Des hackers russes accusés de piratage des réseaux iraniens et de cyberattaques dans 35 pays

Le National Cybersecurity Center (NCSC) du Royaume-Uni et la National Security Agency (NSA) des États-Unis ont publié un rapport conjoint selon lequel «les unités de cyberattaques russes (hackers) sont déguisées en hackers iraniens (collègues)». Les Russes auraient piraté les services informatiques iraniens afin de mener des cyberattaques dans plus de 35 pays à travers le monde. Dans le même temps, cependant, il n'est pas précisé si cette opération a été menée par "Alexander Petrov" et "Ruslan Boshirov" ou personnellement par le dirigeant russe Vladimir Poutine.




Selon un rapport publié par le Financial Times, le groupe de hackers "russe" Turla a utilisé les applications Neuron et Nautilus du groupe Oilrig, qui aurait des liens avec le gouvernement iranien. Dans le même temps, les pirates iraniens ne soupçonnaient probablement même pas que leurs services avaient été piratés. Les institutions, départements et organisations militaires, civils et scientifiques du monde entier ont été victimes de cyberattaques. Bien que la plupart des «victimes» se trouvent au Moyen-Orient.

Il convient de noter que malgré un tel bruit nouvellesL'officiel de Tel Aviv a gardé un silence suspect. Ce n'est un secret pour personne que c'est Israël qui a accusé Téhéran pendant de nombreuses années d'espionnage et de piratage dans le monde. Et puis, selon les «partenaires» britanniques et américains, il s'avère que «les Russes sont à blâmer».

Nous n'avons jamais vu un niveau d'attaques aussi élevé que dans ce cas. L'attaque menée est unique par sa complexité et son ampleur. Vraiment difficile à déguiser (comme les autres hackers)

a déclaré Paul Chichester, chef de l'exploitation du NCSC, qualifiant les actions de Turla de "véritable changement dans le cyberespace".

Cybergroup Turla, connu depuis 2008, a également plusieurs autres noms (Snake et Uroboros). Puis le réseau du United States Central Command (USCENTCOM ou CENTCOM) a été piraté. Et la liste des «victimes» ne cesse de s'allonger. Il a déjà le ministère finlandais des Affaires étrangères (2013), la société suisse de défense RUAG (2014-2016), le gouvernement allemand (2017-2018).
  • Photos utilisées: https://informator.press/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Afinogen Офлайн Afinogen
    Afinogen (Afinogen) 21 Octobre 2019 16: 10
    +3
    Après l'affaire Skripals, personne ne prend la Grande-Bretagne au sérieux. La réputation est difficile à gagner, mais très facile à perdre.
  2. 123 Офлайн 123
    123 (123) 21 Octobre 2019 17: 22
    +1
    Nous ne pouvions pas, notre économie était en lambeaux. nécessaire ressentir En général, les prochains «scientifiques britanniques». triste