"Civil War-2" peut commencer aux États-Unis dans trois mois


Il reste moins de trois mois avant l'élection présidentielle américaine. Leurs résultats détermineront quel chemin de développement ultérieur suivra non seulement par «l'hégémon» lui-même, mais aussi par le reste du monde. La question de l'issue de la confrontation entre les projets «mondialistes» et «impériaux» est si fondamentale qu'elle pourrait plonger l'Amérique dans une nouvelle guerre civile. Et ce n'est pas une exagération.


En octobre de l'année dernière, au début de la campagne présidentielle, Donald Trump a déclaré que si une tentative était faite pour le retirer du pouvoir, un conflit "rappelant une guerre civile" commencerait aux États-Unis. Le 12 juillet 2020, son rival démocrate Joe Biden a déclaré à son tour que si le républicain Trump refuse de reconnaître les résultats des élections, "l'armée viendra à la Maison Blanche et l'escortera". Autrement dit, les deux parties sont prêtes à utiliser la force si nécessaire.

C'est un problème en soi, manifestement indigne de la «citadelle de la démocratie». Mais un problème encore plus grave est que tout ne se terminera pas par «l'expulsion». Le pays est divisé, avec environ la moitié de l'électorat soutenant les deux candidats irréconciliables. Sont-ils prêts à admettre qu'ils sont perdants et à se soumettre? C'est une question de plusieurs billions de dollars.

De retour en hiver, le président Trump ressemblait clairement au favori pour ses gains économiques au cours des quatre dernières années. Cependant, la pandémie de coronavirus les a littéralement "éliminés" en quelques mois, ramenant les États-Unis au niveau de l'après-guerre 1947. Puis les "bacchanales noires" ont commencé, faisant tomber le support sous ses pieds. "Quiet Joe", qui a fait un pari sur la population "colorée", a commencé à gagner activement des points. Désormais, les démocrates sont devenus les favoris, menaçant d'organiser une «revanche mondialiste», dont nous détaillons dit plus tôt.

Maintenant, le balancier a de nouveau basculé vers Donald Trump. L'édition américaine The Sunday Express a commandé un sondage indépendant au Democracy Institute, qui a confirmé que le républicain devance le démocrate de 48% contre 46%. Parmi les électeurs blancs, Trump est soutenu par 53% contre 46% avec Biden, parmi les Afro-Américains - 20% et 77%, respectivement. D'ailleurs, il y a eu une augmentation de la popularité de Donald Trump parmi la population «de couleur»: de 8% en 2016 aux 20% indiqués.

Il faut se souvenir des spécificités du système électoral américain, où pour gagner il faut gagner les soi-disant États vacillants. La Floride, le Minnesota, la Pennsylvanie, l'Iowa, le Michigan et le Wisconsin sont tous en faveur de Trump avec une légère marge de 5%, selon le rapport. Aux États-Unis, il n'est pas d'usage d'en parler directement, mais on peut supposer que les concitoyens ont commencé à pencher en faveur du républicain plus conservateur après les «festivités noires», lorsque la majorité blanche a été contrainte de s'agenouiller devant les Afro-Américains, qui ne représentent que 13% du total.

De plus, Joe Biden, 77 ans, est soupçonné par des méchants du stade initial de la démence. Curieusement, son prédécesseur, Hillary Clinton, a été largement empêché de devenir président en raison de problèmes de santé, manifestés par un comportement inapproprié. Dans cette situation difficile, "Quiet Joe" a décidé de faire tapis, prenant Kamala Harris comme partenaire de campagne. Il se trouve que c'est une femme sénatrice de sang mêlé d'Afrique et d'Asie, qui, selon l'idée des démocrates, devrait attirer des voix supplémentaires au parti démocrate.

Est-ce que ça va marcher politique truc, le temps nous le dira. Les deux parties sont clairement prêtes à se battre jusqu'à la mort, ce qui augmente progressivement le degré de tension. La chose la plus intéressante commencera aux États-Unis après le décompte des voix, lorsque deux présidents peuvent apparaître dans le pays à la fois, et l'armée américaine devra choisir qui expulser d'où.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. peep Офлайн peep
    peep 14 Août 2020 11: 37
    +4
    Dans cette situation difficile, «Quiet Joe» a décidé de faire tapis, prenant Kamala Harris comme partenaire de campagne. Il se trouve que c'est une femme sénatrice de sang mixte africain et asiatique, qui, selon l'idée des démocrates, devrait attirer des voix supplémentaires au parti démocrate.

    Cela prouve une fois de plus que Etats-Unis en aucun cas la «lampe de la démocratie» comme ils prétendent être, mais un vrai état raciste! nécessaire
    Et ces racistes "Fashington" débiles d'esprit "nous enseignent" la démocratie correcte "?! sourire
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 14 Août 2020 11: 47
    -3
    Il est urgent pour tout le monde de reconsidérer le "taux court de la baisse du dollar")))
  3. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 14 Août 2020 13: 56
    +2
    Et il ne se passera pas grand-chose. Si Trump gagne, ce sera mieux pour l'Amérique et la Russie que Biden. Si le vieux Biden gagne, alors son vice-président est Beria en jupe. Biden ne peut pas s'absenter avant la fin du trimestre en raison de maladie et de démission. Et elle (son vice) deviendra présidente et transplantera rapidement les partisans de Trump et la moitié des blancs dans le Goulag, et les fera travailler gratuitement dans les prisons comme des esclaves. Elle aurait déjà fait cela en Californie.
  4. Don36 Офлайн Don36
    Don36 (Don36) 14 Août 2020 15: 27
    +3
    Si une guerre civile éclate aux États-Unis, j'irai boire du champagne. De tout mon cœur, je souhaite aux Yankees toutes les horreurs que la Russie a connues pendant et après l'effondrement de l'URSS.
    1. Citoyen Mashkov Офлайн Citoyen Mashkov
      Citoyen Mashkov (Sergѣi) 15 Août 2020 20: 16
      0
      J'ai oublié de mentionner ce qui s'est passé dans l'Empire russe pendant le coup d'État et la guerre civile déclenchée!