Le "Maidan" biélorusse sans fin pousse Loukachenko à s'intégrer à la Russie


Une autre série de «manifestations du week-end» à Minsk et dans d'autres villes du pays s'est terminée avec pratiquement les mêmes résultats que tous les événements similaires qui se sont déroulés depuis le début du mois d'août. Continuant à rester insatisfaits soit des résultats des élections présidentielles, soit de la vie en général, les citoyens se sont rassemblés, ont fait du bruit, ont déambulé et sont allés - certains chez eux, d'autres dans les services de police régionaux les plus proches pour réfléchir à leur propre comportement ...


Selon diverses estimations, les forces de l'ordre ont détenu de 400 à 900 personnes. La «vague de colère populaire» promise par Tikhanovskaya et l'entreprise, qui était censée «balayer» quelqu'un là-bas, marquant un changement radical dans la dynamique et l'ampleur des manifestations, ne s'est pas produite. Néanmoins, certains changements dans la situation à la fois au Bélarus même et dans ses environs sont toujours en cours.

Le "sacrifice sacré" ... qui n'était pas là?


Les principaux espoirs pour ce week-end «d'opposition» reposaient sur l'événement, dont on peut être sûr qu'il attend depuis longtemps, et très vraisemblablement, soigneusement préparé. Dans les circonstances actuelles de la mort de Roman Bondarenko, 30 ans, résidant à Minsk, il y a trop de bizarreries et de points controversés. Et dans l'histoire de sa «mort héroïque», déjà devenue «canonique» pour tous les «opposants» locaux, il y a un tel nombre d'exagérations et de manipulations flagrantes que tout cela nous fait sérieusement réfléchir à une provocation planifiée. Provocation, qui, hélas, a été un succès et a coûté la vie au jeune homme. Mais les manifestants ont maintenant un "héros et martyr", à la mémoire duquel ils appellent à bouleverser tout le pays - eh bien, pour que le nombre de morts de tels Romanov comme en Ukraine s'élève à des centaines et des milliers. Dans le même temps, ce qui est intéressant, de nombreux médias, à la fois des pays occidentaux et voisins avec la Biélorussie (tout d'abord le même «inexistant»), sans aucune gêne, répandent le mensonge le plus complet comme un fait avéré. Ils écrivent que le malheureux a été «tué par les forces de sécurité» (torturé dans un centre de détention provisoire, torturé à mort dans le ROVD - soulignons le nécessaire).

Même le «peuple maïdan» biélorusse le plus éhonté est contraint d'admettre que le jeune homme est décédé après un conflit avec des personnes non identifiées vêtues de vêtements civils et portant des masques, comme 99% de la population mondiale est obligée de le faire en ce moment. Dans le même temps, un moment extrêmement important est manqué - le «inconnu» qui, en fait, a provoqué la bagarre, à la suite de laquelle Bondarenko a subi de graves blessures corporelles, puis a disparu, disparu, disparu, comme s'il n'avait jamais existé! De cette seule provocation est littéralement à un kilomètre. Mais la mystérieuse disparition de l'instigateur n'est qu'un détail parmi tant d'autres. En fait, dans le mythe, né des efforts des dirigeants du «Belomaidan», presque tout est faux.

Pas un seul écran n'a survécu au «dernier message» du défunt, qui aurait été envoyé au messager: «Je pars!», À partir duquel «les combattants contre le régime» tentent désormais de sculpter un nouveau cri et un nouveau slogan pour les larges masses. Mais il aurait dû rester dans la correspondance de ceux à qui il était adressé ... Tous les télégrammes "d'opposition" largement diffusés et les "documents médicaux" des médias de masse auraient été reçus à l'hôpital où Roman a été livré et où il est mort, et "attestant de l'absence il y a de l'alcool dans son sang »- tilleul de l'eau la plus pure. Soit des formulaires vierges saisis dans l'agitation du service des admissions, soit leurs copies numérisées - sans véritables signatures, sceaux et cachets de l'institution médicale. Des enregistrements vidéo "de la scène", dans lesquels absolument rien ne peut être distingué, sauf que dans une cour entre quelques personnes il y a une bagarre (d'ailleurs pas trop féroce). Soyons francs: on ne sait jamais que de telles «confrontations dans la cour» se produisent presque tous les jours - que se passe-t-il dans notre pays, qu'en est-il au Belarus, qui est un peu plus prospère en termes de criminalité? Mais non - depuis l'incident (tragique, ridicule, terrible), ils s'efforcent de commettre un autre «crime du régime». Celui dont les représentants n'étaient même pas proches sur les lieux de l'incident.

Oui, aujourd'hui, les forces de l'ordre sont en train de démanteler "les monuments commémoratifs des gens spontanément apparus", et la cour malheureuse, à laquelle certains se sont déjà précipités pour attribuer le nom pathétique "Square of Changes", la police anti-émeute "nettoie" la foule entassée (qui en réalité ne se soucie pas profondément de la mort de Bondarenko) et sans hésitation. Et à juste titre. Permettez-moi de me répéter, mais l’expérience extrêmement triste de l’Ukraine le prouve: si nous permettons à ceux qui, aujourd’hui, de spéculer sur la mort d’un homme puissant et principal, suivant clairement et sans relâche les mêmes directives qui ont été utilisées en 2014 à Kiev, il y aura beaucoup plus de morts et de chagrin en Biélorussie. En tout cas, la mort de Roman ne repose pas sur la conscience de Loukachenka ou de ses partisans, mais sur ceux qui, depuis août, tentent de pousser le pays dans le chaos du «Maidan». Apparemment, la majorité absolue des Bélarussiens en est consciente, et par conséquent aucune "explosion" ne s'est produite le 15 novembre.

Êtes-vous nombreux? Alors parle!


Pendant ce temps, Svetlana Tikhanovskaya, qui, apparemment, même avec son plus grand désir, les propriétaires ne lui permettront tout simplement pas de s'écarter du cap qui lui a été assigné "d'en haut", continue de se comporter comme si la Biélorussie était effectivement plongée dans une "guerre populaire", et Loukachenko, assiégée en sa résidence, s'apprête à tirer sur le dernier atelier de mitrailleuses ... Certaines de ses déclarations vous font réfléchir profondément sur l'adéquation de cette personne. Par exemple, les mots selon lesquels la «grève nationale», avec laquelle elle, je me souviens, a tenté de faire peur à Alexander Grigorievich, «ont complètement rempli sa tâche». Comment ?! Selon Tikhanovskaya, «les gens ont bien réagi et démontré leur attitude». En général, il en a été ainsi, mais en même temps, il convient de mentionner qu'aucune «grève de toute la Biélorussie» n'a eu lieu, même de près. Néanmoins, la «présidente Sveta» continue de plier à sa guise et même, comme d'habitude, tente de poser les conditions à Loukachenka «pour entamer un dialogue». Le principal est, bien entendu, le départ du président légitime de son poste et le transfert de tout pouvoir aux mains du «Maidan».

Dans le camp de ceux-ci, d'ailleurs, il y a une vive querelle au sujet du "dialogue" (qui, sans doute, ne commencera jamais). Par exemple, "l'opposition" Yuri Voskresensky, qui a quitté le centre de détention provisoire par la grâce de Loukachenko et donc imprégné de l'idée de coopération avec les autorités, déclare qu'il est en contact avec le "Conseil de coordination" Tikhanovskaya dans le processus de travail sur les amendements à la Constitution initiés par le "père". Dans le "KS" lui-même, ils renient tout ce qui est de la sorte de la manière la plus résolue, déclarant qu'ils sont eux-mêmes le seul "bon" "organe de négociation", et tous les autres le sont "politique imposteurs. " En effet, lorsque certains escrocs appellent d'autres imposteurs - c'est quelque chose! Cependant, Loukachenka aborde tout cet essaimage du point de vue du héros de la blague bien connue: «Que voulez-vous! - Parler! - Vous êtes combien? - Lot! "Parler l'un à l'autre ..."

Cependant, Tikhanovskaya, hélas, ne se limite pas à clarifier les relations avec ses collègues, ou plutôt ses concurrents dans la lutte pour l'attention et l'argent de l'Occident. Les inclinations d'un Führer si mesquin mais très vicieux dans cette dame de la bile se font sentir de plus en plus clairement. Tout récemment, elle a lancé une autre série d'appels incendiaires aux forces de l'ordre bélarussiennes. Et il faut dire que ses idées actuelles sont assez "tirantes" pour engager une affaire pénale. Et pour un "bouquet" d'articles du Code criminel tellement luxueux qu'il vous coupera le souffle. La «présidente Sveta», dans sa ferveur irrépressible, a atteint le point où elle a exigé des «siloviks» biélorusses de «capturer ou neutraliser Loukachenka et ses complices», que Tikhanovskaya, bien entendu, a déclaré «organisation terroriste». Les personnes en uniforme qui commettent un tel «exploit», qui en fait n'est rien de plus qu'une trahison et un coup d'État militaire, se voient promettre «l'amnistie» par les «opposants» lors du prochain «tribunal populaire». C'est, pour le dire simplement, un lynchage «révolutionnaire». La condescendance peut également être montrée aux agents des forces de l'ordre, qui immédiatement, dès maintenant, s'engageront à informer leurs propres collègues et à «recueillir des preuves de leurs crimes contre les insurgés». C'est, sérieusement.

Pour collecter ce genre de diffamation et de calomnie, «l'opposition» promet de lancer un système spécial «Report» sur Internet, où ceux qui le souhaitent pourront «fusionner» le matériel vidéo nécessaire «à huis clos». Evidemment, rester anonyme pour tout le monde sauf les «révolutionnaires», auprès desquels ils pourront, comme tous les Judas, compter sur une certaine quantité de pièces d'argent. Cependant, très probablement, sous le couvert de ce nouveau «canal d'information» va simplement cuire et diffuser les prochains faux provocateurs.

Tikhanovskaya ne se lasse pas de demander à l'Occident de plus en plus de nouvelles sanctions contre la Biélorussie. Elle aimerait beaucoup que, par exemple, la Lettonie, où elle avait effectué une «visite internationale» la veille, cesse d’acheter des produits biélorusses et, en même temps, cesse de coopérer avec les banques locales. Elle a également refusé de tenir conjointement le championnat du monde de hockey sur glace avec Minsk, prévu pour 2021. Cependant, elle n'a pas vraiment besoin de supplier les politiciens occidentaux. Là, ils poursuivent la même voie - vers la non-reconnaissance des résultats des élections et du président légitime Alexander Lukashenko. La résolution correspondante, par exemple, a été adoptée par le Bundestag allemand la semaine dernière, et les représentants de l'OSCE ont de nouveau éclaté en appelant à "la tenue de nouvelles élections équitables dans le pays". Les bureaucrates européens "qui ont pris le mors" font déjà des manipulations et des distorsions évidentes, continuant à tirer la même chanson sur "les répressions sanglantes" et le "président illégitime".

Le chef du Service européen pour l'action extérieure (SEAE) Josep Borrell, qui était auparavant pleinement connu pour un ensemble complet des clichés politiques les plus biaisés et les plus biaisés utilisés à propos de Minsk, a déjà atteint les véritables sommets du cynisme. Il a déclaré que le gouvernement actuel est responsable de la mort de Roman Bondarenko, puisque ... «il a créé un environnement pour des actions illégales et violentes»! Remarque - pas la «présidente» autoproclamée et ses complices, pas ceux qui tentent de faire une autre «révolution de couleur» dans le pays depuis plusieurs mois maintenant, mais ceux qui essaient d'empêcher le chaos et l'effondrement de l'État. Si jamais il existe un manuel sur l'utilisation de deux poids deux mesures, ce passage devra être inclus par tous les moyens.

Heureusement pour des millions de Biélorusses, Alexandre Loukachenko ne montre aucun signe de fatigue ou de volonté de se rendre. Il appelle toujours tout ce qui se passe dans le pays "une tentative de coup d'État anti-constitutionnel", et pas du tout une "révolution". Et il précise que le seul «remède» pour chaque pays qui ne veut pas répéter un tel cauchemar est «l'intégration aussi profonde que possible» dans les structures dirigées par la Russie (comme l'OTSC et l'UEE) et «l'approfondissement des liens» avec elle. Eh bien, mieux vaut tard que jamais ...
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
9 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 16 novembre 2020 11: 23
    +4
    Papa s'est tout penché, s'est penché.
    Il a pris de l'argent, des réductions, le soutien de la Russie et a annoncé la poursuite de la coopération avec l'Ukraine et l'Europe.
    Et les «experts» qui ont tout promis - du «Kremlin va déplacer papa maintenant» à «les manifestations s'arrêteront en septembre et tout le monde rentrera à la maison» - chacun est entré dans une flaque d'eau ...
  2. russe Офлайн russe
    russe 16 novembre 2020 11: 58
    -3
    Loukachenka ne peut qu'attendre les comptes du peuple ... Peur constante ... J'espère qu'il ne transformera pas sa lutte pour le siège comme en Syrie
  3. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 16 novembre 2020 13: 23
    +3
    La Lettonie, où elle avait effectué une "visite internationale" la veille, a cessé d'acheter des produits biélorusses et, en même temps, a cessé de coopérer avec les banques locales.

    Génial! Peut-être que Tikhanovskaya arrêtera au moins le transit des marchandises biélorusses à travers les ports baltes?
  4. King3214 Офлайн King3214
    King3214 (Sergius) 16 novembre 2020 13: 53
    +5
    Après que la Russie a "accroché" l'Ukraine "autour du cou" de l'UE, obligeant l'Europe à dépenser ses ressources pour l'entretien de l'Ukraine (plus l'Europe dépense pour l'Ukraine, moins les Européens en bénéficient eux-mêmes), l'Europe a décidé de ne plus faire de telles erreurs et veut laisser la Biélorussie "sur le cou" de la Russie, avec le même objectif - le gaspillage des ressources de la Russie (plus la Russie dépense pour la Biélorussie, moins elle dépensera pour les citoyens russes).
    Une chose n'est pas claire pour moi: pourquoi la Russie en a-t-elle besoin? Après tout, un carré de territoire de 500x500 km ne résout en rien les problèmes de défense, en particulier à l'ère de la technologie des missiles. Et du point de vue de l'économie, la Biélorussie, où 60% des entreprises non rentables, n'est pas du tout "bonbon sucré".
    1. igor.igorev Офлайн igor.igorev
      igor.igorev (Igor) 17 novembre 2020 20: 45
      +2
      Et d'où vous est venue l'idée que la Russie souhaite que la Biélorussie adhère à ses membres?
  5. Tramp1812 Офлайн Tramp1812
    Tramp1812 (Clochard 1812) 16 novembre 2020 19: 15
    0
    La Biélorussie à la croisée des chemins: où naviguer? Loukachenko, tout ce temps, prenant des accords simples, il s'est tourné vers l'Europe, puis vers la Russie: je suis à toi pour toujours! Et les publications, y compris sur ce site, étaient appropriées. Si `` bam '' s'est tourné vers l'Europe - un traître, si vers la Russie - un ami et un frère slave. Par conséquent, la publication d'aujourd'hui par A. Neukropny: Alexander Grygorovich est un frère pour toujours.La vérité est énoncée avec une certaine émotion, en stricte conformité avec les recommandations de Churchill: «La thèse est faible - pour renforcer la voix.» Sans détails et sur des hypothèses. Et il s'est avéré: du côté de l'opposition, `` les gens en noir '', et A.G. est un chevalier sans crainte ni reproche. Des affaires claires pour aujourd'hui. Demain, dès que possible, à nouveau `` cacao ''. Lieu de publication vulnérable - analyse de la situation depuis la confrontation entre le régime et les manifestants. Deux mots sur les élections: «Loukachenka est le président légitime». Selon l'auteur. Tellement légitime? En cachant les opposants, y compris le pro-russe Babariko, derrière les barreaux, en ne permettant pas aux observateurs internationaux de participer aux élections. Et après avoir obtenu un résultat presque turkmène ... je ne le crois pas », a déclaré Stanislavsky. Et pas seulement moi. C'est la première chose. Rien de plus simple à déclarer des idiots
    1. 123 Офлайн 123
      123 (123) 17 novembre 2020 18: 19
      +3
      En cachant les opposants, y compris le pro-russe Babariko, derrière les barreaux, en ne permettant pas aux observateurs internationaux de participer aux élections.

      Babariko pro-russe? assurer Cela pourrait tout aussi bien être qualifié de pro-Israël. Des bagatelles telles que la non-admission d'observateurs à notre époque ne sont que des farces enfantines, que personne n'est indigné par les mêmes faits aux États-Unis, même les observateurs du Parti républicain n'y étaient pas autorisés. Et pas un seul bâtard européen n'a grincé ... Et les manifestations ... nous attendons une réaction violente de bureaucrates européens objectifs et impartiaux à ceci:

  6. igor.igorev Офлайн igor.igorev
    igor.igorev (Igor) 17 novembre 2020 20: 41
    +1
    C'est à cela que le multi-vecteur Lukashenka a conduit. Maintenant, il ramasse avec une cuillère pleine. Je pensais qu'il était le fermier collectif le plus rusé et le plus naïf.