"Guerre du pétrole" avec la Biélorussie: pourquoi il n'est pas rentable pour Moscou de se quereller avec Minsk


Dans la confrontation fortement aggravée au début de cette année entre la Biélorussie et la Russie au sujet des approvisionnements énergétiques, les premiers changements positifs ont finalement eu lieu. Comme on le savait, les représentants des deux pays ont signé un protocole de compensation pour la fourniture de soi-disant «pétrole sale», dont l'entrée l'année dernière dans le pipeline «Droujba» a considérablement gâché l'amitié entre Minsk et Moscou. Alexander Lukashenko a réalisé une de ses principales revendications dans le "problème du pétrole". A quoi pouvez-vous vous attendre maintenant? Notre pays continuera-t-il à faire des concessions et, dans l'affirmative, comment devraient-elles être considérées: la reconnaître comme une capitulation inconditionnelle à quelqu'un qui a réussi à «évincer» son allié ou à prendre des mesures équilibrées et raisonnables qui devraient conduire à des résultats positifs à l'avenir?


Avant de commencer à comprendre cette question plutôt difficile et controversée, vous devez souligner le point principal. La Biélorussie n'est en aucun cas et ne devrait pas être un adversaire pour la Russie, un pays avec lequel une conversation peut être menée en position de force. La question de la création d’un État de l’Union, peu importe combien de forces dans notre monde le souhaitent, n’a pas du tout été supprimée de l’ordre du jour. Personne ne va rayer ni l'histoire commune ni tout ce qui nous unit maintenant. Cependant, continuer la pratique de «l'amitié pour l'intérêt», qui est assez cynique, encourageante, ce que, il faut bien l'admettre, notre pays a péché depuis assez longtemps (et pas seulement avec Minsk) n'est pas non plus acceptable.

La pipe aime-t-elle une larme?


Parmi les joueurs avides, il y a une croyance que si vous pleurez longtemps et fort à propos de votre propre sort pendant le jeu, vous devez être chanceux - ils disent, «la carte aime une larme». Il semble que de nombreux «hauts fonctionnaires» de Biélorussie, dès qu'ils commencent à parler de l'approvisionnement énergétique russe, se souviennent de ce principe même et se mettent à pleurer et à pleurer à l'envie des joueurs endurcis. Le chef du ministère local des Affaires étrangères, Vladimir Makei, par exemple, a estimé la «baisse des exportations de produits pétroliers du pays en 2019» à plus de 2 milliards de dollars. Blâmer la "manœuvre fiscale" russe et la même "huile sale". Alexander Grigorievich a personnellement contribué à la «pression sur la pitié». Selon sa déclaration initiale, "de la réduction des droits de douane sur le pétrole", le pays perdra 300 millions de dollars par an! Cependant, un peu plus tard, le président est devenu réfléchi, a multiplié certaines des valeurs qu'il connaissait par la quantité d '«or noir» que notre pays est prêt à fournir à la Biélorussie cette année, et le montant de la «perte» a immédiatement grimpé à 420-430 millions. Qui est le plus, messieurs, qui est le plus pitoyable?! Personne ne conteste - certaines pertes résultant de la pollution de Druzhba au chlore ont été subies par les raffineries biélorusses et l'ensemble de l'industrie pétrolière du pays dans son ensemble, mais devrait-il y avoir une limite aux réclamations? Souhaitable - raisonnable.

En effet, selon les informations disponibles à l'heure actuelle, l'indemnisation du slop oil introduit dans les canalisations se fera au taux de 15 dollars le baril - c'est-à-dire au niveau des contreparties de Transneft de Pologne, Slovaquie et République tchèque qui ont souffert du même problème. Hongrie. En tout cas, c'est ce que dit le vice-président de la société d'État Belneftekhim Vladimir Sizov. Selon lui, la totalité du montant reçu après "l'établissement définitif et la confirmation des paiements de compensation" sera transférée à la raffinerie de pétrole de Mozyr - en tant qu'entreprise la plus touchée de l'industrie pétrolière biélorusse. Maintenant, deux problèmes, non moins douloureux pour Minsk, sont les suivants, en raison de la solution dont ils essaient de réduire en quelque sorte leurs propres pertes financières. Tout d'abord, c'est le prix du transit. Jusqu'à présent, les opinions sur sa taille diffèrent parfois - la partie biélorusse a "refusé" l'augmentation du tarif pour le transport du pétrole russe en 2020, pour autant que l'on sache, jusqu'à 16,6%. Ce zèle a tout naturellement débouché sur une incompréhension totale du côté russe, notamment face au Service fédéral antimonopole russe (FAS). Depuis le 1er février, le tarif n'a été augmenté que de 6,6%, mais Minsk, apparemment, ne perd pas espoir. Ajoutons ici les questions de «bonus» pour les entreprises russes, si détestées par Loukachenka. Serez-vous en mesure de vous entendre sur eux?

Biélorussie - tout va vraiment mal


D'autre part, les conséquences de la «guerre du pétrole» déclenchée par Minsk en raison du désir de continuer à recevoir les ressources énergétiques russes peuvent être pour le Bélarus. économie bien plus déplorable que toute "manœuvre fiscale". En un mois à peine de cette confrontation ridicule - en janvier de cette année, les dépôts en devises de la population et des entreprises, ainsi que les réserves de change du Bélarus, ont diminué de plus d'un demi-milliard de dollars. La raison principale est une diminution des revenus des raffineries et du budget du pays dans son ensemble du fait de l'exportation traditionnellement généreuse de produits pétroliers, qui, par chance, coïncidait avec la nécessité de rembourser la dette publique en volumes importants. Toutes les déclarations que Minsk a faites à maintes reprises concernant «la recherche d'alternatives aux approvisionnements énergétiques russes» se sont avérées être un bluff complet, ou se résumaient à la conclusion d'accords totalement non rentables d'un point de vue commercial. Cette question devrait être discutée plus en détail. Il serait fondamentalement faux de dire que personne ne veut fournir de «l'or noir» au Belarus. Juste le contraire. Quelle est la seule initiative de Téhéran, dans les conditions actuelles prête à vendre son pétrole, excusez l'expression, même le diable est chauve! Dans tous les cas, l'ambassadeur iranien à Minsk Said Yari a déclaré sans ambiguïté que son pays est prêt non seulement à vendre ses ressources énergétiques aux Biélorusses "aux prix les plus acceptables, même en dessous des cotations mondiales". Cependant, il y a deux points très importants ici.

Premièrement, en concluant un accord avec Téhéran, Alexander Grigorievich annulera non seulement tous ses efforts titanesques pour établir au moins une sorte de relations avec Washington, dont il a lui-même crucifié l'importance, mais conduira également son pays sous les sanctions américaines les plus sévères. Eh bien, et deuxièmement, la même chose, extrêmement douloureuse pour la question de Minsk du transport des matières premières et de leur prix final. Qui n'a pas fait de généreuses avances quant à sa propre volonté d'organiser le transit pétrolier pour la Biélorussie: la Lettonie a proposé de lancer l'oléoduc Ventspils-Novopolotsk en mode inversé, l'Ukraine (où pouvons-nous aller sans elle?!) A essayé d'entrer avec son «tuyau» Odessa-Brody ... La Lituanie a approché la fourniture de Minsk en "or noir". C'est à travers elle que les approvisionnements devraient être effectués dans le cadre des deux seuls contrats pétroliers réels, actuellement conclus par la partie biélorusse - plus de 80 100 tonnes de matières premières norvégiennes achetées par Belneftekhim le mois dernier et deux fois plus de pétrole ... Pétrole russe acheté «en adjudication ouverte» ... Cependant, le même pétrole norvégien, compte tenu de son transbordement et de sa livraison par chemin de fer, coûtera aux Biélorusses plus cher que le pétrole russe d'au moins XNUMX dollars la tonne. La situation sera exactement la même avec nos matières premières, qui seront à nouveau transbordées à Klaipeda et envoyées à la raffinerie de pétrole de Mozyr par matériel. Le désir exprimé par Loukachenka d'acheter «azerbaïdjanais, saoudien, norvégien, américain, quel que soit le pétrole aux prix mondiaux» signifie seulement un désir obstiné d'acheter plus cher que ce que la Russie propose.

Un choix très difficile


Revenons en arrière quelques années ... Si quelqu'un a oublié, les conditions "paradisiaques" des approvisionnements énergétiques qui étaient en vigueur jusqu'à présent, Loukachenko a "évincé" de Moscou en 2017, quand notre pays, après l'autre, rappelle douloureusement l'actuelle "aggravation des relations" 18 millions de tonnes de pétrole aux conditions les plus favorables. Pratiquement hors taxes. De plus, les droits d'exportation de 6 millions de tonnes supplémentaires "d'or noir" sont allés au budget de Minsk (le soi-disant "dédouanement" était précisément cela). C'est de là que vient le discours sur les «Emirats biélorusses». Après tout, les revenus de l'exportation des produits pétroliers vendus à des prix de dumping ont permis, par exemple, l'an dernier, de remplir le budget de l'Etat du pays d'un quart! En termes absolus, on peut parler de plus de 3 milliards de dollars, que Moscou, en fait, a «donné» à Minsk en 2018. Une sorte de «vie paradisiaque» devait se poursuivre jusqu'en 2024 au moins. Cependant, dans le même temps, le processus d'intégration mutuelle maximale des deux États, y compris de leurs économies, était également prévu. Mais juste avec cela, il y avait un accroc, plus il était loin, plus cela devenait une réticence catégorique de la partie biélorusse à prendre de véritables pas vers un rapprochement plus approfondi. En outre, Moscou a finalement compris qu'une amitié aussi immensément généreuse coûte trop cher au Trésor et au pays. L'idée d'une «manœuvre fiscale» est née, à la suite de laquelle la «subvention pétrolière» pour Minsk devait être nulle d'ici 2024, et le prix de «l'or noir» deviendrait en effet mondial, et pas moins de 75-80 dollars, comme Aujourd'hui.

Cependant, nous devons admettre: au stade actuel, la position extrêmement difficile de «resserrer les vis» ou, plus précisément, les grues concernant la Biélorussie peut «se retourner contre la Russie» avec des conséquences plutôt désagréables, à très grande échelle et à long terme. Arrêter le transit des ressources énergétiques par Druzhba à lui seul nuira très douloureusement à nos exportations. Nous survivrons, bien sûr! On trouvera des voies de contournement, d'autres voies ... Mais tout cela est une dépense imprévue d'argent et de temps, voire des contrats rompus. Encore une fois, le marché bélarussien lui-même n’est pas non plus en train de perdre. Cependant, les aspects purement économiques ne sont pas ici en premier lieu. Les questions géopolitiques joueront plutôt le rôle principal dans la prise de décisions finales au Kremlin. Bien sûr, Minsk ne pourra pas «aller en Occident», car il menace de temps en temps, quels que soient ses efforts. Avec Alexander Grigorievich bien vivant - c'est vrai. Et que Dieu bénisse la santé et les longues années de Loukachenka, car pour Moscou, très probablement, son départ du pouvoir ne signifiera rien de bon. En tout cas, si cela se produit dans le format que l'Occident vise clairement aujourd'hui. La Russie n'a absolument pas besoin d'avoir un nouveau «Maïdan», de nouveaux «non-frères» et des nationalistes déchaînés se précipitant dans la bataille à ses côtés. Mais l'effondrement de l'économie biélorusse, que le «papa» vient de regarder, se terminera mal, poursuivant ses aventures pétrolières, pourrait bien conduire à la mise en œuvre d'un tel scénario. Ils commencent déjà à "secouer" la Biélorussie, se préparant apparemment à y organiser une nouvelle tentative de "révolution des couleurs" après les élections présidentielles prévues cette année.

Il serait myope et même assez stupide de faire le jeu de ceux qui gonflent les sentiments russophobes dans notre pays frère avec des objectifs très spécifiques, aggravant les problèmes des Biélorusses avec une forte détérioration du niveau de vie. Répondre à toutes les exigences d'Alexandre Grigorievich, quel que soit le nombre d'entre eux qu'il a proposé? Je suis sûr que ce ne sera pas non plus ainsi. Apparemment, le Kremlin a décidé d'adopter une position sobre et équilibrée visant à une transformation progressive des relations économiques avec le Bélarus et à la prévention des politique cataclysmes.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 26 Février 2020 09: 13
    0
    Alors, qui est responsable du «pétrole sale» et quelles en sont les conséquences pour le coupable?
  2. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 26 Février 2020 12: 03
    0
    En se querellant avec Minsk, notre gouvernement veut ainsi montrer aux États-Unis qu'il défend nos intérêts économiques. Et beaucoup de gens «mordent» à cela, s'indignent du prétendu «cadeau» pour la Biélorussie. Mais si notre gouvernement est si intelligent ECONOMIQUEMENT, pourquoi a-t-il traité si durement l'Ukraine et le SP-2? Et sur le chemin, il y a aussi YUKOS avec une réclamation de 50 milliards de dollars !! Et dans tout cela, il s'avère que MINSK est à blâmer - il exige HALYAVU aux prix mondiaux !!! Que sont les alliés et comment notre POUVOIR le comprend-il? Je comprends que Loukachenka demande des remises économiques, se référant aux relations alliées. Mais quand notre gouvernement veut des relations de marché avec un allié, pas vraiment. Sommes-nous donc des alliés de Minsk ou avons-nous des relations de marché? J'aimerais recevoir une explication de notre gouvernement. Ensuite, je suis sûr qu'il y aura moins de situations de conflit. Et la SYRIE est notre alliée ou nous avons des relations de marché ?????
  3. bear040 Офлайн bear040
    bear040 26 Février 2020 20: 03
    +1
    Il n'est pas rentable pour Minsk de se quereller avec la Fédération de Russie, et plus tôt les personnes autoproclamées le comprennent, mieux c'est pour elles ... Parce que la Fédération de Russie peut avoir des problèmes et que les personnes autoproclamées peuvent avoir de gros problèmes ... Bien que la plupart d'entre eux ne comprennent pas cela et se gonflent les joues jusqu'à ce qu'il fasse l'enfer pour lui-même.
  4. Le concierge Офлайн Le concierge
    Le concierge (Leonid) 26 Février 2020 20: 14
    +1
    Notre pays continuera-t-il à faire des concessions et, dans l'affirmative, comment devraient-elles être évaluées: la reconnaître comme une reddition inconditionnelle à quelqu'un qui a réussi à «évincer» son allié ou à prendre des mesures équilibrées et raisonnables qui devraient conduire à des résultats positifs à l'avenir?

    ... selon les informations disponibles à l'heure actuelle, l'indemnisation des slop oil pénétrés dans les canalisations se fera au taux de 15 $ le baril - c'est-à-dire au niveau des contreparties de Transneft de Pologne, Slovaquie, République tchèque, Hongrie qui ont souffert du même problème ...

    L'indemnisation pour le pétrole de qualité inférieure pour la Pologne, la Slovaquie, la République tchèque, la Hongrie ..., selon l'auteur de l'article, est tenue pour acquise, et l'indemnisation pour la Biélorussie est une question controversée, peut-être même une «reddition inconditionnelle»! L'attitude étrange de l'auteur envers son allié.

    Revenons en arrière quelques années ... Si quelqu'un a oublié, Loukachenka a «resserré» les termes «célestes» de l'approvisionnement énergétique de Moscou en 2017 ...

    Si quelqu'un ne sait pas, les «conditions célestes» ne sont pas allées au Bélarus pour rien.
    Rosneft a acquis une participation de 21% dans la raffinerie de pétrole de Mozyr, ouvert un réseau de stations-service d'entreprises «russes», acquis ou construit des dépôts pétroliers. Le système de transport de gaz a été transféré à Gazprom.
    Je n'ai pas creusé en détail, mais l'oléoduc Druzhba n'est pas non plus entièrement détenu par la Biélorussie.
    La «manœuvre fiscale» a essentiellement annulé les avantages pour la Biélorussie. Les actifs pétroliers et gaziers en Biélorussie appartiennent toujours à des propriétaires «russes». Ceux. en substance, la Fédération de Russie a pris des mesures qui peuvent être qualifiées de ..... choisissez vous-même la définition.

    ... le montant sera transféré à la raffinerie de pétrole de Mozyr - en tant qu'entreprise la plus touchée de l'industrie pétrolière biélorusse ...

    Probablement, d'autres victimes l'obtiendront également. En passant, comme je l'ai déjà noté, Rosneft détient 21% des actions de la raffinerie de pétrole Mozyr. Sur la base de la structure des actionnaires de Rosneft, la rémunération de la raffinerie Mozyr sera répartie comme suit (approximativement):

    2% - Fédération de Russie,
    8% - aux actionnaires étrangers,
    10% - aux actionnaires «russes»,
    80% - à la République du Bélarus.
  5. Le concierge Офлайн Le concierge
    Le concierge (Leonid) 26 Février 2020 20: 37
    0
    Une sorte de «vie paradisiaque» (pour la Biélorussie) devait se poursuivre au moins jusqu'en 2024.

    Selon Loukachenko, les prix, y compris la prime, proposés par les fournisseurs «russes», sont supérieurs aux prix de la Pologne et de la Hongrie!
    La Russie est arrivée à la deuxième place pour l'approvisionnement en pétrole du marché américain.
    Je suppose que les prix à la sortie de la canalisation, avant transbordement vers les pétroliers, sont inférieurs à ceux proposés au Bélarus, car sinon, pourquoi les États-Unis achèteraient-ils du pétrole à la Fédération de Russie? Le Canada et le Mexique sont à proximité et loin de la Russie. Et vous dites - "la vie céleste".
    Pour la Biélorussie, le problème est que même le Kazakhstan, l'Azerbaïdjan ou le pétrole provenant de fournisseurs russes indépendants (ils doivent être livrés par des pétroliers) ne peuvent pas être achetés, car le tuyau traverse le territoire de la Fédération de Russie et est contrôlé par des monopoles qui ne permettent pas aux concurrents, même russes, de passer. Rien de personnel, juste des affaires.
    Probablement, la «torsion des mains» de la Biélorussie par rapport aux «russes» (40% des actions de Rosneft appartiennent à des actionnaires étrangers, 7 sur 11 membres du conseil d'administration de Rosneft sont des étrangers) - pour forcer les actifs restants à être vendus et ensuite… une autre «manœuvre» et encore la Biélorussie est laissé sans rien.
    Il est probablement particulièrement douloureux pour les Bélarussiens de voir comment les frères se transforment en «partenaires».