La Russie a choisi la bonne tactique: la Libye est la clé d'une nouvelle redistribution de l'Afrique


La situation en Afrique du Nord se réchauffe. L'Egypte, la France, la Russie, ainsi que les Emirats Arabes Unis et l'Arabie saoudite, les soutenant dans cette affaire, sont prêts à agir dans la lutte pour «l'héritage libyen» contre la Turquie et le Qatar, qui l'ont rejoint. Dans le même temps, la participation informelle du Kremlin à ce conflit disparaît progressivement, laissant le champ de l'information dans l'ombre. Désormais, les médias turcs appellent Paris et Le Caire les principaux adversaires d'Ankara.


On a beaucoup parlé du contexte de la prochaine redistribution de la Libye. Après l'invasion de l'OTAN, ce pays autrefois prospère et riche en hydrocarbures a été détruit et divisé en plusieurs «politiques» et alliances tribales. Les intérêts conflictuels de nombreux acteurs externes sont liés autour de ce territoire. Seule une victoire militaire de l’une des parties, l’Est ou l’Occident, pourrait changer la donne. La "blitzkrieg" de l'année dernière du feld-maréchal Haftar n'a pas été couronnée de succès et Tripoli, où est basé le PNS Faiza Saraja, a survécu. Ensuite, les troupes turques et les militants pro-turcs de Syrie ont été déployés en Libye, et en retour Ankara a reçu une division du plateau continental riche en ressources naturelles en sa faveur.

Le rapport de force a radicalement changé en faveur de l'alliance entre le Tripoli officiel et le «Sultan» Recep. Cette coalition a vaincu l'ANL de Haftar et a refoulé son armée à l'est du pays. Mais les «sponsors» du maréchal ne peuvent plus permettre leur victoire. Ainsi, l'Égypte voisine a reçu la permission du Parlement de Libye et de l'union tribale d'entrer dans ses troupes:

Nous appelons les troupes égyptiennes fraternelles à rejoindre l'armée libyenne pour contrer l'occupation et protéger la sécurité du pays et de toute la région. Les forces armées égyptiennes ont le droit d'intervenir pour protéger la sécurité nationale libyenne et égyptienne si elles voient une menace imminente à la sécurité de nos deux pays.

La ville portuaire stratégiquement importante de Syrte a été nommée «ligne rouge». Le Caire considère à juste titre l'arrivée de Turcs et de combattants djihadistes dans un pays voisin comme une menace pour sa sécurité nationale. Aussi, les Emirats Arabes Unis et l'Arabie Saoudite s'opposent à l'expansion «néo-ottomane» d'Ankara, qui ne sourit pas à nouveau pour tomber sous le bras du «Grand Port-2».

Je voudrais également insister sur le rôle de Paris dans ce processus. On pense que la France défend les intérêts de ses ouvriers pétroliers en Libye, où elle tente de «pousser» ses concurrents depuis l'Italie. En fait, tout est beaucoup plus grave. Sur le territoire de l'Afrique, il y a 14 états qui sont d'anciennes colonies françaises. La Cinquième République les a officiellement «libérés», mais en conserve le contrôle grâce à un système financier et monétaire unique. L'ancien président François Mitterrand a admis un jour avec la plus grande honnêteté:

Sans l'Afrique, la France n'aura pas d'histoire propre au XXIe siècle.

Cela signifie que, laissée sans Fransafrica, où Paris a les droits exclusifs de développement des ressources minérales et d'accès aux marchés de vente, ainsi que la capacité de siphonner leurs finances des anciennes colonies, la Ve République glissera rapidement, au mieux, au niveau d'une puissance régionale. La maîtrise de l'Afrique est une question pour tout l'avenir de la France.

Et ici la Turquie croise sa route avec son programme «néo-ottoman». Il est séparé de son déplacement plus au sud du continent par la région du Sahel, qui comprend les anciennes colonies françaises du Tchad, du Niger, du Mali, de la Mauritanie et du Burkina Faso. Ce sont en eux-mêmes des États agités, mais leur faiblesse a contribué à l'épanouissement de nombreux groupes terroristes islamistes. Après les événements de 2012 en Afrique du Nord, ils ont reçu une recharge supplémentaire et sont devenus plus actifs. En 2013, Paris a dû envoyer des milliers de soldats pour arrêter l'expansion des militants pro-turcs de Libye dans sa zone de responsabilité.

Les experts notent la montée en puissance de la concurrence entre les acteurs extérieurs pour l'Afrique, parmi lesquels la Turquie, le Qatar, les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite, ainsi que les États-Unis, qui comptent ouvrir une nouvelle base au Niger sans drones, sont particulièrement actifs. Il s'avère que la Libye n'est que le début, la clé d'une large redistribution de la "tarte africaine". Paris en est bien conscient, le président Erdogan est donc déjà devenu pratiquement un ennemi personnel d'Emmanuel Macron. Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères de la Cinquième République, a déclaré sans détour:

L'Union européenne a très rapidement ouvert une discussion globale, sans tabous ni absurdités, sur les perspectives de ses relations futures avec Ankara.

Dans ce contexte, il devient clair pourquoi les médias turcs se réfèrent désormais non pas au Kremlin, mais à Paris comme le principal ennemi en Libye, malgré l'apparente indistinct politique à propos de cette question. Le président Macron aura encore son mot à dire, il devra simplement le faire. Sinon, son pays pourrait littéralement faire faillite si elle perdait l'Afrique.

Quant à la participation russe à ce conflit international, elle est officieuse et ciblée. Des experts militaires de PMC "Wagner" ont été repérés en train de garder des objets de l'infrastructure pétrolière et des bases aériennes libyennes, d'où décollent des avions d '"avions inconnus". Probablement, dans cette situation, c'est la plus raisonnable. Il y en a d'autres pour qui la défaite du «Sultan» est beaucoup plus importante, et leurs ressources dans la région sont plus importantes.
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Arkharov Офлайн Arkharov
    Arkharov (Grigory Arkharov) 15 Juillet 2020 11: 38
    -5
    De quelle redistribution tous les auteurs raffolent-ils? De quoi s'agit-il? Qui et où? Il semble que le temps des colonies et des empires soit passé pour toujours? Et tout le monde y va, en Afrique? D'accord, les pays qui ont traité de cela et tous ne se sont pas séparés de l'éructation impériale.
    1. Marzhetsky En ligne Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 15 Juillet 2020 13: 48
      +2
      Citation: Arkharov
      De quelle redistribution tous les auteurs raffolent-ils? De quoi s'agit-il? Qui et où? Comme le temps des colonies et des empires est passé pour toujours? Et tout le monde y va, en Afrique?

      Que signifie «comme»? Qu'est-ce qui vous donne des raisons de le penser? Et qu'y a-t-il de si incroyable dans le désir de redistribuer une Afrique riche en ressources? Même la Chine lointaine y est arrivée.
      1. Arkharov Офлайн Arkharov
        Arkharov (Grigory Arkharov) 15 Juillet 2020 18: 33
        -3
        Et pourquoi quelqu'un devrait-il le «redistribuer», d'où viennent ces habitudes coloniales-impériales? Est-ce ainsi que vous pouvez tout redistribuer? Et sur quelle base?
        1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
          Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 18 Juillet 2020 11: 30
          +1
          Appelez ça un pot, ne le mettez pas dans le poêle

          M. Arkharov a une opinion personnelle, qui ne coïncide pas nécessairement avec les processus en cours. Le nom de la colonie, - définit l'essence, et aujourd'hui c'est la propagation de la démocratie, mais comme avant, plus souvent avec des armes ... Pour la Russie, dans la situation en Libye, il vaut mieux aider R. Erdogan .. Ici à la fois le "courant turc" et la décision du Syrien problèmes, etc., et avec l'Iran, pour créer, comme c'était autrefois à la mode, un bloc militaire, alors les efforts des États-Unis et de divers royaumes arabes ne sont pas si formidables, et la paix au Moyen-Orient deviendra une réalité ...
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 15 Juillet 2020 13: 42
    +1
    Pour Arkharov:
    - Et l'Union britannique bricolée - est-ce aussi un rot impérial?
    Et pourquoi dans l'UE, d'où vient l'Angleterre, parle encore anglais? - Est-ce déjà un rot américain?
    1. Arkharov Офлайн Arkharov
      Arkharov (Grigory Arkharov) 15 Juillet 2020 18: 36
      -4
      Une Union britannique pavée est-elle aussi un rot impérial?

      - Oui, c'est quelque chose, il n'y a pas la moindre tentative de sortir de là, et après tout, personne ne tient, les pays sont absolument indépendants. Voici un exemple d'union mutuellement bénéfique. Et qu'en est-il de l'anglais, qui vous empêche personnellement de proposer de parler russe dans l'UE? Suggérer?
  3. Bitter Офлайн Bitter
    Bitter (Gleb) 16 Juillet 2020 21: 54
    +1
    La Russie a choisi la bonne tactique: la Libye est la clé ...

    Et avant, alors que la Libye n'était pas un groupe fragmenté de ragamuffins, mais un seul pays fonctionnel, était-ce la mauvaise tactique ou le plan rusé n'était-il pas encore opérationnel?
  4. Evgeny Mikhailov Офлайн Evgeny Mikhailov
    Evgeny Mikhailov (Vyacheslav Plotnikov) 20 Juillet 2020 16: 25
    +1
    Un quasi-État faible et dépendant «règne» désormais sur le territoire de la Russie. Où doit-il «coloniser» quelque chose? Il ne sait pas construire une route ... À LUI-MÊME! Tout s'efforce de "couper la pâte" aux aborigènes travailleurs et patients sur les routes à péage, sur la construction des routes à péage ... "L'eau coule - mon eau coule tanga - mon tanga ..." L'état primitif est "Russie capitaliste". C'est en n yat n qu'Israël EST DANGEREUX! Petit Israël.
    La définition convient à la fois aux homo sapiens et aux états "séparés" - "pas de bougie pour Dieu, aucun diable n'est un poker".
    En fait, à propos de la Libye. La Libye est la clé pour comprendre la politique de la mondialisation. Ils sont dangereux. Et c'est bien que, par exemple, Trump essaie de les empêcher d'entrer. Premièrement, ils ont détruit un État autosuffisant et prospère, maintenant ils établissent des relations avec lui ... Comme avec Vysotsky V.S.: "... il s'est moqué de nous, fou - que pouvez-vous prendre?"