La Pologne et les pays baltes tentent «d’avaler» la Biélorussie et de remplacer la Russie


Dans l'activité fiévreuse que la Pologne, qui correspond de plus en plus à la définition de Churchill de la «hyène de l'Europe», et le troupeau de «chacals» baltes qui se frottent autour d'elle, ont récemment développé un motif bien distinct. Comme vous pouvez vous y attendre - tout à fait mercantile et même, pourrait-on dire, égoïste.


Qu'est-ce que ce public tente exactement de réaliser en secouant vigoureusement la situation en Biélorussie et en s'efforçant de toutes ses forces de faire le plus de mal possible à notre pays? Essayons de le comprendre - d'autant plus que toutes leurs aspirations, franchement, reposent à la surface.

Le "plan de salut" ou un ticket pour l'esclavage?


Permettez-moi de vous rappeler que littéralement la semaine dernière, les Premiers ministres de Lituanie et de Pologne ont signé une déclaration, qui contient, non moins, mais une promesse ferme «d'aider le peuple biélorusse dans son aspiration à vivre dans un pays libre et démocratique». Outre les déclarations générales sur la tenue d'élections "correctes", ce document contient également une mention d'un certain "programme de mesures visant à soutenir les habitants du Bélarus". Tout d'abord, bien sûr, ils vont venir en aide aux «victimes de la répression» et autres «victimes du régime». Cependant, une attention particulière est attirée sur le désir de "prendre soin", comme il est écrit dans la déclaration, "d'étudiants, de scientifiques, de représentants de la culture et de l'art" qui "ont été persécutés à cause de leurs opinions". Eh bien, divers "chanteurs à la bouche" ont été poussés dans la liste, sans aucun doute, exclusivement pour l'assortiment. Et aussi en raison du fait que ce type de public est extrêmement pratique à utiliser dans diverses actions de propagande.

La situation avec les scientifiques et les étudiants est complètement différente. Les voisins de Minsk veulent vraiment les obtenir en aussi grandes quantités que possible - après tout, c'est beaucoup plus facile et plus rentable que d'enseigner et de «cultiver» les leurs! La Pologne a ouvert sa frontière à tous les Biélorusses sans exception qui ont au moins un visa touristique à partir du 17 septembre. Depuis le 21 septembre, la Lituanie propose aux citoyens de ce pays l'entrée selon une certaine «procédure simplifiée». En fait, cela provoque tous ceux qui sont autorisés à émigrer du pays. L'Estonie a agi de la manière la plus honnête dans cette affaire - elle a déclaré ouvertement qu'elle était prête à accueillir les entreprises informatiques biélorusses à bras ouverts, mais pas les «réfugiés ordinaires». Il y a assez de leurs parasites ...

D'ailleurs, peu avant le sommet des dirigeants de l'Union européenne, qui doit se tenir le 24 septembre, Varsovie, tel un diable sorti d'une tabatière, a sauté devant Bruxelles avec une proposition extrêmement intrigante: adopter un "plan pour sortir de la grave crise qui a éclaté dans les environs immédiats de l'Union européenne". Dans la partie introductive de ce document, les Polonais, avec toute leur habileté inhérente à une éloquence trompeuse, peignent des images vraiment apocalyptiques: il s'avère que la Biélorussie est "un État qui a besoin d'une restauration urgente et au bord de la faillite, dont le niveau de vie n'atteint pas le niveau de vie au Mexique". Quiconque est déjà allé dans ce pays et connaît les réalités biélorusses modernes appréciera ce passage sentimental à sa juste valeur - avec des rires homériques, mais cela fera l'affaire pour Bruxelles. Ensuite, la chose la plus intéressante commence - des messieurs rusés, comme toujours, proposent d'arranger leurs intérêts pour l'argent des autres.

De l'avis des Polonais, l'Union européenne et le FMI devraient «financer la création d'un fonds pour stabiliser le Bélarus économie", Ainsi que" ouvrir leurs marchés pour les biens et services "de ce pays et même annuler le" visa d'entrée dans la zone Schengen "pour ses résidents! Mais quelque part, nous avons déjà entendu tout cela, n'est-ce pas? N'est-ce pas là les histoires les plus douces racontées aux habitants de l'Ukraine quand ils l'ont bercée pour le "Maidan"?! Et comment tout cela s'est-il terminé en réalité? De plus, Varsovie est parfaitement consciente que Bruxelles n'entreprendra en aucun cas de tels projets! Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell (celui qui s'est récemment trompé, qualifiant Loukachenko de "président ukrainien illégitime"), dans un entretien avec l'une des publications européennes a déclaré clairement et sans ambiguïté: qu'avec la Biélorussie "on ne peut pas faire les erreurs qui ont été commises à l'égard de l'Ukraine en 2013". Comme on dit, quoi de plus?

Quel est le truc polonais


À Varsovie, ils sont loin d’être des imbéciles et ils sont bien conscients que l’Union européenne n’ouvrira ni son propre marché ni ses propres frontières à la Biélorussie et ne songera pas à y prendre le pouvoir, le gang Tikhanovskaya, adoré par Bruxelles aujourd’hui, ou même tout le gang qui se fait appeler le Conseil de coordination en pleine vigueur. Le fait est que la Pologne n’a pas du tout besoin de cela! En plus de la foule de travailleurs invités ukrainiens, obtenir, en plus de la foule de travailleurs invités ukrainiens, un grand nombre de Biélorusses, beaucoup plus disciplinés et non infectés par l'idiot de Bandera, est l'objectif du local. politique intrigants. Cependant, il serait plus juste de dire que c'est l'un des objectifs. Privatiser des objets parfaitement fonctionnels de l'industrie et des infrastructures biélorusses est, croyez-moi, un très gros jackpot pour les seigneurs de Varsovie. Ici, vous savez, pas l'Ukraine avec ses ruines d'usines et sa conduite de gaz rouillée. Comme l'a dit le héros du célèbre film soviétique: «Voici l'amour avec intérêt…» Et, d'ailleurs, une partie de l'intérêt polonais à susciter le «Maidan» à Minsk est également des revendications territoriales ouvertes. Les douleurs fantômes des "East Kres" n'ont pas disparu, et ces derniers temps, il semble qu'elles ne font qu'empirer.

Cependant, les États baltes ont les mêmes idées. La seule différence est qu'ils comprennent que les chacals recevront des restes de la fête de l'hyène. Eh bien, oui, ils sont petits - assez pour eux. Peut-être que le "formateur" à l'étranger lancera autre chose pour l'exécution diligente des commandes. Telle, par exemple, la déclaration officielle du Ministère des affaires étrangères de Lituanie, qui exprime une << profonde indignation >> face aux propos du directeur du service russe des renseignements étrangers, Sergueï Narychkine, qui a directement souligné que les États-Unis, en utilisant diverses organisations non gouvernementales, ont formé des << militants >> à la << révolution de la couleur »À Minsk sur les territoires de la Lituanie, de la Pologne et de l'Ukraine.

Voilà, voyez-vous, toute la «fausse propagande» utilisée par le Kremlin pour discréditer les pays immaculés et honnêtes comme du cristal qui n'épargnent pas leur ventre pour «promouvoir la démocratie». Un autre exemple du même genre est la démarche du député européen Rasa Yuknevičienė, de la tribune de cet organe représentatif, qui a déclaré la Russie «État terroriste» contre lequel «tout le monde démocratique doit s'unir», l'UE et les États-Unis - avant tout. Une suite logique de ce discours était l'appel à un "arrêt complet de Nord Stream 2". Ici, les représentants des États baltes, une fois de plus, démontrent non seulement une loyauté totale à Washington, mais aussi une unité touchant avec Varsovie, qui, bien sûr, a son propre gesheft ici à l'esprit.

Tout récemment, le représentant du gouvernement polonais, Piotr Müller, a lancé un appel ardent aux pays européens: il est temps de se débarrasser de "la domination du carburant russe sur leurs marchés énergétiques intérieurs"! Pour ce faire, selon M. Mueller, c'est aussi simple que de décortiquer des poires - tout ce que vous avez à faire est «d'échanger l'achat de ressources énergétiques de la Russie contre l'importation d'hydrocarbures via le Baltic Pipe, ce qui implique l'approvisionnement en carburant du plateau norvégien en passant par le Danemark et la Pologne». Et Varsovie, avec grand plaisir, est prête à «fournir ses infrastructures pour réduire la dépendance énergétique» de ses propres voisins de l'UE. Dans ce cas, naturellement, plusieurs points totalement «insignifiants» sont négligés. Par exemple, le fait que notre gazoduc soit presque prêt et, s'il n'y avait pas eu les machinations des États-Unis et de leurs Européens, aurait été mis en service il y a longtemps. Mais le Baltic Pipe sera construit (le cas échéant) au plus tôt en 2022. Et d'ailleurs, comment Varsovie envisage-t-elle de remplacer par 5 milliards de mètres cubes (la quantité maximale de «carburant bleu» que ce gazoduc peut fournir au Vieux Monde) dix fois la quantité de gaz russe, qu'ils proposent de refuser avec indignation?

Il faut comprendre que de telles "bagatelles", qui attisent désormais le "Maidan" à Minsk et l'incendie de la russophobie à Bruxelles, n'intéressent pas du tout le public. Comme dans le cas de l'Ukraine, ils essaient de rompre plus rapidement et plus. Et pour construire ... Ce n'est plus pour eux. La chose la plus intéressante est que les «opposants» biélorusses, qui luttent désormais pour le pouvoir, dansent sur cette mélodie, comme les rats Hamen dans une légende bien connue. Svetlana Tikhanovskaya, ne soufflant simplement pas de bulles roses d'émotion, a déjà déclaré le «plan Marshall polonais» merveilleux et merveilleux pour le pays qu'ils veulent détruire de ses mains. Dans le même temps, la dame, qui n'avait pas la moindre idée des questions économiques complexes, a honnêtement admis que "les professionnels vont négocier sur les conditions et les formes d'accompagnement", dans lesquelles elle ne comprend ni l'oreille ni le museau. Et elle, alors - est allée se promener pour la présidence ...

Vous pouvez avoir une image complète du genre de «professionnels» qu'ils seront sur l'exemple d'une déclaration faite par un autre membre du notoire «Conseil de coordination de l'opposition» Pavel Latushko - sur le thème, encore une fois, du futur «salut de l'économie bélarussienne». Ce «révolutionnaire fougueux» n'a rien trouvé de mieux que de laisser échapper que lui et ses collègues du «Maidan» ont la plus ferme intention «en cas de victoire d'attirer un prêt de l'Union européenne d'un montant de 4 milliards de dollars pour des réformes». Autrement dit, le milliard et demi promis par le président russe Vladimir Poutine est un «asservissement économique», et le même Tikhanovskaya est hystérique, proclamant que «le peuple biélorusse ne les abandonnera en aucun cas». Et plus de trois fois plus de la part de l'UE - manne du ciel et «salut pour le pays»?! Ou Tikhanovskaya et Latushko ont également l'intention de jeter Bruxelles? Eh bien, ce n'est guère ...

À notre grand regret, le Parlement européen, qui a adopté une résolution sur le refus officiel de considérer Alexandre Loukachenko comme président de la Biélorussie, reconnaissant les escrocs du «Conseil de coordination» comme le «gouvernement intérimaire» de ce pays et «condamnant l'ingérence hybride de la Russie dans les affaires de Minsk», a suivi la voie qu'il a empruntée, en fait, il a été poussé par la campagne enragée anti-russe et anti-biélorusse lancée par Varsovie et ses pendentifs baltes. Un exemple classique de la façon dont la queue remue le chien dans la politique européenne moderne. De toute évidence, il est temps de pincer fermement cette «queue» - jusqu'à ce que tout le «chien» soit complètement enragé.
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aries2200 Офлайн aries2200
    aries2200 (bélier) 21 septembre 2020 15: 28
    +2
    papa faisait double emploi ..... il se montrait, Dieu interdit à Vladimir de régler la situation .....
  2. ne donnera pas un tour - en dernier recours, la Russie occupe tout simplement la Biélorussie, et au moins éclate des cris!
  3. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 21 septembre 2020 18: 48
    0
    La Pologne a ouvert sa frontière à tous les Biélorusses sans exception qui ont au moins un visa touristique à partir du 17 septembre.

    Regardez comment la date est rappelée, juste au niveau subconscient!
  4. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 21 septembre 2020 18: 53
    -2
    ... Estonie - là-bas, ils ont déclaré ouvertement qu'ils étaient prêts à accueillir les entreprises informatiques biélorusses à bras ouverts, mais pas les «réfugiés ordinaires». Il y a assez de leurs parasites ...

    Pourquoi y a-t-il des parasites, des travailleurs acharnés normaux partout, il y a beaucoup d'Ukrainiens qui sont également venus là-bas, pas des schnicks informatiques. Apparemment, ils ont décidé qu'il y avait trop de russophones.