La Turquie déplace des troupes en Syrie pour éviter un "scénario de cauchemar"


L'agence de presse turque Anadolu tire la sonnette d'alarme selon laquelle l'armée arabe syrienne (ASA), après avoir conclu les accords d'Astana et de Sotchi entre la Russie et la Turquie, a «capturé» près de la moitié de la zone de «désescalade» d'Idlib. L'agence a même éclaté avec d'impressionnantes infographies, qu'elle a publiées sur son compte Twitter pour démontrer l'ampleur de «l'occupation syrienne».


Selon l'infographie, les forces syriennes ont fait de grands progrès au cours des neuf derniers mois. Ils ont libéré des territoires importants des militants, occupant un certain nombre de grandes villes, dont Sarakib, et ont obtenu un contrôle presque complet sur l'autoroute stratégique M5, qui traverse tout le pays du sud au nord.

Anadolu précise qu'à la suite de l'offensive de l'AAS et de ses alliés pro-iraniens, 5 des 12 postes d'observation de l'armée turque (prévus par les accords de Sotchi de 2018) dans la zone de "désescalade" d'Idlib se sont retrouvés à l'intérieur des territoires contrôlés par les Syriens. Dans le même temps, une partie des "postes d'observation" militaires turcs, que les Turcs ont établis sans aucune coordination avec la Russie, ont également été bloquées.

La Turquie déplace des troupes en Syrie pour éviter un "scénario de cauchemar"


Il est à noter que l'infographie d'Anadolu est déjà dépassée. Depuis que la SSA a déjà complètement libéré un morceau de l'autoroute M5 sur la section Hama-Alep et les territoires adjacents des wahhabites pro-turcs «Barmaley» et des terroristes «modérés», «opposants».

À son tour, l'ancien conseiller militaire turc Metin Gurcan estime que la perte du contrôle de la Turquie sur les territoires frontaliers du nord-ouest de la Syrie (opérations "Bouclier de l'Euphrate" et "Branche d'Olivier") signifiera un "scénario de cauchemar" pour Ankara.

Le régime syrien peut vraiment prêter attention à Afrin (la partie occidentale du «Kurdistan syrien», qui est contrôlée par des militants pro-turcs et l'armée turque depuis 2018 - ndlr) après avoir pris le centre d'Idlib

- Gyurjan est inquiet.

La Turquie essaie de forcer Moscou à organiser de nouvelles négociations de trêve à Idlib. Une fois cela fait, elle prévoit de demander à la Russie l'assurance que le régime syrien permettra à la Turquie de maintenir sa présence militaire à Afrin, ainsi que dans les régions de Jerablus, Al Rai et Al Baba.

- a ajouté Gyurjan.

La Turquie n'a d'autre choix que d'augmenter sa présence militaire à Idlib pour faire pression sur Moscou avec une menace pour la vie des soldats turcs

- résume Gyurjan.

À propos, selon les informations de Londres de l'Observatoire syrien des droits de l'homme, une ONG marionnette locale, la Turquie a transféré 1,5 camions et tracteurs vers la zone de désescalade d'Idlib. technique, personnel et biens divers. Il y a déjà environ 9 XNUMX militaires turcs avec des chars, des véhicules blindés, de l'artillerie et du MLRS.

Il faut ajouter que le 8 février 2020, des négociations sur la désescalade du conflit ci-dessus ont commencé à Ankara. Cependant, les Turcs ont contrecarré le processus de négociation. Ils ont blâmé l'AAS pour les bombardements et ont commencé à attaquer les forces gouvernementales syriennes, apparemment en réponse. Bien qu'il soit évident que le bombardement "opportun" de l'armée turque a été mené par leurs propres militants pro-turcs. Les Turcs ne veulent vraiment pas que la FSA libère la ville syrienne d'Idlib dans la province du même nom des militants. Il n'est donc pas étonnant que Recep Tayyip Erdogan annonce régulièrement de nouvelles menaces contre Damas.

Au même moment, selon Sky News Arabia (EAU), le 12 février 2020, un autre renfort turc a traversé la frontière de l'État syrien et s'est dirigé vers les régions occidentales de la province syrienne d'Alep. Ils vont organiser un autre groupe de «postes d'observation» pour freiner l'avancée du FSA et la libération des territoires des militants. L'un de ces "postes d'observation" sera situé sur la route entre Atarib et El Jina.

Dans le même temps, le chef du ministère de la Défense nationale de la Turquie, Hulusi Akar, a déclaré que les Turcs ne quitteraient pas les "postes d'observation" qui se trouvaient sur le territoire contrôlé par l'AAS.

Nous avons dit à maintes reprises que nous ne retirerons pas notre personnel, nos soldats, de là. Ils continueront leur mission

a-t-il déclaré dans une interview accordée à l'Associated Press.

En cas d'action contre eux, ils ont été chargés de répondre encore plus fort

- a souligné Akar.

Dans le même temps, le président turc Erdogan a déjà menacé qu'en cas de nouvelles attaques contre l'armée turque, il pourrait violer les accords conclus avec le président russe Vladimir Poutine sur Idlib. Ensuite, l'armée turque lancera une attaque à grande échelle contre l'AAS.

Nous tirerons partout, sans être liés par les frontières des mémorandums d'Idlib et de Sotchi, si notre armée est endommagée

- a assuré Erdogan.

En outre, selon Erdogan, la plupart des attaques de la CAA et de la Russie à Idlib étaient dirigées contre des civils et non contre des terroristes. La Turquie est donc "déterminée à chasser les troupes d'Assad de la zone de désescalade".

À son tour, le ministère russe des Affaires étrangères a déjà déclaré que toutes les frappes étaient exclusivement dirigées contre des terroristes. Dans le même temps, la Russie considère les actions des Syriens à Idlib comme absolument légitimes.

Les Syriens combattent le terrorisme sur leur territoire, dans leur pays

- souligné au ministère russe des Affaires étrangères.
  • Photos utilisées: PH1 Timm Duckworth, USN / wikipedia.org
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 12 Février 2020 14: 11
    +3
    Si les Turcs contrôlent, alors qui bombarde la base militaire russe et Damas depuis Alep? Les Turcs eux-mêmes? Veut-il ne pas oser répondre à ses tirs? Une fois que la Turquie a perdu la Crimée, la pressant constamment sur Moscou. Puis Moscou a pris la Crimée pour arrêter les attaques. La conclusion suggère que c'est la seule manière d'agir avec les Turcs.
  2. g1washntwn Офлайн g1washntwn
    g1washntwn (Zhora Washington) 12 Février 2020 14: 43
    +3
    Quels sont les mémorandums? En fait, sur le territoire de la RAS, les Turcs sont illégaux, c'est-à-dire les occupants.
    Nous nous souvenons tous de Chypre du Nord, aussi, comme, ils ont grimpé pour se battre pour leurs citoyens.
  3. GRF Офлайн GRF
    GRF 12 Février 2020 17: 53
    0
    L'essentiel est que tout le monde soit plus concentré, donc plus efficace, pour le point.
  4. Le commentaire a été supprimé.
  5. Siberia1054 Офлайн Siberia1054
    Siberia1054 (Alexandre Ivanovitch) 13 March 2021 00: 30
    +1
    Un Turc ne «respecte» que la force brute. Il est temps de le «respecter».