Les exportations de pétrole et de gaz russes vers l'Europe n'ont eu que 30 ans


Gazprom a assemblé une flotte dans la Baltique pour terminer la construction du Nord Stream 2. Outre l'Akademik Chersky, le processus impliquera la barge de pose de canalisations Fortuna, ainsi que les navires de ravitaillement Ostap Sheremet et Ivan Sidorenko, qui ont également dû être chassés d'Extrême-Orient sous surveillance. Très probablement, un gazoduc sous-marin sera construit, car ce n'est plus une question pour le Kremlin économique opportunité, mais une image politique.


Techniquement, la construction peut être achevée et le pompage du gaz a commencé à la fin du premier trimestre de 2021. Les observateurs ont noté un changement dans la position du Danemark sur cette question. Si auparavant, c'était Copenhague qui avait retardé le processus d'approbation pendant des années, défendant clairement les intérêts des exportateurs américains de GNL, maintenant, le feu vert pour l'utilisation de Fortuna a été donné avec une rapidité surprenante.

Il est possible que cela soit dû à l'intérêt accru et non dissimulé du président Donald Trump pour le Groenland, qu'il a explicitement annoncé son intention d'acheter. Les Danois ont répondu négativement et maintenant, pour la première fois depuis 1953, les États-Unis ont repris le travail de leur consulat général sur le territoire de la plus grande île du monde, si bien située dans la zone arctique. En général, il y a quelque chose à penser à Copenhague.

C'est peut-être bon nouvelles fin.

D'abord, Nord Stream 2 commencera à fonctionner à un moment extrêmement malheureux. En raison de la pandémie de coronavirus, le volume de la demande de ressources énergétiques a chuté, et avec eux les prix du gaz. En outre, en raison des normes discriminatoires du troisième paquet énergétique de l'UE, nos deux volets, le premier et le deuxième, ne resteront qu'à moitié pleins.

deuxièmementL'Europe elle-même a lancé, pour ainsi dire, un «compte à rebours» pour les projets énergétiques russes. Kadri Simson, commissaire européen chargé de l'énergie, a déclaré à cet égard:

L'objectif de l'UE est de devenir climatiquement neutre d'ici 2050. Cela signifie qu'à ce moment-là, nous aurons éliminé progressivement les combustibles fossiles.

Le représentant de l'UE a demandé à tous les fournisseurs d'énergie de «garder cela à l'esprit». Au contraire, ils incluent notre pays, pour lequel le marché européen est le plus important. Dans seulement 30 ans, le Vieux Monde entend abandonner l'utilisation du gaz naturel, du méthane et du pétrole. Pour la Russie, qui est fermement sur "l'aiguille du pétrole et du gaz", c'est une très mauvaise nouvelle.

Littéralement la veille de nous dit que Bruxelles envisage d'introduire une taxe environnementale sur les produits et les ressources naturelles produits et extraits avec le rejet de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Cela seul pourrait coûter à nos exportateurs de pétrole, de gaz et de métaux environ 50 milliards d'euros d'ici 2030. Et maintenant, nous parlons d'abandonner complètement l'importation d'hydrocarbures russes à l'horizon de trois décennies. Pour le modèle économique russe existant, sans aucune exagération, cela signifie un effondrement complet.

L'Europe envisage de remplacer le gaz naturel par des «gaz décarbonatés», tout d'abord l'hydrogène. Et puis nous sommes obligés de retourner à notre ancien Publication, qui a expliqué comment l'Allemagne a l'intention d'utiliser l'infrastructure de Gazprom pour le pompage de «l'hydrogène vert». Plus surprenant, la société d'État ne s'y oppose pas vraiment.

30 ans pour remplacer complètement le modèle économique - est-ce beaucoup ou peu? Le gouvernement soviétique a réussi à sortir le pays des ruines de l'après-guerre et à mettre en œuvre un programme spatial à partir de zéro en deux fois moins de temps. La Fédération de Russie moderne pourra-t-elle le faire? Nous verrons.
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. King3214 Офлайн King3214
    King3214 (Sergius) 10 Juillet 2020 11: 27
    +4
    L'Europe est le plus grand marché. Le plus grand à ce jour.
    On pense que l'Asie du Sud-Est deviendra le plus grand marché de consommation de pétrole et de gaz dans quelques années. Et puis l'Europe devra «manger les restes», recevoir des hydrocarbures selon le «principe résiduel». Voyons donc comment ils seront "climatiquement neutres" et combien cette "neutralité" leur coûtera ...
  2. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 10 Juillet 2020 11: 55
    +7
    30 ans, ce n'est pas seulement une «longue» période. C'est un terme «énorme». Le monde change presque quotidiennement. Il est compréhensible que la Russie ait des problèmes. A peine fatal. Mais quels problèmes les pays de transit auront-ils après l'entrée en vigueur du SP-2? Et après que l'UE a abandonné les hydrocarbures?
    ----
    Phrase

    car pour le Kremlin, il ne s’agit plus d’opportunisme économique, mais d’image politique.

    - a déjà mis les dents sur le bord. C'est précisément un projet économiquement sain. La Pologne voulait un contrat de transit de gaz de 30 ans (!!!). C'est marrant. Et c'est après le tribunal sur l'évolution du prix du transit. Comme prévu, GazProm a refusé de participer à l'appel d'offres et aucun autre participant n'a été trouvé. Ainsi, le transit à travers la Pologne se termine également en 2021. Ainsi que l'approvisionnement en gaz de la Pologne. C'est là que la décision politiquement motivée de la Pologne est sans un seul élément économique.
    ----
    Je ne m'attendais à rien d'inattendu dans le comportement de la Pologne et de l'Ukraine. Et rien d'inattendu ne s'est produit. L'UE veut vivre sans hydrocarbures russes - un drapeau entre ses mains et un vent dans son dos bossu.
  3. Dima Dima_2 Офлайн Dima Dima_2
    Dima Dima_2 (Dima Dima) 10 Juillet 2020 12: 35
    +2
    Pour autant que je sache, ils veulent utiliser l'hydrogène pour accumuler l'excès d'énergie provenant de sources d'énergie renouvelables. Une telle méga batterie. Mais la technologie est encore très rudimentaire, difficile à justifier économiquement. Ce n'est donc pas si simple.
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 11 Juillet 2020 10: 52
      +1
      Ils ont 30 ans devant eux et un énorme potentiel scientifique, industriel et financier ...
  4. 123 Офлайн 123
    123 (123) 10 Juillet 2020 12: 38
    +5
    Tout d'abord, Nord Stream 2 commencera à fonctionner à un moment extrêmement malheureux. En raison de la pandémie de coronavirus, le volume de la demande de ressources énergétiques a chuté, et avec eux les prix du gaz. En outre, en raison des normes discriminatoires du troisième paquet énergétique de l'UE, nos deux volets, premier et deuxième, ne resteront qu'à moitié pleins.

    Pensez-vous que la pandémie est éternelle et que la demande restera la même? Tout d'abord, la possibilité de pompage est importante, tous les «colis» seront supprimés sans tuyau ukrainien et sans gaz. Aujourd'hui, sur le site, ils ont écrit: "Les premières" pompes au-dessus de la capacité nominale.

    Deuxièmement, l'Europe elle-même a lancé, si je puis dire, un «compte à rebours» pour les projets énergétiques russes.

    Il est possible que le commissaire européen à l’énergie se considère comme un elfe qui se nourrit de nectar et de clair de lune, mais cela ne signifie pas que l’industrie allemande pourra travailler sans énergie et que les foyers des Européens seront réchauffés par le sourire de cette étonnante Estonienne.


    Les Européens veulent passer à l'hydrogène ou au bois de chauffage, ils iront de toute façon en Sibérie.
  5. GRF Офлайн GRF
    GRF 10 Juillet 2020 14: 15
    +4
    Il y a 30 ans, l'UE n'existait pas, dans 30 ans l'UE en tant qu'organisation ne peut pas devenir, contrairement au froid, pour la lutte contre laquelle le moyen «antédiluvien» sera pertinent ...
  6. Oyo Sarkazmi Офлайн Oyo Sarkazmi
    Oyo Sarkazmi (Oo Sarcasmi) 10 Juillet 2020 22: 30
    +4
    Il y a 30 ans, il y avait l'URSS avec des étagères vides et le noble de Bil Gorbatchev.
    Dans 30 ans, il y aura une UE avec des étagères vides et des commissaires non moins nobles. Car il n'y aura rien à payer pour les produits chinois, et rien à produire les leurs.