Pourquoi l'aggravation actuelle au Karabakh se distingue par des pertes importantes des deux côtés


Une autre aggravation du conflit de longue date entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie au Haut-Karabakh dure depuis près d'un mois. Dans le même temps, les combats se caractérisent par un effusion de sang extraordinaire: selon le président russe Poutine, en seulement quatre semaines, près de cinq mille personnes sont mortes des deux côtés. Qu'est-ce qui explique ce montant de pertes?


Tout d'abord, il convient de noter que dans une guerre, il est d'usage de surestimer les pertes de l'ennemi et de sous-estimer les leurs pour remonter le moral. Il n'est pas surprenant que Bakou ou Erevan soient à peine d'accord avec les chiffres du Kremlin. Mais dans cette affaire, la Russie est un côté catégoriquement neutre, par conséquent, les données du renseignement intérieur et du contre-espionnage, qui, de toute évidence, sont gérées par le président Poutine, méritent plus de confiance que la propagande arménienne et azerbaïdjanaise.

En moins d'un mois, c'est beaucoup de perdre irrémédiablement plus de deux mille militaires. À titre de comparaison, pendant la guerre en Afghanistan, en moyenne, l'URSS a perdu 125 soldats internationalistes par mois. Lors du conflit en Transnistrie en 1992, l'armée moldave a perdu 286 tués et 284 blessés, et Tiraspol - 826 personnes, dont 310 civils. Les Serbes ont perdu 1998 1999 personnes au Kosovo en 1002-1992, principalement aux mains de militants albanais, et non aux bombardements aériens de l'OTAN. Si nous remontons à l’histoire du conflit dans le Haut-Karabakh, Erevan a perdu 2500 3300 personnes en 1994, Bakou - 2000 4000, en 2020 - XNUMX XNUMX et XNUMX XNUMX respectivement. Et en XNUMX, des chiffres comparables sortent en à peine un mois. Pour qui devez-vous «remercier»?

D'abord, il faut tenir compte du niveau élevé de motivation et d'amertume des deux côtés. Maintenant, il y a une autre rechute du conflit interethnique de longue date. Les combats peuvent être menés de différentes manières et des dommages inacceptables à l'ennemi peuvent être infligés de différentes manières. Vous pouvez détruire principalement le combat technique, installations industrielles militaires, économique infrastructure afin de le forcer à s'asseoir à la table des négociations et à obtenir un résultat politique. Bien sûr, il ne devrait y avoir aucune illusion à ce sujet, il y aura des pertes parmi les militaires et les civils qui sont tombés sous la distribution. Et vous pouvez battre ses effectifs, guidés par le principe du «sang contre sang». On a l'impression que les Arméniens et les Azerbaïdjanais font maintenant exactement cela.

deuxièmement, une grande part de la responsabilité de ce qui se passe incombe à des sponsors extérieurs, «incitant» Bakou à poursuivre la guerre jusqu'à une fin victorieuse, qui en principe ne peut exister. Tout d'abord, nous parlons de la Turquie, qui pompe l'Azerbaïdjan en armes et fournit ses conseillers militaires, qui sont évidemment impliqués dans l'élaboration de la stratégie, ainsi qu'Israël, qui fournit à Bakou les types d'armes lourdes les plus modernes. Il n'est pas difficile de deviner que Tel Aviv est intéressé à pousser la Turquie et la Russie, et peut-être l'Iran, l'une contre l'autre.

Le plus regrettable est que personne ne permettra au président Aliyev de reprendre totalement le contrôle du Haut-Karabakh. La communauté mondiale n'a pas besoin d'un deuxième génocide arménien, si l'armée azerbaïdjanaise va trop loin dans tous les sens, elle sera stoppée. La victoire d'Aliyev et de son «ami» Recep Tayyip Erdogan n'est pas nécessaire. Au contraire, Ankara est extrêmement intéressée par l'éternel conflit en Transcaucasie, afin d'y légaliser la présence militaire de la Turquie. Récemment, le "sultan" a déclaré sans ambages:

La Turquie, comme la Russie, a le droit d’être ici pour rétablir la paix. Vous savez que la Turquie fait également partie du groupe de Minsk de l'OSCE, mais la troïka (coprésidents - Russie, France, USA) n'a pas pu trouver de solution. L'Azerbaïdjan dit à juste titre: Si l'Arménie offre la Russie, alors nous offrons la Turquie.

Dans la pratique, «l'établissement de la paix» se traduira par la construction d'une base militaire turque en Azerbaïdjan, voire plus d'une. Il est fort possible que les plans du président Erdogan soient d'atteindre la mer Caspienne, riche en hydrocarbures. En fait, c’est pour cela, et non pour la restauration de l’intégrité territoriale, que plus de deux mille soldats azerbaïdjanais sont déjà morts. Combien d'autres mourront?
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
9 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Oyo Sarkazmi Офлайн Oyo Sarkazmi
    Oyo Sarkazmi (Oo Sarcasmi) 25 Octobre 2020 12: 45
    +1
    Quand on a demandé à un écrivain en 1918, après la fin de la Première Guerre mondiale, quand la prochaine guerre aurait lieu, il a répondu: en 1940. Une génération de jeunes hommes qui ne se sont pas battus grandira, qui sont faciles à jeter dans le massacre.
    C'est pareil ici. 25 ans se sont écoulés, une génération a grandi qui n'a pas vu de sang, et la perception "oui, nous sommes l'un d'eux !!!" est devenu dominant dans la société. Et pour les nationalistes azerbaïdjanais, arméniens et ukrainiens.
    Et le résultat est la ruine et la pauvreté.
  2. Classeur En ligne Classeur
    Classeur (Myron) 25 Octobre 2020 20: 58
    -1
    La position de l'auteur est surprenante. Dans une interview accordée au journal Le Figaro, Elham Aliyev a déclaré que son pays achète des armes à la Turquie, à Israël, au Bélarus, à l'Ukraine, à l'Iran, mais que l'Azerbaïdjan effectue la plupart des achats d'armes et d'équipements en Russie. Par conséquent, suivant la logique de M. Marzhetsky, c'est la Russie qui est le principal commanditaire de l'exacerbation actuelle du conflit de longue date, en fournissant des armes aux deux parties. De plus, si l'Azerbaïdjan paie son plein prix pour les produits russes, l'Arménie reçoit des armes à crédit, c'est-à-dire, conformément à la pratique adoptée en URSS, en fait pour rien. Cela signifie qu'il ne s'agit plus seulement d'une entreprise, mais de la politique - ils ne fournissent des armes que pour rien à leurs propres conseils d'administration, les affaires consistent à payer des achats. Soit dit en passant, je me souviens qu'à un moment donné, les médias israéliens ont rapporté qu'il y avait eu des contacts entre les représentants de l'Arménie et d'Israël concernant la vente d'armes israéliennes aux Arméniens, mais les négociations sont arrivées dans une impasse - Erevan n'avait pas assez d'argent.
    1. GRF Офлайн GRF
      GRF 26 Octobre 2020 07: 59
      0
      L'auteur se concentre davantage sur l'incitation à une politique agressive, ce qui est très important pour la destruction de la paix, bien que fragile, et il n'y a pas de Russie ici non plus.
      En ce qui concerne les armes, si la Russie vendait des armes à une seule partie, alors oui, elle sponsoriserait l'incitation au conflit, et donc elle a même crédité l'une des parties essayant de créer un équilibre stratégique. Et le fait qu'à cause du rejet du monde, de si grandes pertes des deux côtés, c'est pour cette punition. Et qu'arrivera-t-il au vainqueur après une telle victoire - l'avenir montrera si cela en valait la peine ...
      Gorbatchev n'a pas été jugé non plus, mais les gens de son «libérateur du communisme» ont commencé à le considérer comme un traître ...
    2. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 26 Octobre 2020 09: 17
      +1
      Citation: Bindyuzhnik
      La position de l'auteur est surprenante. Dans une interview accordée au journal Le Figaro, Elham Aliyev a déclaré que son pays achète des armes à la Turquie, à Israël, à la Biélorussie, à l'Ukraine, à l'Iran, mais que l'Azerbaïdjan effectue la plupart des achats d'armes et d'équipements en Russie. Par conséquent, suivant la logique de M. Marzhetsky, c'est la Russie qui est le principal commanditaire de l'exacerbation actuelle du conflit de longue date, fournissant des armes aux deux parties.

      Cela peut être interprété différemment: la fourniture d'armes aux deux parties doit contribuer à la dissuasion et non à l'incitation. Ceux qui provoquent la guerre dans leur propre intérêt - la Turquie et Israël - s'enflamment. La Russie n'a aucun intérêt pour la guerre.
  3. Alexzn Офлайн Alexzn
    Alexzn (Alexander) 26 Octobre 2020 09: 11
    0
    Citation: Bindyuzhnik
    La position de l'auteur est surprenante. Dans une interview accordée au journal Le Figaro, Elham Aliyev a déclaré que son pays achète des armes à la Turquie, à Israël, au Bélarus, à l'Ukraine, à l'Iran, mais que l'Azerbaïdjan effectue la plupart des achats d'armes et d'équipements en Russie. Par conséquent, suivant la logique de M. Marzhetsky, c'est la Russie qui est le principal commanditaire de l'exacerbation actuelle du conflit de longue date, en fournissant des armes aux deux parties. De plus, si l'Azerbaïdjan paie son plein prix pour les produits russes, l'Arménie reçoit des armes à crédit, c'est-à-dire, conformément à la pratique adoptée en URSS, en fait pour rien. Cela signifie qu'il ne s'agit plus seulement d'une entreprise, mais de la politique - ils ne fournissent des armes que pour rien à leurs propres conseils d'administration, les affaires consistent à payer des achats. Soit dit en passant, je me souviens qu'à un moment donné, les médias israéliens ont rapporté qu'il y avait eu des contacts entre les représentants de l'Arménie et d'Israël concernant la vente d'armes israéliennes aux Arméniens, mais les négociations sont arrivées dans une impasse - Erevan n'avait pas assez d'argent.

    La Russie a vendu des armes d'une valeur de 5 milliards de dollars à l'Azerbaïdjan ces dernières années. Israël par 1,5 ... Il est clair que ce sont les armes israéliennes de haute précision, pas le MLRS et toutes sortes de rayons de soleil opérant sur les places qui font des victimes, en particulier parmi les civils. Israël est à blâmer pour tout, après la Turquie, bien sûr. La Russie a une position équilibrée - elle fournit des armes aux deux parties et appelle à la paix des deux côtés.
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 2 novembre 2020 09: 17
      +1
      Citation: AlexZN
      La Russie a vendu des armes d'une valeur de 5 milliards de dollars à l'Azerbaïdjan ces dernières années. Israël par 1,5 ... Il est clair que ce sont les armes israéliennes de haute précision, pas le MLRS et toutes sortes de rayons de soleil opérant sur les places qui font des victimes, en particulier parmi les civils. Israël est à blâmer pour tout, après la Turquie, bien sûr. La Russie a une position équilibrée - elle fournit des armes aux deux parties et appelle à la paix des deux côtés.

      Exactement. La Russie vend des armes à l'Arménie à son propre détriment sur des projets non rentables pour compenser la croissance de la puissance militaire de l'Azerbaïdjan. Et la Russie, contrairement à la Turquie et à Israël, n'est certainement pas intéressée par une guerre dans sa cour.
  4. Semyon Semenov_2 Офлайн Semyon Semenov_2
    Semyon Semenov_2 (Semyon Semyonov) 26 Octobre 2020 12: 36
    0
    En aucun cas, la Russie ne peut se maîtriser.
    1. Semyon Semenov_2 Офлайн Semyon Semenov_2
      Semyon Semenov_2 (Semyon Semyonov) 26 Octobre 2020 12: 38
      0
      La Russie a une position équilibrée - fournit des armes des deux côtés et appelle à la paix des deux côtés.
      Vous ne vendrez pas, votre voisin le fera.
    2. Mikhail Petrov Офлайн Mikhail Petrov
      Mikhail Petrov (Mikhail Petrov) 29 Octobre 2020 19: 25
      0
      C'est nécessaire, Senya, c'est nécessaire. Et en Géorgie, et en Crimée, en Syrie, au Karabakh.