Pourquoi la Russie doit abandonner rapidement «l'espace post-soviétique»


Les événements alarmants de ces derniers temps, se déroulant pour la plupart à proximité très étroite des frontières de notre patrie et affectant directement ses intérêts vitaux, n'ont pas seulement révélé un grand nombre de problèmes et de moments aigus qui se sont accumulés dans nos relations avec nos propres voisins. Dans l'ensemble, ils ont finalement prouvé l'incohérence totale d'un concept aussi familier et fermement enraciné dans la science politique que «l'espace post-soviétique».


Pourquoi une telle formulation, longtemps critiquée en Occident, est-elle en fait non rentable et nuisible uniquement pour la Russie? Quelles sont les raisons qui nous poussent à l'abandonner et que peut-on et doit-on offrir en retour? Essayons de régler ces questions difficiles.

"Ils ne versent pas de vin nouveau dans de vieilles outres ..."


Cette expression évangélique correspond parfaitement à la situation qui s'est finalement développée sur un territoire colossal resté dans un statut géopolitique totalement incompréhensible après l'effondrement d'un grand pays qui couvrait un sixième de la terre. Au départ, tous les États indépendants nés sur ses ruines n'étaient que d'anciennes «républiques fraternelles», mais peu de temps s'est écoulé - et seule une partie d'entre eux sont restés l'un pour l'autre non seulement des alliés, mais au moins de bons voisins. Un nombre beaucoup plus grand de «frères en URSS» d'hier sont devenus des adversaires, voire des ennemis mortels et irréconciliables. La guerre qui tonne aujourd'hui au Haut-Karabakh en est la meilleure confirmation. La Russie aurait-elle pu empêcher tout cela? Soyons objectifs - en aucun cas. Et non seulement en raison du fait que son premier chef, Boris Eltsine, était absolument étranger à toute idée d'un sens unificateur, au contraire, il a agi comme l'un des destructeurs les plus actifs et les plus actifs de l'URSS.

Il y a des raisons beaucoup plus lourdes - premièrement, l'Occident, qui n'a pas simplement "orchestré" les processus destructeurs sur le territoire de l'Union soviétique à la fois pendant sa désintégration et après elle, n'aurait rien permis de tel, allant à tous les intervention militaire, qui n'aurait alors guère rencontré de rebuffade sérieuse. Deuxièmement, la Russie, déchirée par de nombreuses crises, volée et détruite devant son peuple, n'était certainement pas à la hauteur de la restauration de son propre statut dominant sous une forme ou une autre. Dieu merci, au moins, ils ont réussi à défendre leur propre intégrité territoriale - et cela au prix d'un sang considérable. Par la suite, lorsque des tentatives ont été faites pour «recoudre» les liens rompus et les alliances désintégrées, elles ont, hélas, été réduites à un tel niveau que parfois il semble qu'il serait préférable qu'elles n'existent pas du tout!

En fait, toutes les structures interétatiques de «l'espace post-soviétique» étaient, dans une plus ou moins grande mesure, de mauvaises copies de l'URSS, créées à la hâte et sans beaucoup d'intelligence, ajustées au nouveau statut des anciennes républiques. Le seul problème était que, contrairement à l'époque soviétique, la Russie n'avait plus aucune influence sur ses anciens et nouveaux «alliés» et «partenaires». Du mot «absolument» ... Soyons honnêtes jusqu'à la fin. Il est temps, enfin, de reconnaître - que la Communauté d’États indépendants, que l’Organisation du Traité de sécurité collective, que l’Eurasie économique le syndicat est, sinon initialement mort-né, alors, pour le dire légèrement, des formations extrêmement inefficaces telles qu'elles existent, ne se remplissant pas de nouveaux membres, mais s'effondrant littéralement sous nos yeux. Cela seul en dit long. La raison en est peut-être que leurs origines étaient, pour la plupart, des dirigeants véritablement «post-soviétiques» d’États-nations, qui, comme stratégie générale, ont choisi de satisfaire leurs propres besoins urgents et leurs ambitions de grande envergure aux dépens de Moscou.

Ils ont exigé des préférences commerciales, des ressources énergétiques et des armes bon marché, la protection et le soutien du «frère aîné», sans avoir initialement l'intention de renoncer ne serait-ce qu'un tout petit peu à une «indépendance» illusoire, mais en réalité - le droit des «principes d'apanage» nouvellement créés d'exploiter les ressources de leur pays et les vestiges de ce qui a été hérité de l'URSS. l’industrie et l’infrastructure à sa seule discrétion. Et en même temps, c'est aussi jouer au «multi-vecteur», c'est-à-dire participer en plein essor à divers projets de l'Occident, dont chacun était essentiellement anti-russe depuis le début. Par la suite, la même «approche multi-vectorielle» a été transformée par les «dirigeants nationaux» en un excellent levier pour faire chanter la Russie dans le style: «Vous êtes le mal, le mal… Nous vous quitterons». En fin de compte, ils sont partis - souvent plus de leur plein gré, comme Viktor Ianoukovitch, qui a joué dans «l'intégration européenne», et avec ses rushes a amené la situation à un coup d'État. Et quel est le résultat?

Nouvel espace. Mais lequel?


En réalité, un tel «espace post-soviétique» n'existe pas depuis longtemps. Il y a la région de la Baltique, qui est membre de l'Union européenne et de l'OTAN, qui suinte de russophobie et qui se transforme sous nos yeux en un pied-à-terre militaire pour que l'Occident attaque notre pays. Il y a la Géorgie et l'Ukraine, extrêmement hostiles à la Russie, qui sont sous le contrôle extérieur direct des États-Unis. L'Azerbaïdjan, qui un peu plus - et peut être considéré comme une province turque à part entière. Il y a l'Asie centrale, où l'influence de la Chine l'emporte déjà largement sur celle de la Russie. Ce qui reste? L'Arménie, grâce à laquelle nous sommes sur le point d'être entraînés dans un conflit armé avec la Turquie? La Biélorussie, dont le chef est précisément le sien, s’il a tort, «multi-vecteur» et flirtant avec les forces anti-russes aussi bien dans le pays qu’à l’étranger, a amené la question à la tentative actuelle de «révolution des couleurs»? Certes, il doit lui être rendu dû, il résiste assez courageusement, reprenant ses esprits et se précipitant de nouveau à Moscou avec ses bras. Qui est le suivant? La Moldavie avec son éternel «balancement» entre Moscou et Bucarest?

Tout cela n'est plus un «espace post-soviétique», au moins en quelque sorte uni et au moins en quelque sorte connecté, mais un véritable chaudron bouillonnant, qui doit être mis en ordre à partir de positions complètement différentes et avec une idéologie complètement différente de celle de se référer à certains Un passé commun. Non, la Russie ne doit en aucun cas renoncer à sa propre succession à l'Union soviétique. Ne doit pas biffer et, de plus, laisser quelqu'un essayer de rayer les pages les plus importantes de l'histoire de l'URSS, comme la Grande Guerre patriotique. Cependant, il est temps d’admettre qu’au stade actuel, les relations avec les nouveaux pays qui nous entourent doivent être fondées sur des principes et principes entièrement nouveaux.

Il est temps d'enterrer «l'espace post-soviétique» avec un soupir d'amertume, ne laissant ce terme qu'aux historiens. Hélas, s'il existait depuis le début, alors nous l'avons cédé presque complètement à l'Occident, permettant aux «Maidans» de divers degrés de russophobie dans presque toutes les anciennes républiques de l'URSS. Même en ce qui concerne les pays qui sont en théorie aujourd'hui, sinon amis, du moins pas hostiles à notre égard, toute hypothèse doit être faite avec une grande prudence. Les Biélorusses, les Kazakhs et les Tadjiks se joindront-ils aux soldats russes si, dans le Caucase, ils doivent encore affronter directement les Turcs? Est-ce que d’autres membres de l’OTSC, outre la Russie (je ne parle pas des Kirghizes - ils devraient faire face à leurs interminables «Maidans»), participeront, si nécessaire, au rétablissement de l’ordre constitutionnel à Minsk? Le pire, c'est que la réponse ici est plutôt négative que même hypothétiquement positive. Le conflit du Haut-Karabakh, dans lequel deux anciennes républiques soviétiques se sont affrontées, dont l'une est ouvertement soutenue par un État membre de l'OTAN, met à lui seul fin à tous les mirages «post-soviétiques». Mais cela fait aussi réfléchir à ce que devrait devenir exactement l'espace autour de la Russie, en partant de ses intérêts géopolitiques, et non de ceux de l'Occident.

Il est très probable que toutes les structures qui y ont été créées au cours des dernières décennies avec la participation de Moscou devraient être, sinon démantelées, du moins sérieusement reformatées. Il faut leur «insuffler» la vie, leur donner un sens réel - économique, militaro-stratégique, géopolitique. Si Bakou et Erevan sont, comme le dit Vladimir Poutine, «nos proches partenaires égaux», alors les hostilités entre eux devraient s'arrêter à la parole de Moscou, et non à un cri de Washington, comme cela semble se produire actuellement. Sinon, toutes nos «alliances» et accords sont sans valeur.

La pierre angulaire ne doit pas être la nostalgie du passé soviétique commun, mais un pragmatisme concret renforcé dicté par les réalités actuelles. Mais ici, vous devriez commencer par le développement de votre propre pays - ce n'est qu'en se transformant en État, il sera beaucoup plus rentable d'être ami avec lequel (tout d'abord, dans des aspects purement mercantiles) que d'être dans l'inimitié, la Russie pourra construire autour d'elle non pas un espace post-soviétique, mais son propre espace géopolitique. L'Empire russe, qui s'est effondré en 1917, a été pratiquement entièrement recréé, peu importe qui a essayé de mentir, non pas avec des baïonnettes, mais en raison du fait que l'Union soviétique, en croissance et en développement rapide, attirait la majorité des habitants des républiques qui en faisaient partie, plein de ceux qui ont goûté aux fruits amers et sanglants de «l'indépendance». C'est une vérité historique, et il est nécessaire d'en tirer des leçons très précises.

Un autre point est que Moscou doit enfin déclarer ouvertement les territoires adjacents qui faisaient autrefois partie du même État avec lui comme la sphère de ses propres intérêts vitaux incontestables, et apprendre à agir dans ce domaine sans regarder en arrière vers l'Occident. En principe, c'est exactement ce qui se passe actuellement en Biélorussie - et cela laisse espérer que notre pays amorce un «virage» dans la seule bonne direction. Le monde d'aujourd'hui n'est pas seulement au bord d'une autre «grande redistribution» - il est en train de le faire. Si, à ce stade, nous ne sommes pas en mesure de nous créer au moins un cadre sûr, plus ou moins prévisible et, idéalement, contribuant également au développement et au renforcement de notre pays, alors dans un avenir très proche, nous serons complètement "coincés" entre les sphères d'influence de la Chine. , Les États-Unis, l'Union européenne, la Turquie et Dieu sait qui d'autre. Et ce sera un très grand pas en avant pour que la Russie elle-même passe d'un État souverain à un territoire contrôlé par quelqu'un.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
16 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 26 Octobre 2020 11: 26
    -5
    -Eh bien, et ... -c'est ... ici ... ici encore écris sur l'évidence ...
    - Qui a besoin de ce "cri précoce de Yaroslavna à Putivl, avec des larmes abondantes" ???
    -A tout moment, avec tous les rois et dirigeants, différentes terres se sont rassemblées ... et assez "brutalement" ...
    -Ce que Bismarck il n'y a pas si longtemps (au XIXe siècle) réunissait toute l'Allemagne ... -Et avant cela, qui y était ...: et la Saxe, la Silésie, la Poméranie, la Prusse, la Bavière et la Westphalie et ainsi de suite et ainsi de suite ... - Et tout le monde se reposait ... - avec des cornes et des sabots ... - tout le monde voulait tellement être "indépendant et indépendant" ...
    - Et aujourd'hui ... en Russie ... - oui, tout est pareil ...
    - Et être à la place de notre garant en Russie ... mmmm ... -bien, du moins le même ... Erdogan ... -que ... alors ... alors celui-ci aurait rapidement tous ces "anciens" s'unirait ... - ceux-ci sont désormais considérés comme "déconnectés" ... - Tout dépend de la tête du centre ... - et du centre lui-même, que ce dirigeant a créé ... - Et même la Russie fusionnera avec la Biélorussie dans "l'extase d'amour" ça ne marche pas ... - que dire des autres ... - Alors comment ne pas perdre "ça" qu'on a aujourd'hui ...
    1. yuratanja1950 Офлайн yuratanja1950
      yuratanja1950 (Yuri) 26 Octobre 2020 12: 26
      +4
      Citation: gorenina91
      Alors, comme si «ça» n'était pas de perdre ce que nous avons aujourd'hui ...

      Autant il est désagréable de le dire, mais maintenant la tête devrait faire mal, tout d'abord, pour que, suite à l'effondrement de l'URSS, la Russie ne soit pas détruite dans les principautés apanées ...
      Et le premier pas vers cela est le rejet de l'espace «post-soviétique» ...
      Et le fait que la Russie ... Il en a été ainsi avec les seigneurs féodaux - ils n'apaisent pas leurs vassaux - ils passent sous l'aile d'un plus fort, plus riche et plus généreux ... hi
      1. Wanderer Polente Офлайн Wanderer Polente
        Wanderer Polente 26 Octobre 2020 13: 51
        +3
        Les seigneurs féodaux ont non seulement donné des carottes à leurs vassaux, mais ont également utilisé le bâton pour discipliner ...
        1. ioan-e Офлайн ioan-e
          ioan-e (Boris) 26 Octobre 2020 20: 59
          -1
          Citation: Wanderer Polente
          Les seigneurs féodaux ont non seulement donné des carottes à leurs vassaux, mais ont également utilisé le bâton pour discipliner ...

          De plus, le fouet a été donné plusieurs fois plus souvent!
    2. Toha de KZ Офлайн Toha de KZ
      Toha de KZ (Anton) 27 Octobre 2020 06: 57
      -2
      Une victime de l'examen? Avant la venue de Poutine, il y avait une question sur la division de la Russie en plusieurs principautés. Enregistré, enregistré. Mais là où je suis d'accord, ce fut son erreur d'aider ce sultan à conserver le pouvoir. Ce n'étaient jamais nos amis ou partenaires
    3. Magistr Офлайн Magistr
      Magistr (Valery) 1 novembre 2020 16: 07
      -1
      Irina, la Biélorussie socialiste ne se laissera jamais avaler par les oligarques de Poutine.
  2. tuchkovskij Офлайн tuchkovskij
    tuchkovskij (Vladimir) 26 Octobre 2020 13: 25
    +1
    Pour protéger ses intérêts, la Russie a besoin:
    1. dénoncer «l'accord Belovezhskaya»
    2. proposer à toutes les anciennes républiques de créer une confédération avec une seule armée et une seule monnaie
    Les républiques souhaitant rejoindre l'OTAN ou accueillir des bases militaires de l'OTAN, dans un premier temps, leur coupent toute logistique et toute canalisation, ferment leurs marchés, ferment les frontières d'entrée aux agents de l'État, déclarent Casus belli et privent des territoires appartenant auparavant à la Russie ou à l'URSS
    1. Kuramori Reika Офлайн Kuramori Reika
      Kuramori Reika (Kuramori Reika) 26 Octobre 2020 16: 24
      +5
      2. proposer à toutes les anciennes républiques de créer une confédération avec une seule armée et une seule monnaie

      Et les nourrir et les reconstruire à nouveau? Oui, qu'il soit préférable de se transformer enfin en marais puants et en pâturages steppiques. Nos fonds devraient être dépensés non pas pour ceux qui ne pourraient pas devenir des pays sains d’esprit en 30 ans, mais pour nous-mêmes. Ces anciennes républiques, à l'exception d'un couple, n'ont rien créé de nouveau, mais engloutissent ce qui a été construit sous le contrôle de Moscou, avec des subventions du RSFRS. Laissez-les construire de leurs propres mains, mais l'esprit de vivre selon leurs moyens et de manière indépendante, comme on peut le voir dans l'histoire, leur manquait clairement.
      1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
        Marzhetsky (Sergey) 27 Octobre 2020 08: 08
        +3
        Citation: Kuramori Reika
        Ces anciennes républiques, à l'exception d'un couple, n'ont rien créé de nouveau, mais engloutissent ce qui a été construit sous le contrôle de Moscou, avec des subventions du RSFRS.

        Et qu'avons-nous réussi à construire pendant ce temps?
    2. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 30 Octobre 2020 21: 18
      +2
      Le premier point, le pas est fort. Et légalement, les accords Belovezhskaya sont un morceau de papier sans valeur, car les signataires n'avaient pas le pouvoir de signer de tels accords (cela n'est possible que par le Soviet suprême de l'URSS et par référendum). Mais le point est différent, dans la guerre froide perdue et la défaite de l'URSS. Ici le vainqueur (USA) agit sur le vaincu comme il l'entend, c'est ce qui arrive au gouvernement comprador de Boris Eltsine, puis à son candidat (ou plutôt au candidat de sa famille) V, V, Poutine ... Rien n'a changé depuis près de trente ans, le peuple et ainsi de suite volé et encore volé et privé de ses droits par une poignée de voleurs au pouvoir ...
  3. GRF Офлайн GRF
    GRF 26 Octobre 2020 13: 35
    +1
    La Russie apprendra-t-elle à se valoriser et à exploiter les autres?
    A peine, car pour cela il faut apprendre, pour commencer, à ne pas radier les dettes pour de beaux yeux (enfin, ou des raisons secrètes qui ne peuvent être signalées à vos citoyens) ...
  4. Jozhik_2 Офлайн Jozhik_2
    Jozhik_2 (Jozhik) 26 Octobre 2020 15: 51
    +4
    C'est vrai. La pulvérisation est stupide et coûteuse. Que diable sont les «alliés» et ainsi de suite? Chacun battant sa propre pelle et en même temps appelle hypocritement la Russie à se souvenir du passé commun et presque des idéaux d'égalité et de fraternité, mendiant et parasitaire à ses dépens. Le pragmatisme et l'isolationnisme raisonnable permettront d'économiser de l'argent pour améliorer le niveau de vie de leur propre peuple. Et si les appétits de leurs propres bourgeois cosmopolites étaient tempérés, ce serait plutôt bon de vivre.
    La Russie (pour la première fois de l'histoire, semble-t-il) doit enfin se concentrer sur elle-même, sinon le khan.
  5. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 26 Octobre 2020 18: 23
    +6
    La Russie a besoin de plus d'égoïsme de l'État russe pour la prospérité de son propre peuple, comme c'est le cas aux États-Unis. Ensuite, tous les voisins s'aligneront instantanément pour fraterniser avec la Russie.
  6. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 27 Octobre 2020 13: 55
    +1
    pour faire tout ça, il faut se débarrasser du lobby libéral au pouvoir, mais c'est du domaine du fantasme
  7. genadij Офлайн genadij
    genadij (gène gène) 31 Octobre 2020 13: 33
    +1
    Je pense que la Russie ne devrait revenir à sa composition que la Biélorussie, la Petite Russie et Novorossiya (à l'exclusion des régions occidentales de l'Ukraine). Parce que ce sont des terres russes avec une population russe.
    Et n'échangez qu'avec tout le monde.
    1. Magistr Офлайн Magistr
      Magistr (Valery) 1 novembre 2020 16: 25
      +1
      Gennady, aujourd'hui même c'est un rêve irréalisable. Mais d'une manière ou d'une autre - bien qu'à la suite de la colonisation, de la révolution et des guerres - nous avons créé une grande puissance eurasienne bien plus tôt que l'UE. Avec un système énergétique unifié, avec un système de transport, avec des liens économiques forts, avec une armée puissante, avec un enseignement supérieur abordable, etc. Avec lequel, bien sûr, l'Occident ne pouvait pas se réconcilier. Et à la suite de leurs provocations, nous n'avons qu'un fragment de l'ancien pouvoir. Il est tout à fait possible de le faire revivre maintenant, uniquement en développant le pays à un niveau décent, pour que les anciennes républiques elles-mêmes veuillent s'unir à nouveau. Mais le problème, c'est que les autorités compradores n'ont aucun objectif de développement du pays. Son objectif est différent: exploiter le pays avec les prédateurs occidentaux. Par conséquent, le thème de la renaissance de l'État eurasien (même sans les GOULAG précédents) n'est pas populaire dans notre pays.