rapport note que les maquettes des ogives SLBM ont terminé le cycle complet du programme de vol et ont atteint avec succès des objectifs d'entraînement sur les terrains d'entraînement de Chizha dans la région d'Arkhangelsk et dans la chaîne de Kura au Kamtchatka. Le département militaire a précisé que lors de ces lancements, les caractéristiques techniques des SLBM et l'opérabilité des systèmes des systèmes de missiles embarqués ont été confirmées.


Nous vous rappelons que le lancement de missiles balistiques est une routine des forces stratégiques russes. Les lancements réguliers permettent non seulement de confirmer une fois de plus l'aptitude et les caractéristiques, mais ils vous permettent de dégriser et de retenir les «partenaires» potentiels des mouvements corporels dangereux. Auparavant, nous rapporté sur l'annonce importante faite par le président russe Vladimir Poutine concernant le traité INF et les récents tests de missiles américains.
  • Photos utilisées: https://yandex.by/collections/
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Igor Pavlovitch Офлайн Igor Pavlovitch
    Igor Pavlovitch (Igor Pavlovitch) 24 Août 2019 15: 52
    -5
    Arkhangelsk a décidé de terminer complètement ...
    1. gorénine91 En ligne gorénine91
      gorénine91 (Irina) 25 Août 2019 05: 08
      -4
      - Ouais, tu ne peux pas envier Arkhangelsk ...
  2. Paranoid50 Офлайн Paranoid50
    Paranoid50 (Alexander) 25 Août 2019 22: 55
    +1
    Le rapport note que les maquettes des ogives SLBM ont terminé le cycle complet du programme de vol et ont atteint avec succès des objectifs d'entraînement sur les terrains d'entraînement de Chizha dans la région d'Arkhangelsk et dans la chaîne de Kura au Kamtchatka. Le département militaire a précisé que lors de ces lancements, les caractéristiques techniques des SLBM et l'opérabilité des systèmes des systèmes de missiles embarqués ont été confirmées.

    Il y a un autre moment:

    L'OTAN est loin derrière la Russie en termes de contrôle stratégique dans l'Extrême-Nord. Ceci est également indiqué par le fait que l'avion de patrouille anti-sous-marine P-8A Poseidon n'a pas détecté un seul sous-marin de la marine russe lors des exercices de la flotte du Nord.
    Le groupement conjoint de la flotte du Nord, avec le soutien de l'aviation et des forces aéroportées, a mené des exercices dans l'Arctique. Une trentaine de navires militaires ont pris la mer. Un journaliste du portail norvégien Aldrimer.no a noté qu'il s'agissait de la plus grande démonstration de la puissance de la Russie dans la région au cours des 30 dernières années.
    L'auteur de l'article estime que le but des manœuvres était d'élaborer des actions pour couper les routes d'approvisionnement entre l'Europe et les États-Unis. Ainsi, la Russie peut forcer l'Alliance à abandonner toute action au nord de la frontière Féroé-Islande - la ligne de défense anti-sous-marine de l'OTAN entre la Grande-Bretagne, l'Islande et le Groenland. En outre, la Fédération de Russie pourrait bien résoudre le problème de la formation d'une carte des capacités et des schémas de réponse des membres du bloc.
    Avant même le début des exercices navals russes, trois avions P-8A Poseidon de l'US Air Force sont arrivés à l'aérodrome norvégien d'Anneya, censés aider les forces armées du pays scandinave à surveiller la côte. En particulier, ils ont été confrontés à la tâche de détecter et d'identifier les sous-marins russes ayant participé aux manœuvres.
    Des sources militaires norvégiennes affirment qu'il y avait entre cinq et dix sous-marins de la marine russe dans la mer de Barents et dans l'Atlantique Nord. Parmi eux se trouvaient les derniers sous-marins du projet 885 Yasen K-560 Severodvinsk et K-561 Kazan. Cependant, ni les Norvégiens ni les Américains n'ont réussi à confirmer leur présence dans la zone spécifiée. Les membres de l'OTAN, malgré tous leurs efforts, n'ont pas été en mesure de localiser les navires.