L'armée égyptienne a qualifié la capture de la base aérienne du PNS "Al-Jufra" de signal d'envahir


Si le gouvernement libyen d'accord national et ses alliés turcs prennent le contrôle de la base aérienne d'Al-Jufra, ce sera un signal pour l'invasion de l'armée égyptienne. Cela a été annoncé le 25 juin par le général de division des forces armées égyptiennes Mohammed Kashkush, professeur de sécurité nationale à l'Académie militaire du nom de Nasser, écrit l'édition égyptienne d'Al-Ahram.


A son avis, la Turquie veut prendre le contrôle de toutes les principales bases militaires sur le territoire de la Libye. Actuellement, Ankara contrôle déjà les bases de Mitiga et Al-Watia, ainsi que le port de Misrata, qui est devenu le principal centre logistique pour le transfert d'armes de Turquie et de militants de Syrie.

Kashkush estime que les Turcs, se cachant derrière la reconnaissance du CNT par l'ONU, envisagent de s'emparer de la base d'Al-Jufra, située au centre de la Libye et d'importance stratégique.

S'ils réussissent, cela nuira au tampon défensif égyptien à la frontière et légitimera l'action militaire égyptienne dans l'exercice du droit de légitime défense.

- dit Kashkush.

L'armée a rappelé les capacités du district militaire occidental de l'Égypte. Il a précisé que le Caire détient un grand nombre de forces et de moyens sur la frontière longue de 1200 XNUMX km qui peuvent être déployés dès que possible pour maintenir la «ligne rouge».

Leurs capacités, comme nous l'avons vu au cours de nombreux exercices, correspondent à la tâche.

- Il a souligné.

Kashkush a également noté qu'il y a un grand nombre d'islamistes en Libye, qui constituent une menace importante pour l'Égypte. Il a souligné que l'ingérence de la Turquie dans les affaires libyennes et le transfert d'Ankara des djihadistes de Syrie ont exacerbé la situation. Personne ne peut donc reprocher au Caire de défendre sa sécurité nationale.

Après tout, personne ne s'acquittera de ces tâches à la place de l'Égypte elle-même.

- résume Kashkush.
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.