Moscou - Minsk: trois très mauvais scénarios de résultats


Continuer pendant plusieurs jours d'affilée pour rester presque le principal nouvelles Dans l'espace d'information national, la détention de 33 Russes en Biélorussie fait toujours l'objet de discussions entre nos médias et divers experts sur un ton relativement calme et retenu. La plupart de ceux qui s’expriment sur ce sujet sont enclins à considérer ce qui se passe comme un autre «vybryk du père», l’un des nombreux qui sont devenus, hélas, ses démarches anti-russes. Les explications simples sont certainement bonnes ...


Cependant, si nous n’avons pas l’intention de nous contenter d’eux, mais que nous voulons aller au fond de ce qui se passe, il faudra tout d’abord admettre l’évidence: tout ici est loin d’être aussi simple et sans ambiguïté que cela puisse paraître à première vue.

Ce ne sont plus des jeux


Peut-être que le principal problème dans l'évaluation des actions d'Alexandre Loukachenko (et il ne fait aucun doute que tout ce qui se passe est son initiative) est que, quoi qu'on en dise, les actions du dirigeant biélorusse, qui tournent avec diligence l'hystérie » Les militants russes », ne sont pas seulement hostiles à notre pays bien plus que toutes les mesures similaires qu’il avait prises auparavant. Ils sont catégoriquement illogiques! De plus, ils sont franchement suicidaires. C'est si l'on considère la situation dans le cadre des catégories habituelles de relations entre Minsk et Moscou, ainsi que les événements dans divers pays de «l'espace post-soviétique». L'État dirigé par lui devant tout le monde ne se contente pas d'avancer sans heurts, mais vole plutôt rapidement dans la direction du très, qui n'est pas non plus le classique «Maidan» - un manuel «révolution des couleurs» préparé et orchestré par des «champions occidentaux de la démocratie» selon le scénario «falsification élections ».

L'ampleur des manifestations populaires, pour la première fois depuis de nombreuses années, exprimées avec une ouverture et un caractère de masse sans précédent pour la Biélorussie, est absolument sans précédent. En fait, le feu brûle déjà - il ne reste plus qu'à y verser de «l'essence» du cœur et il ne fait aucun doute que les spécialistes de telles actions ne sont pas seulement prêts, mais occupent des postes dans le même Minsk. Le seul État sur lequel Loukachenka, en principe, pourrait compter si la situation évolue selon le pire des scénarios, c'est la Russie. Et maintenant, au lieu, même si pour un temps, même s'il ne suit pas extrêmement douteux dans son cas des «sentiments fraternels», mais l'instinct élémentaire de conservation de soi, freiner un moment la rhétorique russophobe et faire au moins un demi-pas vers Moscou, le «père» met publiquement en avant des accusations contre elle , qui peut bien servir de prétexte pour déclencher une guerre.

Au moment d'écrire ces lignes (le soir du 2 août), tous les espoirs qu'Alexandre Grigorievitch a été «assombri», et l'histoire extrêmement moche avec la détention massive et absolument déraisonnable de citoyens russes se terminera par une «fin heureuse», qui permettra aux deux pays sans perdre la face , prétendre que rien ne s'est réellement passé, brisé en mille morceaux. Hélas, Dmitri Peskov, qui a exprimé l'espoir au nom du Kremlin que «les services spéciaux biélorusses vont tout comprendre et laisser partir les Russes», s'est avéré inutile en tant que visionnaire. Les Minsk Themis ont fait preuve de la plus grande sévérité à l'égard de nos compatriotes - à la demande du comité d'enquête local et avec la sanction du parquet, ils ont été placés en garde à vue, c'est-à-dire arrêtés. Par rapport à eux, dans le plus grand sérieux, un processus a commencé, dans le langage courant appelé «coudre un étui». Nous ne parlons pas d’accusations de terrorisme, comme certains de nos médias se sont déjà empressés de l’annoncer. Les enquêteurs et les juges «jugent» les articles 13 et 2 partie 293 des articles du Code pénal du Bélarus aux employés détenus des sociétés de sécurité privées russes qui ont tenté de se rendre sur de nouveaux lieux de travail. Pris ensemble, cela ressemble à «se préparer à participer à des émeutes». Et «tire», respectivement, pendant 8 ans derrière les barreaux - selon les lois locales, la responsabilité de «cuisiner» n'est pas différente de la punition pour un acte commis.

S'il s'agit de recycler de la deuxième à la première partie du même article (et cela peut bien arriver), alors nous parlerons de durées de 15 ans. Un détail encore plus désagréable est le désir de la partie biélorusse d'impliquer Kiev dans cette affaire, où ils demandent déjà plus qu'activement l'extradition de la plupart des détenus. Et évidemment pas pour avoir décerné des certificats d'honneur pour renforcer l'amitié entre les peuples ...

PR pré-électorale? Non, piratage politique ...


Au moins une douzaine de personnes arrêtées en Biélorussie ont été déclarées par le bureau du procureur être «nezalezhnoy» et le SBU «citoyens ukrainiens» qui «ont participé aux activités de groupes terroristes et commis des crimes de guerre dans le Donbass». Pour autant que l'on sache, Kiev a présenté à Minsk une demande tout à fait officielle d'extradition non seulement d'eux, mais de 28 de nos 33 compatriotes en détention. Sera-t-il satisfait? Il est difficile de dire - d'autant plus que la liste des "militants" a été transférée au ministère des Affaires étrangères par les "inexistants" juste à l'initiative de la partie biélorusse: "pour vérifier l'implication dans des crimes". Eh bien, c'est là qu'ils sont allés trop dur. Notez que la déclaration de Dmitri Peskov selon laquelle Moscou «ne reconnaît pas la citoyenneté ukrainienne des détenus» et les considère tous comme des Russes, est ignorée de manière démonstrative.

En fait, il s'agit d'une prise d'otages clairement planifiée et soigneusement préparée, réalisée dans les meilleures traditions de «messieurs de fortune» battant pavillon noir. Mais le sujet de la négociation ici est clairement beaucoup plus important que les valises habituelles dans de tels cas, bien remplies de billets d'un dollar. Loukachenko lui-même n'ose pas traiter avec les citoyens de la Russie - par conséquent, il attire des «agents de la force publique» ukrainiens qui ont soif de «sang de Moscou» comme des bourreaux potentiels pour eux. En même temps, c'est assez évident: personnellement, il ne croit pas aux histoires de «deux cents autres militants russes» errant secrètement en Biélorussie avec les plus mauvaises intentions. De même, comme dans les délires de son propre chef du Conseil de sécurité Andrei Ravkov à propos des «camps secrets près de Pskov et Nevel», où toute une horde d'adversaires similaires s'entraîne, «apprenant des techniques de tireur d'élite et des explosifs». Sinon, le «père» aurait dû être reconnu comme désespérément fou, mais ce n'est bien sûr pas le cas. Loin de là.

Quelqu'un, mais Alexandre Grigorievitch sait avec certitude à quel point les choses vont mal dans son pays avec de véritables «forces pro-russes» capables d'au moins une sorte d'action consolidée et sérieuse. A tel point qu'il a dû nommer le pauvre Babariko au rôle du «candidat de Moscou», dont il est le même «agent du Kremlin» que, excusez-moi, d'Andrei Makarevich. Cent pour cent nationaliste et meilleur ami des Zmagars. Avec de faux "wagnériens" - absolument la même histoire. Et les versions avancées par certains selon lesquelles Loukachenka a été «désorienté» et «encadré» par certains de ses «conseillers pro-occidentaux» qui ont trompé le président confiant avec des histoires sur des «spécialistes des PMC» envoyés de Moscou à son âme, ne résistent pas non plus aux critiques.

Vous ne devriez pas faire un imbécile naïf d'Alexandre Grigorievich. Devant nous se trouve le politicien le plus expérimenté, comme on dit, endurci avec une vaste expérience et une conscience absolue des réalités environnantes. Son discours sur les "soldats innocents" et les "sales intentions" de ceux qui les auraient "envoyés en Biélorussie" ne font que partie du jeu, sans aucun doute lancé par lui. Parlant des «intentions terroristes» des détenus, Loukachenka lui-même agit dans les meilleures traditions des terroristes: il avait simplement besoin d'otages pour assurer la «victoire sur Moscou» pré-électorale, il les a donc pris. Les employés de la société de sécurité privée ne seraient pas venus, il faut penser qu'au pire, des cueilleurs de champignons vêtus de camouflage seraient descendus. Cela n’est pas arrivé à un tel point uniquement en raison de l’excellente connaissance des services spéciaux bélarussiens des itinéraires de transit de certains de nos concitoyens, qui ont des professions assez spécifiques, qui sont contraints de passer par Minsk vers des pays où il est tout simplement impossible de se rendre de Russie.

Maintenant, en fait, sur les scénarios possibles. En fait, Loukachenko a accusé la Russie de tenter un coup d'État dans son propre pays. Et, à en juger par ses actions, il entend exploiter ce sujet jusqu'au bout. En principe, d'autres mesures dans l'évolution de la situation dans la veine actuelle pourraient bien être la rupture des relations diplomatiques et l'aggravation extrême des relations interétatiques. Mais Alexander Grigorievich n'a probablement pas besoin de cela.

ainsi, scénario un - du «père»: Moscou, craignant la perspective d'extrader ses citoyens vers les bourreaux de Kiev, fait des concessions vraiment sérieuses. Au moins en matière d'approvisionnement énergétique. Jusqu'à la suppression de la «manœuvre fiscale» ou d'autres mesures tout aussi importantes qui, selon Loukachenka, sont capables d'assurer la poursuite de l'existence plus ou moins confortable des «émirats biélorusses» aux dépens du budget russe. Alexander Grigorievich, ayant «gagné» les élections, apparaît devant son propre peuple comme un dirigeant presque omnipotent aux proportions épiques, capable à la fois d'éviter la confusion et de «plier» le Kremlin à sa guise. Quelles sont les perspectives pour la Russie? Il est extrêmement difficile de l'exprimer en censure ici. Dans tous les cas, nul besoin de parler de l’autorité internationale et du poids d’un pays qui lui permet de prendre ses citoyens en otage et de répondre avec résignation aux demandes formulées.

Deuxième scénario - sans enthousiasme: Loukachenka utilise la situation actuelle pour attiser davantage l'atmosphère dans le pays, pour instaurer sinon un état d'urgence pendant les élections et pendant une certaine période après leur tenue, alors quelque chose de très similaire à lui. Sous prétexte d'éventuelles "émeutes de masse", qui seront certainement organisées par des "cosaques envoyés", si vous ne "serrez pas les vis" à la limite, la liberté de réunion, la circulation des citoyens et toutes les autres "libertés" encore nominalement disponibles en Biélorussie sont limitées. Aux yeux de l'Occident, en même temps, un «papa» rusé qui dirige ouvertement le plus réel politique répression, ressemble à un «combattant contre l'agression russe». Ceci, encore une fois, dans sa sincère conviction, "annulera" tout ce qui se passe là-bas maintenant, et même certaines choses beaucoup plus difficiles, auxquelles les choses pourraient bien arriver, si les gens descendent néanmoins dans la rue après une "volonté prédéterminée". ". Eh bien, et Moscou ... Vous pouvez faire la paix avec Moscou et ensuite. Ils dureront! Ils n’ont pas non plus toléré cela.

Troisième scénario - le plus négatif: Alexander Grigorievich a vraiment décidé de «céder» le pays à l'Occident. Une option tout à fait possible, aussi incroyable que cela puisse paraître à première vue. Après tout, certaines entreprises spécifiques ont des méthodes de persuasion et de coercition auxquelles même certains présidents ne peuvent résister. Les exemples de Koutchma et Ianoukovitch (qui croyaient sincèrement aux «garanties» occidentales et ont failli perdre la tête) en sont la preuve. Encore une fois, face à un choix entre l'inévitable "Maidan" aux conséquences absolument imprévisibles et le transfert "civilisé" du pouvoir à un successeur désigné par l'Occident (pas Tikhanovsky ou Tsepkalo, bien sûr, mais au moins le même Makei), Loukachenko peut "flotter" ... Et pourquoi la condition primordiale d'un tel accord ne serait-elle pas une rupture complète des relations avec la Russie, de plus, la création d'une situation après laquelle la réconciliation entre Moscou et Minsk (quels que soient les noms des dirigeants) deviendra extrêmement problématique? Dans ce format, vous pouvez vous attendre à tout, y compris l'extradition des Russes arrêtés (ou d'une partie d'entre eux) vers l'Ukraine.

Je dois dire que le troisième scénario aujourd'hui n'est pratiquement envisagé par personne et n'est pas pris en compte. Et en vain ... Peu importe combien il était tard. Dans tous les cas, le temps nous le dira, cependant, il n'y a pas de bonnes options pour le développement des relations entre Minsk et Moscou d'aujourd'hui.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
19 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sapsan136 En ligne Sapsan136
    Sapsan136 (Sapsan136) 3 Août 2020 09: 20
    +2
    L'astucieux suit les traces de Ianoukovitch, plus loin en Biélorussie, tout sera comme en Ukraine.
  2. Igor Pavlovitch Офлайн Igor Pavlovitch
    Igor Pavlovitch (Igor Pavlovitch) 3 Août 2020 09: 24
    -10
    Je ne comprends absolument pas le battage médiatique autour des mercenaires au niveau étatique - personne en Russie n'a annulé l'article 359 du Code pénal de la Fédération de Russie. Mercenarisme

    1. Le recrutement, la formation, le financement ou tout autre soutien matériel d'un mercenaire, ainsi que son utilisation dans des conflits armés ou des opérations militaires -
    sont punis d'une peine d'emprisonnement de quatre à quinze ans ...

    et ainsi de suite. et similaire.
    Les citoyens étrangers - à plus forte raison, nafig, de la plage - expulsent et laissent l'État «étranger» s'occuper d'eux - les nourrissent de gruau, émettent des uniformes de prison et paient les services d'entretien dans des endroits reculés aux dépens de leurs citoyens «étrangers», pas russes. am
    1. Sapsan136 En ligne Sapsan136
      Sapsan136 (Sapsan136) 3 Août 2020 10: 23
      +6
      C'est à condition que ces personnes aient fait du tort à la Russie et qu'il n'y ait pas de procès. Si le Malin extrade les citoyens de la Fédération de Russie vers Bandera, même si ni lui ni ses sujets ne viennent plus en Fédération de Russie, ils ne seront peut-être pas accueillis comme ça.
    2. 123 Офлайн 123
      123 (123) 3 Août 2020 12: 27
      +6
      Je crois que leur attitude à votre point de vue sera indiquée ici à plusieurs reprises, je vais essayer de la compléter et, pour ainsi dire, de regarder le problème sous un angle légèrement différent.

      Je ne comprends absolument pas le battage médiatique autour des mercenaires au niveau de l'État - personne en Russie n'a annulé l'article 359 du Code pénal de la Fédération de Russie.

      Proposez-vous d'étendre la juridiction russe au territoire d'un État voisin? Il est temps pour vous de "Peacemaker". rire Contenu de l'art. 359 du Code pénal de la Fédération de Russie, il serait passionnant de discuter, par exemple, avec Yarosh, pour sa participation à la guerre tchétchène (et c'est le territoire de la Russie), il sera chaleureusement accueilli. L'Ukrainien Themis, qui est typique, ne se plaint pas de lui.
      Proposez-vous de juger pour des crimes présumés commis à l'étranger? En même temps, vous préférez ne pas remarquer les crimes commis par des étrangers ici. Vous rêvez de mettre de l'ordre dans un pays en particulier? Cela ne fonctionnera pas, ce phénomène ne se limite pas aux frontières étatiques, pardonnez la tautologie. Croyez-le ou non, les chevaux n'ont pas non plus annulé cet article:

      Article 447
      1. Recrutement, financement, soutien matériel, formation de mercenaires en vue de leur utilisation dans des conflits armés d'autres États ou actions violentes visant à renverser le pouvoir de l'État ou à violer l'intégrité territoriale, ainsi que l'utilisation de mercenaires dans des conflits ou actions militaires

      Cela n'empêche pas l'émergence de «volontaires» et de «Texas Rangers» estoniens.
      Il est impossible de ne se conformer à aucune norme, tout en exigeant leur respect des autres. Yarosh ne se téléporte pas sur un bouleau, il n'a pas été envoyé dans les caves de la Loubianka. Si vous avez l'intention de résoudre le problème, ne semble-t-il pas logique que la partie ukrainienne fasse le premier pas?
  3. peep Офлайн peep
    peep 3 Août 2020 11: 02
    +3
    Malheureusement-troisième option!
    IMHO - "Cunning" AHL (avec ses fils aînés, déjà bien attachés à la barre des autorités, et les plus jeunes) a longtemps été retenu en otage et chante au rythme de son environnement russophobe pro-occidental, qui (ne se cache plus du tout!) Abandonne RB à ses colporteurs de Washington.
    Par provocation avec les citoyens russes capturés, les complices à la manière de bandits "se tricotent dans le sang" - ils ont coupé toutes les voies de fuite vers l'AHL, connaissant très bien son hypocrisie rusée et ses talents opportunistes de "changer de chaussures en un saut" répété! cligne de l'oeil

    Et le «processus anti-russe» du Kremlin (qui s'est sensiblement accéléré depuis le printemps 2014) s'est endormi complaisamment et n'a limité que récemment l '«antiRussie» biélorusse (déjà choyée) dans ses immenses subventions?!
    Apparemment, les "stratèges" "rusés" de Moscou n'ont jamais rien appris de la triste "expérience" avec le prétendument "pro-russe" Judeo-Mazepa Yanyk et les nombreux enfants de dix ans (ensemble, cinq milliardaires "déclaré par" pechenyushnitsa "Vika Nuland!) Parrainage russe de la transformation de l'Ukraine" indépendante "en une" AntiRussie "pro-américaine russophobe ??! nécessaire

    Le battage médiatique avec des histoires d'horreur sur la prétendue «ingérence russe dans les élections biélorusses» est également nécessaire par les marionnettes de Washington comme un «écran de fumée» informatif.
    Avec ces insinuations anti-russes aspirées du doigt, ils "remplissent les réservoirs" d'habitants occidentaux à préjugés russophobes (la soi-disant "communauté mondiale") - pour couvrir l'impudente intervention américaine à grande échelle dans les élections présidentielles et le violent "reformatage" pro-occidental de la Biélorussie!
    C'est juste pareil illogique et complètement absurde pour le bon sens, la junte de Kiev Maidan accuse la Russie d'avoir prétendument organisé un coup d'État sanglant à Kiev - «Euromaïdan»! tromper

    Les néo-colonialistes insidieux de Washington sont connus pour utiliser les mêmes «méthodes de travail» que les coups d'État de Maïdan à maintes reprises, ne s'appliquant que légèrement aux spécificités locales, même les symboles des combattants extrémistes entraînés pour cela ne sont pas modifiés (les «anizhedets» biélorusses démontrent les mêmes «poings "et" râpeuse ", connue dès les premières" révolutions de couleur ", des militants pro-américains du" Otpor "serbe!)
    En Biélorussie, les Washington DC agissent selon les mêmes schémas, tout en respectant leur «algorithme de démocratisation coloniale». Et l'AHL n'est qu'un "pion sacrificiel (pas même un" officier ")" sur leur "échiquier", tous les coups sont déjà cartographiés (ceux de Moscou parviendront-ils à "s'intégrer" au tout dernier moment, comme ce fut le cas avec la Crimée, ou le Washington question questions ??! cligne de l'oeil ) ... hélas!
    C'est dommage, bien sûr, car Luka avait une chance considérable d'entrer vraiment dans l'histoire de la Russie et du monde à partir d'une lettre majuscule (à un moment donné, j'ai même pensé que AHL pouvait, jusqu'en août 2008, j'étais son sincère sympathisant, et jusqu'au printemps 2014, je pensais qu'il était pas tout à fait sans espoir), et pas si ingrat de "plonger" dans le "N-note avec des petits caractères à moitié effacés", sous la ligne tout en bas de la page ... sincèrement C'est dommage - pas cela, comme il s'est avéré, un imbécile de petite ville qui a bêtement raté une telle opportunité , mais pour le Peuple et l'Etat c'est insultant!
  4. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 3 Août 2020 11: 12
    +5
    Quatrième option. Opinion personnelle, je ne m'impose à personne.

    Conditions à la frontière:
    1. Loukachenka n'est pas un idiot.
    2. Loukachenka veut rester au pouvoir.

    Les résultats des élections seront falsifiés. Dans tous les cas, tout le monde sur Internet en parle. En conséquence, l'Occident ne reconnaît pas la légitimité de Loukachenka et le pays va commencer à secouer le Maidan.
    Dans un effort pour saisir l'initiative, Loukachenka tente de toutes ses forces de faire tomber les armes des mains de l'opposition et montre à l'Occident qu'il est un homme politique pro-occidental. Il veut que l'Occident reconnaisse les résultats des élections et qu'il n'y aura pas de Maidan dans le pays.
    Ma conclusion est donc complètement opposée. Loukachenka cherche à éviter Maïdan et poursuit donc une politique anti-russe. D'où les provocations et l'éventuelle fermeture de la frontière avec la Russie.
    Conclusion - afin de préserver son pouvoir personnel et d'empêcher Maïdan, Loukachenka glissera de plus en plus dans la position anti-russe. L'exemple de Ianoukovitch est devant ses yeux et n'attire pas du tout. Et il n'y a pas de forces pro-russes en Biélorussie. Comme on ne l'a pas vu en Ukraine.
  5. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 3 Août 2020 11: 16
    +5
    Permettez-moi de suggérer une quatrième option, l'Amérique latine ou l'arabe, pour ainsi dire. Une partie du commandement militaire, fidèle au peuple biélorusse et à l'État de l'Union, arrête Loukachenko et l'oblige à démissionner. Le pouvoir provisoire passe entre leurs mains, la loi martiale est déclarée pour 1 an pour préparer de nouvelles élections, et à ce moment la 5ème colonne des ONG pro-occidentales est éliminée. Dans tous les cas, dans un tel scénario, la Biélorussie ne répétera pas le sort de l'Ukraine voisine et n'autorisera pas les ruines dans son pays d'origine. Et la Russie sait être généreuse ...
    1. 123 Офлайн 123
      123 (123) 3 Août 2020 13: 21
      +3
      La quatrième option est une bonne solution, Bien par rapport aux trois premiers, bien sûr. Un forestier qui dispersera à la fois les Allemands et les partisans est une solution acceptable au problème. Les militaires ont de la motivation, si nous mettons de côté «le devoir, l'honneur, le sort du pays» et ainsi de suite, ils ne peuvent s'empêcher de comprendre que si le pays passe aux «rails occidentaux», leur carrière peut être interrompue. Mais je doute qu'il y ait un «noyau passionné» dans les rangs ordonnés d'une armée qui n'a pas combattu depuis 30 ans. aucune Qui d'autre? Le ministère de l'Intérieur ne peut pas faire cela. KGB? Regardez cette honte, un nouveau chef. Sûrement, le monument à Dzerzhinsky s'est retourné d'une telle vue dans le magasin.
      Et ce qui est le plus triste, apparemment, le Maidan ne peut être évité.
  6. Oui, qu'y a-t-il à mariner? Nous couperons les régions de Russo-Belov Moguilev, Vitebsk et Gomel, où vivent les RUSSE, et là - un mur de fer sur le cordon et marcherons, Papa, vers l'Europe.
  7. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 3 Août 2020 12: 33
    0
    En fait, tout ce battage médiatique est clairement orchestré par les ennemis.

    Soit plus tôt, pour les autres, "l'enquête le découvrira", puis "allez, allez, allez" .....

    Le battage médiatique disparaît, et les autorités éternuent. Avez-vous acheté du gaz? - acheté. Avez-vous acheté des combattants? - acheté. L'avez-vous déjà acheté? - acheté.
    Tout. L'argent ne sent pas.
  8. kot711 Офлайн kot711
    kot711 (vov) 3 Août 2020 12: 41
    -1
    Pourquoi russophobe? La haine des oligarques russes ne signifie pas la russophobie. Il comprend ce qui se passera si la soi-disant «unification» se produit. Bien que sa déclaration sur les "guerres non russes" et "l'OTAN défendra" ne lui inspire pas le respect, il est clair qu'il a lancé une sorte de "plan astucieux" de son cru.
  9. Valentin Офлайн Valentin
    Valentin (Valentin) 3 Août 2020 14: 06
    +4
    Eh bien, nos yeux se sont ouverts, et nous n'avons plus de «frères»? C'est bien, maintenant personne ne nous plantera un couteau dans le dos, sauf les Asiatiques centraux, dont on peut tout attendre aussi ... Mais qu'en est-il de nos super analystes, des services spéciaux, pendant tant d'années il a chié dans nos poches, et nous avons presque ils le portaient sur leurs mains, gémissaient avec lui, lui plaisaient, et il nous a donné une énorme figue.
    1. Bakht Офлайн Bakht
      Bakht (Bakhtiyar) 3 Août 2020 17: 53
      0
      Et qui a dit que les "super-analystes" n'avaient pas prévu cela? Il me semble que récemment cela a été discuté ici ...
  10. Tektor Офлайн Tektor
    Tektor (Tektor) 3 Août 2020 18: 22
    +2
    Il faudrait dénoncer l'État de l'Union, exclure la Biélorussie de l'UEE et imposer des sanctions économiques avant les élections du 9 août.
  11. yaelxninsh Офлайн yaelxninsh
    yaelxninsh (Janis Elksninsh) 3 Août 2020 20: 37
    +1
    Il semble que le contact étroit de l'Ukraine avec la Biélorussie existe depuis longtemps. Ils ont partagé avec eux des plans pour lancer des opérations militaires sur tout le territoire de la Fédération de Russie. Au Bélarus, ils ne veulent pas participer aux côtés de la Fédération de Russie. Ils se sont assurés par l'arrestation de citoyens russes.
    1. Essex62 Офлайн Essex62
      Essex62 (Alexander) 4 Août 2020 03: 00
      -1
      Seul le peloton a été ralenti, et le bruit. Bien que, bien sûr, à la veille de l'offensive des chevaux, qui est diffusée à partir de chaque fer russe, chaque unité de combat compte.
      Mais le Maidan doit être éteint dans l'œuf. Personne, bien sûr, ne plantera ni même ne donnera 404 de nos combattants. Papa négocie pour quelque chose de notre marais bourgeois. Eh bien, que faire, il n'y a pas de pétrole et de gaz en Biélorussie, sur lesquels, en fait, notre zéro est maintenu. Retirez ce soutien sous le gouvernement russe actuel, le Maidan s'enflammera ici aussi. Déjà zaluzhnye essaiera de se balancer, il y aurait des raisons de poids.
  12. art_2 Офлайн art_2
    art_2 (Mikhail Yurievich Artemiev) 4 Août 2020 10: 31
    +1
    Oui, Poutine, au moment où toute la Russie se rebelle contre lui, a réussi à se quereller avec le dernier allié. Eh bien, comment l'Angleterre n'acceptera-t-elle pas?
  13. Valery V. Офлайн Valery V.
    Valery V. (Valery V.) 4 Août 2020 12: 39
    +1
    Et je suis sûr - Lukashenka a conclu un accord avec VVP, et tout ce qui se passe est une performance pré-planifiée. Afin de donner à Loukachenka l'image d'un défenseur des intérêts nationaux et du leader le plus courageux ("il n'a pas peur de Poutine lui-même !!"). Du coup, l'électorat, prêt à voter pour ses rivaux, se jette en douceur dans le camp de ses partisans. Et les États-Unis, face aux querelles de Loukachenko avec la Fédération de Russie, ne l'appelleront plus "le bourreau du peuple biélorusse", et après la victoire (bien sûr, dont la victoire) ils ne commenceront pas un Maidan.
  14. Vladimir Mudov Офлайн Vladimir Mudov
    Vladimir Mudov (Vladimir Mudov) 5 Août 2020 13: 31
    0
    Que pensez-vous, est-ce que le MINSK MONSTER ARREST le lâche Poutine dans son bunker de Moscou? Ce que le "bavard, scélérat et criminel" Kvachkov n'a pas fait, le MINSK MONSTER le fera, quoique une SEMAINE encore plus grande, mais plus fort que Poutine et Kvachkov!
  15. Le commentaire a été supprimé.