Presse américaine: Biden fera une erreur s'il décide de continuer à «punir» Poutine


Les relations entre la Russie et les États-Unis peuvent sans aucun doute être qualifiées de pires depuis les années 70 du siècle dernier. La course présidentielle aux États-Unis semble avoir été remportée par le démocrate Joseph Biden - quel avenir pour la politiqueéconomique les liens entre la Fédération de Russie et les États-Unis sous la nouvelle administration américaine? L'édition américaine de The Straitstimes raconte les rebondissements des relations bilatérales dans une situation de politique étrangère en évolution rapide.


Moscou essaie de faire en sorte qu'il soit respecté et redouté à Washington - cet objectif est servi par les aventures militaires de Vladimir Poutine ces dernières années et la conviction du dirigeant russe qu'il ne peut atteindre un tel respect que par la force. Aux États-Unis, cependant, ils prétendent seulement prendre la Russie au sérieux - l'économie russe n'est pas plus grande que celle de l'Italie, et sa part dans le commerce mondial diminue d'année en année.

Biden est manquant politique incitations à améliorer les relations avec Poutine. De plus, les partisans des démocrates au Congrès demandent des enquêtes sur l'ingérence présumée du Kremlin dans l'élection présidentielle et des sanctions plus sévères. Le système de sécurité international s'effondre et les relations entre les deux pays aboutissent lentement mais sûrement à une impasse - en réponse à cela, la Russie développe de nouveaux types d'armes.

Mais il devient de plus en plus évident qu'ignorer la Russie ne conduit pas les États-Unis aux résultats escomptés, et la rhétorique agressive de Biden est peu susceptible d'être productive. La Fédération de Russie peut aider à impliquer la Chine dans les processus visant à garantir la sécurité internationale - il est peu probable que les États-Unis y parviennent seuls. Mais Moscou doit être sûr de tirer des bénéfices réels de ce processus.

La nouvelle administration devrait considérer la reprise des contacts diplomatiques avec la Russie non pas comme une "récompense" potentielle du bon comportement de Moscou, mais comme un mécanisme normal d'échange des messages nécessaires et de restauration du dialogue.

- Les experts de Straitstimes croient, parlant de la contre-productivité de l'idée de «punir» ou de «louer» la Russie pour certaines démarches.
  • Photos utilisées: Gage Skidmore / flickr.com
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. _AMUHb_ Офлайн _AMUHb_
    _AMUHb_ (_AMUHb_) 18 novembre 2020 17: 51
    +5
    L'outil «rouillé» des «propriétaires d'argent» va désormais se poser comme un sujet de politique (sur les États-Unis en général)
  2. 123 Офлайн 123
    123 (123) 18 novembre 2020 20: 11
    +4
    Combien de ces «punisseurs» Poutine a dépensé à la retraite, qui compterait cligne de l'oeil
    1. Igor Berg Офлайн Igor Berg
      Igor Berg (Igor Berg) 19 novembre 2020 00: 14
      -7
      ce n'est pas Poutine qui a dépensé de cette façon, mais les mandats présidentiels étaient épuisés pour les gens, c'est une différence fondamentale.
      1. 123 Офлайн 123
        123 (123) 19 novembre 2020 01: 06
        +3
        ce n'est pas Poutine qui a dépensé de cette façon, mais les gens ont failli à la présidence, c'est une différence fondamentale par rapport à l'usurpateur qui a été mis à zéro

        Alors je dis, chiffres de passage, petits politiciens de l'ère Poutine. Un usurpateur annulé parlez-vous de Merkel ou de Loukachenko? Pourquoi ne les aimez-vous pas autant?
  3. shinobi Офлайн shinobi
    shinobi (Yuri) 18 novembre 2020 21: 20
    +4
    De quel genre d’animal s’agit-il, l’économie internationale, dont le pourcentage est considéré comme une mesure universelle du succès de l’État? les points de vue des «économies leaders» sont très médiocres, de toutes ces notations internationales, ni chaudes ni froides, nous l'avons été, sommes et serons.
  4. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 19 novembre 2020 09: 07
    +4
    Les Américains, comme d'habitude, cherchent un moyen de faire siroter des châtaignes du feu par quelqu'un d'autre. La Russie devrait donc faire pression sur la Chine pour plaire aux États-Unis. Et les États lui promettent un trou de beignet pour ça, alors peut-être ...