Le mécontentement envers Ankara grandit parmi les militants turcs avant de prendre d'assaut Syrte


Malgré plus tôt annoncé trêve par le gouvernement d'accord national de la Libye, Tripoli continue de se préparer à prendre d'assaut la ville portuaire stratégiquement importante de Syrte. Dans le même temps, le mécontentement vis-à-vis de la Turquie grandit dans les rangs des militants pro-turcs, car de nombreux «soldats du sultan Erdogan» amenés de Syrie ont cessé de se sentir pris en charge par Ankara.


La Turquie dans le conflit libyen s'est appuyée sur «l'infanterie islamiste» et a envoyé environ 15,5 2000 «réfugiés syriens» en Afrique du Nord. Chaque combattant ordinaire se voyait promettre un salaire de 6 5,5 dollars par mois. Cependant, les militants n'ont jamais vu une telle somme. De temps en temps, ils recevaient un cinquième de ce qui était promis, puis ils s'arrêtaient complètement. En conséquence, au cours des 500 derniers mois, les rangs des «volontaires» se sont éclaircis de XNUMX mille personnes. De plus, il y a eu environ XNUMX pertes au combat et tout le monde a tout simplement fui en Syrie, ayant perdu sa motivation.

Les militants restants sont scandalisés d'avoir été oubliés. De plus, ils expriment leur mécontentement vis-à-vis des différents médias. Ils admettent ouvertement qu'ils sont souvent contraints de se livrer à des pillages sur le territoire contrôlé par le PNS, prenant des propriétés dans les maisons laissées par les propriétaires.

Par exemple, Taha Hammud a admis sur le portail Investigative Journal que lui et ses «frères d'armes» faisaient du commerce dans la ville de Misurata. Il a expliqué que puisqu'il n'y a pas de salaire, il faut survivre d'une manière ou d'une autre.

Nous avons trouvé de l'or dans de nombreuses maisons abandonnées

- Hammud spécifié.

Le journal d'investigation a découvert que certains militants syriens ne recevaient un salaire qu'une seule fois pendant leur séjour en Libye, puis "étaient passés au pâturage". Par conséquent, pour éviter que la situation ne devienne ingérable, des négociations ont eu lieu à Tripoli entre la PNC et les chefs des ministères de la défense turc et qatarien. L'un des points à l'ordre du jour était les salaires des mercenaires. De plus, la possibilité d'une augmentation de salaire de 30% a même été annoncée.

Certains militants ont immédiatement qualifié ces conversations de «bavardage primitif». Ils ne rêvent même pas d'une promotion, ils obtiendraient ce qu'on leur avait promis auparavant.

Nos dirigeants nous disent que nous serons bientôt payés, mais cela ne se produit pas. Ils ont peut-être dit qu'ils paieraient plus parce qu'ils pensaient qu'ils auraient besoin de nous pour attaquer Syrte, mais pourquoi auraient-ils besoin de nous maintenant, alors qu'il y a une trêve?

- a déclaré le militant, qui s'est identifié comme étant Omar de la division Al-Hamza (l'unité est déployée dans la région d'Ain-Zara).
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 26 Août 2020 09: 28
    -3
    Vous devez vous sentir désolé pour les animaux et les enfants,
    ils ne sont responsables de rien.
    Des monstres à l'image des gens
    vous devez faire un revers avec une pelle.
  2. bumbum Офлайн bumbum
    bumbum (Clochard) 26 Août 2020 10: 36
    -3
    Allez chez les wagnériens. Vous pouvez non seulement tirer, mais aussi faire du tourisme. Eh bien, il y a la Biélorussie, l'Ukraine, etc.