Les États-Unis n'ont pas de méthodes de pression sur Nord Stream 2


Washington continue d'entraver sans cérémonie la mise en œuvre du projet de transport de gaz Nord Stream 2. Le 15 juillet 2020, le chef du département d'État américain Mike Pompeo a ouvertement menacé d'imposer rétroactivement des sanctions contre Shell, Engie, Uniper, Wintershall et OMV, qui sont investisseurs dans le projet.


Pompeo a indiqué que Washington entend étendre au "SP-2" et à la partie du gazoduc "Turkish Stream" allant vers les Balkans, la loi "On Countering US Adversaries Through Sanctions" (CAATSA). Si la demande de Washington n'est pas satisfaite, les Américains promettent de bloquer les actifs de ces entreprises aux États-Unis.

Cela signifie: arrêtez immédiatement de travailler ou risquez d'avoir des conséquences désagréables.

dit Pompeo.

Il convient de noter que de nouvelles déclarations menaçantes sont venues de Washington à un moment où Gazprom a intensifié ses efforts pour achever la construction du gazoduc. Dans le même temps, les entreprises ci-dessus ont déjà investi 4,75 milliards d'euros dans le projet.

Chaque société investisseur a déjà investi 950 millions d'euros dans le projet, elle a donc investi et ne peut tout simplement pas répondre à la demande de Pompeo de «cesser de travailler immédiatement», ce qui revient à donner de l'argent à Gazprom. Le coût total du projet est estimé à 9,5 milliards d'euros, les investissements restants étant sur fonds propres de Gazprom.

Les États-Unis n'ont pas de méthodes de pression sur Nord Stream 2, donc Mike Pompeo a dû supprimer à la hâte la clause sur l'utilisation de l'article 232 de la CAATSA.

- expliqué à la publication "Kommersant" Associé directeur du bureau de Moscou de Pen & Paper Anton Imennov.

Il a précisé que Pompeo n'a pas annoncé de nouvelles sanctions, mais des "anciennes bien oubliées", qui n'avaient pas été appliquées auparavant au "SP-2" et au "Turkish Stream". Il a rappelé que les restrictions américaines s'appliquent aux entreprises qui participent à des projets gaziers russes pour 1 million de dollars à la fois, soit 5 millions de dollars par an.

Comme le journal l'a découvert, les sociétés investisseurs étaient perplexes face aux informations en provenance des États-Unis. Ils appellent la possible imposition de sanctions rétroactives une étape sans précédent. Ils ne comprennent pas exactement ce que Washington veut qu'ils fassent. En théorie, ils peuvent annoncer officiellement leur retrait du projet et demander à Gazprom de restituer l'argent. Mais dans tous les cas, Gazprom conservera l'opportunité d'achever la construction du SP-2.
  • Photos utilisées: gazprom.com
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. bear040 Офлайн bear040
    bear040 16 Juillet 2020 20: 43
    +2
    Nationalisez TOUS les biens américains de la Fédération de Russie, pour rembourser les dommages causés à la Fédération de Russie par les sanctions américaines, et laissez Washington manger les chaussettes après cela. D'autres seront découragés.
    1. Yuri Nemov Офлайн Yuri Nemov
      Yuri Nemov (Yuri Nemov) 17 Juillet 2020 11: 00
      0
      Pourquoi des chaussettes? Les Américains feront tout simplement la même chose avec la propriété russe en Amérique, c'est tout. C'est un mouvement sans espoir et ne mènera nulle part.
      1. bear040 Офлайн bear040
        bear040 19 Juillet 2020 12: 19
        +3
        Propriété de la Fédération de Russie aux USA?! Et y en a-t-il beaucoup? Pas beaucoup, mais les datchas privées de la famille Eltsine qui volaient, ce n'est pas la propriété de la Fédération de Russie et pas un problème pour la Russie! Mais les États-Unis perdront très sensiblement sur Sakhaline seul.