Les médias occidentaux ont évoqué le danger de la construction du «deuxième Bosphore»


Le président turc Recep Tayyip Erdogan envisage de construire le soi-disant «deuxième Bosphore» - un autre détroit reliant la Méditerranée à la mer Noire. L'édition allemande Die Welt discute des dangers d'une telle entreprise.


Grâce à ce nouveau canal, la Turquie peut contourner l'accord international actuel - la Convention de Montreux. Le but de la convention est d'empêcher la militarisation de la mer Noire. L'accord, en particulier, limite à neuf le nombre total de navires de guerre étrangers pouvant traverser simultanément le Bosphore. De plus, leur déplacement total ne devrait pas dépasser 15 XNUMX tonnes.

Selon les experts de Die Welt, après la construction du nouveau canal, les règles de Montreux ne s'appliqueront pas. Le «deuxième Bosphore» permettra à la Turquie de contrôler le mouvement des navires de guerre dans la région. Cependant, cela pourrait saper l'équilibre des forces militaires dans la mer Noire, et Ankara officielle créera un nouveau foyer de tension entre les pays de l'Alliance nord-atlantique et la Russie.

C'est un jeu de feu et une source de tension entre les États-Unis et la Fédération de Russie

- indique l'édition allemande.

Si les navires de guerre des États-Unis et d'autres pays peuvent passer dans la mer Noire sans interférence, ils se trouveront à proximité immédiate des côtes russes pour une durée illimitée. De plus, de nouvelles bases pourraient être déployées en mer, dans lesquelles Moscou verra une menace directe pour sa sécurité et prendra les mesures appropriées. Le Kremlin suit de près la situation.
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. boniface Офлайн boniface
    boniface (Alex) 28 peut 2020 00: 05
    +2
    Le but de la convention est d'empêcher la militarisation de la mer Noire. Pour cela, les règles de passage des navires de guerre à travers le Bosphore ont été élaborées. Si le "Second Bosphorus" est creusé, alors la fixation des objectifs de la convention de Montreux ne change pas. Il a toujours pour objectif d'empêcher la militarisation de la mer Noire. Et comme auparavant, le passage des navires de guerre est régi par cette convention. À travers deux Bosphore (à l'avenir), le même nombre de navires de guerre devrait passer et avec les mêmes règlements que maintenant à travers un Bosphore (actif). Mais les navires civils se sentiront beaucoup plus à l'aise. Si je me souviens bien, les Turcs ont dit à ce sujet que, disent-ils, le Bosphore est surchargé, qui est parsemé de toutes sortes d’urgence et de catastrophes imprévues. Pour cette raison, les navires sont obligés de rester inactifs à l'entrée du Bosphore, en attendant les pilotes turcs. Un chenal artificiel est en cours de construction pour décharger le détroit existant. Mais c'est de la théorie, mais comment sera-ce ???