De "Prière des Russes" à "Sans mot": quels cantiques sonnaient en Russie


Les vacances du Nouvel An sont un moment idéal pour des vacances en famille, "déconnectées" de celles plutôt ennuyeuses de l'année politique, mais ... Malheureusement, dans la douce agitation autour des arbres de Noël, des cadeaux et des tables dressées, nous oublions souvent certains jalons importants de l'histoire de notre pays, qui ne sont que de nos jours.


Il se trouve que c'est à cette époque que naît l'un de nos principaux symboles souverains: l'hymne national. De plus, cela s'est produit deux fois, avec un intervalle de plus d'un demi-siècle: d'abord en Union soviétique, puis en Fédération de Russie. Comment est née la "mélodie principale" de la terre, là où nous sommes tous nés et vivons? Quels hauts et bas sont associés à cet événement, quelle part de vérité y a-t-il dans les versions officielles de ces événements et qu'est-ce qui reste un mystère pour nous?

Au début c'était ...


Et au tout début il n'y avait rien du tout! Il se trouve que le Royaume de Russie, et par la suite l'Empire russe, ont existé sans hymne national officiel. Non, certaines compositions musicales «principales», exécutées à des occasions particulièrement solennelles, bien sûr, étaient présentes. En règle générale, il y avait ces ou ces chants d'église. Cependant, selon ses propres préférences, Pierre Ier les changea en marches militaires ... Au début du XVIIIe siècle, deux mélodies pourraient peut-être être considérées comme des «hymnes non officiels» de la Russie: "Si notre Seigneur est glorieux en Sion" и "Tonnerre de victoire, bruyant, amusez-vous, brave Ross"... Le dernier chant solennel reflétait de la meilleure façon possible le brillant et formidable pour les ennemis de notre patrie «l'âge de Catherine d'or». À propos, il a été écrit pour la capture par Alexandre Suvorov de l'Ishmael «imprenable». Eh, il fut un temps ... En 1816, l'Empire russe avait encore un hymne national, approuvé officiellement et par le plus élevé - c'est-à-dire par l'empereur Alexandre Ier. Cependant, voici la malchance - ce travail, appelé "La prière des Russes", a été exécuté sur l'air de ... l'hymne de l'Empire britannique! Une telle situation ne pouvait catégoriquement pas satisfaire le prochain monarque - Nicolas Ier, qui monta sur le trône au tonnerre des canons, balayant de la place du Sénat les nobles conspirateurs qui ont été arrachés de la place du Sénat. D'une manière générale, cet empereur, qui était un vrai souverain, ne cassait pas du tout sa casquette devant «l'Europe éclairée» et y mettait les choses en ordre, si nécessaire, à la baïonnette et à la mitraille, absolument pas osé ni gêné.


Si vous en croyez les preuves historiques, le fait que lors de sa visite officielle en Prusse et en Autriche, il ait été universellement accueilli par une "mélodie anglaise", a presque exaspéré le tsar. Sommes-nous russes ou qui?! Alexey Lvov, directeur de la Chapelle chantante de la Cour, qui l'a accompagné dans ce voyage, a immédiatement entendu la plus haute autorisation: créer de la nouvelle musique, certainement russe! C'est ainsi que parut l'hymne «God Save the Tsar!», Connu de tous les connaisseurs de l'histoire de la Russie monarchique, officiellement approuvé par Nicolas Ier en 1833 et retentit sur nos terres jusqu'au fatidique février 1917. Après lui, bien sûr, on ne pouvait plus parler de "glorification de l'autocratie sanglante". Le «Provisoire», qui commença à sculpter quelque chose de lui-même sur l'épave du grand Empire qu'ils avaient détruit, annonça tout à fait la Marseillaise française comme un nouvel hymne. "Renonçons au vieux monde ...", et ainsi de suite. Cependant, en fait, il n'y avait qu'une mélodie française (et même alors au début), et les mots étaient les plus russes, écrits par le révolutionnaire de la «vieille garde» Peter Lavrov. Par la suite, notre compatriote Alexander Glazunov a "corrigé" la musique de ce texte. À propos, il y avait beaucoup de versions russes complètement originales, écrites immédiatement après février, mais le gouvernement provisoire, qui était résolument incapable de rien, a suivi la voie de la moindre résistance. Quoi qu'il en soit, mais très bientôt - en octobre du même 1917, la place d'une mélodie révolutionnaire française a été prise par une autre: l'Internationale, écrite à l'époque de la défaite de la Commune de Paris. Ici, il est resté longtemps.



De la "dernière et décisive" à "l'union incassable"


La version nationale de l '"Internationale", en vérité, différait également de manière très significative de l'original. Arkady Kots (l'auteur du texte russe) a traduit les six versets, mais seulement la moitié d'entre eux ont été interprétés. La chanson, que Vladimir Ilitch Lénine admirait sincèrement, la considérant comme le mot de passe mondial des «ouvriers conscients de la classe», est devenue l'hymne de la Russie soviétique d'abord, puis de l'Union soviétique. Cela a continué jusqu'en 1944, lorsque le camarade Staline a finalement abordé cette question cruciale.


Certains "historiens" s'engagent à affirmer que Joseph Vissarionovich a décidé de changer l'un des principaux symboles du pays menant la plus grande guerre de son histoire, presque pour plaire aux "alliés" occidentaux, à la veille de la prochaine réunion des "Big Three" à Téhéran, décidant ainsi de manifester "le refus des idées de la révolution mondiale ». À mon avis, ce n'est pas seulement un non-sens, mais une référence absurde! À peu près la même chose que les affirmations selon lesquelles le commandant suprême a remis les bretelles de l'officier d'or sur les épaules des commandants soviétiques "pour unifier les uniformes avec les alliés". Il est impossible de trouver quelque chose de plus absurde ... En 1944, au moment où notre victoire dans la Grande Guerre patriotique n’était déjà qu’une question de temps, Staline ne se souciait pas de l’opinion des Britanniques et des Américains, pour le moins dire. Ayant tiré les leçons les plus dures des années de guerre, le chef, écartant simplement tous ses sentiments, commença à faire revivre ouvertement et régulièrement l'Empire. Des bretelles, des ordres portant le nom de commandants "tsaristes" et même de princes, la renaissance de l'Église orthodoxe et la création d'un nouvel hymne magnifique et véritablement impérial - le tout à partir d'un "opéra". Du même ...

Malheureusement, la grande majorité de nos compatriotes connaissent et se souviennent de l'hymne de l'URSS sous une forme affreusement émasculée et mutilée après la mort de Staline. Une brève comparaison, qui aujourd'hui n'est pas du tout difficile à faire, parle de l'essence de la version «stalinienne» de l'hymne plus qu'exhaustivement. À mon avis, cela montre pleinement la direction de ses pensées et de ses projets, qui étaient déjà esquissés à l'époque et qui ont ensuite coûté la vie à Joseph Vissarionovich. Oui, Staline a été mentionné dans l'hymne. Autant qu'une fois. Mais il n'y avait pas un mot ... sur le Parti communiste! Il suffit de citer l'un des versets qui ont été impitoyablement rejetés de l'hymne en 1977 pour que tout soit très clair:

«Nous avons élevé notre armée dans des batailles.
Nous allons balayer les envahisseurs de la route!
Nous, dans les batailles, décidons du sort des générations
Nous conduirons notre patrie à la gloire! "



Un hymne impérial, qu'est-ce qu'il y a là - et jusqu'à l'os ... Il contient tout Staline et son époque. C'est le chant des guerriers victorieux, qui n'avaient pas d'égal dans le monde entier. Au fait, voici un autre détail: dans la version «stalinienne», l'URSS était qualifiée de bastion fiable du «bonheur des gens». Par la suite, le bonheur a été effacé de l'hymne, le remplaçant par «l'amitié des peuples». Il s'avère que Staline était parti - il n'y avait pas non plus de bonheur ... Le «parti de Lénine, la force du peuple» qui avait fait irruption dans l'hymne était désormais censé conduire notre peuple non «de victoire en victoire», mais au «triomphe abstrait du communisme». Un détail caractéristique: après le sabbat obscène appelé «XX Congrès», à la demande du chacal Khrouchtchev, depuis 1956, l'hymne de l'Union soviétique était chanté sans paroles! Ils les ont réécrits, comme je l'ai dit plus tôt, déjà en 1977. Jusque-là, les pathétiques successeurs du généralissime n'avaient pas le courage de lever la main sur cet héritage ...

La naissance de l'hymne: vérité et fiction


Revenons cependant au lointain 1944. Et même, peut-être, à une époque encore plus ancienne - en 1936, un point de repère pour l'URSS stalinienne. C'est alors que le chef, toujours en cachette, a commencé à faire passer le pays du chêne «marxisme-léninisme» et, plus encore, des délires trotskystes sur la «révolution mondiale» à quelque chose de complètement différent. C'est alors que le poète Vasily Lebedev-Kumach a écrit le texte de la chanson "La vie est devenue meilleure!" Par la suite, il a créé, en collaboration avec le compositeur Alexandre Alexandrov, «l'hymne du parti bolchevique», que Joseph Vissarionovitch aimait tellement qu'il l'a appelé une «chanson de cuirassé». Un «hymne officieux» réapparut dans le pays, en parallèle de «l'Internationale», qui appelait «à détruire le sol». Staline, qui était sur le point de construire, n'était pas en route avec un tel hymne. Sûrement un nouveau aurait été créé plus tôt - sans la guerre. Néanmoins, comme déjà mentionné, en 1943, un concours officiel a été annoncé pour un nouvel hymne de l'Union soviétique. La commission gouvernementale sur cette question était dirigée par Kliment Efremovich Voroshilov, connu pour sa capacité à mener à bien les entreprises les plus difficiles. La première étape du concours était ouverte à tous, 170 compositeurs qui ont présenté plus de deux cents mélodies à la plus haute cour, et 19 poètes y ont participé. La dernière étape du concours, qui a réuni 8 participants, s'est déroulée en novembre au Théâtre du Bolchoï. Iosif Vissarionovich a personnellement écouté les créations des requérants. C'est lui qui a pris la décision finale ... Cela a été approuvé le 14 décembre 1943 par une résolution spéciale du Comité central du Parti communiste des bolcheviks. Pour la première fois, le nouvel hymne a été interprété le soir du Nouvel An du 31 décembre au 1er janvier 1944. Cependant, cet arrangement initial a de nouveau été modifié, et la mélodie familière à nous tous n'a finalement été approuvée et sonnée sur la radio All-Union qu'en avril 1944. Cependant, nous avons pris un peu d'avance sur nous-mêmes, ignorant le moment le plus tendu - la finale de la compétition.


Je dois dire qu'il existe de nombreux mémoires à ce sujet. En vérité, beaucoup d'entre eux laissent une impression très douloureuse et désagréable. Comme, cependant, tous les moments où les grands «gens de l'art» commencent à déverser leur propre bile sur des rivaux plus réussis, atteignant le niveau des querelles banales. Par exemple, le grand compositeur Dmitri Chostakovitch était en quelque sorte convaincu que Staline n'avait pas choisi la version de la musique de l'hymne, qu'il a co-écrit avec Aram Khatchatourian, uniquement parce que Chostakovitch, après les remarques du chef, n'a demandé que cinq heures pour "peaufiner" la mélodie! "Si vous demandiez un mois, vous gagneriez!" - Khachaturian a assuré plus tard. Il y avait aussi ceux qui ont reproché aux lauréats du concours «l'imitation» et presque le plagiat. Quoi qu'il en soit, mais la version musicale de l'hymne était la mélodie d'Aleksandrov. Et poétique - les paroles de Sergei Mikhalkov et d'El-Registan. En effet, il est embarrassant de lire les fabrications des "experts" qui tentent d'expliquer le succès de Mikhalkov par le fait qu'en 1936 il a écrit le poème "Svetlana", que Staline a perçu comme une dédicace à sa fille Svetlana Alliluyeva. Publié dans les journaux centraux, c'était prétendument le jour de son anniversaire. O-oui ... L'envie est une mauvaise chose. Expliquer le triomphe supplémentaire de Sergueï Vladimirovitch uniquement par sa création est au moins ridicule. D'autant plus que le nombre d'ouvrages consacrés à Staline, et bien plus fidèles, tant en poésie qu'en prose, a été calculé en URSS en un nombre totalement inimaginable. D'ailleurs, dans ce cas, où est le poème de Mikhalkov dédié à l'un des parents de Vladimir Poutine? Après tout, c'est lui qui est redevenu l'auteur des paroles du nouvel hymne, déjà russe, approuvé par l'actuel président.

Gloire, notre patrie libre!


Il faut dire que l'enjeu de la compétition créative sans précédent qui s'est déroulée en 1943 était presque incomparable avec n'importe lequel des concours musicaux actuels, et pas seulement en termes idéologiques et moraux. Les finalistes ont reçu le prix Staline de 100 4 roubles, et même 1991 2000 pour chaque version de l'hymne qui a atteint le stade «fermé». Il n'y a rien à dire sur les autres incitations matérielles. Il y a une histoire qui ressemble à une grande anecdote historique, mais qui reste très caractéristique. Apparemment, après la fin du concours, Joseph Vissarionovich, à sa manière habituelle, a posé une question sur les souhaits mercantiles des gagnants (en plus du prix en espèces). Celui qui a demandé ce qu'il a reçu, respectivement: El-Registan - une voiture, Aleksandrov - une datcha ... Mikhalkov, cependant, a dit au chef que le crayon avec lequel le camarade Staline corrigeait à plusieurs reprises ses textes lui suffirait. Ils lui ont donné un crayon. Avec une voiture et une datcha pour démarrer! Qui aurait alors pensé que pour l'une des versions suivantes du même ouvrage, cependant, écrite plus d'un demi-siècle plus tard, Sergei Mikhalkov recevrait l'Ordre du Saint Apôtre André le Premier appelé! Cependant, dans cet hymne, avec lequel nous vivons tous aujourd'hui, il ne reste qu'une ligne du "stalinien": "Gloire, notre patrie libre!" Néanmoins, cela (ou, plus précisément, la musique d'Aleksandrov et la paternité de Mikhalkov) était plus que suffisant pour la "société progressiste" de notre pays, qui, à mon avis, correspond beaucoup plus au nom de "demshiz" des crises de colère à propos de ce symbole d'état. Ce serait leur volonté - la Russie vivrait encore sans lui à ce jour. Ou, au mieux, avec une version «sans mots» de l'hymne, comme c'était le cas de XNUMX à XNUMX (Patriotic Song).


Le fait que les «démocrates» qui s'étaient emparés du pouvoir après l'effondrement de l'URSS aient tenté d'envoyer son hymne «à la poubelle de l'histoire» n'est pas surprenant. Il n'est pas étonnant qu'après de longues querelles, des querelles, des arguments et des mots inutiles, ils n'aient rien pu offrir en retour. En conséquence, la mélodie de la «chanson patriotique» de Glinka est devenue la «carte de visite» de la Russie. Aucun «consensus» n'a été atteint sur le texte. La situation a changé avec la fin d'une terrible période d'anarchie, au cours de laquelle la Russie a presque perdu non seulement les attributs de l'État, mais elle-même, en tant que telle. Le nouvel hymne de notre pays a de nouveau été approuvé le soir du Nouvel An - la mélodie du 25 décembre, et les paroles (temporairement) - le 30 décembre 2000. Au printemps 2001, le texte de Sergei Mikhalkov a déjà été légalement adopté comme permanent. Soit dit en passant, Vladimir Poutine était le plus ardent partisan de cette option particulière. Il est intéressant de noter que l'adoption de l'hymne à la "musique stalinienne", dont de nombreux "meilleurs représentants de l'intelligentsia créatrice" faisaient rage avec de l'écume à la bouche, a été soutenue sans équivoque par l'Église orthodoxe représentée par le patriarche Alexy II de l'époque. Cependant, ce n'est pas du tout surprenant, étant donné l'attitude de Joseph Vissarionovich à l'égard de l'Église et son rôle dans sa renaissance en Union soviétique. Deux décennies se sont écoulées depuis. Pendant ce temps, il y a eu des tentatives infructueuses pour supprimer de la chanson principale de la Russie, par exemple, le mot «Dieu», que certains membres du Parti communiste de la Fédération de Russie et d'autres citoyens «très intelligents» n'aiment pas. Mais au fond, les discussions et les débats sur cette question se sont en quelque sorte arrêtés d’eux-mêmes. Peut-être, notamment en raison du fait que notre hymne est interdit de jure dans des endroits aussi "beaux" que les pays baltes et l'Ukraine.


Aux derniers Jeux Olympiques d'hiver, malgré toutes les disqualifications et l'interdiction la plus stricte, des mots sur un pouvoir sacré et un grand pays résonnaient de la gorge étamée de nos joueurs de hockey, qui ont arraché l'or et leurs fans dans une lutte incroyable, bloquant étroitement l'hymne olympique. En Occident, cela a été à juste titre perçu comme une "moquerie", mais ils avaient peur de s'impliquer dans le CIO - ils se sont essuyés, comme des êtres chers ... il a chanté.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Mihail55 Офлайн Mihail55
    Mihail55 (Michael) 4 janvier 2020 13: 29
    +5
    Merci à l'auteur pour l'histoire de notre hymne !!! C'est dommage qu'ils n'apprennent pas ça à l'école ...
  2. Felix Chuykov Офлайн Felix Chuykov
    Felix Chuykov (Félix Chuikov) 4 janvier 2020 13: 52
    +1
    Bannière soviétique, bannière nationale

    Peu importe comment ils menacent l'année -
    La victoire sera pour le peuple!


    Felix Chuykov
    04 Janvier 2020 année
  3. Citoyen Mashkov Офлайн Citoyen Mashkov
    Citoyen Mashkov (Sergѣi) 4 janvier 2020 18: 55
    0
    Dieu sauve le tsar!
    Fort, souverain,
    Règne pour la gloire, pour la gloire pour nous!
    Régnez par peur des ennemis
    Tsar orthodoxe!
    Dieu sauve le tsar!
  4. Forrest Gump Офлайн Forrest Gump
    Forrest Gump (Forrest Gump) 12 janvier 2020 02: 41
    +2
    Les hymnes du Grand Pays doivent résonner!