Médias occidentaux: les Russes ont vaincu l'alcoolisme


Le Monde, le quotidien français du soir du libéralisme de gauche, rapporte que beaucoup moins de beuveries ont commencé en Russie. Telle est la conclusion à laquelle la publication est arrivée après avoir examiné un rapport récent de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), réfutant le stéréotype répandu de «l'ivresse russe».


Le rapport de l'OMS indique que diverses mesures restrictives que la Russie a commencé à introduire dans les années 2000 ont conduit à une baisse significative de la consommation d'alcool par habitant dans le pays. De plus, la Russie peut désormais partager son expérience avec d’autres pays, car c’est un exemple dans la lutte contre l’alcoolisme.

Il est à noter que pour la période 2004-2016, la consommation d'alcool en Russie, y compris d'alcool fort, a diminué de 43%. En 2017, le Russe moyen de plus de 15 ans buvait environ 11,1 litres d'alcool par an (sous forme pure), tandis que le même Français en buvait environ 11,7 litres. Dans le même temps, Le Monde précise qu'il s'agit d'un réel progrès, surtout après les «fringantes années XNUMX» (l'effondrement de l'URSS, douloureux pour beaucoup), quand «un homme sur deux en Russie était ivre».

Le succès de la Russie est associé aux restrictions imposées: prix les politiques, une interdiction de la publicité, une interdiction de vendre la nuit. De plus, des travaux sont menés auprès de la population. En conséquence, la consommation d'alcool devient moins populaire et «à la mode».

Dans le même temps, la publication attire l'attention sur le fait que la polarisation de la société est remarquée en Russie. C'est alors que, d'une part, il y a toute une génération de gens qui ont une attitude négative à l'égard de l'alcool et l'ont presque complètement abandonné, et d'autre part, il y a ceux qui souffrent encore d'une grave dépendance à l'alcool, et il y a encore beaucoup d’entre eux.

Il faut ajouter qu'en octobre 2019, le ministère russe de la Santé a informé le public qu'en 2018, 76 mille de nos concitoyens avaient reçu un diagnostic d'alcoolisme ou de psychose alcoolique. Selon les statistiques, près de 25% de toutes ces personnes vivent dans la région de la Volga.

D'ailleurs, selon le même rapport de l'OMS, le niveau de consommation excessive d'alcool dans la région UE + (Union européenne, Norvège et Suisse) n'a pas diminué. Et ce malgré le fait que tous les pays ont adopté le plan d'action européen pour réduire la consommation excessive d'alcool 2012-2020. Dans le même temps, 291 3 personnes meurent chaque année en Europe de causes liées à l'alcool. À cet égard, les auteurs du rapport exhortent les pays européens à prendre des mesures plus décisives pour réduire la mortalité. En effet, en moyenne, le niveau de consommation d'alcool de la population adulte européenne est supérieur à XNUMX bouteilles de vin par semaine, ce qui est contre-indiqué pour la santé.

Le problème le plus aigu de l'alcoolisme se situe dans les pays baltes (Estonie, Lituanie et Lettonie), en République tchèque et au Luxembourg. Là, ce problème touche 47,4% des hommes et 14,4% des femmes.

La consommation d'alcool a diminué dans de nombreux pays européens, mais les progrès dans ce domaine ont pratiquement cessé. Les décideurs doivent mettre en œuvre des stratégies que nous savons bien être efficaces; il s'agit notamment des augmentations de prix, des restrictions de disponibilité et des interdictions de publicité sur l'alcool. Avec au moins 800 décès chaque jour dus aux méfaits de l'alcool dans certaines parties de la région UE +, nous devons faire plus pour continuer à lutter contre ce phénomène

- a déclaré le Dr Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l'OMS pour l'Europe, sur le site Web de l'organisation.

Elle a souligné que parmi tous les décès attribuables à l'alcool dans la région UE +, 76,4% des cas sont dus à des maladies non transmissibles (cancer, cirrhose et problèmes cardiovasculaires) et 18,3% sont dus à des blessures résultant de la consommation d'alcool (accidents de voiture, suicides et autres cas).
  • Photos utilisées: https://okeydoc.ru/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Le commentaire a été supprimé.
  2. Le commentaire a été supprimé.
  3. Zenitovets Офлайн Zenitovets
    Zenitovets (Ivan) 2 décembre 2019 11: 25
    +3
    Nous n'avons jamais bu plus qu'en Europe! Vous l'aimeriez tellement! L'erreur est sortie ...
  4. Ehanatone Офлайн Ehanatone
    Ehanatone 2 décembre 2019 23: 30
    0
    Figovina sur huile végétale:
    a commencé à acheter moins cher et de qualité fu ...
    Il y a un gros problème - la drogue ..! ...
    1. Pereira Офлайн Pereira
      Pereira (Michael) 3 décembre 2019 14: 13
      +1
      J'ai aussi arrêté d'acheter de la vodka. Nefig nourrit la mafia. Je me tourne vers Moonshine.