La Pologne condamne Gazprom à une amende pour la construction du "Nord Stream-2"


L'Office polonais pour la protection de la concurrence et des consommateurs (UOKiK) a condamné le Russe Gazprom à une amende de 57 millions d'euros pour avoir enfreint les lois antimonopoles polonaises lors de la construction du gazoduc Nord Stream 2.


Le chef de l'UOKiK, Tomasz Khrustny, a décidé d'infliger une amende à la préoccupation russe pour avoir refusé de coopérer à la procédure de construction du SP-2.

Un consortium a été créé pour financer les travaux - cela a été fait sans le consentement de la direction du régulateur polonais. À cet égard, des poursuites ont été portées contre quatre sociétés des Pays-Bas: Shell, OMV, Wintershall, Uniper, la société suisse Engie Energy et la société russe Gazprom. Les représentants de ce dernier ont refusé de fournir à la partie polonaise les documents nécessaires à la procédure

- a déclaré dans un communiqué UOKiK.

Selon Khrustny, la création d'un consortium pour financer la construction de Nord Stream 2 va à l'encontre des lois polonaises et européennes visant à restreindre les activités des monopoles. L'UOKiK a également empêché les participants européens de créer une société d'exploitation pour construire le pipeline. En conséquence, ces opérateurs sont devenus une filiale de Gazprom, Nord Stream 2 AG, et le projet est financé par des prêts.
  • Photos utilisées: www.gazprom.com
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
24 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. 123 En ligne 123
    123 (123) 3 Août 2020 11: 08
    +4
    Pour financer les travaux, un consortium a été créé - cela a été fait sans le consentement de la direction du régulateur polonais.

    La Pologne est simplement la norme de la modestie. Bien Vous pouvez bien sûr rire, mais en fait, il n'y a pas beaucoup de plaisir ici. Ce sont des signes de l'effondrement de l'ordre mondial. Nous atteindrons bientôt le point où les caravanes des marchands seront envoyées en toute sécurité. Combattez les voleurs, les régulateurs, les tribunaux d'arbitrage et autres personnes avides.
  2. Sapsan136 Офлайн Sapsan136
    Sapsan136 (Sapsan136) 3 Août 2020 11: 15
    +5
    Il est temps pour la Russie d'interdire l'importation de crevettes biélorusses et d'autres choses sur le territoire de la Fédération de Russie, laissez les Crafty et les seigneurs compter les pertes, sinon ils deviennent trop fantaisistes. Ce comportement de la Pologne suggère seulement que la Fédération de Russie devrait plutôt terminer la construction du SP-2 et introduire un embargo complet sur le commerce avec les maîtres polonais et leurs esclaves Bandera.
  3. Pauvre Gazprom! Ses pipelines le rendent vulnérable à toutes sortes de maîtres chanteurs et d'extorsionneurs! Miller, passez au GNL!
    1. 123 En ligne 123
      123 (123) 3 Août 2020 15: 59
      +1
      Pauvre Gazprom! Ses pipelines le rendent vulnérable à toutes sortes de maîtres chanteurs et d'extorsionneurs! Miller, passez au GNL!

      Cela ne changera rien. Un transporteur de gaz ou un tuyau au fond de la Baltique a à peu près la même attitude envers le juge fou polonais. Une bande d'avocats foutus ont décidé qu'ils étaient les maîtres du monde. Dans la décision suivante, ils pourraient être offensés par le fait que Miller construit des transporteurs de gaz.
      J'ai regardé cet étrange principal officier anti-monopole polonais, les doutes sur sa santé mentale ont augmenté.
      Les raisons pour lesquelles l'UOKiK (Office pour la concurrence et la protection des consommateurs) peut infliger une amende aux entreprises étrangères pour des projets qui ne concernent pas la Pologne ne sont pas du tout claires. Une sorte de surréalisme.

      https://www.uokik.gov.pl/aktualnosci.php?news_id=16648
  4. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 3 Août 2020 12: 25
    +1
    Si Gazprom est battu et qu'il tolère, alors il accepte de tolérer ...
    J'ai économisé de l'argent sur les avocats, je ne suis pas entré dans mon bureau, j'ai optimisé l'argent alloué pour l'accord ...
    Pas la première fois. Reconnaîtra aux prix intérieurs.
    1. Kristallovich Офлайн Kristallovich
      Kristallovich (Ruslan) 3 Août 2020 12: 36
      +2
      Hélas, nous n'avons tout simplement rien pour répondre à de telles singeries des gouvernements occidentaux.
      1. Bakht Офлайн Bakht
        Bakht (Bakhtiyar) 4 Août 2020 08: 40
        +2
        Il y a quelque chose à répondre. On l'a dit cent fois - nous avons besoin de volonté au Kremlin. Six mois d'interdiction de la fourniture d'hydrocarbures à l'Europe et tout (et tout) va se calmer. Il deviendra immédiatement clair qui doit à qui.
        1. Kristallovich Офлайн Kristallovich
          Kristallovich (Ruslan) 4 Août 2020 09: 17
          +1
          Six mois d'interdiction de la fourniture d'hydrocarbures à l'Europe et tout (et tout) va se calmer.

          Il est étrange d'entendre de telles propositions de votre part. Une telle décision sera le déclin des exportations de gaz russe vers l'Europe. Ils passeront essentiellement au GNL.
          1. Bakht Офлайн Bakht
            Bakht (Bakhtiyar) 4 Août 2020 09: 32
            +1
            Premièrement, ils ne le feront pas.
            Deuxièmement, le GNL en provenance de Russie est toujours moins cher que celui du Qatar ou des États-Unis.
            Troisièmement, en principe, l'Europe ne voudra pas se figer les oreilles. Il leur est plus facile d'annuler des décisions judiciaires illégales.
            1. Bakht Офлайн Bakht
              Bakht (Bakhtiyar) 4 Août 2020 09: 39
              +1
              Pour ceux qui ne sont pas amis avec l'arithmétique. Et il craint la baisse des "exportations de gaz vers l'Europe".
              GazProm a pompé quelque 200 milliards de mètres cubes en Europe par an. À 100 $ (plus facile à compter), cela fait 20 milliards de dollars par an. Quelqu'un est-il intéressé par les réclamations sommaires contre Gazprom? 3 milliards à l'Ukraine, 1,7 milliard à la Pologne. L'Ukraine prépare une réclamation pour 17 milliards supplémentaires. La Pologne et la Bulgarie ont déjà obtenu une révision du prix, la Turquie ne remplit pas les termes du contrat. Il me semble que les réclamations dépassent la totalité du COÛT (je ne parle pas des bénéfices) des exportations de gaz vers l'Europe.
              Cette exportation vers l'Europe est-elle vraiment nécessaire? Et qui pourra remplacer 200 milliards de mètres cubes de gaz pour passer au GNL? Eh bien, peut-être que NOVATEK ... gagnera un peu.
            2. Kristallovich Офлайн Kristallovich
              Kristallovich (Ruslan) 4 Août 2020 09: 45
              +1
              Premièrement, ils ne le feront pas

              Le raisonnement est hors échelle.

              Deuxièmement, le GNL en provenance de Russie est toujours moins cher.

              Moins cher. Mais les volumes sont incomparables par rapport au gaz de pipeline.

              Troisièmement, en principe, l'Europe ne voudra pas se figer les oreilles.

              Imaginons ce scénario: Moscou a coupé le gaz. Dans tous les cas, il s'agit d'une étape temporaire, pour montrer vos intentions. Si c'est l'heure d'été, l'Europe peut facilement survivre quelques mois. Dans le même temps, la Russie sera de toute façon obligée de reprendre ses approvisionnements. Cependant, ce que nous avons comme résultat: un hurlement de l'autre côté de l'océan, un hurlement de la moitié des politiciens européens que la Russie est déjà un fournisseur peu fiable et utilise sa position de monopole sur le marché comme un levier de pression. Après cela, une véritable recherche d'itinéraires alternatifs pour la livraison de gaz deviendra fondamentale pour Berlin. Si maintenant le lobbying pour de telles décisions vient davantage de Washington, alors en créant un précédent de chantage énergétique, Moscou déliera les mains de l'Europe.
              1. Bakht Офлайн Bakht
                Bakht (Bakhtiyar) 4 Août 2020 09: 50
                +1
                J'ai donné les arguments. Il n'y a tout simplement pas une telle quantité de GNL.
                C'est vrai, les volumes du pipeline sont incomparables avec les volumes de GNL. C'est d'ailleurs la réponse à l'argumentation.
                Le troisième point est le plus intéressant. N'y a-t-il plus de cris maintenant que la Russie utilise sa position de monopole? Oui, 90% des réclamations sont liées spécifiquement à la législation antimonopole. Six mois est la période pendant laquelle le SP-2 peut être complété. Et puis oubliez les contrats à long terme et de transit. Le gaz ne devrait être exporté vers l'Europe que par les gazoducs de l'entreprise commune sans intermédiaires et directement vers l'Allemagne. Celui qui en a besoin l'achètera en Hollande.
                Et comment la Russie "déliera-t-elle les mains de l'Europe"? Et maintenant l'Europe (Ukraine, Biélorussie, Pays baltes, Pologne, Roumanie, Bulgarie, Turquie) ont les mains liées par quelque chose?
                1. Kristallovich Офлайн Kristallovich
                  Kristallovich (Ruslan) 4 Août 2020 10: 16
                  +1
                  Le monopole lui-même n'a rien à voir avec cela. Je n'ai pas écrit à ce sujet, lisez plus attentivement.

                  J'ai donné les arguments.

                  Aucun

                  Encore une fois: créant un précédent de pression par l'approvisionnement en ressources énergétiques, surtout quand on parle déjà beaucoup du refus du gaz russe dans le contexte de la redistribution du marché européen du gaz, la Russie signera son propre verdict. L'un des derniers arguments des politiciens européens dans un différend avec l'opposition et le frère d'outre-mer est que la Russie est un fournisseur fiable qui n'a jamais failli. Si Moscou ose couper le gaz, Berlin ne l’avale pas. Les Allemands sont caractérisés par des principes. Il y a 10 ans, ils ont annoncé l'abandon de l'énergie atomique et s'orientent systématiquement vers cet objectif, même si cela leur coûte cher. Découvrez la quantité d'énergie que les sources renouvelables génèrent pour eux aujourd'hui. Et cela représente des centaines de milliards d'injections.
                  1. Bakht Офлайн Bakht
                    Bakht (Bakhtiyar) 4 Août 2020 10: 34
                    +1
                    L'Europe ne passera pas au GNL, car il n'y a tout simplement pas une telle quantité de GNL dans le monde. N'est-ce pas un argument?
                    Vous continuez à insister pour que la Russie conserve son statut de "fournisseur de gaz fiable". Les accords impliquent qu'il doit y avoir au moins un "acheteur de gaz fiable". Et cela, grâce aux efforts de l'Europe, n'est tout simplement plus visible. Si vous proposez de vendre du gaz à perte au nom de cette fiabilité, je ne peux rien y faire.
                    Les contrats sont revus, résiliés et renégociés. Dans le cadre des dernières décisions de justice, Gazprom est simplement obligé de revoir TOUS les contrats à long terme et de les abandonner. C'est tout.
                    Etrange logique. GazProm doit maintenir sa réputation, alors que l'Europe n'en a pas besoin. Toute cette orgie se produit pour une seule raison: le manque de volonté politique au Kremlin.
                    1. Kristallovich Офлайн Kristallovich
                      Kristallovich (Ruslan) 4 Août 2020 11: 28
                      +2
                      Personne n'a dit que l'Europe, si quelque chose se passait, abandonnerait le gaz russe «demain». C'est un processus qui prendra de nombreuses années. Les volumes de production de GNL dans le monde augmentent, et très rapidement. Par conséquent, il n'y a rien d'irréaliste que les Européens commencent à passer activement au gaz liquéfié, disons, dans 5 à 7 ans - non.

                      L'Europe ne passera pas au GNL, car il n'y a tout simplement pas une telle quantité de GNL dans le monde. N'est-ce pas un argument?

                      Pas un argument. La Russie a exporté 2018 milliards de mètres cubes vers l'Europe en 200. Et en 2017, le volume total de production de GNL dans le monde s'élevait à 323 milliards de mètres cubes. Je suis sûr que maintenant ce chiffre est beaucoup plus élevé et continuera d'augmenter. C'est inévitable.
                      1. Bakht Офлайн Bakht
                        Bakht (Bakhtiyar) 4 Août 2020 11: 33
                        +1
                        323 milliards de mètres cubes par an pour le monde entier. Ce n'est pas tant que ça. Il n'y a pas 200 milliards supplémentaires pour l'Europe.
                        Les usines de GNL en Australie ferment. La construction de terminaux GNL aux États-Unis a été gelée. Oui, il est possible que le GNL remplace le gaz de pipeline à l'avenir. Mais nous parlons de l'heure actuelle et d'un décalage de 6 à 12 mois. Eh bien, le coût. À l'heure actuelle, le coût minimum du GNL est de 70 dollars par mille mètres cubes. Ceci est sans frais d'expédition ni marge. Le fait qu'il soit maintenant vendu en Europe à 70 dollars pour mille n'est pas éternel. Le prix moyen aujourd'hui est de 150 $.
                      2. Kristallovich Офлайн Kristallovich
                        Kristallovich (Ruslan) 4 Août 2020 11: 35
                        +1
                        Les usines de GNL en Australie ferment. La construction de terminaux GNL aux États-Unis a été gelée.

                        C'est un phénomène temporaire. La demande a chuté.

                        Mais nous parlons de l'heure actuelle et d'un décalage de 6 à 12 mois.

                        Lorsqu'on parle d'énergie et de marchés aussi vastes que celui européen, il devrait s'agir d'une perspective de 5 à 10 ans. Le minimum. Qu'est-ce que 6-12 mois en général? Qui en tient compte ???
                      3. Bakht Офлайн Bakht
                        Bakht (Bakhtiyar) 4 Août 2020 12: 17
                        +1
                        C'est étrange. C'est Gazprom qui veut un contrat à long terme de 20 ans. Et l'Europe veut un contrat au comptant. Pas même pendant 6 mois, mais pendant un mois. Vous ne trouvez pas cela étrange?
                        La demande a baissé et c'est l'Europe qui profite des avantages momentanés. Ils ne pensent tout simplement pas au long terme.
                      4. Kristallovich Офлайн Kristallovich
                        Kristallovich (Ruslan) 4 Août 2020 12: 36
                        +2
                        Vous ne trouvez pas cela étrange?

                        Qu'y a-t-il de si étrange dans une pandémie ???
                      5. Bakht Офлайн Bakht
                        Bakht (Bakhtiyar) 4 Août 2020 12: 38
                        +2
                        La pandémie n’a rien à voir avec cela. L'abandon des contrats à long terme et l'arbitrage de Stockholm étaient bien avant cela.
                        Mais autre chose est intéressante. Ne trouvez-vous pas étrange que l'une des parties refuse d'exécuter le contrat tout en maintenant les obligations de l'autre partie?
                      6. Kristallovich Офлайн Kristallovich
                        Kristallovich (Ruslan) 4 Août 2020 12: 42
                        +2
                        Ne trouvez-vous pas étrange que l'une des parties refuse d'exécuter le contrat tout en maintenant les obligations de l'autre partie?

                        Bien sûr, ce n'est pas normal. Mais la Russie ne peut rien faire ici. La Pologne projette la volonté et les idées des États-Unis, Berlin ne peut pas et ne veut pas faire pression sur Varsovie.
                      7. Bakht Офлайн Bakht
                        Bakht (Bakhtiyar) 4 Août 2020 13: 08
                        +2
                        C'est pourquoi je parle du manque de volonté au Kremlin. Si l'une des parties n'aime pas le contrat, il doit être annulé. Et ne pas changer une partie. Le Kremlin devrait abandonner complètement ses obligations contractuelles et couper l'approvisionnement en gaz de l'Europe. Livrez uniquement dans le cadre de contrats au comptant avec des livraisons un mois à l'avance. Tel est le souhait de l'Europe.
                        Une exception pour les acheteurs directs comme l'Allemagne qui ne se présentent pas devant les tribunaux avec des poursuites idiotes.
  • Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 4 Août 2020 08: 38
    +2
    Récemment, en regardant les déclarations de réclamation, je veux juste demander: "Quand ces coups vont-ils se calmer?" Les mendiants demandaient de l'argent. Maintenant, ils sont exigeants.
    1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 5 Août 2020 10: 21
      0
      Vous avez noté à juste titre que les ennemis ont trouvé une "mine d'or", pour quelque raison que ce soit auprès de leurs tribunaux pour exiger des sommes énormes de GAZPROM et d'autres sociétés russes (pour de telles revendications non russes, en règle générale, il n'y a pas de telles revendications) ... opposition suffisante, ils acceptent et paient les milliards requis ... Pourquoi, en réponse aux tribunaux de la Fédération de Russie, ne pas accorder de réclamations à tous ces amateurs en bénéficiera, mais il n'y a pas de tels tribunaux de rétorsion ... actions de pertes (par exemple, la Pologne peut être poursuivie pour des dizaines de milliards de dollars pour interdire la pose d'un gazoduc à travers la Pologne et pour s'opposer aux activités de GAZPROM et d'autres sociétés relevant du SP-1 SP-2 uniquement pour des raisons politiques, les revendications de la Bulgarie contre l'interdiction de la pose des gazoducs South Stream, alors qu'aujourd'hui le gazoduc ( branche) est autorisé, etc. Ici, vous devez exiger des dizaines de milliards de dollars de dommages-intérêts, mais il y a un Seules des concessions et des pertes de plusieurs milliards de dollars de la part des dirigeants de GAZPROM, qui ne sont que des utilisateurs des ressources naturelles de l'État, en fait, la richesse de tous les citoyens de la Fédération de Russie ... !!!