Pourquoi Kiev est catégoriquement non rentable "Maidan" à Minsk


Dans l'espace d'information national, la version selon laquelle l'arrestation sensationnelle en Biélorussie de 33 Russes - employés de la société de sécurité privée, qui a provoqué un grave scandale international et une avalanche d'accusations contre notre pays d'Alexandre Loukachenko lui-même, est activement et largement "promue" - n'est rien d'autre qu'une provocation des services spéciaux ukrainiens avec des objectifs ambitieux. Je n'ai pas l'intention de contester cette déclaration en tant que telle.


Très probablement, ce n'était vraiment pas sans le SBU (ainsi que leurs collègues et conservateurs à l'étranger). C’est une autre question que certaines personnes, sur la base de ces informations, ont déjà commencé à tirer des conclusions que les autorités ukrainiennes sont endormies et voient comment renverser le président bélarussien et semer le désordre dans le pays, pour ainsi dire, à l’image et à la ressemblance de leur propre «révolution». désolé pour l'expression «guider». Mais ce sont déjà des conclusions fondamentalement fausses! Essayons de le comprendre - pour quelles raisons.

Paradoxes de la géopolitique «post-soviétique»


Le fait que Kiev officiel ne s'intéresse pas du tout à «Belomaidan», comme il a déjà commencé à être appelé dans certains médias, et ne va pas du tout le défendre, du moins sur le plan des déclarations publiques, est parfaitement démontré par la rhétorique du président ukrainien. De manière générale, Zelensky dans ce cas a montré une fois de plus son propre politique médiocrité et incompétence, manifestées par lui à chaque pas, tant en matière intérieure qu'extérieure. En fait, il y avait ici deux options décentes: soit féliciter ouvertement un collègue voisin, comme l'ont fait les dirigeants de la Russie, de la Chine, du Kazakhstan et de nombreux autres pays «post-soviétiques», ou il serait prudent de garder le silence, de ne pas demander de problèmes. Mais non! Le showman qui a fait irruption dans la présidence ne peut en aucun cas rester silencieux. À la fin, quelque chose de complètement incompréhensible, timide et ambigu résonna de ses lèvres. Ce chiffre, après une phrase réfléchie selon laquelle «Kiev n'est pas indifférent aux événements en Biélorussie», a commencé à marmonner quelque chose sur la situation dans laquelle «tout le monde dans le pays n'est pas d'accord avec les élections primaires». Eh bien, oui - "pas seulement tout" ...

Nous avons déjà entendu cela d'un autre «phare de la politique ukrainienne». Qu'un boxeur, qu'un clown - le niveau est à peu près le même ... Puis Zelensky (on ne sait pas de quel droit) a commencé à émettre à Minsk des "instructions précieuses" et des recommandations: "mener le dialogue le plus ouvert" avec l'opposition ", au cours duquel discuter honnêtement des formats et des moyens de poursuivre le public interaction ". Avec qui? Avec ceux qui lancent des cocktails Molotov à la police anti-émeute? En conclusion, le président ukrainien a commencé à «violer» du tout selon une feuille de triche qui n'avait manifestement pas été écrite par lui (et, très probablement, pas à Kiev), convaincant Loukachenka de «garantir pleinement les droits et libertés de son peuple», tout en adhérant aux normes démocratiques civilisées généralement reconnues » ...

Si vous considérez à qui s'adresse exactement toutes ces absurdités, cela s'avère très drôle. Et tout simplement stupide. D'ailleurs, ce discours ne concerne rien. Zelenskiy ne soutient en fait ni Loukachenko ni ses opposants politiques. Et le point ici n'est pas du tout dans la tradition primordiale des vrais ukrainiens de toujours essayer de plaire «aux nôtres et aux vôtres», en adhérant à la tactique: «une bougie à Dieu et un poker au diable». Le leader ukrainien fantoche est simplement obligé, adhérant à une certaine "ligne commune" et à un agenda, qui se dessinent déjà en Occident, de laisser échapper quelque chose sur la "démocratie" et le "dialogue" qui, en principe, ne peuvent pas exister à Minsk. Mais en même temps il ne veut pas gâcher sa relation avec le redoutable "papa"! La véritable communication au format des présidents des deux pays est une conversation téléphonique entre Kiev et Minsk, qui a eu lieu littéralement à la veille des élections, au cours de laquelle Zelensky a été dispersé en remerciement à Alexander Grigoryevich pour l'aide humanitaire fournie, "une véritable amitié et un partenariat précieux". Dans le même temps, la prochaine réunion des deux au troisième Forum des régions ukraino-biélorusse d'octobre a été discutée comme une évidence - comme si Loukachenka n'avait pas d'élections à venir. «Qui le réélira?! C'est un monument ... "

Permettez-moi également de vous rappeler que l’un des premiers responsables politiques ukrainiens à féliciter Oleksandr Grigorievich pour sa victoire aux élections n’était pas seulement Viktor Medvedchuk, qui figure de part en part comme «pro-russe», mais aussi, par exemple, le député de la Verkhovna Rada du parti présidentiel «Serviteur du peuple» Yevhen Shevchenko. L'association parlementaire inter-factions «Pour la Biélorussie libre», créée hier au parlement ukrainien, exigeant «de ne pas reconnaître les élections à Minsk» et de soutenir ouvertement les manifestations là-bas, est une pure clownerie de moitié avec une tentative de «capter le battage médiatique» sur le sujet «brûlant», qui imprègne toute politique. nezalezhnoy ". En réalité, la querelle avec Minsk n'intéresse personne là-bas.

Pas d'avantages, mais une mer de problèmes


De plus, la victoire de cette «opposition» même, à la défense de laquelle certains politiciens ukrainiens gaspillent aujourd'hui des paroles fortes, ne «sourit» pas du tout aux gens sérieux de ce pays. Imaginons un instant que la tentative de coup d'État sur le modèle de Kiev ait également été couronnée de succès à Minsk (à Dieu ne plaise, bien sûr!). Les résultats pour Kiev seront immédiats et très douloureux. Tout d'abord sur le terrain économie... Ce n'est un secret pour personne que c'est la Biélorussie qui est depuis plusieurs années un «relais» pour les marchandises sanctionnées et interdites pour l'exportation-importation de l'Ukraine et de la Russie en guerre. C'est ce que c'est. L'exemple le plus frappant est la fourniture de produits pétroliers biélorusses fabriqués à partir de matières premières russes à la «non-exportation», sans laquelle l'Ukraine aura du mal. Et presque en premier lieu - son armée, dont la majorité absolue des besoins en carburant est fournie uniquement par le «carburant» biélorusse. En outre, il existe, hélas, d’autres éléments de coopération tacite qui n’ont absolument pas été annoncés.technique sphère "entre Kiev et Minsk.

Il est clair qu'avec la victoire hypothétique du «Belomaidan» et le renversement de Loukachenka, qui sait à tout le moins comment entretenir des relations avec le Kremlin, tout cela, comme on dit, sera recouvert du fameux bassin de cuivre, et en même temps. Aussi, dans le cadre d'un tel scénario, le travail de la "plate-forme de négociation" à Minsk sur le règlement de la situation dans le Donbass, où les représentants ukrainiens "jouent à Vanka" si longtemps et avec enthousiasme, prétendant être un "dialogue", sera probablement arrêté immédiatement. Les représentants de la DPR et de la LPR ne se rendront probablement dans aucune Pologne ni dans les États baltes, et il est peu probable que les négociateurs russes acceptent de travailler sur un territoire clairement hostile.

Kiev, bien sûr, n’a pas hésité depuis longtemps à déchirer les accords de Minsk, mais le problème est que Paris et Berlin ne le permettront pas. De plus, ils vont les forcer à se rendre à Moscou pour négocier ... Non, le statu quo, qui permet de continuer à casser la comédie, en se positionnant comme une «victime», convient tout à fait à l'Ukraine. Elle est également satisfaite du rôle de «l'avant-poste anti-russe avancé de l'Occident», un pays «défendant les idéaux de démocratie et les valeurs européennes contre l'agression russe». N'oublions pas - nous parlons d'un pays mendiant, qui pour la septième année a déjà réussi à monétiser avec plus de succès ses inventions et ses actions russophobes. Kiev a-t-il besoin de concurrents dans ce domaine, et les affaires deviennent donc de plus en plus difficiles? En aucune façon! Pourquoi les Ukrainiens ont-ils besoin d'une autre «jeune démocratie» post-Maïdan à leurs côtés? Vous voyez, certains flux financiers de l'Occident peuvent basculer vers son soutien. Et en fait, très probablement, il en sera ainsi!

Dans les conditions de la «démocratisation» de la Biélorussie par la victoire de la «révolution de la couleur» là-bas, il y aura plus qu'assez de personnes qui voudront investir dans l'économie de ce pays, qui n'a pas du tout été pillé, qui a préservé d'excellentes infrastructures et un potentiel humain (contrairement à l'Ukraine). Chiffres spécifiques - l'année dernière, les investissements étrangers dans l'économie biélorusse se sont élevés à environ 10 milliards de dollars. 2.5 milliards ont été investis dans des «organisations à but non lucratif» avec près de cinq fois la population. La même Pologne, qui est aujourd'hui l'un des principaux donateurs et alliés de l'Ukraine, en cas de victoire en Biélorussie des forces pro-occidentales (déjà aujourd'hui dirigées et dirigées depuis Varsovie), peut passer à un "voisin" beaucoup plus prometteur et proche. Au fait, il n'y a pas de supporters de Bandera détestés par les Polonais ...

Il y a beaucoup de moments similaires, apparemment peu évidents à première vue. Le soi-disant "Triangle de Lublin", récemment créé par la Pologne, la Lituanie et l'Ukraine, est sans aucun doute un autre instrument géopolitique à orientation clairement anti-russe. Soit dit en passant, avant même les élections, ils ont essayé d’y attirer la Biélorussie, transformant cette structure en un «carré». Mais Kiev est bien conscient que si le «reformaté» politiquement de Minsk est pris au sérieux et avec toute la diligence voulue pour jouer à de tels jeux, la «question ukrainienne» retombera très vite au second plan. C'est pourquoi personne là-bas ne contribuera sérieusement à l'organisation d'un véritable «Maidan» dans un pays voisin - cela se coûtera plus cher. «La principale opposante» Tikhanovskaya, qui s'était déjà déclarée «la nouvelle présidente de la Biélorussie», comprenant parfaitement ces nuances, est partie en toute sécurité à Vilnius «européenne», et en aucune façon à Kiev, où ses frères idéologiques sont au pouvoir. C'est correct - dans le "nezalezhnoy", vous savez, avec divers "émigrants politiques", toutes sortes de problèmes se produisent constamment, même les plus tragiques. Zelensky et les dirigeants parlementaires continueront de continuer avec une extrême lenteur, les dents serrées et à voix basse, à "condamner les violations des droits de l'homme" et à marmonner quelque chose de vague sur la "tolérance" et le "dialogue", sachant très bien que personne ne les écoutera, même sans enthousiasme. Eh bien, vous devez élaborer des manuels de formation occidentaux ...

Donc, le SBU n'a rien à voir avec la provocation avec les détenus «wagnérites»? Je suis sûr que c'était le cas, et le plus direct. Cependant, quand on parle de l'Ukraine, il faut toujours se souvenir qu'il ne s'agit en fait pas d'un État au sens normal de ce terme, où les services spéciaux obéissent à sa tête ou au moins informent sur les escapades prévues. Les structures de pouvoir et de "pouvoir" du "nezalezhnoy" sont plutôt une sorte de monstre avec de nombreuses "têtes", qui agissent chacune comme bon lui semble, et en même temps, elles se chamaillent aussi avec enthousiasme. À tout le moins, ils se montrent la langue et se crachent dessus. Zelensky, le chef du gouvernement ou du parlement, pourrait vraiment ne rien savoir de la provocation imminente. Ou ils auraient pu savoir, mais n'ont pas pu interférer avec l'opération sanctionnée par les États-Unis - et c'est encore plus probable. Cet incident, cependant, n'enlève en rien à l'Ukraine, en tant qu'État, la culpabilité de ce qui s'est passé - il ne donne qu'une autre raison de penser à son imprévisibilité en tant que voisin et "partenaire". Minsk, au fait, en premier lieu.
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Wanderer Polente Офлайн Wanderer Polente
    Wanderer Polente 12 Août 2020 10: 25
    -2
    Showman qui a fait irruption dans la présidence.

    CHAQUE POLITIQUE est avant tout un showman qui, entre autres, tire des bénéfices financiers de ses activités.
    Deuxièmement, les showmen, au sens littéral du terme avant l'élection, étaient les présidents des États-Unis: Reagan l'acteur et animateur de radio, Trump le showman et présentateur de télévision. Reagan s'est bien retourné contre lui. De Trump et maintenant nous ramons au maximum.
    Il y a la fable de Krylov sur un éléphant et un carlin.
    1. Observer2014 Офлайн Observer2014
      Observer2014 12 Août 2020 10: 38
      -3
      = Polenta errante

      Showman qui a fait irruption dans la présidence.

      CHAQUE POLITIQUE est avant tout un showman qui, entre autres, tire des bénéfices financiers de ses activités.
      Deuxièmement, les showmen, au sens littéral du terme avant l'élection, étaient les présidents des États-Unis: Reagan l'acteur et animateur de radio, Trump le showman et présentateur de télévision. Reagan s'est bien retourné contre lui. De Trump et maintenant nous ramons au maximum.
      Il y a la fable de Krylov sur un éléphant et un carlin.

      Oui Bien dit. Bien Et le dernier paragraphe sur l'éléphant et le carlin est la bonne chose qui, au lieu de tout cet article, a sa place.
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 12 Août 2020 11: 19
    -2
    33 héros et oncle ... papa qui est ...

    Mais combien de travail y a-t-il pour les travailleurs de Batkosliv et les experts politiques des médias ...

    Si Poutine est bref et clair. J'ai écrit, appelé, félicité le président fraternel.
    Vraiment selon la fable de Krylov.
  3. Sapsan136 Офлайн Sapsan136
    Sapsan136 (Sapsan136) 13 Août 2020 12: 54
    +1
    Dans cette situation, il est temps pour la Fédération de Russie de réduire ses approvisionnements en pétrole à la République du Bélarus à des prix libres. Laissons l'APU acheter du carburant aux États-Unis, et non en Fédération de Russie par le biais du RB pourri.