Le projet de l'Allemagne de fournir du gaz naturel liquéfié est contrecarré


Les plans de Berlin pour fournir du gaz naturel liquéfié d'Amérique du Nord sont contrecarrés. La mise en œuvre du projet Goldboro LNG en Nouvelle-Écosse (Canada), dans le cadre duquel le gouvernement allemand a émis une garantie de prêt de 4,5 milliards de dollars, est à nouveau au point mort.


À l'origine, la société d'énergie canadienne Pieridae Energy, qui exploite Goldboro LNG, a planifié une décision finale d'investissement (FID) pour le projet de 30 milliards de dollars d'ici le 2020 septembre 10. Les Canadiens ont un accord de 20 ans avec l'allemand Uniper pour acheter GNL. Cependant, au printemps 2020, Pieridae Energy, en raison de la pandémie COVID-19 et de la baisse des prix du gaz, a reporté l'adoption du FID au 30 juin 2021 et convaincu les partenaires allemands de l'exactitude de cette mesure.

Cette fois, les Canadiens ont informé les Allemands que la société d'ingénierie Kellogg Brown & Root avait violé ses obligations et refusé de construire l'usine de Goldboro LNG clé en main aux mêmes conditions. L'entrepreneur souhaite modifier les termes du contrat. Pieridae Energy explore actuellement des options pour sortir de cette situation, du recours au tribunal à la négociation avec d'autres entrepreneurs. Cependant, tout cela peut retarder la mise en œuvre du projet.

L'usine de Goldboro LNG est censée produire 9,6 millions de tonnes de GNL par an (environ 14 milliards de mètres cubes de gaz) à partir de matières premières américaines, qui seront fournies à l'entreprise via un gazoduc. Dans le même temps, Uniper (partenaire de Gazprom dans Nord Stream 2) est prêt à racheter 50% du GNL produit sur deux décennies, pour lequel il a reçu la garantie de prêt susmentionnée de Berlin.
  • Photos utilisées: kees déchiré / flickr.com /
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.