La Russie est revenue au Moyen-Orient: quels sont les objectifs poursuivis par Moscou


La Russie est retournée au Moyen-Orient. Moscou a aidé Damas à reprendre le contrôle de la plupart de son territoire. Des soldats d'un PMC bien connu et d'"avions inconnus" agissent aux côtés de l'ANL du maréchal Haftar. Les livraisons d'armes à l'Égypte sont en augmentation, qui est sur le point de se débattre avec la Turquie en Libye. Quels sont les objectifs du Kremlin ?


Le Moyen-Orient a toujours été un endroit très mouvementé. Aujourd'hui la situation s'y réchauffe rapidement, l'air sent nettement une nouvelle guerre régionale. Malgré le cessez-le-feu conclu en Syrie, le conflit est loin d'être terminé. Damas insiste pour que les occupants - Turcs et Américains - sortent du nord et de l'est de son pays. Trop d'acteurs extérieurs s'intéressent à la reprise de la guerre en SAR. Certains pays arabes pensent que cela détournera l'attention d'Ankara de la Libye.

De plus, il y a une guerre non déclarée en Syrie entre Israël et l'Iran. Téhéran essaie de déplacer son infrastructure militaire plus près de la frontière de l'État juif, auquel il répond par des frappes aériennes et des sabotages réguliers. De ce dernier, une explosion à l'un des objets stratégiques du programme nucléaire iranien, qui est attribuée aux services spéciaux israéliens, a reçu une grande réponse. Apparemment, Tel-Aviv a estimé que le dangereux voisin était trop près d'obtenir son propre arsenal nucléaire. Il convient de mentionner les escalades régulières entre les militaires iraniens et américains. Téhéran n'a pas oublié l'assassinat du général Qassem Soleimani et ne lui a pas pardonné.

La Libye est un sujet pour une autre grande conversation. En raison de ce pays petit mais extrêmement riche en hydrocarbures et géographiquement idéalement situé, de nombreux États sont prêts à se battre, y compris même les «alliés» de l'OTAN. L'initiative y a été interceptée par le président Erdogan, qui a signé un accord avec le gouvernement d'accord national Faiz Saraj sur la coopération militaire et le partage du plateau riche en ressources naturelles de la mer Méditerranée orientale. La Turquie et le Qatar, d'une part, et l'Égypte, les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite, la France et la Russie, sont prêts à se battre pour le contrôle de ce pays d'Afrique du Nord pratiquement détruit et fragmenté. A cela il faut ajouter que la perspective d'un conflit militaire avec l'Ethiopie se profile également devant l'Egypte.

Il s'avère un mélange très explosif, qui est catalysé par la pandémie de coronavirus, la chute des prix des hydrocarbures et la croissance mondiale économique une crise qui pousse les alliés et partenaires d'hier à résoudre leurs problèmes aux dépens des autres. Quelle est la place de la Russie dans ce scénario régional ?

Avouons-le, nous ne pouvons pas revendiquer le rôle d'« hégémon » aujourd'hui. Néanmoins, notre pays a certains intérêts au Moyen-Orient et en Afrique que nous devons défendre. En venant en aide à Damas, le Kremlin a non seulement rempli son devoir d'allié en vertu du traité encore soviétique, mais a également apporté sa propre contribution pour empêcher le projet de gazoduc concurrent du Qatar vers l'Europe de voir le jour. Aujourd'hui en Syrie, le ministère de la Défense de la Fédération de Russie a reçu plusieurs bases militaires à la fois. Les grandes entreprises nationales pourront évidemment gagner de l'argent supplémentaire sur la reconstruction d'après-guerre de ce pays. La Russie n'entre prudemment pas dans l'épreuve de force entre Israël et l'Iran.

Moscou a également son propre intérêt dans la lointaine Libye. En plus de participer à la production et à l'exportation d'hydrocarbures, les chemins de fer russes pourraient reprendre la construction d'une voie ferrée dans ce pays. Mais, peut-être, il sera encore plus important de participer indirectement à la suppression des ambitions géopolitiques de la Turquie. Ankara a clairement mis le cap sur la restauration progressive de l'Empire ottoman, dont nous parlons en détail. dit le jour d'avant. S'étant établis en Libye, les Turcs peuvent étendre leur influence aux pays voisins de la région, autrefois possessions du Grand Port. Moscou ne combat pas directement Ankara, mais il soutient sans aucun doute ses opposants. Dans le même temps, il s'avère également gagner de l'argent supplémentaire sur la fourniture d'armes. Par exemple, l'Egypte, qui agit comme l'antagoniste de la Turquie en Afrique du Nord, a signé un contrat pour cinq cents chars russes.

Il s'avère que les intérêts de deux anciens empires - l'ottoman et le russe - se sont heurtés en Méditerranée orientale. Dans un sens, nos deux pays veulent une revanche historique de l'effondrement et de l'humiliation qui a suivi. Voyons qui le fait mieux.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
11 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. gorénine91 En ligne gorénine91
    gorénine91 (Irina) 12 Juillet 2020 13: 24
    -3
    La Russie est revenue au Moyen-Orient: quels sont les objectifs poursuivis par Moscou

    - Oui, elle (la Russie) n'est retournée nulle part... - A complètement raté toute sa mission ; ou plutôt, tous leurs projets de politique étrangère au Milieu. Est ... - La Russie ne pouvait pas remplir ... - Et encore plus ... toute l'aide russe à long terme (dans tous les domaines) à la Syrie a été gaspillée ... - Après tout, vous pouvez toujours vous battre là-bas - même pour vingt ans ... - cela ne changera rien ... - La Syrie n'est pas devenue ce que la Russie voulait en faire ... - Et il est peu probable qu'elle devienne ... - Aujourd'hui, la Syrie peut être divisée en plusieurs parties ... - très probablement - ce sera donc ...
    - Et la partie qui relève du "protectorat de Russie"... ce sont les sables solides syriens... - sans eau et sans hydrocarbures... - Quelle est la suite ???
    - Qui a besoin d'une telle Syrie ???
    - la Turquie s'est très bien hissée sur "l'amitié russe"... - La Turquie "pour rien" a reçu des gazoducs de la Russie ; reçu le S-400; reçu le territoire de la Syrie, où se trouvent les hydrocarbures… - Par ailleurs, sous couvert de sa « coopération » avec la Russie ; La Turquie a déjà poursuivi sa politique d'expansion en Libye ... - Et ainsi mis la Russie dans une position absolument ridicule ... - Après tout, la Russie ne peut plus participer à la "question libyenne" ... - où exactement la Russie doit prendre participation ... - Après tout, la Libye ... n'est pas une Syrie pauvre et sans valeur, que la Russie doit constamment soutenir et fournir avec tout le nécessaire ... - Et la Russie ne peut pas prendre part à la "situation libyenne" ... elle ne peut participer réellement à aucune des parties en conflit...
    - La Russie ne peut pas prendre parti pour Haftar (le fait que ce perdant soit allé à Moscou ne veut absolument rien dire)... cela voudrait dire que la Russie s'est ouvertement opposée à la Turquie (qu'elle considère toujours comme son "meilleur ami"... - Hahah) ; et cela entraînerait une grave aggravation des relations russo-turques en Syrie (dont la Russie a très peur et n'est pas prête pour) ...
    - Eh bien, et la Russie ne peut pas non plus être du côté de Saraj ... - cela change alors complètement toute la politique de la Russie au milieu. Est... et oppose la Russie à tout le camp politique, qui est du côté de Haftar... - La Russie n'est tout simplement pas prête pour cela...
    - C'est tout "l'arrivée"... ou "le retour" de la Russie au Milieu. Est...
    - Oh, oui ... - après tout, la Russie a réussi à prendre la "priorité" dans la construction d'un gazoduc vers la Turquie ... - sinon, disent-ils - "l'insidieux Qatar" aurait construit un gazoduc à travers le territoire de Syrie... - C'est tellement ridicule que même aujourd'hui on ne discute plus...
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 13 Juillet 2020 07: 06
      +1
      Citation: gorenina91
      Ah oui... - après tout, la Russie a réussi à prendre " la priorité " dans la construction d'un gazoduc vers la Turquie... - sinon, disent-ils - " le Qatar insidieux " aurait construit un gazoduc à travers le territoire de la Syrie. .. - C'est tellement ridicule qu'on ne discute plus aujourd'hui encore...

      Ce n'est pas du tout discuté, pas parce que c'est ridicule. Et il y avait bien plus d'un Qatar insidieux dans le sujet.
      1. gorénine91 En ligne gorénine91
        gorénine91 (Irina) 13 Juillet 2020 08: 33
        -2
        Ce n'est pas du tout discuté, pas parce que c'est ridicule. Et il y avait bien plus d'un Qatar insidieux dans le sujet.

        - Eh bien, et ... mes inconvénients ne sont pas non plus discutés ... - il n'y a aucune logique du tout ... seulement .... - solide - Ha-ha-h ...
  2. yuratanja1950 Офлайн yuratanja1950
    yuratanja1950 (Yuri) 12 Juillet 2020 15: 02
    +1
    En un sens, les deux наши les pays veulent une revanche historique pour l'effondrement et l'humiliation qui a suivi. Voyons qui le fait le mieux...

    Hmm... les deux NOS ? Je m'excuse pour le harcèlement, mais cela semblait étrange ... hi
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 13 Juillet 2020 07: 05
      +1
      Et notre pays, la Russie, ne veut pas d'une revanche historique sur l'effondrement de l'Ingouchie puis de l'URSS ? Ou faites-vous partie des libéraux, qui sont déjà contents de tout ?
  3. 123 Офлайн 123
    123 (123) 12 Juillet 2020 16: 13
    +2
    Il s'avère que les intérêts de deux anciens empires - l'ottoman et le russe - se sont heurtés en Méditerranée orientale. Dans un sens, nos deux pays veulent une revanche historique de l'effondrement et de l'humiliation qui a suivi. Voyons qui le fait mieux.

    Pourquoi deux ? Au moins les Français ont-ils été oubliés ?
    Ne rêvez même pas, la Russie ne va pas combattre les Turcs. Vous n'attendrez pas. aucune
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 13 Juillet 2020 07: 01
      -2
      Citation: 123
      Ne rêvez même pas, la Russie ne va pas combattre les Turcs. Vous n'attendrez pas.

      Ne m'attribuez pas vos fantasmes.
      1. 123 Офлайн 123
        123 (123) 13 Juillet 2020 07: 22
        +1
        Ne m'attribuez pas vos fantasmes

        Il ne faut pas tout réduire à l'affrontement entre la Russie et la Turquie en Libye. Il y a beaucoup plus de « joueurs » là-bas et chacun a ses propres intérêts. Les relations entre la Russie et les Turcs ne sont pas pires que celles des Grecs, des Français ou des Egyptiens.
  4. 123 Офлайн 123
    123 (123) 13 Juillet 2020 03: 41
    +2
    Des soldats d'un PMC bien connu et d'un "avion inconnu" agissent aux côtés de l'ANL du maréchal Haftar. Les livraisons d'armes à l'Égypte sont en augmentation, qui est sur le point de se débattre avec la Turquie en Libye.

    Moscou ne combat pas directement Ankara, mais il soutient sans aucun doute ses opposants.

    Il s'avère que les intérêts de deux anciens empires - l'ottoman et le russe - se sont heurtés en Méditerranée orientale.

    Un article est paru sur le site :

    L'An-124 "Ruslan" a probablement livré un nouvel avion de combat à Khmeimim

    Et il y a une image intéressante. Oui Un vol An-124 a été noté et s'est rendu en Syrie directement via la Turquie. Ne pensez-vous pas que vous êtes au moins « exagérer » ?
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 13 Juillet 2020 07: 03
      0
      Citation: 123
      Et il y a une image intéressante. oui Un vol An-124 a été noté, et s'est rendu en Syrie directement via la Turquie. Ne pensez-vous pas que vous êtes au moins « exagérer » ?

      Non, je ne m'épaissit pas. Il y a plusieurs mois, à Idlib, nous étions au bord d'une guerre avec les Turcs. En même temps, le Turkish Stream était en construction.
      Il n'y a pas de contradiction : la guerre hybride telle qu'elle est. Nous coopérons d'une main et combattons de l'autre.
  5. Kyctyk Ardax Офлайн Kyctyk Ardax
    Kyctyk Ardax (Kyctyk ardax) 16 Juillet 2020 11: 48
    0
    Affaires.
    Les oligarques gagnent de l'argent.
    Plus le statut en géopolitique.