La France a refusé de négocier avec les États-Unis sur l'achat de GNL pour 7 milliards de dollars


La société énergétique française Engie a refusé de signer un contrat de 20 ans avec la société américaine NextDecade du Texas pour 7 milliards de dollars. Les parties ont envisagé la possibilité de fournir du gaz naturel liquéfié à la France à partir de l'usine de GNL de Rio Grande, que les Américains envisageaient de construire aux États-Unis.


Les négociations d'Engie et NextDecade ont été initialement perçues négativement par les militants écologistes qui se sont opposés à la conclusion d'un tel contrat.

De plus, le Paris officiel n'était pas ravi des perspectives possibles. Il s'est dit gravement préoccupé par la production de gaz par fracturation hydraulique dans les États américains du Texas et du Nouveau-Mexique, à la suite de quoi de grandes quantités de méthane pénètrent dans l'atmosphère de la planète. Les Français considéraient les approvisionnements américains en GNL comme une violation de la stratégie climatique à long terme de leur pays.

Engie a décidé de ne pas continuer à consulter NextDecade sur ce projet

- a précisé le représentant d'Engie le 3 novembre 2020 au journal français Le Monde.

Les Amis de la Terre, une organisation environnementale internationale opérant dans 74 pays à travers le monde, se sont déclarés satisfaits des décisions prises par le gouvernement français et Engie. Il est à noter qu'Engie est détenue à 35,7% par le gouvernement français et est le partenaire de Gazprom dans le projet Nord Stream 2.

Au même moment, le sénateur républicain américain Kevin Kramer a écrit une lettre à l'Elysée. Dans celui-ci, il a menacé le président français Emmanuel Macron que «l'acte pourrait avoir des conséquences négatives» et affecterait certainement les relations entre Washington et Paris.

Suite à la lettre susmentionnée, une autre lettre a été envoyée des États-Unis à la France. Cette fois signée par 24 sénateurs républicains et pas si émouvante. Les législateurs ont cité des données du ministère américain de l'Énergie, selon lesquelles les émissions de méthane du GNL américain «tout au long de la chaîne» sont inférieures à celles des matières premières des pipelines russes.
  • Photos utilisées: Wmeinhart - Wolfgang Meinhart, Hambourg / wikimedia.org
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 5 novembre 2020 18: 03
    +4
    Tout est très simple. Macron et Engie se foutent de la fracture aux États-Unis.
    Et le fait est qu'Engie est victime des sanctions SP-2. C'est juste qu'une réponse est venue.
    Les États-Unis n'ont plus très peur et personne ne subira de pertes à cause de leur arrogance, du moins en toute impunité.
    1. Pivander Офлайн Pivander
      Pivander (Alex) 5 novembre 2020 18: 58
      0
      Pas certainement de cette façon. Toutes les entreprises dont les actions sont cotées sur les bourses américaines ont toujours peur des États-Unis. Les États-Unis ont beaucoup de poids pour de telles sanctions.

      Il y en a aussi beaucoup où des équipements américains sont utilisés, fabriqués sous des brevets américains, fabriqués sur des équipements américains ou dotés de logiciels américains.

      Et n'oubliez pas le dollar après tout. Le même dollar qui paie la plupart des hydrocarbures mondiaux. Espérons que pour le moment ...
      1. boriz Офлайн boriz
        boriz (boriz) 5 novembre 2020 19: 01
        0
        Mais la situation est en train de changer. Du moins, à en juger par les actions d'Engie. Et juste au cas où, nous nous sommes cachés derrière Greta Thunberg.
  2. Afinogen Офлайн Afinogen
    Afinogen (Afinogen) 5 novembre 2020 18: 10
    +1
    La France a refusé de négocier avec les États-Unis sur les achats de GNL

    Et elle a fait la bonne chose. Ils nous achèteront du GNL et du gaz plus propre (sans interruption lol ) et le prix est plus bas, et s'ils le veulent vraiment, nous pouvons leur tenir la pipe. Chaque caprice pour votre argent.
    1. boriz Офлайн boriz
      boriz (boriz) 5 novembre 2020 18: 37
      0
      Le tuyau est déjà là. Engie travaille en étroite collaboration avec Gazprom depuis longtemps.