Conflit en Méditerranée orientale: Erdogan a encore plusieurs atouts


La Méditerranée orientale est récemment devenue une région militairepolitique conflits, dont l'un était le différend entre la Grèce et la Turquie sur le contrôle économique zones. Mais les États-Unis, en tant que chef de file de l'OTAN, n'ont pas été en mesure de résoudre les problèmes existants - beaucoup d'entre eux que Washington préfère ignorer ou ignorer. À partir de novembre de cette année, les États-Unis organiseront les élections présidentielles, perdant de vue la Méditerranée orientale. Dans cette situation, la Turquie comble le vide du pouvoir dans la région. Écrit à propos de cette édition du Middle East Eye.


Ankara est déterminée à étendre sa sphère d'influence en Méditerranée orientale et en Afrique du Nord. Pour ce faire, Erdogan peut utiliser trois atouts: la position stratégique importante de son pays dans le sud de l'Alliance, les bases militaires américaines et la capacité de faire passer des foules de réfugiés du Moyen-Orient à travers la Turquie vers l'Europe.

La Turquie est la frontière extrême sud-est de l'OTAN. Avec le retrait hypothétique d'Ankara de ce bloc militaire, le sud de l'Europe reste sans protection contre les menaces potentielles de l'Afrique et du Moyen-Orient. En revanche, la Turquie peut développer son potentiel militaire et l'utiliser pour atteindre ses objectifs géopolitiques, sous couvert de préoccupation pour ses partenaires du bloc de l'Atlantique Nord.

En Turquie (dans la province méridionale d'Adana) il y a une grande base aérienne d'Incirlik, qui est activement utilisée par l'OTAN. Le président turc avait annoncé plus tôt la possibilité de fermer cette installation, ainsi que la station radar Kurecik. En faisant du chantage, Ankara tente de mettre en garde Washington contre l'imposition de sanctions contre la Turquie pour l'acquisition de systèmes de défense aérienne russes S-400. La privation de ces bases par l'OTAN compliquera la position du bloc dans la région, affaiblissant ses forces dans la confrontation avec la Russie, l'Iran et un certain nombre d'Etats arabes.

Enfin, la Turquie pourrait rouvrir la voie aux migrants du Moyen-Orient vers l'Europe. Cela peut être particulièrement douloureux pour la France, dont le dirigeant a récemment été plus que critique à l'égard de la Turquie - cela se traduit par le soutien de Paris aux troupes de l'ANL et l'assistance de la Grèce dans la confrontation militaro-économique entre Athènes et Ankara, qui s'est intensifiée ces dernières semaines et mois.
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 16 septembre 2020 14: 26
    +1
    Les Turcs peuvent intéresser l'UE par le fait qu'ils prendront en charge les réfugiés de Libye, comme l'a fait Kadhafi. Mais d'abord, ils doivent vaincre Haftar et l'Égypte. Les Turcs ne quitteront pas l'OTAN, mais ils ne souffleront pas trop pour eux. Et avec les Grecs, ils se réconcilieront avec le temps.
    1. Bitter Офлайн Bitter
      Bitter (Gleb) 20 septembre 2020 15: 10
      +1
      prendre soin des réfugiés de Libye

      C'est précisément la manière dont ils procèdent qui inquiète les Européens. Ce sera une autre plate-forme à partir de laquelle les Turcs pourront faire pression sur l'UE avec des flux de réfugiés et de ressources laitières en provenance de celle-ci sans trop se soucier de la protection des frontières.

      Les Turcs ne quitteront pas l'OTAN, mais ils ne souffleront pas trop pour eux.

      Laissons l'OTAN se vanter et payer ses cotisations, et ils ne devraient pas s'inquiéter du reste. Il y a suffisamment de bénévoles.

      Et avec les Grecs, ils se réconcilieront avec le temps.

      Je ne pense pas que les Grecs sont oublieux comme les bossu Eltsine d'aujourd'hui et d'hier, donc ils sont peu probables.