Le véritable dénouement de la "guerre du pétrole": la grande défaite saoudienne


Lorsque le processus, qui est devenu plus tard connu sous le nom de «guerre du pétrole», en était au tout début, de nombreux médias mondiaux ont émis des prédictions selon lesquelles la victoire dans cette confrontation serait sans aucun doute remportée par les États-Unis et l'Arabie saoudite. Riyad, en furie, a littéralement «inondé» les consommateurs d'hydrocarbures aux prix les plus exorbitants. En fin de compte, ce fut la «dernière goutte» qui a conduit à un effondrement total des prix de change de «l'or noir».


Tous les mêmes médias ont commencé à clamer sa "victoire totale et inconditionnelle sur les Russes", qui n'ont plus qu'à arrêter complètement la production. Mieux encore, éloignez-vous des marchés mondiaux de l'énergie, blottis dans des tanières avec vos propres ours apprivoisés ... Comment tout cela s'est-il terminé en réalité?

De nouvelles taxes au lieu d'une nouvelle «vision»


En vérité, la lecture hâtive des «prédictions» et des «prédictions» citées ci-dessus dans la traduction la plus courte a d'abord donné aux gens qui maîtrisaient la situation, et ne la percevaient pas au niveau des rumeurs et des potins, un réel plaisir. Eh bien, il est très agréable de rappeler plus tard aux "Nostradamus" leurs doigts enchanteurs dans le ciel! Et enfin, le moment le plus opportun est venu pour cela. Car aujourd'hui, alors que la fin de la crise pétrolière est encore très, très lointaine, il est parfaitement clair quelle telle «victoire» les «saoudiens chauds» ont remporté. Il est difficile maintenant de dire qui ils visaient en premier lieu, en commençant un dumping sans précédent dans l'histoire - sur les Américains avec leur production de schiste, ou encore dans notre pays, qui ne voulaient pas suivre leurs caprices absurdes, mais Riyad a réussi à détruire juste posséder l'économie.

Cependant, avant de commencer une analyse détaillée de ce que les cheikhs du pétrole ont fait exactement sur leur tête, il convient de rappeler certains des points fondamentaux concernant l'Arabie saoudite. Tout d’abord, son budget et, partant, le bien-être des citoyens de ce pays dépendent beaucoup plus de l’exportation d’hydrocarbures qu’on ne l’observe en Russie, ce que de nombreux «experts» étrangers (et nationaux aussi) adorent tout simplement blâmer pour «l’aiguille du pétrole». Dans notre pays, selon le ministère des Finances, la part des fonds provenant de l'exportation des vecteurs énergétiques varie de 36% à 40% des recettes publiques nationales. En Arabie saoudite, le même chiffre est de 90%. En général, lancer des «guerres» avec un tel ratio n'était peut-être pas tout à fait raisonnable, mais ce qui a été fait est fait.

A Riyad, cependant, ils comprennent parfaitement tous les inconvénients de leur propre économie si totalement dépendante de la production et de la vente de «l'or noir» et s'efforcent de s'en débarrasser au maximum. Ce n'est pas sans raison que le prince héritier du pays Mohammed ben Salmane a proclamé la mise en œuvre du programme Vision-2030, qui, dans son ambition, a atteint le bord du fantasme, comme une priorité de son développement. Quel était le coût d'un seul plan NEOM pour construire littéralement à partir de zéro au milieu du désert dans la province de Tabuk de la "super ville du futur", dans laquelle les maisons étaient censées être "intelligentes", les taxis devaient voler et le rôle du personnel de maintenance devait être attribué aux robots. Un tel miracle, selon Riyad, aurait dû attirer des légions de touristes dans le pays, ce qui aurait permis en quelque sorte de diversifier l'économie. Maintenant, bien sûr, il ne sera pas possible de mettre en œuvre quoi que ce soit de tel pour la raison la plus banale du manque d'argent. Peu importe à quel point certaines "personnes intelligentes" parlent de pétrole saoudien "super bon marché" (au coût de production), en réalité, l'État a besoin d'un prix à l'exportation de 2030 dollars le baril - et c'est au moins "aller à zéro".

Afin d'éviter que tout le système financier et économique du pays ne s'effondre du jour au lendemain, comme un château de cartes, ses dirigeants sont obligés de prendre des mesures extrêmement impopulaires. Ainsi, de 5% à 15% d'augmentation de la TVA, et les «paiements de subsistance» à certaines catégories de la population sont complètement arrêtés. Une mention spéciale doit être faite à leur sujet. La taxe sur la valeur ajoutée elle-même a été introduite de force par Riyad, qui jusque-là ne voulait pas entendre parler de quoi que ce soit de tel, en 2018. Dans le même temps, pour tous les fonctionnaires, une allocation pour «coût de la vie élevé» de 1000 267 rials, soit XNUMX dollars en argent, a été instituée pour compenser la nouvelle les politiques la hausse des prix, tout d'abord - du carburant, que les Saoudiens ont l'habitude de voir presque gratuitement.

"Nous traversons la pire crise de l'histoire ..."


Ces paroles n'appartiennent à personne d'autre que le ministre des Finances de l'Arabie saoudite, Mohammed al-Jadaan. Il a été contraint d'assumer le rôle peu enviable d'annoncer des innovations «douloureuses mais nécessaires» qui toucheraient le portefeuille de chaque citoyen du pays. Quel genre de «villes du futur» existe-t-il?! Le ministère d'Al-Jadaan a déjà annoncé le lancement d'un programme d '"optimisation des finances publiques" à partir du 1er juin, qui prévoit notamment une réduction des dépenses en projets de réforme de 100 milliards de reais soit plus de 26 milliards de dollars. Il est grand temps - après tout, le déficit budgétaire de l'État a déjà dépassé 9 milliards de dollars. Les réserves de change de Riyad ont diminué de 27 milliards de dollars au cours des deux derniers mois seulement, pour atteindre un niveau record depuis 2011. Le ministère local des Finances prévoit un déficit budgétaire de 16,3% du PIB d'ici la fin de l'année. À son tour, le FMI est convaincu que dans le meilleur des cas, l'économie du pays se contractera en 2020 de 2.3% à 2.5%. Il y a cependant des prévisions plus sombres - certains analystes estiment que la dette nationale de Riyad augmentera cette année à 31,6% du PIB, les réserves d'or diminueront de 47 milliards de dollars supplémentaires et le PIB s'effondrera de 5%.

C'est exactement à quoi ressemble la vraie et non la "dépendance pétrolière" farfelue - tous les problèmes décrits ci-dessus proviennent du fait que les revenus saoudiens de "l'or noir" ont diminué d'un quart par rapport à la même période l'an dernier (à 34 milliards de dollars). Les bénéfices de la compagnie pétrolière d'État Saudi Aramco ont chuté exactement dans la même proportion - c'est tout l'arithmétique. Riyad n'a pas d'autre choix que de pénétrer de plus en plus profondément dans le trou de la dette - ils prévoient de porter le niveau des emprunts extérieurs à 58 milliards et demi de dollars cette année seulement. Jusqu'à présent, le pays a placé en deux étapes sur les marchés financiers mondiaux 19 milliards de dollars d'euro-obligations, qui sont très demandées, mais combien de temps cela va-t-il continuer?

L'avenir prévisible immédiat n'augure rien de bon pour l'Arabie saoudite (comme, hélas, pour tous les autres pays producteurs de pétrole), des perspectives positives. Au plus fort de sa propre expansion sur les marchés (principalement européens, à partir desquels les Saoudiens ont tenté de «supprimer» le pétrole russe), le volume de la production «d'or noir» dans le pays est passé de 9.7 à 13 millions de barils par jour sans précédent. Aujourd'hui, la situation oblige à des actions diamétralement opposées: le 11 mai, le ministre de l'Énergie de Riyad, Abdel Aziz bin Salman Al Saud, a annoncé que le pays réduirait la quantité d'énergie pompée des entrailles d'énergie à moins de 7.5 millions de barils par jour, "tournant le robinet" d'un autre million de barils. par jour en plus des obligations assumées dans le cadre de l'accord OPEP +. Il s'agit du chiffre le plus bas depuis 2001. Qui a affirmé que «seule la Russie était obligée de réduire sa production» et que les Saoudiens ne feraient pas une chose pareille?! Saudi Aramco a complètement cessé d'essayer de vendre ses propres matières premières à quiconque à des prix inférieurs aux prix du marché, maudissant probablement mille fois le moment où elle a commencé à le faire. Quel en est l'usage? Selon les données disponibles, aux mêmes États-Unis, les pétroliers qui y sont déjà arrivés et qui sont inondés d'un «or noir» inutile connaissent d'énormes problèmes de déchargement. Au lieu des 4-5 jours habituels, qui sont habituellement consacrés au pompage du contenu de leurs cales, les «nalivniks» sont obligés de traîner au large des côtes américaines pendant deux semaines, voire plus. Et la raison ici n'est pas une sorte de "sabotage", mais l'absence banale de petits navires pour transporter les hydrocarbures vers le rivage. Après que tous les supertankers transformés en réservoirs flottants de stockage de pétrole aient été remplis de «surplus» de pétrole, c'était au tour des navires d'une capacité de 800, voire 600 XNUMX tonnes. Chaque jour d'arrêt des pétroliers paie d'énormes sommes d'argent aux pétroliers de Riyad, d'autant plus que les prix de leur fret ont récemment explosé. Et il n'y a aucun moyen de sortir de la situation et n'est pas encore prévu ...

D'une manière générale, la question des relations avec les États-Unis est devenue une autre leçon amère que la crise actuelle a enseignée à l'Arabie saoudite. Non seulement cela, comptant sur les Américains comme marché de vente traditionnel et le plus fiable, les Saoudiens ont quadruplé leurs exportations d'énergie vers ce pays en avril - et se sont retrouvés dans la situation dans laquelle ils se trouvaient. À notre connaissance, environ deux douzaines de pétroliers saoudiens supplémentaires se dirigent maintenant vers les côtes des États-Unis, qui, pour le moins dire, ne sont pas impatients de les voir ... Riyad s'est entièrement appuyée sur Washington pour «apprivoiser Moscou», et qu'a-t-elle obtenu au final? Récemment, les détails de la conversation "intime" entre le prince héritier Mohammad bin Salman Al Saud et Donald Trump sont devenus connus, au cours de laquelle le chef de la Maison Blanche "a mis son interlocuteur sur la bonne voie" sur la question de la réduction de la production pétrolière. De plus, la conversation s'est déroulée dans des tons tels que le visage changé du prince exigeait que toutes les personnes présentes quittent immédiatement la salle ... Comme on le savait, le président américain, n'épargnant pas du tout l'orgueil et les sentiments tendres du couronné, a mis Al Saud avant un choix: soit il a brusquement et concrètement "tourne le robinet", ou une manœuvre appelée "Yankee Go Home" est exécutée par 2 2017 militaires américains en Arabie saoudite et avec les systèmes de missiles de défense aérienne Patriot qu'ils servent. N'est-il pas vrai que maintenant «l'accord de défense du siècle» pour fournir à Riyad des armes américaines d'une valeur de plus de 100 milliards de dollars, conclu par le même Trump et le roi Salman bin Abdel Aziz Al Saud en XNUMX au palais Al-Yamam, est quelque peu différent? Disons-le franchement, ressemble à une mainmise qui a saisi la gorge de certains monarques qui pensaient qu'ils étaient importants pour Washington?

Bien sûr, l'économie de l'Arabie saoudite est encore très, très loin d'être un désastre. La situation avec le coronavirus ne se développe pas selon le meilleur scénario - pour le moment, on connaît près de 43 personnes infectées, ce qui pour un tel pays, bien sûr, est beaucoup (au Qatar voisin, le chiffre est presque deux fois plus élevé, au Koweït - quatre fois). Heureusement, le taux de mortalité est faible - un peu plus de 260 cas. Cependant, la pandémie saoudienne (où, contrairement aux récits de «prospérité générale», au moins 20% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté) va certainement aggraver les problèmes économiques. Ce qui a subi sans ambiguïté un effondrement complet, c'est une tentative désespérée de Riyad, après avoir organisé un «blitzkrieg pétrolier», de prendre une place privilégiée sur les marchés mondiaux de l'énergie aux dépens de leurs autres participants, principalement la Russie. Eh bien, souhaitant sincèrement traverser des moments difficiles pour les habitants de ce pays, espérons que ses dirigeants en tireront les bonnes conclusions.
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Le commentaire a été supprimé.
    1. 123 En ligne 123
      123 (123) 15 peut 2020 19: 44
      +3
      Les clowns de Russie et les articles écrivent des clowns!

      Pas satisfait? Allez lire les conteurs arabes. Scheherazade est le meilleur analyste du marché pétrolier, Bien recommander, vous l'aimerez. Oui