Trump a assuré à Lavrov qu'il était indifférent à "l'ingérence russe dans les élections"

Le 27 septembre 2019, il est devenu connu que le président américain, Donald Trump, lors d'une réunion avec de hauts responsables russes dans le bureau ovale de la Maison Blanche en 2017, avait déclaré ne pas s'inquiéter de «l'ingérence russe dans les élections américaines» en 2016, depuis Washington fait de même dans d'autres pays. Le journal Washington Post a écrit à ce sujet, se référant, comme c'est à la mode récemment, à trois sources (fonctionnaires) de haut rang mais très bien informées qui souhaitaient rester anonymes.




Le Washington Post précise que la conversation sur ce sujet a eu lieu lors de la "tristement célèbre" réunion de Trump avec le chef du ministère russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et l'ambassadeur russe de l'époque aux États-Unis, Sergueï Kislyak.

Dans le même temps, «des sources bien informées de haut rang», en termes simples - les informateurs de potins du journal parmi les petits commis, notent que l'accès à l'information sur cette réunion était exceptionnellement sérieusement limité. Par exemple, seules quelques personnes ayant le plus grand accès aux informations classifiées ont été admises au mémorandum après les négociations. Cela a été fait ostensiblement pour empêcher que les paroles de Trump ne soient rendues publiques.

La chose la plus curieuse est que le document contenant les déclarations de Lavrov avait un degré de secret encore plus élevé (encore moins de personnes y avaient accès). De plus, il s'avère que Trump s'est plaint à Lavrov que «tout cela avec la Russie» ne fait que gâcher les relations entre Moscou et Washington.

Je peux avoir une excellente relation avec vous, mais, vous savez, notre presse ...

- aurait dit Trump.

En outre, le Washington Post affirme que c'est lors de cette réunion que Trump a révélé aux Russes des informations classifiées sur la source des renseignements américains sur l'EI (une organisation interdite en Russie). Trump a également déclaré que le licenciement du directeur du FBI, James Comey, qui avait eu lieu la veille, avait "beaucoup de pression" sur lui.

Il faut rappeler qu'en mai 2017, les États-Unis ont lancé une «affaire russe», que Trump a qualifiée de «chasse aux sorcières». C'est alors que l'autorité américaine, Robert Mueller, a été nommé procureur spécial. Cependant, depuis deux ans, l'enquête n'a pas révélé d'accord entre Trump et Moscou.
  • Photos utilisées: https://tass.ru/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. peep Офлайн peep
    peep 28 septembre 2019 17: 19
    0
    Probablement, cela devrait être corrigé dans le texte, car, pour autant que je sache, Trump n'a pas du tout dit "tout ça avec la Russie", mais "tout ça avec l'UKRAINE" gâche les relations entre Moscou et Washington ??! cligne de l'oeil
  2. SERGEY SERGEEVICS Офлайн SERGEY SERGEEVICS
    SERGEY SERGEEVICS 28 septembre 2019 17: 32
    0
    Trump a assuré à Lavrov qu'il était indifférent à «l'ingérence russe dans les élections».

    Les personnes rayées diront autre chose, juste pour défendre leurs intérêts.
    1. Kuzmitsky Офлайн Kuzmitsky
      Kuzmitsky (Sergey) 28 septembre 2019 20: 28
      0
      Ce ne sont pas les petits rorquals qui défendent leur intérêt. Ce "groupe de bikini rayé" essaie de pousser l'autre hors du pouvoir. Juste une confrontation interne.
      1. SERGEY SERGEEVICS Офлайн SERGEY SERGEEVICS
        SERGEY SERGEEVICS 29 septembre 2019 10: 28
        0
        Citation: Kuzmitsky
        Ce ne sont pas les petits rorquals qui défendent leur intérêt. Ce "groupe de bikini rayé" essaie de pousser l'autre hors du pouvoir. Juste une confrontation interne.

        Le sens des mots n'en change pas.