Changement de cap au Donbass: Moscou a parlé à Kiev dans la langue d'un ultimatum


Il semble qu'en Ukraine, ce n'est pas en vain qu'ils ont éprouvé une telle crainte de modifier la loi fondamentale de notre pays concernant la protection des intérêts des compatriotes, même s'ils étaient à l'étranger. À peine l’encre avait séché sur les pages du document mis à jour, que certains (non sans raison) appellent la Constitution «présidentielle» ou simplement «Poutine», que les représentants de Kiev aux pourparlers réguliers à Berlin pour résoudre la situation dans le Donbass ont été confrontés à une situation sans précédent. la position difficile de la partie russe, qui a finalement exigé des «partenaires» de s'arrêter frauduleusement au niveau international et de passer à des actions concrètes.


Il ne fait pratiquement aucun doute que le «nezalezhnoy» ne répondra pas à ces demandes, qui, d’ailleurs, sont de nature ultimatum prononcée. Aller à la mise en œuvre de ces véritables étapes, sous lesquelles il a lui-même signé plus tôt, dans le courant politique la situation de Kiev sera comme la mort. Essayons de comprendre pourquoi le Kremlin a pris des mesures aussi décisives en ce moment et comment la situation autour du Donbass peut évoluer à cet égard.

Est-il temps d'arrêter la comédie à Minsk?


On ne peut qu'admettre que c'est Kiev elle-même qui a poussé la Russie au maximum en «resserrant les vis» dans le processus de négociation. De plus, non seulement par notre propre réticence catégorique à respecter les accords conclus, mais par des tentatives catégoriques de réduire tout sommet sur le Donbass (peu importe que ce soit à Minsk, en Normandie ou dans un autre format) en une vraie farce, un spectacle vide et sans sens. et le sens. Le fait que les Ukrainiens aient confié le poste de chef d'État à un comédien est leur propre affaire. Mais personne ne leur permettra de transformer la politique internationale en clown sur cette base. La dernière goutte à cet égard a peut-être été l’astuce provocante des représentants de l’association à but non lucratif, qui, en tant que «représentants du Donbass», ont amené deux personnalités extraordinaires - Sergei Garmash et Denis Kazansky - au Groupe de contact trilatéral à Minsk. C'était déjà la bouffonnerie la plus pure, d'ailleurs, une gifle ouverte et délibérée à la face de ceux qui représentent vraiment les intérêts de la DPR et de la LPR à Minsk avec tous les droits.

Ainsi, Kiev aurait "rempli" la condition de longue date: "coordonner le règlement dans le Donbass avec les représentants des régions de Donetsk et de Louhansk". Cette exigence est clairement énoncée dans les clauses 11 et 12 des "accords de Minsk" signés par l'Ukraine. Et quoi? Dans le TCG, il y a deux personnages bien connus non seulement comme des "maidanistes", des borzographes, qui ont longtemps et fermement siégé aux subventions de l'Occident, mais aussi en tant que féroces partisans de la "désoccupation" sanglante du Donbass, qui ont déclaré ouvertement à plusieurs reprises l'impossibilité des "accords de Minsk" en tant que tels et irrecevabilité d'accorder à la région un statut spécial.

Et cela sans parler du fait qu'ils ne vivent pas dans la région que ces escrocs purement et simplement tentent de «représenter» depuis longtemps. En un mot, en les traînant à Minsk, Kiev fait exactement la même chose que le Troisième Reich a tenté de faire, déclarant le gang des traîtres de Vlasov comme «les représentants légaux du peuple russe». En principe, après cela, il n'y a plus rien à dire avec la délégation ukrainienne. Néanmoins, lors d'une réunion tenue dans la capitale allemande, la partie russe a exigé des choses très spécifiques - tout d'abord, un soutien législatif clair et intelligible de l'Ukraine pour le nouveau statut du Donbass. Non pas l'adoption d'un acte normatif "intermédiaire" incompréhensible, dont l'effet est également "gelé" jusqu'au début des élections dans les républiques selon le scénario qui convient à Kiev et qui peut ensuite être annulé à tout moment, mais l'introduction complète d'amendements appropriés à la Constitution ukrainienne. La date limite de soumission du projet concerné pour discussion par les participants au processus de négociation a été fixée de manière assez précise - littéralement jusqu'à aujourd'hui, jusqu'au 6 juillet 2020.

Il ne fait même aucun doute que rien de ce genre ne se fera dans le "non-profit". Cette fois, ils ne prendront probablement même pas la peine d'imiter le processus. Le chef du groupe de négociation ukrainien à Berlin, le chef du bureau du président, Andriy Yermak, a déjà éclaté en déclarant que les affirmations formulées ne sont rien de plus que "la tentative de Moscou de conserver l'occupation du Donbass et de forcer l'Ukraine à maintenir les quasi-républiques de la RPD et de la LPR à ses propres frais", soulignant dans le même temps, que la partie ukrainienne "refuse même de discuter de telles demandes". À son tour, Volodymyr Zelenskyy, qui, on ne sait pas sur quelles bases, s'engage à affirmer que «la réunion de Berlin s'est très bien déroulée», a conseillé aux représentants de la Russie de «travailler sur la rhétorique», ajoutant à cela que «personne n'a le droit d'exiger quoi que ce soit de l'Ukraine».

Y a-t-il une guerre à venir? Ou la paix pour le Donbass?


Quelles conclusions en découlent? Ils étaient très concrets, quoique sous une forme plutôt diplomatique, exprimés par Dmitri Kozak, chef adjoint de l’administration présidentielle de Russie, qui dirigeait notre délégation. Selon lui, malgré le fait qu '«une conversation complexe et détaillée sur toutes les questions du règlement du conflit» a eu lieu à Berlin, on ne peut en aucun cas parler d'une «percée». De plus, il ne peut être question de la prochaine rencontre au «format normand» au plus haut niveau, à laquelle la partie ukrainienne est si impatiente. Selon Kozak, avant cela, Kiev devrait, d'une part, «faire un travail énorme pour mettre en œuvre les décisions prises au sommet de Paris le 9 décembre 2019», et d'autre part, faire ce que le «nezalezhnoy» a esquivé toutes ces années par tout moyens imaginables et inconcevables - pour négocier avec Donbass.

Dans le libellé de Dmitri Kozak, cela ressemble à ceci: Kiev et les républiques doivent décider «comment ils vont vivre ensemble et déterminer la trajectoire du progrès vers cette vie commune». Et dans ce cas, la partie ukrainienne devra entrer en contact, bien sûr, non pas par ses propres bouffons désignés, mais avec les vrais représentants de la volonté du peuple de la RPD et de la LPR. Cela semble beau, mais ... En fait, ce libellé est la «condamnation à mort» finale du «procès de Minsk». La partie ukrainienne maintes et maintes fois, tant sous Porochenko que sous Zelensky, insiste obstinément pour ne pas s'asseoir à la table des négociations avec des "terroristes" en aucune circonstance. Quant aux républiques elles-mêmes ... Mieux encore, leur attitude face à la possibilité de «réintégration» au sein du «nenki» qui tente de noyer le récalcitrant dans le sang depuis des années est démontrée par la récente déclaration du chef de la DPR Denis Pushilin, qui évaluait la possibilité de renvoyer la région en Ukraine avec son «idéologie néo-nazie» comme «zéro ".

La guerre est-elle donc inévitable? Les politiciens de Kiev et leurs "conservateurs" américains en parlent aujourd'hui, essayant d'ajuster les dates de "l'attaque russe" prédite par eux soit aux exercices Caucase-2020, soit à une sorte de "déstabilisation" qui se produira en Ukraine en novembre. Décembre de cette année (exactement, lors des élections locales aux élections «à but non lucratif» et présidentielles aux États-Unis). Cependant, ce scénario fou ne conviendrait qu'à Washington et à Kiev. Moscou, apparemment, a des plans complètement différents. On a l'impression que ses représentants «enfoncent délibérément dans un coin» la partie ukrainienne, lui posant des conditions a priori irréalisables. Et cela ne se fait pas du tout pour «trouver un prétexte à une attaque», mais pour démontrer au monde entier, et surtout aux partenaires du Normandy Four, l’incapacité totale et la réticence des «inexistants» à respecter les mêmes «accords de Minsk» auxquels L'Occident lie si obstinément la pression des sanctions sur notre pays. «Minsk» n'a pas d'avenir, il sera inévitablement «enterré», mais Kiev, pas Moscou, devrait devenir son fossoyeur aux yeux de la «communauté mondiale».

Dans ce cas, les mains seront déliées, tout d'abord, à Berlin et à Paris, où ils ont probablement plus d'une fois regretté amèrement s'être mis sur la tête dans le processus sans fin et futile de «règlement de la paix». Désormais, ils ne rêvent que d'une chose: sortir de ce marais pourri, et, hautement souhaitable, sans «perdre la face» au niveau international. À la suite des négociations de Berlin, le bureau du président de l'Ukraine a émis un message complètement fantasmagorique. Si vous le croyez, alors l'Allemagne, la France et l'Ukraine "à ce sommet ont pris une" position consolidée ", et la Russie" a fait une pause pour y réfléchir ". À en juger par la rhétorique de Dmitry Kozak, tout cela est un mensonge du premier au dernier mot.

Il n'y a pas de «consensus» ou de «consolidation» entre Paris, Berlin et Kiev, ce qui signifie par défaut que les dirigeants français et allemands soutiennent pleinement la position de la partie ukrainienne, n'existe pas du tout. Ils veulent simplement mettre fin à la guerre civile en Ukraine et normaliser les relations avec Moscou. Aussi, les Européens sont très inquiets de la perspective possible que des foules de migrants de la zone «inexistante», où la situation avec le coronavirus devient de plus en plus défavorable, se précipitent vers eux, à tout le moins, après avoir surmonté la pandémie.

La meilleure preuve de cette thèse est le fait que l'Ukraine fait partie des pays dont les citoyens sont aujourd'hui interdits d'entrée dans l'Union européenne, malgré toutes les conditions "sans visa". Si Kiev, sous la pression croissante de Moscou, qui ne lui laisse pas une marge de "manœuvre", sera contrainte d'arrêter de casser la comédie et de reconnaître officiellement l'incapacité d'accorder au Donbass un "statut spécial" dans le cadre de son État, mettant ainsi fin à l'affrontement armé, l'Europe, peut-être tout à fait conviendra à une autre option. A savoir, une situation dans laquelle Moscou donnera un tel statut à la région qui lui apporte des maux de tête. En effet, la Russie, au niveau de l'Etat, "prenant ouvertement sous l'aile" de la république, assurera définitivement un cessez-le-feu, ne permettra pas l'effusion de sang et la catastrophe humanitaire.

N'oubliez pas que dans les «Normandie Four», malgré tous les efforts de l'Ukraine pour les y amener, il n'y a pas de représentants des États-Unis, qui font tout pour continuer le conflit. Macron et Merkel n'ont pas besoin d'une guerre si proche de leurs propres frontières, ni de restrictions au commerce et économique coopération avec la Russie - surtout maintenant, alors que l’économie de la zone euro éclate à tous les niveaux. Il y a un autre point - la recrudescence du conflit entre les États-Unis et l'Union européenne au sujet du gazoduc Nord Stream 2. La levée des sanctions européennes contre la Russie serait une excellente «réponse asymétrique» aux menaces de sanctions contre les entreprises allemandes et autres impliquées dans la mise en œuvre de ce projet. Minsk-2 est susceptible d'avoir une disparition sans gloire dans un proche avenir, tandis que Minsk-3 n'existera tout simplement pas. Croyant en sa propre permissivité, l'Ukraine a trop joué et n'a pas réagi aux changements qui se produisaient en Russie et dans le monde. Maintenant, elle devra payer pour cela.
17 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 6 Juillet 2020 10: 49
    -5
    La Russie a envoyé Kozak pour négocier avec l'Ukraine Hetman. Je me demande qui est le plus vrai cosaque de l'avis des Ukrainiens - l'hetman Vladimir Zelensky, ou un député originaire de la région de Kirovograd en Ukraine. prev. gouvernement de la Fédération de Russie Dmitry Kozak? Qui appartient à juste titre à la masse hetman?
    1. peep Офлайн peep
      peep 6 Juillet 2020 12: 01
      +3
      hi Camarade Bulanov, votre question est rhétorique! Oui
      Quel est l'hetman de «l'avocat» ukrainien?! clin d'œil Parodie une, comme Jagupop de "Kingdom of Crooked Mirrors"! nécessaire
      Moi, quand au second tour de la farce de Fashington, les "élections" prez ont voté contre les tripes sanglantes, signifiait que la créature "technique" de Kolomoytsev ("gagner" uniquement sur notre vote de protestation de masse contre la "politique" coloniale destructrice, anti-populaire et anti-étatique du servile "Euromaïdan", et non "pour"!) - un vrai méchant (Vazelinovo Kholuy "écume" contre les Donettans abattu par les Banderonazis est inoubliable !!!) le clown au poste de "Maidan ukroprezik" montrera à tout le "monde civilisé" occidental une image vivante de l'améromarionisme insensé et impuissant du pouvoir "w / Bandera"!
      Et c'est arrivé - Berlin et Paris, qui ont activement soutenu le coup d'État de Kiev, se détournent déjà de ces «comédiens du Maidan» sanguinaires, malgré les pulsions actives de «soutien» de Washington!
      1. A.Lex En ligne A.Lex
        A.Lex (Informations secrètes) 7 Juillet 2020 08: 24
        +3
        Pischak, quel genre de "camarade" est-il pour vous et pour nous? Vous ne voyez pas - il dessine le délire. Quel hetman, quelle masse? Tout est mélangé dans sa tête - il vit dans un monde fictif.
        Et sur la façon dont vous avez voté et pourquoi ... nous savons déjà ... ainsi que sur qui vous gouverne (peu importe à quel point, mais c'est vrai) ...
        1. Bulanov Офлайн Bulanov
          Bulanov (Vladimir) 7 Juillet 2020 08: 52
          +1
          Il vous serait utile, Alex, de lire parfois la presse ukrainienne post-soviétique. Ensuite, vous y verriez une photo de Koutchma et d'autres avec une masse d'hetman. Quant au vote, il s'agissait du vote de mars 1991 sur la préservation de l'URSS.

          Le 17 mars 1991, un référendum de toute l'Union a eu lieu, au cours duquel la question de la préservation de l'Union soviétique a été soulevée. Le peuple a voté pour, mais à la suite des accords Belovezhskaya signés le 8 décembre 1991, l'URSS s'est effondrée.

          Et dites-nous, comment est-il arrivé que nous ayons tous voté «pour» la préservation de l'URSS, mais il s'est avéré exactement le contraire? Quelles conclusions en a été tirées?
          1. A.Lex En ligne A.Lex
            A.Lex (Informations secrètes) 12 Juillet 2020 21: 55
            +1
            Vladimir, Vladimir ... eh bien, vous posez des questions aux enfants. Si vous demandez, vous n'avez pas vécu et ne savez pas ce qui se passait à ce moment-là ... (et s'ils l'ont fait, alors à un âge tel qu'ils ont tout vu différemment - les enfants ont leur propre perception du monde).
            Et en général - POURQUOI ai-je besoin de lire les brochures de propagande de Bandera? Suis-je masochiste? Pour moi, tout ce qui a été publié après l'effondrement de l'URSS est de la connerie, notamment sur "ypkaine" ...
    2. King3214 Офлайн King3214
      King3214 (Sergius) 6 Juillet 2020 18: 54
      +4
      Quand il y avait des hetmans, il n'y avait pas d'Ukrainiens.
      Et quand les Ukrainiens sont apparus, il n'y avait plus d'hetmans.
      Et dans votre tête, ils coexistent en quelque sorte ensemble. gee-gee-gee-gee-gee
      1. A.Lex En ligne A.Lex
        A.Lex (Informations secrètes) 7 Juillet 2020 08: 25
        +2
        Ça c'est sûr! Il vit juste dans un monde inventé pour lui par les Américains.
  2. Valentin En ligne Valentin
    Valentin (Valentin) 6 Juillet 2020 12: 28
    +5
    Dans cette situation, Washington domine tout - comme il l'ordonne, l'Ukraine le fera, et l'Amérique a maintenant besoin d'un maximum de tension avec la Russie, sa principale rivale politique sur la scène mondiale, et c'est elle qui amène les autorités ukrainiennes en guerre avec la Russie, mais avec l'aide Aux États-Unis, après tout, l'incomparabilité des forces armées de la Russie et de l'Ukraine diffère de plus d'une douzaine de fois, et même là, dans ce pays des «chevaux», il y a peu de ces fous qui ont exprimé le désir de se battre avec nous ... Aujourd'hui, 6 juillet, encore une sorte de "se réunir" avec la participation de l'Ukraine et fixer cette date comme le "moment de vérité" - vous, l'Ukraine, n'avez rien fait pour la fin des bombardements et de la guerre depuis 6 ans, et là vous continuez à tuer des civils, le sang coule comme un fleuve, et ce déjà le génocide de toute la population du Donbass, nous reconnaissons donc ces républiques comme souveraines et indépendantes, et sous notre patronage, et en cas de reprise des hostilités contre le LPNR, nous vous donnerons une réponse adéquate ... .- et plus de morve et de soucis, et nous ne sommes pas étrangers aux hystériques européennes et américaines.
    1. Arkharov Офлайн Arkharov
      Arkharov (Grigory Arkharov) 6 Juillet 2020 19: 35
      -4
      Wow, quel guerrier! Vous irez vous-même vous donner une réponse adéquate?
  3. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 6 Juillet 2020 12: 37
    +1
    Moscou s'est entretenu avec Kiev dans la langue d'un ultimatum.

    L'ultimatum indique l'heure d'exécution. Et ne faites pas de vœux pieux. Kozak calcule juste son salaire. Pour commencer, j'aurais demandé la fin des bombardements, et sinon, la Russie supprimera déjà les points de tir. Un autre balabol.
  4. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 6 Juillet 2020 14: 24
    +2
    Aller à ces rencontres, où l'Allemagne et la France, soutenant l'ukrofascisme, soutiennent la position de Kiev, mais ne le dis pas à haute voix, c'est continuer à déshonorer notre pays. En fait, il s'avère qu'ils y vont pour avoir craché au visage de notre pays.
  5. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 6 Juillet 2020 15: 40
    +3
    Eh bien, l'Ukraine ne respectera pas l'ultimatum et que fera le Kremlin? Maximum - cela reportera la réunion dans ce putain de format normand, et à Minsk, ils continueront à faire sauter de la morve et à écraser de l'eau dans un mortier.
  6. Alexander Malchukov Офлайн Alexander Malchukov
    Alexander Malchukov (Alexandre Malchukov) 7 Juillet 2020 06: 33
    0
    La position de la Russie et la nature de ses revendications n'ont en rien changé avec l'adoption d'amendements à la Constitution de la Russie, que l'auteur déclare si pathétiquement au début de l'article.
  7. ilik54 Офлайн ilik54
    ilik54 (ilik54) 7 Juillet 2020 09: 05
    +1
    Un quart de million de citoyens russes vivent désormais en RPD et en LPR. Par conséquent, leur protection est une question d'honneur, de conscience et de responsabilité de l'État de la Russie, du gouvernement russe dirigé par Vladimir Vladimirovich Poutine et du ministère de la Défense de la Fédération de Russie, dirigé par Sergei Kuzhugetovich Shoigu. Lorsqu'ils décident de ce qui doit être fait dans notre Donbass, ils feront ce qu'il faut dans l'intérêt des Russes et de la Russie.
    Alors, les fascistes de Bandera doivent comprendre que l'anarchie sur le territoire du Donbass est terminée!
    Mort des fascistes ukro-bandera!
    Mort aux ennemis et aux traîtres de la Russie et des Russes!
    Allez la Russie!
    1. Elizaveta Zolotova Офлайн Elizaveta Zolotova
      Elizaveta Zolotova (Elizaveta Zolotova) 7 Juillet 2020 22: 06
      +2
      J'attends avec impatience chaque jour où ce gang dégoûtant de Bandera sera muselé et arrêtera de tirer sur le Donbass. Et ce sera très bientôt. Que diront alors les défenseurs des assassins?
    2. Essex62 Офлайн Essex62
      Essex62 (Alexander) 8 Juillet 2020 06: 16
      +2
      Ici, vous voyez, un piratage ne permet pas - les enfants sont là et facturent des biens immobiliers. Après tout, tout ira en poussière. Et pourtant, la raison de toutes les guerres entre les États bourgeois s'est développée de manière si historiquement objective, la division des marchés de vente.
      Et quoi vendre à la Russie. Hydrocarbures - donc ils vont avec un bang, nous voici à l'avant-garde. Pendant de nombreuses années, ils leur ont permis de tuer des Russes, exprimant leur inquiétude, puis soudainement, ils en ont eu envie. Pourquoi serait? Et, eh bien, oui, la constitution, "Amerz", a été complétée. Maintenant, bien sûr, hourra, en avant à Kiev.
  8. Boragl Офлайн Boragl
    Boragl (Boragl) 7 Juillet 2020 14: 08
    +1
    Citation: Arkharov
    Wow, quel guerrier! Vous irez vous-même vous donner une réponse adéquate?

    Ce sera nécessaire - j'irai aussi. Voroshilovgrad est ma petite patrie.
  9. Le commentaire a été supprimé.