Organisation du Pacte de Varsovie - une erreur militaro-stratégique de l'URSS?


Il y a 65 ans, lors de la Conférence des États européens sur la sécurité et la paix en Europe, qui s'est tenue dans la capitale polonaise, le Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle a été signé, qui est entré dans l'histoire exactement au lieu de sa conclusion. Cependant, malgré son nom et les principes qui y sont énoncés, la définition du "Pacte de Varsovie" est devenue un symbole non pas d'initiatives pacifiques, mais le nom du seul bloc militaro-politique de pays socialistes de l'histoire.


Les forces armées unies de cette alliance n'ont jamais participé à une véritable guerre, mais son sort est néanmoins tragique. Et c'est très instructif pour la Russie, qui est le successeur légal de l'URSS.

Notre réponse de l'OTAN


Avant d'entamer une conversation franche sur l'Organisation du Pacte de Varsovie, il est impératif d'identifier quelques accents extrêmement importants. L'actuelle Union des Républiques socialistes soviétiques a pris fin le 5 mars 1953, lorsque son créateur et seul vrai chef est mort (mort, a-t-il été tué?) - Joseph Vissarionovich Staline. Tout ce qui s'est passé ensuite n'était qu'un mouvement sur le chemin de la destruction plus ou moins rapide de tout ce que le grand généralissime avait érigé. Dans certaines régions, ce mouvement inexorable s'est accéléré, quelque part il a ralenti, parfois des tentatives ont été faites pour l'arrêter ou même le faire reculer ... Cependant, tout s'est terminé de la même manière - le crash de 1991. Et il ne pouvait en être autrement, hélas, puisque les dirigeants de l'URSS, «ayant démystifié le culte de la personnalité», et de fait, renonçant aux idées et au cours de Staline, ont commis une erreur après l'autre. La création et le fonctionnement du Département des affaires intérieures n’ont été, aussi amères qu’il soit à admettre, qu’une de ces erreurs. Oui, les premiers pas qui ont conduit à l'émergence de ce bloc militaro-politique ont été faits sous le règne de Joseph Vissarionovich. Le discours de Churchill Fulton, le début de la guerre froide, l'émergence de la structure qui s'est transformée plus tard en Organisation du Traité de l'Atlantique Nord et sa "maturation", le blocus de Berlin-Ouest - tout cela s'est produit de son vivant. Et aussi - l'intervention américaine en Corée, la franco-américaine - au Vietnam et quelques autres tentatives de redistribution mondiale derrière le dos de l'URSS. Staline a-t-il répondu à cela? Et comment! Mais il l'a fait à sa manière habituelle, et à personne, hélas, plus des dirigeants soviétiques.

La croyance en la décence et la sincérité des récents «alliés» forcés de la Seconde Guerre mondiale et dans les intentions des États-Unis et de la Grande-Bretagne de respecter les accords conclus à Téhéran, Yalta, Potsdam, a commencé à disparaître du Suprême, il ne fait aucun doute, en 1945. En 1949, il n'en restait aucune trace, et en plus, il y avait des dirigeants complètement différents à Washington et à Londres, et Staline a vu jusqu'au bout leurs intentions pourries envers l'URSS. Eh bien, ce n'était pas la première fois qu'il était comme ça - on pourrait penser qu'en 1939, lors de la signature du pacte de non-agression avec l'Allemagne hitlérienne, il a admis une seconde qu'il n'y aurait pas de guerre avec elle! L'URSS stalinienne a répondu aux «intrigues agressives» comme elle était censée le faire - des «faucons» à étoiles rouges ont été envoyés en Corée sans aucun accord et les Américains présomptueux ont reçu un tel «premier numéro» qu'ils sont restés tranquillement assis pendant dix ans et n'ont pas pensé à de nouvelles aventures militaires en Corée. Indochine ou ailleurs. Dans ce qui était alors le Vietnam, l'aide des camarades chinois était plus que suffisante pour expulser les Français financés par Washington du pays. Il ne serait jamais venu à l'esprit de Staline de conclure unepolitique alliances avec les pays socialistes créées par sa volonté et sa force en Europe de l'Est! Premièrement, il connaissait très bien leur valeur - à la fois en tant qu '"alliés" et en tant que guerriers potentiels (à l'exception des Allemands). Deuxièmement, apparemment, au début des années 50, il n'allait pas du tout arranger des «équilibres» et des «parités» avec l'Occident et l'OTAN ... Il allait les vaincre, mettre fin une fois pour toutes à toutes les guerres - «Froid» et «chaud». Et en tant qu'assistant principal dans cette affaire, je ne voyais pas les Bulgares ou les Roumains complètement inutiles dans une telle situation, mais les Chinois, qui à cette époque brûlaient envers l'Union soviétique et personnellement envers le camarade Staline avec une gratitude et un amour sans bornes. En même temps, ceux qui se précipitaient au combat pour qu'il fallait parfois les maîtriser.

Aveuglé de ce qui était


Cependant, Staline est parti pour un autre monde, et l'insignifiant et infiniment borné Khrouchtchev, qui a pris le pouvoir en URSS à la suite d'un coup d'État, a ruiné les relations avec la Chine, presque instantanément et étroitement. De plus, cet idiot (excusez-moi, mais je n'ai pas d'autres mots pour Bald et je ne veux pas) a commencé à briser l'armée soviétique, grognant depuis la tribune de l'ONU sur le «désarmement général» et la dissolution de toutes les forces armées du monde. L'OTAN a alors créé un commandement conjoint, des armes standardisées et unifiées, effectué les manoeuvres les unes après les autres et créé des bases militaires. En 1952, outre les États-Unis, la Grande-Bretagne a également acquis une bombe atomique, la France aspirait rapidement au statut nucléaire. L'affaire commença à tourner en très mauvais côté ... En 1954, le bloc de l'Atlantique Nord ouvrit avec hospitalité ses portes à la République fédérale d'Allemagne, mettant fin à sa «démilitarisation» déclarée en 1945. La perspective d'une renaissance de la puissance militaire allemande se profilait devant l'URSS, et cette fois avec de tels alliés dont ce pays ne pouvait même pas rêver auparavant. Si quelqu'un pense qu'à cette époque, en République fédérale d'Allemagne, il n'y avait pas de peuple, non seulement avec un passé nazi, mais aussi avec une vision du monde correspondante, désireux de se venger et de se venger, en République fédérale d'Allemagne à cette époque, avec un pouvoir à différents niveaux, alors ils se trompent profondément. Je vous conseille d'étudier attentivement les sources sérieuses sur ce sujet - vous y trouverez beaucoup de choses intéressantes. Cependant, le principal danger reste les Etats-Unis, après la Seconde Guerre mondiale, ils se sont arbitrairement approprié le statut à la fois d '«hégémon mondial» et de «gendarme mondial». Aux frontières occidentales du «camp socialiste» pendait le bloc de l'OTAN de plus en plus agressif et dangereux, et à l'Est, grâce à la folie de Khrouchtchev, la Chine, qui était passée d'un ami fidèle à un ennemi féroce ...

La création de l'Organisation du Pacte de Varsovie dans cette situation n'était pas seulement une mesure forcée, mais simplement une mesure d'urgence. L '«Occident collectif», qui était insolent et ne cachait pas particulièrement ses projets de destruction de l'Union soviétique, devait s'opposer d'urgence au moins à quelque chose. Faire penser que dans une confrontation hypothétiquement possible, dans la troisième guerre mondiale, dont de plus en plus de plans étaient cuits comme des petits pains chauds presque chaque année au Pentagone, la victoire reviendra aux «damnés impérialistes» à un prix trop élevé. La seule véritable force militaire du «camp socialiste» était (et le resta jusqu'en 1991) exclusivement l'Union soviétique. C'était lui qui possédait des armes nucléaires, d'énormes forces armées, l'armée la plus avancée les technologies et un complexe militaro-industriel développé. La République démocratique allemande, la Pologne, la Bulgarie, la Hongrie, la Tchécoslovaquie et la Roumanie, qui ont rejoint le département des affaires intérieures en 1955, ont joué, soyons francs, dans cette organisation, plutôt, le rôle de "figurants". Ah, oui - il y avait aussi l'Albanie, discrètement emportée par la police en 1968, hors de danger. Mieux encore, cette thèse met l'accent sur le fait que les cinq commandants en chef des forces armées conjointes des pays du Pacte de Varsovie et les six chefs d'état-major de ces forces étaient des chefs militaires de l'URSS - des maréchaux aux généraux de l'armée. Même si c'était assez intelligent même de formellement des "alliés" pour ne pas faire confiance à de telles positions ... Mais, d'un autre côté, que diable, dites-moi, vous avez besoin de tels "alliés" auxquels on ne peut faire confiance en rien ?! Cependant, un déséquilibre similaire a été observé dans cette étrange alliance militaire, non seulement en termes de personnel de commandement, mais aussi dans d'autres questions non moins fondamentales.

Alliés ou parasites?


Les principaux documents concernant la doctrine militaire de la direction des affaires intérieures, ses plans défensifs et offensifs, pour la plupart, restent classifiés à ce jour. Cependant, à partir des données disponibles et des informations, quoique assez rares, qui se sont révélées être des sources ouvertes, on peut tirer des conclusions sans ambiguïté - toutes les armées de l'Organisation, à l'exception de celle soviétique, dans un hypothétique conflit militaire avec l'Occident se sont vu attribuer des rôles purement secondaires. Couverture, assistance, au mieux - rétention des centres de communication et de transport stratégiques. Jusqu'à ce que les Russes arrivent ... Des «guerriers» comme les Bulgares, apparemment, étaient généralement attribués à s'asseoir tranquillement, étreignant Kalachnikov et ne se confondent pas. Selon certains rapports, l'armée populaire tchèque s'est vu confier la tâche d'une offensive à grande échelle en Allemagne de l'Ouest et presque d'une percée en France, mais c'est très difficile à croire. Ces guerriers encore ... Quelque chose de plus ou moins digne d'attention était les armées de la RDA et de la Roumanie. En général, les forces armées conjointes des pays du Pacte de Varsovie comptaient dans les années 80 plus de 7 millions et demi de personnes. Mais à partir de 1985, 5.3 millions de «baïonnettes» ont été données par l'armée soviétique. Le ratio global des forces OTAN-ATS pourrait bien s'appeler approximativement parité - et ceci malgré le fait que le premier bloc comprenait 15 États, et le second - seulement 7. Oui, l'Alliance de l'Atlantique Nord pourrait opposer plus de divisions contre nous en Europe (en plus , ils étaient plus nombreux en termes d'effectifs), mais ils n'avaient pas à concurrencer l'OVD en chars. D'un autre côté, les troupes occidentales avaient un certain avantage dans les armes antichar et l'aviation de combat. Eh bien, en ce qui concerne les armes atomiques, tout le fardeau de la "dissuasion nucléaire" incombe exclusivement à l'URSS.

Un sujet spécial est celui des armes des pays membres de l'ATS. Les mêmes chars (exclusivement sous licence soviétique) ont été produits en Pologne et en Tchécoslovaquie. Le reste des pays était approvisionné par l'URSS. Avec les armes légères, la situation était un peu meilleure - ici, presque tous les pays «rivalisaient» avec leur propre version de la kalachnikov. Cependant, en ce qui concerne l'aviation de combat, elle était exclusivement de production soviétique. À propos, certains chercheurs sont enclins à croire que l'une des grandes erreurs de l'URSS a été de ne pas utiliser, par exemple, le potentiel colossal des usines militaires tchèques et des bureaux de conception dans ce domaine. Pour une raison incompréhensible, Moscou a préféré fournir à ses alliés ses propres armes, plutôt que d'imposer une part significative des dépenses militaires sur leurs budgets - comme c'était la pratique originale à l'OTAN. Les «Frères d'armes» sont ainsi très vite devenus les «freeloaders militaires» les plus naturels, non seulement assis derrière le «bouclier nucléaire» de notre pays, mais utilisant aussi presque gratuitement tout l'énorme potentiel du complexe militaro-industriel de l'Union soviétique. Le fait que nombre d'entre eux, ayant été membres de l'OTAN depuis longtemps, l'utilisent encore avec succès à ce jour (bien qu'ils grondent) les énormes quantités d'armes et d'équipements militaires qui ont été «déversés» dans les États membres de l'ATS. et combien en vain). Et les scandales avec la vente de ces très «anciennes» armes soviétiques, qui émergent ensuite partout dans le monde dans les endroits les plus inattendus: des «points chauds» de l'Afrique aux arsenaux de l'Etat islamique, n'ont depuis longtemps choqué personne. C'est déjà fourni, donc fourni! En même temps, le détail le plus désagréable ici est qu'ils ont fourni quelque chose aux prix les plus «ridicules», procédant de «l'amitié des peuples» et du besoin de économie "Copains". Les énormes dettes de l'URSS envers les pays du même ATS, apparues en 1991, que la Russie a payées jusqu'en 2017, ont justement une telle origine.

Union sous le bâton?


Quel genre d '"alliés" ou d' "amis" ils étaient pour notre pays, combien ils lui étaient vraiment "reconnaissants" pour la libération de l'occupation nazie, est attesté par la vitesse de sprint avec laquelle, après tout le même 1991, tout le Pacte de Varsovie s'est déchiré en perte de pantalon sur le chemin de l'OTAN et moquerie des monuments aux soldats soviétiques de la même Pologne, de la République tchèque et d'autres anciens pays ATS. Ils n'ont jamais été nos «frères» - ni en esprit, ni en essence, ni en armes! Ici, d'ailleurs, il serait tout à fait approprié de rappeler que le premier des «alliés», les Hongrois, a dû «se ressaisir» littéralement un peu plus d'un an après la création de l'Organisation, à l'automne 1956. Là, la tempête est montée grâce, encore une fois, aux actions complètement idiotes de Khrouchtchev et de son équipe, mais ce n'est pas le but. Comme ils étaient des fidèles accrocheurs du Troisième Reich, venus avec des armes sur notre terre, ils sont restés dans leur âme. La seule "opération de combat" des Forces armées unies des pays ATS a été le "Danube" en 1968 - actions pour rétablir l'ordre en Tchécoslovaquie, qui avait commencé à tromper, pour laquelle nous sommes encore si offensés à Prague. La soi-disant «doctrine Brejnev» a encore plus piqué le cœur tendre des dirigeants du «camp socialiste». Leonid Ilitch, un homme qui a effectivement combattu, leur a dit avec une franchise de soldat que «les frontières des terres libérées pendant la Grande Guerre patriotique par le soldat soviétique sont nos frontières». Et l'Union soviétique n'entend en aucun cas les sacrifier, malgré toutes sortes de bêtises et de projets «démocratiques» qui apparaissent périodiquement dans la tête des «alliés». C'est cette position de l'URSS qui devrait être respectée sans faille - voyez-vous, le pays lui-même aurait survécu, et les «frères» maintenant ne chieraient pas sur les tombes de nos soldats.

De plus, au lieu d'un armement presque gratuit de toute cette compagnie de houblon, l'URSS aurait dû intensifier ses efforts dans les domaines où il y avait une réelle chance de «verser de la graisse sur la peau» aux Américains et à l'OTAN. L'OVD a dû prendre le même Cuba, le Vietnam. Mieux encore, faites la paix avec la Chine le plus tôt possible et créez une alliance militaire avec elle. Ensuite, dans l'alliance de l'Atlantique Nord, il y aurait certainement une «maladie de l'ours» à grande échelle. Hélas, nous devons admettre que le rôle de l’Organisation du Pacte de Varsovie était purement décoratif. Comment les pays qui y ont participé ont-ils fait leurs preuves pendant la crise des missiles cubains? Quelle a été leur contribution à affronter les agresseurs américains au Vietnam, dans la guerre que l'URSS menait en Afghanistan? A quoi bon armer jusqu'aux dents les Tchèques, les Polonais, les Hongrois, les Roumains et autres? "Détenir des positions en Europe"?! Donc, dans tous ces pays, si quelqu'un a oublié, nos contingents militaires étaient stationnés! Le Groupe des forces soviétiques en Allemagne, le Groupe de forces central en Tchécoslovaquie, le Groupe de forces du Nord en Pologne et le Groupe de forces du Sud en Hongrie. Les Roumains sournois en 1958 ont chassé notre Armée Mécanisée Séparée, craignant une répétition du sort des Hongrois, mais il fallait ne pas se retirer! Quel genre de groupe ils étaient, quels nombres et quelles armes ils avaient, chacun peut trouver par lui-même - l'information est accessible au public. Sur leur base, on peut essayer de comprendre quel "joli centime" l'URSS a coûté pour l'entretien de ces contingents à l'étranger - les "alliés" n'y ont pas été dépensés. Soit dit en passant, notre pays a par la suite organisé le retrait de ces troupes à ses propres frais, laissant toute l'infrastructure militaire que nous avions créée sur leur territoire aux pays ayant un pied dans l'OTAN.

Aujourd'hui, chaque membre de l'Organisation du Pacte de Varsovie est membre de l'OTAN. Cependant, avant de leur reprocher une trahison (qui a certainement eu lieu), il convient de reconnaître que le processus de trahison des idéaux de cette organisation a commencé en URSS même - à partir du moment où Gorbatchev et sa clique y sont arrivés au pouvoir. Le Pacte de Varsovie a été prolongé le 26 avril 1985 pour 20 ans supplémentaires. Cependant, déjà en 1988, le secrétaire général de Juda a annoncé à l'ONU son intention de réduire considérablement les forces armées soviétiques et de retirer leurs parties d'Europe de l'Est. C'était la fin ... Tout cela est amer et douloureux à retenir aujourd'hui, mais c'est nécessaire. La prise de conscience des erreurs critiques et des erreurs de calcul faites par l'URSS par rapport à l'Organisation du Pacte de Varsovie permettra à la Russie d'empêcher leur répétition lors de la création de ses propres alliances militaro-politiques à l'avenir.
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 16 peut 2020 11: 05
    0
    Ce n'est pas une erreur. Dans la situation actuelle, Khrouchtchev n'avait rien d'autre à faire.
    C'est une conséquence de ses crimes contre le pays.
  2. Valentin Офлайн Valentin
    Valentin (Valentin) 16 peut 2020 12: 10
    +2
    L'erreur stratégique la plus importante de l'URSS, ou plus simplement la trahison, c'est lorsque, sur ordre de Mikhail Gorbatchev, la deux millionième armée du GSVG et du groupe de forces occidentales s'est retirée d'Europe de l'Est, c'est alors que l'équilibre mondial des forces entre l'URSS et l'Occident, à la tête des USA, a commencé à s'effondrer. , avec l'effondrement de l'URSS, nous étouffons maintenant, incapables de les mâcher et encore ... Et les Yankees, immédiatement après le retrait de nos troupes, ont mis à la tête de ces pays leurs chiens apprivoisés, qui détestaient farouchement l'URSS, et c'est parti. - c'est parti - la saleté et la haine de là coulent maintenant comme une rivière. Mais je ne comprends tout simplement pas pourquoi nous continuons à gémir et à embrasser ceux qui, avec les troupes allemandes, ont amené leurs troupes sur notre territoire en juin 41 et tué et volé la population de notre pays, n’épargnant ni les petits ni les vieux? Pourquoi nous, un état fort et en croissance, curry favorablement et faon sur cette meute de nos féroces ennemis, pourquoi cédons-nous même devant les mêmes Baltes, et ne rendons pas toutes leurs provocations dans notre direction ????????? ...
    1. Le commentaire a été supprimé.
  3. anshe1764 Офлайн anshe1764
    anshe1764 (anshe1764) 16 peut 2020 15: 43
    +2
    Et qui est-ce? Tchèques? Ne sont-ils pas ceux qui ont créé une situation favorable à la liquidation des autorités soviétiques en mai-août 1918 pendant la guerre civile en Russie ??? Alors ces salauds ont aussi un monument ??? MARASMUS. De wikipedia -

    https://ru.wikipedia.org/wiki/
  4. anshe1764 Офлайн anshe1764
    anshe1764 (anshe1764) 16 peut 2020 15: 45
    0
    Citation: Valentine
    L'erreur stratégique la plus importante de l'URSS, ou plus simplement la trahison, c'est lorsque, sur ordre de Mikhail Gorbatchev, la deux millionième armée du GSVG et du groupe de forces occidentales s'est retirée d'Europe de l'Est, c'est alors que l'équilibre mondial des forces entre l'URSS et l'Occident, à la tête des USA, a commencé à s'effondrer. , avec l'effondrement de l'URSS, nous étouffons maintenant, incapables de les mâcher et encore ... Et les Yankees, immédiatement après le retrait de nos troupes, ont mis à la tête de ces pays leurs chiens apprivoisés, qui détestaient farouchement l'URSS, et c'est parti. - c'est parti - la saleté et la haine de là coulent maintenant comme une rivière. Mais je ne comprends tout simplement pas pourquoi nous continuons à gémir et à embrasser ceux qui, avec les troupes allemandes, ont amené leurs troupes sur notre territoire en juin 41 et tué et volé la population de notre pays, n’épargnant ni les petits ni les vieux? Pourquoi nous, un état fort et en croissance, curry favorablement et faon sur cette meute de nos féroces ennemis, pourquoi cédons-nous même devant les mêmes Baltes, et ne rendons pas toutes leurs provocations dans notre direction ????????? ...

    Tout va bien !!!
  5. Nikolay Malyugin Офлайн Nikolay Malyugin
    Nikolay Malyugin (Nikolay Malyugin) 16 peut 2020 16: 07
    +2
    Freeloaders? Gorbatchev et Eltsine le pensaient à peu près. Quand ils ont laissé un tas de matériel militaire en Europe. Maintenant, il est rentable pour quelqu'un d'attacher le nom de Staline. Pas en tant que défenseur de la classe ouvrière, mais en tant que dictateur. Maintenant, ils se demandent pourquoi l'URSS s'est effondrée. Oui, juste quelqu'un voulait une douce vie occidentale. Il y a une pierre rose et noire sur la tombe de Khrouchtchev, et il y avait des casernes solides où j'habitais. Et les gens vivaient dans des sous-sols. Les années 1955-1963 ont été marquées par la disparition complète de la caserne. Les décharges ont disparu sur les rives de la Volga. Les parcs ont repris vie. L'écologisation est venue dans les villes. S'il y avait maintenant de tels parterres de fleurs près de chaque maison, tout cela serait dans le bazar.
  6. xilia72 Офлайн xilia72
    xilia72 (xantos) 16 peut 2020 19: 40
    0
    L'URSS est elle-même une erreur. L'empire russe a eu l'opportunité de créer des alliances ou des traités solides, et seulement avec les pays orthodoxes fraternels. Parmi eux, la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce et la Serbie. Maintenant, bien sûr, le temps est perdu et ce n'est que grâce à de nombreuses tribulations que cela sera possible.
  7. Serge Tixiy Офлайн Serge Tixiy
    Serge Tixiy (Serge Tixiy) 22 peut 2020 15: 40
    +3
    Le premier pas vers l'effondrement de l'URSS a été fait par Khrouchtchev au 22e Congrès du PCUS. Avec son faux rapport, il a détruit le mouvement communiste dans le monde entier. En politique intérieure, ayant pris la nomenclature des partis hors de contrôle, il a allumé le chronomètre de l'effondrement du pays. Tout le reste, ses actions non professionnelles en économie et en politique, n'ont fait qu'accélérer ce processus ... Puis les amoureux d'une vie douce sont arrivés au pouvoir gratuitement, qui ont été personnifiés par Gorbatchev et compagnie. Seulement maintenant pour créer et diriger un État capitaliste "normal", comme ils le voulaient, ils manquaient ni de l'esprit ni des compétences ...
  8. Balgarin Офлайн Balgarin
    Balgarin (Българин) 27 peut 2020 14: 25
    -2
    Combien de bêtises dans cet article. Horreur! "Tous les parasites, tous les traîtres, nous seuls sommes de justes Russes!" Absurdité! Rares sont les Européens de l’Est qui voudraient s’allier à une Russie aussi ultra-chauvine, inventée par la propagande du Kremlin.