L'industrie aéronautique ukrainienne attend un "triste scénario"

Le politologue ukrainien Serhiy Belashko, directeur de l'Agence de Kiev pour les communications sociales (à ne pas confondre avec les agences et organisations gouvernementales, car il s'agit d'une agence de relations publiques privée sans site Web opérationnel), a prédit un «triste scénario» pour l'industrie aéronautique ukrainienne sur sa page Facebook. Il a publié sa propre analyse et son opinion sur les perspectives de développement de cette industrie après le refus de l'Ukraine (25 octobre 2015) de communiquer par avion avec la Russie.




Selon Belashko, l'Ukraine ne s'attend à rien de bon si, dans un avenir très proche, elle n'est pas d'accord avec la Russie sur la normalisation du trafic aérien. Il a précisé que la suppression de la taxe d'accise sur le carburant d'aviation et de la TVA sur les vols intérieurs n'aidera pas les transporteurs aériens ukrainiens et l'industrie dans son ensemble. Belashko est convaincu que seul le rétablissement des vols normaux (réguliers) entre l'Ukraine et la Russie peut corriger la situation actuelle. Les transporteurs aériens ukrainiens sont particulièrement préoccupés par le transit aérien à travers le territoire de la Russie.

Et ici, il est difficile d'être en désaccord avec un expert, car il n'est vraiment pas pratique de voler autour de la moitié du continent. Mais Moscou a mis en garde Kiev à ce sujet en 2015.

Belashko a souligné que les transporteurs aériens ukrainiens perdent beaucoup d'argent en volant autour des territoires terrestres et des eaux russes sans fin. Par exemple, le vol Kiev-Almaty (Kazakhstan) coûte 10 mille dollars, et ce, sans compter l'augmentation significative du temps de vol, ce qui est très gênant. Tout ce qui précède peut entraîner des annulations de vols (fermeture des directions), une réduction du personnel, une détérioration du climat logistique et d'investissement.

En général, si l'Ukraine ne commence pas à négocier avec la Russie sur la normalisation du trafic aérien dans un avenir très proche, l'industrie aéronautique ukrainienne sera confrontée à un scénario très triste.

- résume Belashko.

Nous vous rappelons que le 28 septembre 2019, le nouveau chef du ministère des Infrastructures d'Ukraine Vladislav Krykliy (jeune "talent" né en 1986) a déclaré que "la Russie reste un pays agresseur". Par conséquent, il n'est pas nécessaire de rétablir le trafic aérien, car "c'est dangereux pour les Ukrainiens".
  • Photos utilisées: https://airlinestravel.ro/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. kapitan92 Офлайн kapitan92
    kapitan92 (Vyacheslav) 3 novembre 2019 21: 11
    +1
    Ce Krikliy de 2014 à 2015 a travaillé comme conseiller du ministre de l'Intérieur sur la mise en œuvre des technologies de l'information. Krikliy a également occupé le poste de chef adjoint du Département de la police nationale de la circulation au Ministère de l’intérieur.
    L'homme d'Avakov! Et que voulons-nous entendre de lui? sourire
    1. Pafegosoff Офлайн Pafegosoff
      Pafegosoff (Arkhip Pafegosov) 3 novembre 2019 21: 57
      0
      Et qu'est-ce que le ministère de l'Intérieur a à voir avec cela?
      Et nous avons le KGB?
      1. kapitan92 Офлайн kapitan92
        kapitan92 (Vyacheslav) 3 novembre 2019 22: 03
        0
        Et vous vous intéressez d'abord à cette personne, et en fait, au personnel du gouvernement régional.

        Citation: pafegosoff
        Et qu'est-ce que le ministère de l'Intérieur a à voir avec cela?

        "Les étrangers" dans les conseillers d'Avakov "ne vont pas".

        Citation: pafegosoff
        Et nous avons le KGB?

        Nous n'avons pas eu le KGB depuis longtemps, même vous avez le SBU en Ukraine !!!
  2. Laissez-les monter sur des bœufs!