"Révolution criminelle". La Russie aurait-elle pu éviter les «fringants 90»?


La semaine dernière, le 10 novembre, la Russie a célébré la Journée de l’employé des organes des affaires intérieures, qui, pour beaucoup de nos compatriotes, conserve encore son vrai nom - la Journée de la milice soviétique. Hélas, avec l'effondrement de l'URSS, les forces de l'ordre ont cessé d'être soviétiques, puis sont complètement passées de la milice à la police. Cependant, le nom n'est pas le point ...


Aujourd'hui, nous parlerons de la période qui se situe entre ces deux événements et fait à ce jour l'objet de différends féroces et de diverses spéculations - sur les soi-disant «fringants 90». Ce sera à peu près le moment où notre pays et, en particulier, ceux qui étaient obligés de défendre la loi et l'ordre en son sein, seront confrontés à une augmentation sans précédent de la criminalité, principalement organisée. Et la principale question à laquelle nous allons essayer de trouver une réponse est de savoir s'il était possible d'empêcher l'émeute des bandits, qui a coûté des dizaines de milliers de personnes et causé des dommages à notre État, dont les conséquences se font encore sentir aujourd'hui?

Né par "perestroïka" ...


Par la suite, cette fois recevra des noms différents - «fringants 90», «révolution criminelle» et ainsi de suite. Je dois dire que la plupart de ces termes sont assez douteux. Les processus de criminalisation rapide de la société ont commencé dans les dernières années de l'existence de l'Union soviétique, au moment de la «perestroïka» qui a poussé le pays vers le banditisme. Et ils ne se sont pas terminés avec le début du nouveau millénaire - hélas, c'est un fait. Quant aux années 90, quelqu'un de la fraternité de l'écriture l'a inventée, Mikhail Weller, je pense. En outre, il ne vaut pas la peine d'appeler les vagues obscures de criminalité qui ont balayé non seulement la Russie, mais aussi la majorité absolue des pays de «l'espace post-soviétique» par le mot fort «révolution». Heureusement, les «gars», avides de tout cela, n'ont pas obtenu le pouvoir définitif sur l'État et le contrôle total de ses ressources. Par conséquent - une tentative de coup d'État, au maximum.

Après avoir plus ou moins réglé la terminologie, nous pouvons passer au point principal: comment aurait-il pu arriver que dans l'État soviétique «totalitaire», dans lequel, comme les libéraux actuels continuent d'insister, «tout était sous contrôle total», surtout, «des corps punitifs ", Soudain, il y avait des groupes criminels comptant des milliers et des dizaines de milliers de" combattants "et en même temps des millions" roulants "? Et pas toujours en roubles? Il y a une opinion que la faute réside dans la réticence obstinée de la direction du parti-État de l'URSS, qui est devenue stagnante dans les clichés idéologiques, et est même tombée dans la folie élémentaire, à reconnaître l'évidence.

C'est précisément le déni «au sommet» de l'existence de la prostitution, de la toxicomanie et, bien sûr, du crime organisé dans l'État soviétique qui a ouvert la voie la plus large «aux masses» pour ces personnes. Mais les gens intelligents de la même milice ont tout prévu et ont même averti: «Le lion s'est préparé», «Le lion a sauté», etc. Le titre de ces articles dans Literaturnaya Gazeta en dit peu à la plupart des Russes, et quand ils l'ont été. publié en 1988, c'était une sensation dans toute l'Union! Eh bien, bien sûr - un lieutenant-colonel du ministère de l'Intérieur de l'URSS admet la présence d'une vraie mafia dans le pays! Nous reviendrons un peu plus tard sur quelques instants des «révélations» de ce colonel - Alexandre Gourov. En attendant, revenons sur l'un d'entre eux: aussi ridicule et sauvage que cela puisse paraître aujourd'hui, mais l'arme principale contre le crime organisé national, ce policier de haut rang a considéré (et, semble-t-il très sincèrement) ne pas renforcer les forces de l'ordre ou resserrer la législation pertinente, mais ... " publicité"! "La mafia doit se rendre compte que la société le sait et se battra comme avec un phénomène ..." Comme le montre la pratique ultérieure, les "gars" voulaient éternuer à la publicité, et quant à la "perestroïka" - c'est ainsi que cela est devenu pour l'organisation nationale le crime est un véritable «ticket pour la vie», qui a permis de se déployer dans toute son ampleur et toute sa puissance. D'où venaient tous ces meurtriers, voleurs et extorqueurs dans notre patrie, et même en quantités telles qu'ils ont réussi à transformer en enfer la vie d'un grand nombre de leurs concitoyens?

Dans l'une des éditions libérales russes, je suis tombé sur une déclaration stupéfiante en termes de cynisme et d'incongruité: ils disent: «pendant les années de régime communiste, tant d'énergie négative s'est accumulée dans le pays que tout ne pouvait tout simplement pas se terminer par une explosion». Des conneries et des mensonges éhontés. Arrivé au pouvoir, notre société a commencé à pomper la «perestroïka» avec «l'énergie négative». Le «fondement idéologique» des futures épreuves criminelles a été posé précisément par la destruction complète des valeurs morales et éthiques de l'ère soviétique et leur remplacement par le culte de l'enrichissement à tout prix et du culte de «l'idéal» occidental. La base sociale a été créée par la destruction économie, qui a donné naissance à une armée de chômeurs, de gens affamés et vraiment aigris à travers le monde, tout d'abord - des jeunes qui n'avaient aucune perspective intelligible dans les nouvelles réalités de la vie.

Un rôle important a été joué par les conflits régionaux qui ont éclaté dans toute l'URSS, presque du jour au lendemain, qui sont devenus à la fois les sources de la masse d'armes des modèles d'armée, et, ce qui est beaucoup plus terrible, des gens qui sont capables et prêts à utiliser cette arme même sans la moindre hésitation n'importe où et quand peu importe. L'effondrement total des forces armées et le vol de leurs biens ont également contribué à la saturation de la pègre avec des armes, des munitions, des explosifs et des spécialistes des profils pertinents. Il y avait encore une chose - le crime organisé qui a émergé dans «l'espace post-soviétique» n'aurait jamais atteint de telles proportions et n'aurait pas atteint des sommets tels qu'il l'était en réalité, sans les processus mondiaux qui ont eu lieu dans les anciennes républiques soviétiques. comme la privatisation de masse, le transfert de tout et de tout le monde entre des mains privées. Cependant, tout cela est un arrière-plan. Et quelles sont les origines?

... et le déficit soviétique


Permettez-moi d'avancer et d'essayer de justifier ma propre hypothèse concernant l'émergence dans «l'espace post-soviétique» de nombreuses communautés criminelles qui sont passées dans l'histoire sous le nom de «brigades». Je ferai une réserve sur le fait qu'il existe de nombreuses hypothèses de ce type. Bien sûr, je ne les citerai pas tous ici, mais je m'attarderai sur un seul. De l'avis de ses adhérents, les «brigades» sont le produit du «vieux» crime organisé domestique, c'est-à-dire des «voleurs en droit» qui, avec le début de la «perestroïka», ont reçu la liberté d'action. Il y a une certaine quantité de vérité ici, mais très peu. La plupart des praticiens de l'application de la loi considèrent cette version intenable. La principale preuve est la mort de dizaines, voire de centaines de voleurs de droit tombés dans une lutte inégale avec les bandits de la «nouvelle formation» - «membres du Komsomol» ou «sportifs», comme ils les appelaient. Oui, au final, de nombreuses communautés criminelles, sinon la plupart d'entre elles, sont néanmoins tombées sous l'influence et le pouvoir de «voleurs», mais ce fut plus tard. La racine de tout mal était différente.

Laissez-moi suggérer: le père du crime organisé en URSS était ... la rareté! Oui oui! Celui dont le grand Arkady Raikin a plaisanté avec tant de talent et de drôle. Aux États-Unis, la mafia, la contrebande et le gangstérisme de masse ont été alimentés par une pénurie d'alcool, qui à son tour est causée par la prohibition. Dans notre pays, la pénurie de biens de consommation a donné naissance à des «guildes» et des racketteurs. Ici, peut-être, pour les plus jeunes lecteurs et d'autres qui ne sont pas très familiers avec les réalités criminelles de l'époque, il vaut la peine d'expliquer qui, en fait, étaient ces «tséhoviks».

Comme son nom l'indique, c'étaient des hommes d'affaires qui organisaient des ateliers clandestins pour la production de certains types de marchandises, tout en gagnant de l'argent absolument fou et avec l'État, bien sûr, ils ne le partageaient pas. Quel était le secret de leurs super-profits et de leur succès économique? Les tsékhoviks, contrairement aux plus puissants, mais totalement incompréhensibles vers qui et vers quoi l'industrie nationale était orientée au cours des dernières années de l'existence de l'URSS, ont réagi à la demande de manière plus sensible que les os des rhumatismes aux changements climatiques. Ils étaient aventureux, ils étaient inventifs, ils ont réussi à créer de l'argent à partir de rien, à partir de rien ... Il y a une mode pour les tapis - des métiers terribles avec des sirènes aux gros seins, des cygnes, comme figés dans une attaque épileptique, des cerfs mutants et d'autres personnages capables de faire peur à tous les héros. films d'horreur? Les employés de l'atelier réagissent instantanément - ils achètent à des kilomètres des constructeurs de fesses ... du tissu pour envelopper et isoler les tuyaux! Et maintenant, sous un pochoir découpé au tableau, éclaboussé de peinture au hasard, naissent des «chefs-d'œuvre» schizophrènes, qui ornaient autrefois les murs de centaines de maisons et d'appartements. Le coût principal est proche de zéro. Le prix de vente est de soixante roubles! Les gens veulent du cristal - s'il vous plaît! Les verres achetés pour sept kopecks en Biélorussie par gravure à l'acide se transforment en "cristal", qui sont vendus respectivement avec un "wrap" vingt fois. La mode des lustres Cascade? Les ateliers souterrains commencent à les riveter aussi - et en quantités non mesurées. "Rubik's Cube"? Couvertures de passeport? Feuilles? Oui, même un diable dans un mortier! La sortie de tout ce qui ne pouvait pas être trouvé sur les étagères des magasins d'État pendant la journée avec le feu et qui était très demandée, les employés de magasin ont maîtrisé instantanément.

Naturellement, même dans les ateliers qui fonctionnaient assez légalement (il y en avait, imaginez, il y en avait), une unité sur dix était comptabilisée et réalisée dans le service comptable, et même dans le meilleur des cas. Considérant qu'aucune inspection fiscale et, en fait, pratiquement aucune taxe en tant que telle n'existait alors, il est même difficile d'imaginer en quels nombres on a calculé le superprofit le plus pur qui dépassait absolument les "poubelles de la patrie" ... Les affaires sont les affaires, l'activité économique, qu'elles soient "blanches" «Ou« noir », juridique ou« ombre », a ses propres lois. En pleine conformité avec eux, de temps à autre, diverses collisions surviennent, y compris des "différends économiques", des non-paiements mutuels, etc. Que devraient faire ceux qui ne peuvent pas demander la résolution de ces différends devant le tribunal, l'arbitrage, la police? Vers qui iront-ils, devinez? Vous devinez bien! En général, c'est élémentaire - avec le développement des affaires «fantômes», des gens apparaissent qui ont d'énormes sommes d'argent, mais sont incapables de les protéger légalement. Les «litiges économiques», conflits et contradictions survenant dans cette activité ne peuvent être réglés dans le cadre de la loi. C'est là que les «garçons» entrent en scène, dont les représentants deviennent gardiens, garants, juges et, bien sûr, bourreaux. Partout dans le monde, de grands clans criminels contrôlent la prostitution, le trafic de drogue et d'armes, la migration illégale, etc. Cependant, en même temps, ils essaient régulièrement de «pénétrer» dans les secteurs légaux et «propres» de l'économie, car c'est leur nature et leur essence. Née comme un champignon putréfactif dans les zones de la société touchées par les «maladies» sociales, cette infection essaie invariablement de dévorer «l'organisme» de l'état tout entier.

Pourrait-il en être autrement?


Ce n'est pas un hasard si je me suis attardé avec autant de détails sur la préhistoire et les prérequis purement économiques pour l'apparition dans notre pays de communautés criminelles et de clans du type des «fringants 90». Il serait à tout le moins incorrect de blâmer les forces de l'ordre pour avoir «trop dormi», «tapoté» et ne pas avoir arrêté une tentative de «révolution criminelle». Ils ont tous vu, ils savaient tous et ont même essayé de se battre - malgré leurs propres opportunités, plus que modestes à l'époque. Il ne s’agit pas seulement de l’équipement technique ridicule de la même milice «post-soviétique» qui, à la fin des années 80 - au début des années 90, n’avait pas de transports normaux, de communications modernes et bien d’autres choses qui, à cette époque, étaient des composantes nécessaires du soutien matériel de leur collègues.

Tout cela (ainsi que les salaires médiocres) a été largement compensé par l'ancien «durcissement» et le potentiel humain, encore soviétiques. Les «autorités» de l'époque étaient pour la plupart constituées de personnes qui venaient au service non pas pour «résoudre des problèmes» et gagner de l'argent, mais pour vraiment combattre la criminalité. Mais ils n'avaient pas le droit de faire ça! La base législative, tant en Russie que dans de nombreuses autres anciennes républiques de l'URSS, n'a pas changé depuis des années en fonction des nouvelles réalités, et connaissant tous les chefs de la criminalité, les agents des forces de l'ordre n'ont tout simplement pas eu l'occasion de les traduire en justice - des articles selon lesquels ils peuvent et devraient porterait des accusations, le Code criminel était complètement absent. De plus, comme je l'ai dit plus haut, les clans criminels ont approché le moment de leur «meilleure heure» avec un bien meilleur travail de fond que ceux qui, en théorie, devaient les arrêter.

Énorme capital «fantôme», qu'ils pouvaient désormais légaliser et mettre en place sans le moindre problème, connexions, organisation claire, et surtout, c'était de leur côté, pas des agents des forces de l'ordre politique - c'est ce qui est devenu la clé du succès des «parrains» russes. Alexander Gurov et Yuri Shchekochikhin, qui l'ont interviewé, ont diffusé en 1988 avec le plus grand sérieux que «le moment le plus favorable pour la mafia domestique était le temps de la stagnation», qu'il «s'intéressait aux méthodes de commandement pour gérer l'économie», «son salut est dans la bureaucratie, et la mort dans la publicité. «... C'est drôle et douloureux de lire tout cela aujourd'hui. La vie a réfuté ces passages naïfs-prétentieux de la manière la plus impitoyable. De tous les pays post-soviétiques, la Biélorussie a et a toujours le moins de problèmes avec le crime organisé. Selon des organisations internationales faisant autorité, elle n'est tout simplement pas là! Absent du mot «absolument» ... Et le point n'est pas seulement dans le professionnalisme et le statut très élevé des forces de l'ordre locales (d'ailleurs, les seuls dans l'espace post-soviétique à garder le nom de «milice»), mais encore une fois, dans la politique générale de l'État. Là où l'État a conservé les «hauteurs dominantes» de l'économie, les «brigades» n'ont simplement «rien à attraper». Sur la "couverture" des étals et des cafés, vous ne ferez pas grand chose et ne vous retournerez pas vraiment. La tentative des criminels de «se relever» en Biélorussie a été immédiatement écrasée, et de la manière la plus dure - mais l’essentiel est qu’aucun «terreau» ne leur ait été créé.

Hélas, nous devons admettre que dans les réalités qui se sont développées en URSS avant son effondrement et, en conséquence, la Russie a hérité d'une montée de la criminalité et de l'émergence de ses formes organisées, étaient complètement inévitables. Et le blâme ici ne revient pas aux généraux de la police ou aux procureurs, mais exclusivement à ceux au pouvoir qui ont poussé le pays dans l'abîme de la «révolution criminelle».
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 14 novembre 2020 13: 58
    +1
    Oui, tout était possible. Et l'URSS n'a pas eu à s'effondrer. Ce n'est pas nous qui avons dit:

    Les cadres décident de tout!

    Et si ce crime est dirigé par l'Etat! Comment y faire face?
    1. le Saint Офлайн le Saint
      le Saint (Père Noël) 14 novembre 2020 20: 39
      +1
      Chaque pays a sa propre mafia, mais ce n'est qu'en Russie que la mafia a son propre pays.
  2. peep Офлайн peep
    peep 14 novembre 2020 14: 44
    +4
    Clairement indiqué! Bien
    Il a ensuite été signé à "Literaturka" et je me souviens de ces articles de Shchekotikhin avec les révélations de Gurov. Alors non seulement cela ne leur a pas semblé comme il s'est avéré! clin d'œil
    Il n'y a pas si longtemps, en donnant une interview à la télévision publique, l'ami de vie d'EBN, avec des aspirations, des "louanges", a qualifié notre assassin affamé commun de "fringants 90" - "saint des années 90"....comme ils disent,

    à qui la guerre (chagrin humain inéluctable, faim et dévastation), et à qui la mère est chère (l'opportunité de devenir immensément riche dans l'eau délibérément «agitée» de l'État post-soviétique deriban et des «conflits» armés sanglants avec komrenegatski, et non sobrement, «imposés» "qui ont saisi" la souveraineté, combien ils schmogli "et" souverainement "- ont présomptueusement arrêté" le butin baveux dans une patte hirsute ", c'est leur capacité à" engraisser "et la tyrannie laide au détriment de la" privatisation "de la propriété soviétique à l'échelle nationale et des concitoyens ...).

    nécessaire Soit dit en passant, en Biélorussie et "sous Loukachenko", du moins même dans les "années zéro", tout n'a pas été aussi simple et "instantané" avec le crime organisé et l'anarchie des gangsters, ainsi qu'avec la corruption aux "échelons supérieurs" de la police et du pouvoir en en général (un autre «bureau» est engagé dans la corruption bureaucratique dans la République du Bachkortostan, qui a également conservé son ancien nom soviétique, mais au niveau local, il ne peut rien faire avec les «grands» - il «devient aveugle» si un tel «gesheftmacher» officiel a un "toit" dans la capitale et il est favorable aux autorités de Minsk ...). nécessaire Il suffit, pour l'intérêt, de visiter au moins le même, très bon, musée municipal de la police et de la criminalistique de Biélorussie Gomel (je l'ai aimé, ainsi que le musée d'histoire militaire et d'équipement militaire situé à proximité, mais situé plus près du quai de la rivière Sozh, Gomel Le "nouveau" musée des traditions locales alors, au milieu du "dixième", m'a complètement déçu par son très pauvre, éclectique et peu informatif, son "exposition" et son prix d'entrée insuffisant, très cher, qui est le plus proche de la frontière russe et ukrainienne - à Bryansk et Tchernigov ...
    Moyennant un supplément, un employé du musée visitera l'exposition et vous pourrez demander à vous raconter plus en détail les années 1990-2000, qui ont longtemps fonctionné en toute impunité et étaient "basées au cœur même d'un centre régional exemplaire, à côté d'un monument aux soldats-libérateurs soviétiques et d'un signe commémoratif à ceux qui sont morts. prisonniers de guerre, le stade central et le cirque de la ville, un groupe criminel sanglant, selon des documents et des articles de la presse locale exposés là-bas, "protégé" par des hauts gradés de la police et des procureurs ... et la vidéo sur YouTube parlait de bandits biélorusses "indépendants" et de "loups-garous en uniforme "- de sorte que sous la" dictature "post-soviétique, tout," comme ailleurs ", n'était et n'est que la" gratitude biélorusse (dans tous les types de "matérialisation") "également avec une" prime de risque "! nécessaire
    Mais oui, dans l'ensemble, la milice biélorusse a travaillé et travaille "sur le terrain" bien mieux que la "vieille milice" ukrainienne et la "nouvelle police" de Maidan, le respect de la loi et de l'ordre est plus grand!
    Je ne peux pas comparer avec la police russe, car, lorsque j'étais en Crimée, je n'ai jamais eu la chance d'entrer en contact avec elle (enfin, peut-être, la «vérification des documents» pas à pas depuis l'époque ukrainienne des «minibusters» ukrainiens passant le long des routes de Crimée, transportant des touristes, est désormais «compté» en roubles, et non en hryvnia clin d'œil ).
    La police russe soutient également la loi et l'ordre dans la péninsule, même les Turkomans de Crimée, qui, sous les autorités ukrainiennes, pour quelque raison que ce soit et sans raison, "ont levé la queue" et russophobe même au niveau des petits ménages, après 2014, se sont considérablement calmés. Oui
    IMHO
  3. Jacques Sekavar Офлайн Jacques Sekavar
    Jacques Sekavar (Jacques Sékavar) 14 novembre 2020 18: 31
    +2
    La Russie aurait-elle pu éviter les «fringants 90»?

    Non, non et NON !!!
    Le coup d'État de 1991 sous la direction d'Eltsine est devenu possible dans le contexte de la décadence idéologique du PCUS et du déclin de l'économie, qui a commencé après la mort de J.V. Staline et s'est développé jusqu'à l'effondrement de l'URSS.
    L'effondrement de l'URSS était basé sur l'analphabétisme théorique de la direction du PCUS et de l'État. Après J.V. Staline, les apparatchiks de carrière étaient à la tête du parti et de l'État, qui lisaient à peine les œuvres de V.I. Lénine, et s'ils les lisaient, alors avec l'âge, ils oubliaient complètement l'essence de sa nouvelle politique économique.
    L'appareil administratif de tous les pays est toujours éloigné de la population à un degré ou à un autre. Le but des élections est de renouveler l'appareil administratif afin de minimiser le fossé entre la classe dirigeante et la population afin de garder un doigt sur le pouls et de prévenir en temps opportun d'éventuels troubles sociaux.
    Le système à parti unique et l'officialisation des élections ont conduit à l'isolement de la direction du PCUS de la population et à la formation de ce qu'on appelle. une classe d '«intouchables» de dirigeants politiques et économiques.
    Ceci, à son tour, a conduit à la socialisation formelle de la production et au déclin économique, qui a été compensé par l'exportation de matières premières.
    La conséquence en a été un déficit généralisé, qui a donné lieu à une économie parallèle à grande échelle et a jeté les bases d'un soutien de masse pour un coup d'État dirigé par Eltsine.
    Dans le même temps, tout en soutenant le coup d'État, la population n'a pas anticipé l'effondrement de l'URSS et la guerre pour la privatisation de la propriété de l'État, à la suite de laquelle une classe de propriétaires privés et d'oligarques s'est formée, prêts à se battre pour leur propriété, non pas pour la vie mais jusqu'à la mort.
    1. peep Офлайн peep
      peep 14 novembre 2020 20: 44
      +2
      hi N'oublie pas ce que c'est sous le «réformateur» Khrouchtchev, l'URSS a détruit (créant les conditions préalables à l'émergence des intrigants «clandestins» - «travailleurs de l'ombre», «tséhoviks» et «sur le soutien» du crime organisé qui leur est associé!) acheter légalement les outils, matières premières et produits semi-finis nécessaires à leur production, petits "artels" et de nombreux "artisans" individuels réactif à la demande de la population et rapidement, sur le terrain, la satisfairedonner une profession, des revenus et un emploi à de nombreux habitants de petites villes et cantons, dans de tels artels, les gens travaillaient en famille entière, sans limite d'âge, produisant beaucoup de produits divers et nécessaires dans la vie quotidienne!
      Pendant la Grande Guerre patriotique, sous J.V. Staline, de nombreux artels étaient engagés dans la production prioritaire de pièces et l'assemblage d'armes et d'équipements pour l'armée belligérante et, en cours de route, dans la mesure du possible, ont satisfait la demande de la population arrière nécessiteuse, sauvant ainsi l'industrie soviétique, complètement réorientée. à "tout pour le front, tout pour la victoire!"
      Le rôle économique et social des artels soviétiques a été oublié, réduit au silence dans les années post-staliniennes du «dégel de Khrouchtchev» et de la «stagnation de Brejnev» (à propos de «l'époque des funérailles des secrétaires généraux» et de la «catastrophe» de Gorbatchev avec sa «loi sèche» mafieuse, et il n'y a rien à dire, ce n'est pas à la hauteur et inutile c'était les insinuateurs du Parti communiste de notre histoire!) et n'est donc pas suffisamment couverte dans l'histoire de la Russie, hélas!
      Ainsi, nos chercheurs curieux ont quelque chose sur quoi travailler et sur quoi écrire dans leurs articles (y compris sur le Reporter!)! clin d'œil
    2. accidentellement Офлайн accidentellement
      accidentellement 20 novembre 2020 08: 26
      0
      Le coup d'État en URSS a été préparé à l'avance et a été planifié par le KGB de l'URSS sous le contrôle direct du secrétaire général du Comité central du PCUS Yu V Andropov ... les criminels ont également été mis en service, rappelons-nous comment toutes sortes de fronts patriotiques ont été créés, etc. rappelez-vous comment celui qui, en service, doit défendre l'URSS et le peuple, le général de l'armée V.Kryuchkov, le président du KGB de l'URSS, a fait venir en 1988 des États-Unis Berl Lazar un représentant de la mafia internationale, et qui a obéi à qui. ...
  4. Rashid116 Офлайн Rashid116
    Rashid116 (Rashid) 19 novembre 2020 18: 30
    -1
    Je viens de commencer à lire, et déjà je vois comment l'auteur conduit maladroitement de côté. Inventé tout le monde, et appelé la raison principale «arrière-plan». Puis il y a eu une «redistribution», ces mêmes «membres du Komsomol, athlètes» et «beaux voleurs» étaient de l'infanterie stupide de ces pouvoirs séduisants en place. Ici, ils étaient juste en train de scier notre propriété commune de l'État. Eh bien, les fidèles six ont eu un peu de restes. Les flics, au fait, étaient également dans le sujet. Savez-vous comment nous avons vissé la première poubelle? Il voulait stupidement que nous vous expliquions cela il est marié et généralement décent))). Bon, ils l'ont expliqué, mais la poubelle peut coller))). Et comment pensez-vous qu'ils ont développé les gars en deux ans? La réponse est simple: terminé. Vous ne pouvez pas lire l'article, le même blizzard que tout le monde sur ce sujet.
  5. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
    Petr Vladimirovich (Peter) 6 décembre 2020 18: 47
    0
    Et en République tchèque et en Slovaquie, il n'y a ni oligarques ni bandits. Du mot en général ...