Politique étrangère: trois raisons pour lesquelles la Turquie est intervenue dans le conflit libyen


La Turquie soutient militairement et financièrement le CNT en Libye - le gouvernement de Tripoli, reconnu par la communauté internationale. Ankara envoie des militants et un militaire pour aider les troupes de Faiz Saraj technique... Mais pourquoi Erdogan soutient-il le gouvernement d'accord national et pourquoi la Turquie est-elle intervenue dans le conflit libyen? La question est analysée par des experts en politique étrangère.


Selon les analystes de PF, il y a trois raisons principales. Le premier est l'engagement d'Erdogan politique le parti AKP au pouvoir dans le pays, dont l'agenda extérieur est souvent appelé "néo-ottoman". Ainsi, la Turquie, suivant la voie du Parti de la justice et du développement, rétablit progressivement son influence militaire et politique dans les pays qui appartenaient autrefois à l'Empire ottoman. Les succès militaires de la Turquie en Libye sont bénéfiques pour le statut de l'AKP et permettent à la presse de faire l'éloge d'Erdogan (qui peut être important avant l'élection présidentielle de 2023) malgré des économique réalisations de ce dernier en Turquie même.

La deuxième raison possible est que les actions d'Ankara en Libye portent atteinte aux intérêts économiques de la Grèce, de l'Égypte, de Chypre et d'Israël dans la région. Les autorités de ces pays envisagent de créer un consortium pour développer des gisements de gaz en Méditerranée orientale, ce qui est désavantageux pour la Turquie, qui y a ses propres intérêts économiques. En outre, sur la base économique des pays susmentionnés, une alliance quasi-politique peut être créée, dirigée contre la Turquie, que cette dernière tente d'empêcher.

La troisième raison de l’intervention de la République turque dans les affaires libyennes est la capacité d’affronter l’Égypte et les Émirats arabes unis en Libye. Les contradictions entre la Turquie et l'Égypte sont bien connues. Les deux États sont des côtés opposés des principaux problèmes qui préoccupent le Moyen-Orient, notamment la Syrie, Gaza et le blocus du Qatar. La Turquie est également un partisan majeur des Frères musulmans, hébergeant des membres à Istanbul et encourageant la propagande anti-égyptienne dans le monde.

Les EAU sont du côté de l'Égypte dans son opposition à la Turquie. Les autorités turques accusent Abu Dhabi de soutenir le Parti des travailleurs kurdes (une organisation terroriste interdite en Turquie), Bachar al-Assad en Syrie, la politique anti-turque en Somalie et au Yémen, ainsi que son implication dans le coup d'État anti-étatique à Ankara en 2016.

La politique étrangère de la Turquie dans la région du Moyen-Orient porte une couleur anti-occidentale et nationaliste, dont les Turcs en Syrie et en Libye ont clairement démontré. Sur cette base, les analystes de la politique étrangère estiment que les autorités turques ne devraient pas être surprises de l'opposition à Erdogan de la part des puissances occidentales et régionales.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. 123 Офлайн 123
    123 (123) 10 Juillet 2020 18: 44
    0
    De quel genre d'analyse s'agit-il? assurer

    La politique étrangère de la Turquie dans la région du Moyen-Orient est anti-occidentale et nationaliste.
    ... Les actions d'Ankara en Libye portent atteinte aux intérêts économiques de la Grèce, de l'Égypte, de Chypre et d'Israël dans la région ...
    La Turquie est également le principal soutien des Frères musulmans, abritant ses membres à Istanbul et encourageant la propagande anti-égyptienne .....
    Les EAU sont du côté de l'Égypte dans son opposition à la Turquie

    La politique étrangère ne lit-elle pas les journaux? Où est Poutine, Wagner, Mozart? Où «la Russie devrait définitivement remettre Erdogan à sa place»? Où sont les mercenaires, l'aviation russe, la cavalerie?
    Que se passe-t-il avec le journalisme américain? assurer Après tout, la publication sera fermée. quelle
  2. boriz En ligne boriz
    boriz (boriz) 12 Juillet 2020 11: 48
    +3
    Erdogan ne joue contre personne. Il essaie de jouer pour la Turquie. Ce sont les dernières tentatives hystériques pour sauver la Turquie de l'effondrement économique et de la désintégration territoriale. Il n'y aura pas de paix mondiale. Le monde sera divisé en plusieurs zones monétaires. Les chefs de zone bloqueront la libre circulation des capitaux et des biens. Les chaînes technologiques (le mouvement des marchandises des matières premières au consommateur final) seront rompues à plusieurs reprises. Et les gens seront terriblement surpris: comment des pays aussi puissants et technologiquement avancés peuvent-ils se retrouver dans un échec terrible?
    La Turquie est un excellent exemple. Ils ne produisent rien qui ne puisse se passer et leurs ressources (matières premières, énergie) font cruellement défaut.
    Les chefs des zones n'ouvriront leurs marchés (et leurs subordonnés) qu'en guise de grande faveur, à leurs fidèles. Et ceux qui courent maintenant en jappant en Fédération de Russie comprendront rapidement et tristement ce que les Ramsès ont exactement séduit. La même situation avec les matières premières.
    Et Erdogan (contrairement à beaucoup d'autres) le comprend et essaie de se fournir au moins des hydrocarbures. Mais il ne comprend pas qu'en jouant pour lui-même, il joue involontairement contre tout le monde. Par conséquent, il n'a aucune chance.
    Et ils ne l'écraseront pas complètement en Libye (bien qu'ils le puissent). Pour l'instant, les principaux acteurs ont besoin d'une guerre lente pour que (Dieu nous en préserve) personne (peu importe qui) ne commence à produire normalement des hydrocarbures libyens. Et Erdogan (encore une fois, involontairement) aide ses adversaires à empêcher les hydrocarbures libyens d'entrer sur le marché.
    "Le violoniste n'est pas nécessaire, mon cher ..." (C)
    1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 18 Juillet 2020 15: 55
      +1
      En général, vous avez raison, seule la Russie devrait être rapidement retirée de l'agenda des participants en Libye, même sous la forme de «symphonies de Wagner», car il y aura clairement une exagération à participer à deux conflits de longue durée ... Il y a encore beaucoup de choses en Syrie ...