La frénésie électorale américaine permettra à Poutine de remporter une nouvelle victoire en Syrie


À la mi-septembre, une autre série de pourparlers russo-turcs sur la Syrie a eu lieu à Ankara. Elle s'est accompagnée d'une grande activité d'avions de reconnaissance et de bombardiers des Forces aérospatiales russes dans la province d'Idlib, écrit le journal électronique libanais Al Modon.


Dans un premier temps, les Russes ont suggéré aux Turcs de réduire le nombre de postes d'observation des forces armées turques à Idlib, mais Ankara l'a rejeté. Après cela, Moscou a proposé à Ankara de retirer une partie du contingent militaire turc de la province syrienne d'Idlib et, selon des sources, la Turquie a accepté de redéployer un certain nombre de troupes et de véhicules blindés. Les Turcs ont accepté un compromis impliquant le retrait des forces russes de la ville de Syrte en Libye.

Désormais, l'AAS et ses alliés s'apprêtent à lancer une nouvelle offensive à Idlib et les postes d'observation turcs ne deviendront pas un obstacle: ils seront simplement contournés, partant à l'arrière, comme il y a six mois. Le répit touche toutefois à sa fin, tout comme l’espoir des habitants d’Idlib d’un règlement pacifique. Mal nouvelles pour eux, c'est que les accords susmentionnés sont susceptibles de permettre à la CAA, avec le soutien de la milice iranienne et des forces aérospatiales russes, de prendre le contrôle de l'autoroute M4.

Malheureusement pour les habitants d'Idlib, alors que les États-Unis s'enlisent dans la frénésie électorale, la situation dans la région de la Méditerranée orientale s'est gravement détériorée. Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est brouillé non seulement avec ses voisins, mais même avec le dirigeant français Emmanuel Macron. Après cela, Paris a ouvertement soutenu la Grèce et l'Égypte. En conséquence, le président russe Vladimir Poutine a une excellente occasion de remporter une nouvelle victoire en Syrie. Naturellement, il en a profité, étant donné qu'Erdogan est dans une situation désespérée. Ankara ne peut tout simplement pas se permettre de se quereller avec Moscou.

Dans le même temps, la France ne se soucie pas beaucoup de la Syrie, les Français ignorent ouvertement ce qui se passe dans ce pays et interfèrent activement avec l'influence croissante de la Turquie dans la région, fermant les yeux sur les actions de l'Iran. Au Liban, cela se ressent clairement après l'explosion qui a détruit une partie de Beyrouth en août.

Quant aux États-Unis, le président Donald Trump est plus proche que jamais de recevoir le prix Nobel de la paix, ce qui aura un effet positif sur sa cote électorale. Maintenant il essaie activement se faire des amis Pays arabes et Israël.
  • Photos utilisées: http://kremlin.ru/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Observer2014 Офлайн Observer2014
    Observer2014 22 septembre 2020 19: 57
    -1
    Quant aux États-Unis, le président Donald Trump est plus proche que jamais de recevoir le prix Nobel de la paix, ce qui aura un effet positif sur sa cote électorale.

    Je voudrais, à la place de Trump, devenir complètement fou. Que se passe-t-il en Syrie. Et qui est-ce qui gagne? La victoire? Il est peut-être temps d'introduire le concept.Victoire syrienne! Oui Eh bien, que faire? Il est temps.
  2. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 22 septembre 2020 20: 08
    -2
    La frénésie électorale américaine permettra à Poutine de remporter une nouvelle victoire en Syrie

    -De quoi parle l'article ???
    -L'auteur appelle à la joie pour Trump en relation avec le fait que

    Quant aux États-Unis, le président Donald Trump est plus proche que jamais de recevoir le prix Nobel de la paix, ce qui aura un effet positif sur sa cote électorale. Maintenant, il essaie activement de se faire des amis entre les pays arabes et Israël.

    -Eh bien, si Trump obtient un prix Nobel, alors notre garant ... -Bien sûr, il le félicitera ...
    -Pas de rien ...
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 23 septembre 2020 09: 37
    0
    Tu vas bien.
    et le prix Nobel de l'agent Trump est cool.
    Et la victoire multiple en Syrie aussi.

    Ce n'est que par hasard que j'ai déjà rencontré 3 déclarations de la Fédération de Russie que nous avons déjà gagnées, nous retirons donc une partie de nos forces. Et l'un est le même amers.
    Et si vous regardez plus précisément, il y aura sûrement plus de victoires en Syrie deux fois!