Recherche: les véhicules électriques sont en effet moins nocifs pour l'environnement


La BBC rapporte une nouvelle étude réalisée par des scientifiques britanniques et néerlandais comparant les émissions totales des véhicules équipés de moteurs à combustion interne et de ceux équipés de moteurs électriques. Le «mythe» sur les dommages importants des véhicules électriques a été réfuté dans la plupart des pays.


On craint que la prolifération des véhicules électriques n'affecte la production d'électricité et que les centrales électriques émettent davantage de substances nocives dans l'atmosphère. Pour cette raison, les véhicules électriques peuvent être plus dangereux pour l'environnement que les véhicules ICE.

Les universités d'Exeter, de Cambridge (Royaume-Uni) et de Nimègue (Pays-Bas) ont mené une étude conjointe et déterminé le préjudice réel en termes de chaque véhicule électrique. Il s'est avéré que dans 95% des pays étudiés du monde, un tel transport est moins nocif pour la nature. Les exceptions sont certains États ayant une situation particulière dans le secteur de l'énergie.

L'étude a estimé les émissions liées à la production, à l'exploitation et à l'élimination d'un véhicule. Ensuite, les performances ont été comparées pour des voitures de différents modèles avec différents types de moteurs. L'étude était technique dans près de 60 pays.

Les meilleurs résultats en matière de sécurité environnementale ont été présentés par la Suède et la France. Dans ces pays, la majeure partie de l'énergie est produite à partir de sources renouvelables et de centrales nucléaires. En conséquence, les émissions totales du cycle de vie d'un véhicule électrique sont 70% inférieures à celles d'une voiture à moteur à essence. Au Royaume-Uni, avec une structure de génération différente, ce chiffre est de 30%.

La Pologne se démarque dans le contexte des pays européens. La plupart de ses centrales électriques fonctionnent au charbon, ce qui entraîne des émissions élevées de substances nocives. Pour cette raison, un ICE «sale» est plus sûr qu'un moteur électrique «propre».

Des tendances positives ont été notées dans 53 pays étudiés. Les véhicules électriques ont prouvé leurs qualités positives dans toute l'Europe, aux États-Unis et en Chine.

Les scientifiques ont également examiné un certain nombre de scénarios pour le développement ultérieur d'événements et de changements dans la situation environnementale, en fonction de l'état du parc automobile mondial. Même dans les scénarios négatifs, il y a eu une faible mais réduction des émissions nocives.

Des chercheurs des deux pays ont calculé que d'ici 2050, la part des véhicules électriques dans le parc automobile mondial atteindra 50%. De ce fait, les émissions mondiales totales de dioxyde de carbone pourront réduire de 1,5 milliard de tonnes par an. A titre de comparaison, pour le moment, seule la Russie produit autant de CO2, sans compter les autres pays.

Les auteurs de l'étude pensent que des résultats similaires peuvent être obtenus plus tôt. À cette fin, les pays doivent prendre des engagements plus stricts pour moderniser le secteur automobile. Par exemple, le Royaume-Uni a déjà décidé de passer complètement à des voitures à «zéro émission» d'ici 2035.

La BBC note que les pays seront confrontés à de nouveaux défis et difficultés à l'avenir. Le premier sera la difficulté générale de moderniser le parc automobile avec le rejet du moteur à combustion interne. Le second est une charge accrue sur le secteur de l'énergie. Troisièmement, le problème de l'usure des pneus, des lubrifiants et d'autres facteurs sans rapport avec le type de moteur demeurera.

Curieusement, la nouvelle étude anglo-néerlandaise ne concerne pas que les voitures. Les thermopompes électriques domestiques utilisées pour le chauffage ont été évaluées à l'aide d'une méthodologie similaire. Dans 95% des pays où des recherches ont été menées, cette technique a montré des avantages par rapport aux autres systèmes de chauffage basés sur des sources d'énergie fossile.

Cependant, la lutte pour l'environnement ne se résumera pas à la transition vers les véhicules électriques. La BBC cite le professeur Greg Marsden du Transport Research Institute, Université de Leeds:

Le passage aux véhicules électriques est nécessaire mais pas suffisant. Il est nécessaire de réduire la demande de déplacements de 20% et de réduire le nombre de voitures. Nous avons besoin de changements sociaux spectaculaires. Ce n'est pas un problème climatique, mais une catastrophe climatique.
  • Photos utilisées: https://flickr.com/
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Ivan Ivanov_18 Офлайн Ivan Ivanov_18
    Ivan Ivanov_18 (Au troll troll) 25 March 2020 16: 15
    +1
    Mais qu'en est-il?

    Le mythe de la durabilité des véhicules électriques démystifié

    https://zen.yandex.ru/media/suv/mif-ob-ekologichnosti-elektromobilei-razvenchan-5ce3c19d12af1f00b343b3b4

    Ou est-ce que nous comptons ici, nous ne comptons pas ici, le poisson était-il emballé ici?
    1. 123 Офлайн 123
      123 (123) 25 March 2020 17: 39
      +1
      Il est logique d'utiliser des véhicules électriques uniquement si l'électricité n'est pas produite par la combustion d'hydrocarbures. Les centrales nucléaires, les centrales hydroélectriques et toutes ces sources renouvelables sont une goutte dans l'océan.
      1. Ivan Ivanov_18 Офлайн Ivan Ivanov_18
        Ivan Ivanov_18 (Au troll troll) 25 March 2020 17: 51
        +2
        Il y a une guerre contre les centrales nucléaires en Europe.