Les États-Unis mettent la Chine en garde contre les dangers des missiles russes 9M729


Washington n'a pas cessé d'essayer d'attirer Pékin dans un nouvel accord sur les missiles à moyenne et courte portée. Il n'est donc pas surprenant que les États-Unis aient mis la Chine en garde contre les dangers des missiles russes 9M729 (selon la classification SSC-8 de l'OTAN).


Le représentant spécial du président américain pour le contrôle des armements, Marshall Billingsley, a déclaré lors d'une conférence de presse en ligne que Pékin devrait définitivement participer aux prochains pourparlers de stabilité stratégique qui se tiendront à Vienne, en Autriche, en juillet-août 2020.

La Chine doit parler à la Russie, qui a détruit le Traité INF et déployé des bataillons de missiles à moyenne portée 9M729

- dit Billingsley.

Il a appelé l’attention sur le fait que ces missiles constituaient une menace sérieuse. Dans le même temps, il a précisé que le 9M729 ne peut pas atteindre le territoire américain, mais que Pékin doit simplement rejoindre les négociations menées par Moscou et Washington. Ensuite, les Chinois pourront poser aux Russes des questions intéressantes.

Où sont-ils déployés? Qui ciblent-ils?

Billingsley a expliqué.

Après cela, il a appelé la Chine à ne pas ignorer ce qui se passait et à devenir un participant aux "pourparlers de Vienne" afin d'obtenir des réponses de la Russie à ces questions et à d'autres.

A noter que les négociations entre la Russie et les États-Unis ont débuté le 22 juin 2020. De plus, Billingsley a déjà été vu dans des activités provocantes. Il a publié une photographie mise en scène issue de consultations bilatérales, qui présentait les drapeaux de trois États (Russie, États-Unis et Chine).

Nous vous rappelons que le 2 février 2019, Washington a annoncé son retrait du Traité INF bilatéral avec Moscou, conclu par les États-Unis et l'URSS en 1987. Les Américains ont accusé la Russie de violer les termes de l'accord, qui interdit les missiles d'une portée de 500 à 5500 km. Selon eux, la portée du missile 9M729 dépasse les 500 km. Dans le même temps, les États-Unis n'ont pas caché le fait qu'ils voulaient que la Chine adhère à cet accord. Après tout, l'arsenal de missiles chinois a commencé à perturber considérablement les Américains. Cependant, Pékin est resté indifférent. En conséquence, le 2 août 2019, le Traité INF a officiellement cessé d'exister.
  • Photos utilisées: Vadim Grishankin / multimedia.minoborona.rf / wikimedia.org
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Wanderer039 Офлайн Wanderer039
    Wanderer039 27 June 2020 19: 52
    +5
    Je suis sûr qu’ils ne sont pas stupides à Pékin et comprennent parfaitement que les missiles de moyenne portée russes visent les installations militaires de l’OTAN, et surtout les États-Unis, avec leurs systèmes de défense antimissile en Roumanie, à partir desquels des missiles de croisière Tomahawk peuvent être lancés vers la Fédération de Russie.
    1. peep Офлайн peep
      peep 28 June 2020 08: 22
      +2
      hi Les services de renseignement chinois (respectivement, la direction de la RPC et l'état-major chinois) sont bien conscients des véritables "plans", car ils fonctionnent partout dans le monde, et "des taupes (principalement de la huaqiao)" il en a beaucoup partout ... cligne de l'oeil
      En outre, «L'idéologie égoïste sans principes (de l'argent à tout prix!)» Dominante sous le capitalisme (dans l'actuelle Fédération de Russie néo-bourgeoise!) Promeut les activités réussies des services secrets de la Chine communiste en recrutant divers «espions» à tous les niveaux et en achetant des «agents d'influence» informés «dans les établissements locaux». "! nécessaire

      Washington est un autre "bon ami" de Pékin! Wassat
      1. impie Офлайн impie
        impie (UnhloyKnight) 28 June 2020 20: 58
        -1
        C'est pourquoi, en URSS, ils ont régulièrement attrapé des espions américains et de là, les déserteurs d'URSS ont régulièrement fui. Quel est l'incident avec le détournement du MiG-25. Oui, et avec la trahison des plus hauts rangs de l'intelligence.
        1. peep Офлайн peep
          peep 28 June 2020 21: 10
          +2
          Citation: unholyknight
          ... c'est en URSS qu'ils ont régulièrement attrapé des espions américains et des déserteurs d'URSS s'enfuyaient régulièrement. Quel est l'incident avec le détournement du MiG-25. Oui, et avec la trahison des plus hauts rangs de l'intelligence.

          hi Le contre-espionnage soviétique (ainsi que le renseignement Oui ) a très bien fonctionné, mais, bien sûr, il y avait quelques lacunes (vous ne nierez pas que ces traîtres et transfuges individuels étaient simplement du nombre de "chercheurs de soi" sans principes, de "sous-estimés" mercantiles talentueux et "travailleurs domestiques-étrangers", pour certains puis pour des raisons personnellement «offensées par le régime soviétique, leurs collègues ou leurs épouses» (comme le même Belenko et Zuev, après tout, vous ne considérez pas les bandits, les scumbag terroristes qui saisissent les avions de ligne et les otages comme des «déserteurs»?!) -exception de règle!) ! clin d'œil
  2. olpin51 Офлайн olpin51
    olpin51 (Oleg Pinegin) 28 June 2020 07: 58
    +2
    Pourquoi invitent-ils Pékin. Il est loin. Mais le reste de l'OTAN se tait. Personne n'est invité.
  3. Guerrier Офлайн Guerrier
    Guerrier 28 June 2020 19: 36
    +3
    Les États-Unis ont ruiné le Traité INF, et maintenant ils blâment la Russie. De plus, la Chine s'accroche à ce Traité, mais qu'en est-il de l'OTAN? Les États-Unis tentent à nouveau de tromper la Russie ... et la Chine aussi ...