Moscou et Ankara font des déclarations contradictoires sur l'armée turque au Haut-Karabakh


Ces derniers jours, Moscou et Erevan d’une part, et Bakou et Ankara d’autre part, ont fait des déclarations contradictoires et mutuellement exclusives sur le Haut-Karabakh. Tout a commencé par le fait que le 10 novembre 2020, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev сообщилque les "casques bleus" turcs rejoindront les soldats de la paix russes dans la région contestée.


Après cela, des hauts fonctionnaires en Russie et en Arménie nié ses déclarations. Ils ont attiré l'attention sur le fait que l'accord conclu lors des négociations trilatérales ne prévoit pas la participation de la Turquie à la mission convenue.

Cependant, le 11 novembre, le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé que l'armée turque allait bientôt apparaître au Haut-Karabakh sur la même base que ses homologues russes. Il a précisé qu'un protocole a déjà été signé sur la création d'un centre conjoint russo-turc pour contrôler et surveiller le cessez-le-feu dans la région. Les consultations se poursuivront après l'arrivée de la délégation russe en Turquie.

À son tour, le 12 novembre, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a informé les journalistes qu'il n'y aurait pas d'unités de maintien de la paix turques sur le territoire du Haut-Karabakh. Il a précisé qu’un centre de surveillance mixte spécial russo-turc stationnaire serait situé sur le territoire de l’Azerbaïdjan. Il n'y a pas de mission terrain pour les employés de ce centre, car il travaillera exclusivement à distance. Les Turcs pourront suivre la situation et le respect du cessez-le-feu des drones. Cela limitera leurs activités.


Le ministre russe a ajouté que des négociations intensives étaient en cours avec les parties au conflit au cours des dernières semaines. Moscou a coordonné une opération de maintien de la paix. Après la signature de l'accord, aucune tentative de perturber l'accord n'a été enregistrée, les parties étant intéressées par son respect.
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 12 novembre 2020 19: 10
    0
    Alors, qui sont les têtes de balabol. Je suis avec mon maître ou Poutine avec Lavrov, je crois plus que ce dernier ne cédera pas ici, il y a déjà une expérience de "coopération" avec le sultan en Syrie
  2. Hayer31 Офлайн Hayer31
    Hayer31 (Kashchei) 12 novembre 2020 19: 45
    0
    Camarade Poutine, vendez enfin les Arméniens, vous êtes dans cette UA.
  3. Classeur Офлайн Classeur
    Classeur (Myron) 12 novembre 2020 20: 19
    0
    Il ne fait aucun doute que les Azerbaïdjanais dans la situation actuelle ne pourraient accepter l’apparition de soldats de la paix russes au Karabakh que s’il y avait une présence militaire turque dans la région.
    1. Isim soyad Офлайн Isim soyad
      Isim soyad (Isim Soyad) 13 novembre 2020 16: 22
      0
      cent%!!! Aliyev ne serait jamais d'accord sans avoir un contrepoids aux Forces Armées RF sur son territoire (moi et beaucoup de gens le pensent). Il a toujours évité tout cela, adhérant à la neutralité envers tous les États. Je pense que oui, si la Fédération de Russie n'est pas d'accord avec les observateurs d'officiers du TR, pour le MS RF, alors 100, F6 dans l'AR seront 16 ou 12, et autour de NK, sur le territoire de l'AR, il n'y aura pas 18, mais 2000 militaires de TR. Il n'a pas d'autre choix, que ce soit ceci ou cela. Ni Aliyev, ni le peuple de l'AR (je veux dire la très grande majorité), n'ont jamais voulu des forces armées de quelqu'un pendant une période longue ou permanente, sur notre territoire. Et Aliyev sait que s'il n'y a pas de Soviet suprême du TR (par opposition à), alors après l'humeur victorieuse du peuple, l'intérieur commencera, progressivement, pas de contentement, et le peuple pourra aller au rassemblement, et l'opposition aidera cela (et cela joue entre leurs mains, en quelque sorte héroïsme d'Aliyev). Déjà dans tous les forums, groupes et communautés, le contentement ne commence pas progressivement, car il n'y avait pas de chars, pas d'hélicoptères, et encore moins de choc dans l'accord. Pourquoi sont-ils ici.
  4. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 12 novembre 2020 20: 20
    -4
    Pour moi, il n'y a pas de contradictions. Si Erdogan veut être présent en Azerbaïdjan, personne ne le laissera faire. Et tout d'abord, I. Aliyev. Je vous l'ai dit sur ce site. Bien qu'ils ne me croient toujours pas. Vous ne connaissez pas très bien le président azerbaïdjanais. Il n'aime pas partager le pouvoir. Avec personne.

    Stanislav Tarasov. Cet homme a pris une position anti-azerbaïdjanaise toute sa vie. Bien qu'il soit né en Azerbaïdjan à Kirovobad (Ganja). Mais dans cet article, je suis d'accord avec lui (je dois avouer que cela arrive très rarement). Certes, dans cet article, toutes ses conclusions ne me conviennent pas. Mais il y a là quelque chose de raisonnable.

    Poutine et Aliyev ont joué avec succès la carte d'Erdogan

    https://regnum.ru/news/polit/3113503.html
  5. Lahudra Офлайн Lahudra
    Lahudra (Nikolay Kondrashkin) 12 novembre 2020 21: 08
    +1
    Les Turcs seront déployés dans cinq régions environnantes, et la nôtre dans le couloir de Lachin et le Karabakh rétréci.
    1. rrt Офлайн rrt
      rrt (rrt) 12 novembre 2020 22: 58
      -2
      Toute la population arménienne sortira du «Karabakh ratatiné», parce que ce bout de territoire ne peut être défendu. Et après peu de temps les Turcs demanderont aux Russes - qui protégez-vous ici? Je suppose que les babakhs potentiels s'aligneront dans l'armée turane, car les acteurs recevront des maisons arméniennes en prime des Azéri.