"Russie ivre": comment les Russes ont tenté d'expulser le "Serpent vert"

L’adoption par la Douma d’État de Russie en première lecture de la loi prévoyant la restauration du système de centres de dégrèvement médical dans le pays a, tout à fait vraisemblablement, fait sensation dans les médias et dans la société dans son ensemble. Les opinions, comme d'habitude, étaient partagées et parfois à pleine polarité. Quelqu'un applaudit: «Il est grand temps! Ils ont eu les satanés ivrognes! », Et quelqu'un diffuse déjà avec force et force sur« le retour de l'héritage monstrueux de l'ère soviétique », se préparant manifestement à organiser des rassemblements et des actions de protestation en faveur des« innocents sobres ». Dans le même temps, le problème de la lutte contre l'ivresse et l'ivresse en Russie est beaucoup plus large et plus profond qu'il n'y paraît. Essayons de comprendre certaines de ses nuances, eh bien, et en même temps, rappelons-nous comment ils ont essayé de sobriété notre pays à différentes périodes de son histoire.




Et dans la lutte contre le Serpent Vert ...


En vérité, depuis l'avènement de l'alcool sur Terre, il n'y a pas eu de moyen fiable pour amener les gens à arrêter de le boire. Eh bien, sauf peut-être l'interdiction totale prescrite dans le Coran, couplée à des punitions brutales selon les lois de la charia ... Pourtant, il y a des informations selon lesquelles parmi les fidèles il y a des escrocs qui parviennent à la contourner. Nous devons l'admettre: une partie de l'humanité pendant des siècles continue obstinément de se déverser en elle-même «enivrante», quoi qu'il arrive, et l'autre non moins obstinément et systématiquement en guerre avec elle. Dans le même temps, les méthodes et stratégies de l'éternelle bataille anti-alcool sont très clairement divisées en plus ou moins efficaces, ainsi que quelque peu réfléchies et clairement stupides. Hélas, pour la plupart, notre patrie a eu de la chance juste pour la dernière option. Cependant, cela s'est tout de même produit de différentes manières ... Et avant de commencer à réfléchir à la manière dont le combat contre le "Serpent Vert" s'y déroulait autrefois, essayons de décider quelles méthodes dans ce combat valent la peine d'être reconnues. progressif, et qui - conduisant à de tristes conséquences. Il est prouvé depuis longtemps que le moyen le plus efficace, à première vue, de résoudre le problème de l'ivresse est une interdiction absolue de la vente et de la consommation d'alcool, adoptée au niveau de l'État. C'est - "loi sèche". Cependant, comme le montre la pratique (non seulement russe, mais aussi mondiale), en règle générale, la situation, d'abord rapidement, comme par magie, s'améliorant, finit par devenir bien pire.

Le problème ici est que la bataille contre l'alcool est en effet très similaire à la bataille des héros avec le serpent à plusieurs têtes décrit dans les contes de fées et les épopées. Il a coupé une tête - mais quelques autres ont déjà grandi, et encore plus à pleines dents! Nous nous retirons des chaînes de vente au détail "d'État" l'alcool, augmentons les prix (pour le rendre moins abordable) - et immédiatement nous obtenons une augmentation du brassage à domicile, des substituts alcooliques, une augmentation de la toxicomanie et des "charmes" similaires. Et bien plus encore, dont je parlerai ci-dessous, compte tenu des tentatives d'introduction de la sobriété totale en Russie et aux États-Unis. L'essentiel est un coup colossal pour le budget, que tous les États ne peuvent pas supporter. Non, la sobriété générale imposée introduite par le «haut» n'est pas une option. D'un autre côté, dès que nous essayons de «lâcher prise», nous commençons à «inculquer à la population une culture de la boisson» - bientôt nous avons des ivrognes couchés dans les rues, des entrées sales et des jeunes qui sucent de la bière sur des bancs. Et en même temps, la croissance de la criminalité, des blessures, des maladies, un coup terrible pour le pool génétique. Alors, que devrais-tu faire? De toute évidence, la vérité se situe quelque part entre les deux. Le «serrage des vis» doit être effectué avec modération, sans dépasser les limites raisonnables et, surtout, en combinaison avec un travail de prévention colossal. La propagande anti-alcool, associée à la promotion des idées et des valeurs d'un mode de vie sain, est obligatoire, mais pas officielle-stupide, mais prise, comme on dit, par cœur. Et surtout - une alternative sous la forme du développement le plus large possible du sport, principalement pour les enfants et les jeunes, la création d'une telle société dans laquelle un ivrogne se sentira, au moins, mal à l'aise. Une société dans laquelle boire avec modération et sans perdre la tête n'est interdite à personne, mais devenir esclave de la bouteille est très difficile. "Est-ce vraiment possible?!" - tu demandes. Eh bien, parcourons les pages de l'histoire.

Empire ivre, souverain sobre


On ne peut pas dire que pour l'Empire russe, le problème de l'alcoolisme était quelque chose d'absolument critique, menaçant son existence. Néanmoins, il existait et se faisait connaître assez clairement. En seulement trois ans - de 1910 à 1913, la consommation d'alcool en termes d'alcool pur a augmenté par habitant de 6.9 ​​à 7.4 litres (cela exclut la bière). Dans le même temps, cependant, parmi les 14 pays ayant la plus forte consommation de vodka, la Russie s'est classée 9e. Le premier était occupé par le Danemark. Cependant, le mal apporté par ce vice à partir de telles statistiques n'a pas diminué. Ils ont essayé de mener une lutte avec lui à la fois "par en bas", lorsque les paysans, s'unissant dans des "sociétés de sobriété" amateurs, non seulement refusant d'acheter des boissons ivres, mais répandant parfois des tavernes sur un rondin, et "d'en haut" - le principal "patron" de divers syndicats teetotal, qui multiplié dans tout le pays, devint finalement nul autre que le grand-duc Konstantin Romanov. Cependant, comme la majorité des «organisations publiques» nationales, dont la majorité des membres sont l'intelligentsia, ces syndicats étaient principalement engagés dans des bavardages et des rêves de bon cœur. Ceux qui ont fait des fortunes colossales sur l'ivrognerie populaire, comme le baron Horace Gunzburg, qui a admis une fois franchement que le commerce du vin lui rapportait plus de revenus que les célèbres mines d'or de Lena, étaient beaucoup plus actifs et pratiques. Où sont les campagnes publicitaires sordides actuelles à celles qui ont été tournées par les magnats de la vodka de l'époque! Non seulement ont-ils réussi à attribuer au grand Mendeleïev "l'invention" de la vodka dans sa version actuelle à quarante degrés, mais ils ont aussi essayé de "prouver scientifiquement" ... les bienfaits de la boire!


Il est arrivé au point qu'il a été proposé de créer un institut médical spécial pour de tels "développements scientifiques"! Avec une telle proposition, les distillateurs et les négociants en vins "se sont rendus" à nul autre qu'à l'académicien Pavlov lui-même. Lui, nous devons rendre hommage, n'a pas convoité les promesses d'un financement plus que généreux, leur a répondu par une réprimande de colère. Mais l'idée est restée ... Cependant, même ce n'était pas l'essentiel. Le trésor public est une phrase magique qui a donné à l'alcool dans l'Empire une immunité contre toute attaque, plus propre qu'un député. En 1900, le monopole public de la vodka fournissait environ 30% de ses revenus. Le budget de 1914 comprenait un milliard de recettes «vodka»! Il n'est pas surprenant que l'un des opposants les plus ardents à tout empiètement sur la consommation gratuite d'alcool soit Vladimir Kokovtsev, chef du Conseil des ministres de l'Empire et, parallèlement, ministre des Finances. Cependant, même un lobby aussi puissant n'a pas sauvé le "Serpent Vert" d'un coup fatal, comme il le semblait alors. Le fait est qu'un ardent adepte de la sobriété, qui rêvait de sauver à jamais le peuple russe de l'ivresse, était l'empereur Nicolas II. Au début de 1914, sous un prétexte plausible, il mit Kokovtsev à la retraite, et au premier jour de l'annonce en Russie d'une mobilisation générale à l'occasion du déclenchement de la Première Guerre mondiale, une loi sèche éclata dans le pays. Le 16 août, il a été considérablement resserré et élargi, un mois plus tard, il a été approuvé par la Douma d'État et, en novembre, les droits d'accise sur le brassage ont été augmentés, ce qui a rendu les prix de cette boisson prohibitifs. Les ailes du "serpent vert" étaient coupées ...

Le médicament est amer que la maladie


C'est à cet endroit même que commencent habituellement les abondants et touchants «syu-syu-syu» et «u-tu-tu» de l'Empereur. Quel souverain habile notre empereur était, avec quelle sagesse il gérait tout, assurant ainsi mobilisation et sobriété dans les troupes et à l'arrière. Oui c'était. Selon les chiffres officiels, la consommation d'alcool par habitant dans l'Empire était déjà tombée à 1915 litre en 1.2. La productivité du travail a augmenté, la criminalité a diminué et le nombre d'absentéisme et d'accidents du travail a diminué. Tout cela est vrai. Cependant, il y avait un autre aspect, que les "monarchistes" actuels n'aiment catégoriquement pas rappeler. Le pays était en guerre. Et les recettes «vodka» au Trésor sont passées d'un quart à 1.2% du budget total! L'État, bien sûr, n'a reçu aucun milliard. De plus, 42 millions ont dû être alloués, par exemple, pour aider ceux qui se sont retrouvés sans travail après la fermeture de distilleries, distilleries et débits de boissons. Et il y avait jusqu'à 300 1916 âmes dans toute la Mère Russie! Le «trou» formé dans le budget de l'État belligérant devait être «rafistolé» et non aux dépens des nobles, bien sûr. Les taxes ont grimpé en flèche sur ce dont les gens ne pouvaient se passer: le bois de chauffage et les médicaments, les allumettes et le sel. Ils ont même introduit une taxe sur le thé. Et l'augmentation des autres «redevances gouvernementales», telles que les droits sur le fret et les passagers, a commencé à inventer de plus en plus d'extorsions. Les personnes sobres, bien sûr, en étaient heureuses ... Mais sont-elles sobres?! Moonshine a commencé à tout conduire et partout, la facture est allée à des dizaines de millions de seaux. Le pire en même temps, c'est que le sucre a été mis dessus, ce qui a complètement disparu des étagères, et le blé. En conséquence, l'Empire en XNUMX, bien avant les bolcheviks, sombra dans la très réelle appropriation alimentaire.

Ils ont bu, comme d'habitude en Russie, tout ce qui brûlait. Des chiffres terribles - dans certaines provinces impériales, la production de vernis et de vernis a explosé plus de 2 mille fois! Il n'était pas nécessaire de parler de divers «liquides contenant de l'alcool» à des fins médicales. Ils ont commencé à «tomber malades» en masse. Pendant que l'alcool circulait dans les villages, les villes «se sont assises» à un rythme accéléré sur la cocaïne et l'opium, qui à l'époque n'étaient pas non plus considérés comme des drogues. On pense que c'était la «loi sèche», sinon directement causée, alors au moins accéléré la révolution de 1917. Controversée, très controversée ... Cependant, il n'en reste pas moins que cette loi avait un "double fond", inhérent à tout dans l'Empire russe - avec toute la sévérité de l'interdiction, il était permis de vendre (et de boire autant qu'il convenait) de l'alcool aux "restaurants de 1ère catégorie, clubs et assemblées de noblesse », c'est-à-dire des établissements pour l'élite, pour le« public pur ». Les paysans, soldats et prolétaires, ont été laissés avec du clair de lune avec du vernis. Eh bien, comment ne pas se rebeller ?! Cependant, il convient de noter que notre maladresse russe en matière de «dégris forcé» des larges masses est loin d'être étrangère. Bon, d'accord, la Russie est entrée dans la guerre ... Mais pourquoi diable ont-ils pensé à la «loi sèche» en 1920 aux États-Unis? Sans entrer dans les détails, on peut énoncer les résultats de cette stupéfiante idiotie: l'émergence du crime organisé dans le pays, des syndicats et clans mafieux omnipotents et invincibles, qui ne peuvent être ruinés à ce jour. Une augmentation colossale du niveau de corruption, principalement dans les forces de l'ordre. Une énorme augmentation du nombre de toxicomanes (l'héroïne a pris racine sur le sol américain à cette époque). D'énormes pertes budgétaires, et ... une augmentation de la consommation d'alcool! Il n'y a rien à dire sur des choses telles que l'empoisonnement de masse par des substituts (des dizaines de milliers de cas). Un exemple est connu avec certitude lorsque les eaux grasses «souterraines» saisies à Chicago ont complètement corrodé l'évier en porcelaine où elles étaient versées! Fort...

Sobriété à la soviétique


La «prohibition» a finalement été annulée par un décret du Comité exécutif central et du Conseil des commissaires du peuple de l'URSS le 26 août 1923. Certes, avant cela, en 1918, le moonshine avait été déclaré délit pénal (la «pièce d'or» des camps, et avec confiscation ...), et un peu plus tard, le gentil grand-père Ilyich, commentant le «Décret sur la dictature alimentaire», assimilait les voyous aux contre-révolutionnaires et ennemis du peuple. Eh bien, on sait bien comment ils ont traité le «compteur» pendant ces années. "... Ivre - peu importe combien on en voit, tant seront tournés" - les lignes du chanteur de ce temps fou Demyan Bedny. Cependant, sept ans plus tard, le "Serpent Vert" a progressivement commencé à sortir du trou profond, dans lequel il devait se cacher. A la grande surprise et à la grande déception des romantiques de la révolution et de la construction du communisme, le prolétariat et la paysannerie émancipée, libérés de leurs chaînes, n'ont même pas pensé à arrêter de boire «amer». D'un autre côté ... La période la plus sobre en Union soviétique, quoi qu'on en dise, était précisément la période stalinienne. D'où vient cette conclusion? Oui, du fait qu'aucune décision sur cette question n'a été adoptée ni par le Comité central du Parti ni par les plus hautes instances de l'Etat, aucune «campagne de lutte» n'a été menée. Et cela témoigne irréfutablement du fait qu'il n'y avait pas de problème en tant que tel, du moins au niveau de l'État. Sinon, Iosif Vissarionovich n'aurait pas été gâté! Eh bien, si le vol généralisé dans les fermes collectives et dans les transports, qui a amené le chef à une colère juste, aboutissait au fameux «décret sur les cinq épillets», alors si Staline voyait le problème chez les ivrognes, cela ne leur semblerait pas suffisant. Cependant, il n'y avait rien de tel. Etant lui-même un buveur très modéré, le Leader n'a pas pensé à introduire des absurdités comme les «lois sèches». Pourquoi? Parce qu'il y avait de l'ordre dans le pays de toute façon!


Et donc, allez - les temps étaient les plus durs. Les gens se sont battus jusqu'à la mort, ont travaillé dur pour l'usure - ils ont construit le pays, puis restauré. La vie ne ressemblait certainement à du miel à personne. As-tu bu? Mais comment! Au front, il y avait «cent grammes des commissaires du peuple», après la guerre les prix de la vodka, d'ailleurs, n'augmentaient pas, mais diminuaient régulièrement - et il n'y avait pas de problème d'alcoolisme. Le point ici, à mon avis, est dans deux choses: d'abord, il y avait quelque chose dans l'âme des Soviétiques qui ne leur permettait pas de glisser vers la bestialité alcoolique. Et deuxièmement, beaucoup de choses qui sont inévitables avec une "utilisation" constante au-delà de toute mesure et non pour les affaires, comme l'absentéisme, les retards, le mariage au travail et, de plus, les "bancs" de cadres, ont eu des conséquences beaucoup plus graves que blâme ou même licenciement "pour ivresse". Les gens se tenaient entre leurs mains. La prochaine étape de la «lutte contre l'ivresse et l'alcoolisme» a commencé en URSS, naturellement, après la mort de Staline, en 1958. À la manière particulièrement mauvaise de Khrouchtchev, tout était réduit à des interdictions. Désormais, la vodka ne pouvait plus être vendue dans les gares, à proximité des usines et des établissements d'enseignement, ainsi que «dans les lieux de célébrations de masse des citoyens». Mais rien n'y fait ... Cela semble paradoxal: il n'y a pas de guerre, pas de dévastation, pas de travail éreintant, et le peuple soviétique boit de plus en plus avec impétuosité. Le prochain décret "sur les mesures de renforcement ..." est né en 1972. Pour la vente d'alcool, un "couvre-feu" est instauré: de 11 à 19 heures, et des scènes de fêtes sont massivement découpées dans des films. En plus des centres de dégrisement, des LTP apparaissent également en URSS - dispensaires médicaux et de travail pour alcooliques. Puis le slogan est proclamé: "La sobriété est la norme de la vie!" Aha, shchaz-z-z-z ... Les gens continuent à boire avec une frénésie croissante. Et vient le 7 mai 1985. La «bataille pour la sobriété» de Gorbatchev commence - avec des centaines d'hectares de vignes abattues, une toxicomanie qui a doublé pendant sa période, des dizaines de milliers d'empoisonnements par des substituts. Oui, il y a eu une réduction des «crimes ivres», tout d'abord, des meurtres, une augmentation de la natalité et d'autres aspects positifs. Cependant, au final, le volontarisme anti-alcool de Gorbatchev ne joua que le rôle d'un ressort comprimé, qui, se redressant, donnait une ivresse encore plus grande, généralement sans précédent auparavant.

Sommes-nous en train de rencontrer des stations qui donnent à réfléchir, en attendant le LTP?


En discutant aujourd'hui de la nécessité de rendre en Russie des mesures dures pour combattre au moins les manifestations les plus évidentes et les plus dégoûtantes de l'ivresse, il faut, bien sûr, s'éloigner de l'indignation libérale face à la "violation des droits de l'homme", affronter la vérité amère: c'est nécessaire. Oui, personne ne veut, "avoir trop dépassé", communiquer avec des policiers durs, "se prélasser" sous une douche glacée, payer une amende et recevoir une "lettre de bonheur" correspondante sur le lieu de travail (si vous ajoutez les réalités soviétiques à nos jours). Eh bien, sachez la mesure à la fin! Visitez la Biélorussie, où les stations de sobriété fonctionnent tranquillement à ce jour. Je parie que vous ne verrez pas un seul visage ivre dans les rues non seulement de Minsk, mais aussi de villes beaucoup plus reculées. Ou vous pouvez aller en Ukraine, où il n'y a pas de centres de dégrisement depuis longtemps, et où il y a une "démocratie ovropeyska" complète. Là, vous aurez une belle occasion d'admirer des ivrognes, désolés, se soulageant au centre de la capitale. Je ne parle même pas des zones de «couchage». Ceci, hélas, n'est pas une calomnie maléfique, mais des observations personnelles. Alors, lequel préférez-vous? Pauvres ivrognes, jurant et chiant partout où ils frappent, ou la réalisation qu'il vaut peut-être mieux refuser ce verre?! Et tous les discours de certains médias «super-démocratiques» selon lesquels le retour des stations de dégrisement conduirait inévitablement à «l'arbitraire de la police, les coups et les extorsions» ne concernent pas du tout cela. C'est la question de la qualité de la police. Kohl là-bas pour recruter des derzhimord et des imbéciles, alors ils, rassurez-vous, trouveront une excuse à la fois pour les mâchoires et pour vider les poches des citoyens. Et sans aucune station qui donne à réfléchir. Eh bien, avec des policiers normaux, il n'y aura pas de problèmes. Pas besoin de jongler.


Et, en passant, les premiers centres de dégrisement médical sont apparus non pas en URSS, mais dans l'Empire russe, où ils étaient appelés «abris pour les ivrognes». Certes, ils ne faisaient pas partie du service de police, où les commissariats de police avaient leurs propres «cellules qui donnent à réfléchir». Ainsi, en URSS, créée au début des années 30, ces institutions ont d'abord été enregistrées auprès du Commissariat du peuple à la santé, et ce n'est qu'en 1940 qu'elles ont été transférées au département de Lavrenty Pavlovich, c'est-à-dire au NKVD. Depuis lors, non seulement ceux qui étaient ivres au point de ne plus être transportables, mais aussi ceux dont l'apparence et le comportement «ont insulté la dignité humaine et la moralité publique» ont eu la chance de se rendre dans ce bel endroit. N'était-ce pas nécessaire? Ou maintenant, de tels types, capables de tout séparer à tout moment, devraient se promener sans restriction? Je dirai plus - après les centres de dégrisement, il vaudrait probablement la peine de penser à la renaissance du LTP, où ceux qui ont rendu les murs du centre de dégrisement heureux de leur présence 6 fois. Eh bien, et en général «menait un style de vie antisocial». Ils pouvaient être punis pour une haute clôture avec une «épine» (et c'était un PLT, malgré son nom, une institution d'un pénitencier plutôt que de type médical) pouvait durer six mois ou deux ans. Disons qu'ils n'y ont pas vraiment été traités et que le pourcentage de personnes qui ont arrêté de boire après les dispensaires médicaux et de travail était extrêmement faible? Peut être. Cependant, au moins pendant un certain temps, ces renégats ont été éloignés de la société, donnant aux gens normaux la possibilité de faire une pause. Et la perspective même de faire partie du PLT pour certaines personnes était encore un élément dissuasif sérieux.

Je suis tout à fait d’accord avec ceux de mes collègues écrivains qui, s’exprimant aujourd’hui sur un sujet légèrement différent - la nécessité de rétablir la peine de mort pour les non-humains dans le pays, résument: le temps des demi-mesures et des lamentations est passé, la situation devient incontrôlable et doit être résolue avec force. Pour ceux qui doutent, un seul argument. Le tueur d'un gamin de six ans, Denis Pozdeev, était un alcoolique chronique qui s'est bu à mort, comme on dit. S'il avait été placé dans le même LTP à temps et pendant longtemps, le garçon aurait pu être en vie aujourd'hui. De tels exemples, même s'ils ne sont pas si forts, pas si voyants, sont innombrables. Il est temps pour la société russe de décider si elle défendra ses enfants ou les «droits humains» des alcooliques qui les tuent.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sapsan136 Офлайн Sapsan136
    Sapsan136 (Sapsan136) 9 novembre 2019 12: 49
    +4
    Les statistiques de consommation d'alcool par habitant suggèrent que la Russie n'est pas si ivre, dans le contexte de nombreux pays souffrant de russophobie et de l'Angleterre, dont ... D'ailleurs, c'est l'Angleterre qui mène dans le nombre de cas de violence domestique ... Ces soi-disant messieurs se saoulent à un état bestial et battre les membres de leur famille presque chaque semaine, et bien plus souvent.
  2. Le commentaire a été supprimé.
  3. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 29 décembre 2019 22: 34
    0
    En Russie, pour une raison quelconque, ils aiment souder un partenaire. Mais pour une raison quelconque, les amis n'apprennent pas à un ami à boire correctement? 1985 à Tcheliabinsk au milieu d'une société d'alcool, deux soutiennent leurs thèses sur la consommation d'alcool. Ma mère est médecin, puis elle m'a expliqué les bases de cette thèse. L'essentiel est de SNAP, pas de sniff !! Pour être honnête, tout le monde boit avec moi, même les tétotaleurs et les ulcères. Donnez-moi 500 roubles et prenez une collation, et je prendrai un verre et une collation, et je vous raconterai un "conte de fées". EN COMMUNICATION est notre essence! Le problème est que l'alcool est maintenant moins cher que les collations. Et s'il n'y a pas de collation, je ne bois pas et je ne laisse pas mes amis! Mais il y avait ceux qui étaient contre mes interdits ... Et pour les calmer, ma main est lourde, et puis ils ne se souviennent toujours de rien. Et imaginez, alors personne ne m'a jamais dépassé. Ils ont également dit merci. Tout le monde a passé la nuit à la maison, mais ils ne se souviennent pas comment ils sont rentrés chez eux. Et je suis d'accord avec l'auteur, si vous ne savez pas comment boire, LA MORT en vaut la peine! Si l'ivrogne a pitié, l'innocent souffrira. Et le pire, c'est que les enfants. Et pour qu'il n'y ait pas de tragédie - BREAK, NE PAS sentir !!!!