Il n'y a plus de forces en Europe pour arrêter son déclin


Cette question reprend sa pertinence en raison de politique les changements survenus dans le camp du suzerain de l'Europe unie. Parce que les dirigeants européens ont un espoir bien fondé que Biden ne sera pas aussi impoli envers les partenaires et alliés juniors de l'OTAN que son prédécesseur. C'est d'une part. En revanche, la présidence Trump, penchée de manière démonstrative sur ses vassaux, a montré qu'une position subordonnée par rapport aux États-Unis peut être très désagréable et entraîner des coûts importants.


A cet égard, les chefs d'Etats européens, comme Merkel et surtout Macron, ont commencé à faire de timides tentatives pour démontrer leur «souveraineté». Et il est important de comprendre ce que c'était - les premiers signes du futur «printemps européen» et la restauration de la vraie souveraineté, ou l'agonie du Vieux Monde, qui ne deviendra jamais un acteur indépendant sur la scène mondiale?

Comment et pourquoi l'Europe a perdu sa souveraineté


En général, la perte de l'indépendance géopolitique de l'Europe remonte à l'après-guerre. Vaincu pendant la Seconde Guerre mondiale économie, comme nous le savons tous, a été rétabli avec l'aide du plan Marshall proposé par les États-Unis. Et encore une fois, il est bien connu que le résultat de la réalisation du plan a été non seulement le bien-être des pays européens, mais aussi leur dépendance à l’économie du Big Overseas Brother. Sur cette base, les Américains ont commencé à travailler depuis un certain temps en étroite collaboration pour reformater l'élite politique européenne afin d'exclure l'émergence de personnalités indépendantes comme, par exemple, Charles de Gaulle.

Un autre aspect qui a influencé la perte d'indépendance du Vieux Monde a été la création de l'OTAN. Ce bloc militaro-politique a été créé pour faire face à la «menace communiste», et les États-Unis, de manière tout à fait prévisible, y ont joué le premier violon. C'était une autre étape vers la consolidation de la suzeraineté de Washington sur l'Europe.

Mais osons suggérer que le principal facteur de perte d'indépendance des pays de l'Ancien Monde était la volonté de rompre avec les guerres incessantes qui secouaient auparavant cette partie du monde avec une régularité enviable. Pour cette raison, une partie importante des fonds qui étaient auparavant consacrés à la défense a commencé à être réorientée pour répondre à des besoins sociaux, que l'Amérique ne pensait même pas entraver. En effet, dans ce cas, la dépendance de l'Europe n'a fait qu'augmenter. Et maintenant, le secrétaire général de l'OTAN, Stoltenberg, souligne à juste titre que l'Europe ne peut pas se défendre, elle doit donc renforcer la coopération avec les États.

Tout cela prouve une fois de plus que, après 70 ans de vie bien nourrie et confortable sous le couvert des «baïonnettes américaines», les politiciens européens ont tout simplement perdu la capacité de compter sur eux-mêmes. Par conséquent, la montée au pouvoir de Trump et son mépris ouvert pour les alliés de l'OTAN ont été un choc. "Comment? Devez-vous vraiment tout faire vous-même? " Sortir de la zone de confort habituelle dans l'inconnu froid, qui se profile devant le nez d'une Europe collective, est devenu un véritable cauchemar pour les élites européennes.

Nous nous battrons à nouveau!


Cependant, pas pour tout le monde. Une tentative de surfer sur la nouvelle tendance a été faite par Emmanuel Macron, qui s'est porté volontaire pour parler au dirigeant américain au nom de toute l'Europe unie, puis est devenu célèbre pour ses déclarations sur la "mort du cerveau de l'OTAN" et sur le fait que les pays européens devraient être en mesure d'assurer indépendamment leur sécurité. Cependant, des projets de création d'une sorte d'armée paneuropéenne appelée PESCO ont déjà eu lieu, mais pour le moment, il est impossible de parler d'un succès visible dans la mise en œuvre de ce projet. Dans l'ensemble, toutes les tentatives des dirigeants européens pour démontrer leur indépendance et leur importance jusqu'à présent ressemblent au comportement de notre ancien président et Premier ministre Medvedev: la présence d'ambitions en l'absence de la capacité de les réaliser.

Par conséquent, cela n'a aucun sens d'accuser les États-Unis de détruire l'indépendance de l'Europe. Oui, ils ont pu plier l'Ancien Monde sous eux, mais cela s'est produit uniquement parce que les Européens eux-mêmes le voulaient. Cela se produit toujours lorsque la recherche du bien-être passe avant tout chez certains peuples, et ne se préserve pas en tant que civilisation capable de donner quelque chose au reste du monde.

Le choix est simple


Je n'ouvrirai pas l'Amérique si je dis qu'en termes de géopolitique, un pays (ou une union de pays, comme dans le cas de l'UE) a un choix extrêmement simple. Soit participer à la formation de l'agenda politique, même si ce n'est pas au niveau mondial, mais régional, c'est-à-dire être un centre de pouvoir indépendant, ou «suivre le courant» et jouer selon le scénario de quelqu'un d'autre. La plupart des États sont privés d'un tel choix en raison du manque de ressources nécessaires à l'indépendance, mais l'Europe a encore le potentiel nécessaire, ne serait-ce qu'en raison de son développement scientifique et technologique, qui n'a pas évolué et le restera dans un avenir prévisible.

Pourquoi, alors, le Vieux Monde préfère-t-il suivre l'exemple de Washington? Nous oserions suggérer que la souveraineté politique n'est pas tant associée aux opportunités scientifiques et économiques, mais à la question des valeurs, de l'idéologie, si vous voulez. Pour être indépendant, vous devez répondre à la question, pourquoi cette indépendance est-elle nécessaire?

Les États-Unis, par exemple, se positionnent comme une citadelle de la liberté et de la démocratie, comme un pays qui ne laisse pas le reste du monde «glisser dans les ténèbres de la tyrannie et de l'autoritarisme». La Chine s'affirme de plus en plus comme une société fondée sur les principes de la justice. Il convient de noter ici qu'à un moment donné le projet d'une telle société a été proposé au monde par l'Union soviétique, qui a cessé d'exister au moment où son élite a fait un choix en faveur de la même «liberté et démocratie». Qu'est-ce que l'Europe a à offrir?

Ça ne fait rien. Eh bien, pas les principes du multiculturalisme, la liberté des mariages entre personnes de même sexe et la possibilité de choisir parmi plus de 70 options pour leur propre orientation sexuelle? Et ils n'ont plus rien à se vanter, et pour cette raison les émigrants de ces dernières années ne sont plus intégrés dans la société européenne, contrairement aux générations précédentes. Tout a un prix, surtout le rejet des principes sur lesquels la civilisation s'est tenue pendant de nombreux siècles. À la lumière de ce qui se passe, il est peu probable que l'Ancien Monde brille pour autre chose que le coucher du soleil. La seule question est de savoir si ce sera lent ou rapide. Nous le saurons dans les 20 prochaines années.

Est-ce si mauvais?


Mais l'auteur n'accélère-t-il pas l'événement? En effet, en plus du libéralisme militant en Europe, il y a des forces comme, par exemple, le Front de gauche de Marine Le Pen, Alternative pour l'Allemagne, etc., qui semblent comprendre le chemin désastreux choisi par leurs gouvernements. Tout est vrai, mais jusqu'à présent, ils ne peuvent pas rivaliser sérieusement avec leurs adversaires. Et il y a des raisons de croire que ce n'est pas parce que d'énormes ressources sont concentrées entre les mains des euro-libéraux. C'est juste que le même Le Pen n'est pas attiré par de Gaulle ou du moins Pompidou. Et il en va de même pour tout parti qui préconise d'abandonner le cours européen actuel.

Pourquoi donc? Une Europe saisie a changé non seulement et pas tant au niveau de ses élites. Prenons un exemple simple. Une fois à Amsterdam, ils ont décidé d'organiser un défilé de défense des femmes lors d'une vague d'attaques contre elles par les mêmes migrants. Cela semble être une bonne chose, nécessaire. Mais pour marquer leur solidarité avec la belle moitié des Pays-Bas, les hommes n'ont rien trouvé de mieux que de porter des jupes et de se promener dans les rues avec des affiches. Les migrants ont regardé cela et ont réalisé que l'impunité leur était pratiquement garantie.

Même les fameux "gilets jaunes" peuvent difficilement être considérés comme une force sérieuse, contrairement, par exemple, aux partisans armés de Trump, qui auraient depuis longtemps pris les armes pour défendre sa victoire électorale s'ils étaient appelés à le faire. C'est juste que Trump lui-même ne veut pas recourir aux méthodes de ses opposants, qui ont emmené les militants du BLM dans la rue.

Et le point ici n'est pas du tout que "l'Amérique à une histoire" a des armes dans ses mains, et les "gilets jaunes" n'en ont pas. Le fait est que cette Amérique croit toujours fermement en ses idéaux, et est prête, si quelque chose arrive, à les défendre les armes à la main. Dès lors, dans leur horizon politique, une personne comme Trump est apparue, capable d'aller à contre-courant. Y aura-t-il des gens comme «l'impossible Donald» parmi les politiciens européens? Improbable. Parce que même parmi les Européens ordinaires, il y a trop peu de ceux qui sont prêts à aller jusqu'au bout, en tant que partisans du 45e président américain.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
13 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Igor Pavlovitch Офлайн Igor Pavlovitch
    Igor Pavlovitch (Igor Pavlovitch) 2 décembre 2020 20: 25
    -3
    Que les États-Unis s'effondraient tout le temps, maintenant l'Europe jouera dans la boîte ... Wassat
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 2 décembre 2020 22: 44
    -2
    Oui oui. Depuis 200 ans, il pourrit et pourrit, mais il nous achète des ressources, en échange de choses ...
    Et il n'y a pas de fin en vue, car il n'y a plus de force)))) ........
  3. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 2 décembre 2020 23: 12
    -3
    Les années passèrent, la nuit tombait. Et l'ouest est en train de pourrir.
    La paternité de la tique "Rotten West" est attribuée à Stepan Petrovich Shevyrev. Dans son article dans la revue Moskvityanin, il a écrit

    Dans nos relations étroites et amicales sincères avec l'Occident, nous ne remarquons pas que nous avons affaire à une personne porteuse d'une maladie infectieuse perverse, entourée d'une atmosphère de souffle dangereux. Nous nous embrassons, nous nous embrassons, partageons un repas de réflexion, buvons une tasse de sentiment ... et ne remarquons pas le poison caché dans notre communication insouciante, nous ne sentons pas dans le plaisir de la fête du futur cadavre, dont il sent déjà.

    C'était en 1841, il y a près de 180 ans, et tout se dégradait. La Russie s'est désintégrée deux fois et a réussi à se réunir une fois, mais elle pourrit toujours.
  4. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 2 décembre 2020 23: 44
    -3
    Depuis un certain temps, les Américains ont commencé à travailler étroitement sur le reformatage de l'élite politique européenne afin d'exclure l'émergence de personnalités indépendantes comme, par exemple, Charles de Gaulle.

    Intéressant de savoir comment?

    Cela se produit toujours lorsque la recherche du bien-être passe avant tout chez certains peuples, et ne se préserve pas en tant que civilisation capable de donner quelque chose au reste du monde.

    Fortement dit! Dommage que ce soit inutile.
    Premièrement, cela sent à nouveau le fascisme, lorsque les peuples doivent sacrifier leur bien-être au nom de la «civilisation».
    Deuxièmement, le terme «civilisation» dans ce contexte, disons, est très controversé. Personne n'a été en mesure de formuler des critères clairs par lesquels il est possible de distinguer, disons, la civilisation russe de, disons, européenne ou chinoise. Bref, dans ce contexte, ce n'est pas un terme scientifique, mais une sorte de paroles.
    Troisièmement, la «civilisation» européenne domine aujourd'hui dans le monde entier. Les idéologies, les pratiques politiques, la culture de tous les pays du monde sont sous la plus forte influence de la «civilisation» européenne et aucune alternative n'est envisagée.
    Si je comprends bien, l'auteur a dit cela comme un contrepoids à la "civilisation" russe, il est intéressant de savoir ce qu'elle est capable de donner au reste du monde?

    Pour être indépendant, vous devez répondre à la question, pourquoi cette indépendance est-elle nécessaire?

    Il est intéressant de savoir comment l'auteur définirait pourquoi l'indépendance du RF actuel.

    La Chine s'affirme de plus en plus comme une société fondée sur les principes de la justice.

    Une déclaration très, très controversée. Un pays avec un niveau d'inégalité dans les meilleures traditions du continent africain (supérieur à celui des États-Unis ou de la Russie, je ne parle pas de l'UE) déclare-t-il les principes de justice? Le PCC n'a-t-il rien appris de l'expérience du PCUS?

    Ça ne fait rien. Eh bien, pas les principes du multiculturalisme, la liberté des mariages entre personnes de même sexe et la possibilité de choisir parmi plus de 70 options pour leur propre orientation sexuelle? Et ils n'ont plus rien à se vanter, et pour cette raison les émigrants de ces dernières années ne sont plus intégrés dans la société européenne, contrairement aux générations précédentes.

    https://www.spb.kp.ru/daily/26937/3988464/

    Où pensez-vous que la jeunesse russe veut aller?
    1. Alexzn Офлайн Alexzn
      Alexzn (Alexander) 3 décembre 2020 08: 37
      -5
      Respect!
      Je souscris.
      En tant que personne qui passe beaucoup de temps dans une Europe en déclin, j'ai eu du mal à lire cette série de grognements idiots sans aucun argument ni analyse sérieuse. L'Europe regorge de vrais problèmes et pourquoi en inventer de nouveaux n'est pas tout à fait clair.
  5. Cooper Офлайн Cooper
    Cooper (Alexander) 3 décembre 2020 03: 27
    0
    En bref, Europe / EU kirdyk.
  6. Jacques Sekavar Офлайн Jacques Sekavar
    Jacques Sekavar (Jacques Sékavar) 3 décembre 2020 16: 34
    0
    Il n'y a plus de forces en Europe pour arrêter son déclin

    Il n'y a pas de conditions préalables au déclin de l'Europe-UE, au contraire, il existe des conditions pour un développement et une expansion ultérieurs.
    Dans le contexte de la Chine devenant le deuxième centre mondial après les États-Unis, une tendance se forme en Europe-UE pour en former un troisième, ce qui prédétermine ses relations avec les États-Unis et toute la politique mondiale pour l'avenir.
    1. Semyon Semenov_2 Офлайн Semyon Semenov_2
      Semyon Semenov_2 (Semyon Semyonov) 4 décembre 2020 08: 34
      +1
      tu raconteras à ta grand-mère la prospérité ...
  7. Semyon Semenov_2 Офлайн Semyon Semenov_2
    Semyon Semenov_2 (Semyon Semyonov) 4 décembre 2020 08: 33
    +1
    Et ce serait plus rapide ... (
  8. Dmitry Donskoy Офлайн Dmitry Donskoy
    Dmitry Donskoy (Dmitry Donskoy) 4 décembre 2020 16: 48
    -1
    L'Europe était et sera et les gens y vivaient et seront bien mieux
  9. Cyril Офлайн Cyril
    Cyril (Cyril) 4 décembre 2020 18: 11
    -2
    Un autre "prophète du déclin de l'Europe"? La vie n'apprend rien aux gens.
  10. Cyril Офлайн Cyril
    Cyril (Cyril) 4 décembre 2020 18: 14
    -3
    Dès lors, dans leur horizon politique, une personne comme Trump est apparue, capable d'aller à contre-courant.

    M. Trump, qui est censé être capable d'aller à contre-courant, n'est jamais allé à contre-courant :)

    L'ensemble de l'article est une autre tentative de diffusion sur le "déclin de l'Europe" basé sur des concepts pseudo-scientifiques, et rien de plus.
  11. Pishenkov Офлайн Pishenkov
    Pishenkov (Alexey) 5 décembre 2020 18: 00
    +2
    L'article est correct, en général.
    Oui, on peut dire que tout cela, ce sont des phrases écorchées, la répétition de la même chose sans argumentation suffisante ... l'Occident pourrit depuis deux cents ans, etc., et ainsi de suite et il ne pliera toujours pas, comme certains ici l'écrivent ... une fois réussi à s'effondrer et à se dégrader.
    Mais ce n'est pas tout à fait vrai, pour le dire légèrement ... l'histoire se développe de manière cyclique, en spirale, comme on dit parfois. Et au cours des 100 dernières années, cet Ouest même a pourri et s'est déjà désintégré à plusieurs reprises. Rappelons-nous les crises et la famine aux États-Unis, la Première Guerre mondiale, lorsque l'Occident s'est littéralement détruit de l'intérieur, luttant pour la répartition du monde. La Seconde Guerre mondiale, lorsque cet Occident même, littéralement divisé en deux, pour sa propre préservation, a conclu une alliance avec son principal et unique antagoniste - l'URSS, et ce n'est que grâce à cela qu'il a conservé toutes ses prétendues valeurs et idéaux. Où serait tout cela aujourd'hui si c'était le peuple soviétique qui n'avait pas vaincu l'Allemagne hitlérienne?
    De plus, il est intéressant de noter que ce sont précisément les moments du déclin de l'Occident qui correspondaient à l'époque de l'élévation maximale de la Russie. Dans les deux guerres mondiales, le rôle des États-Unis était plutôt spécifique, ce qui, participant aux conflits et ne subissant pas de pertes particulièrement fortes, ne combattant pas sur leur propre territoire, en tiraient d'énormes bénéfices, à la suite de quoi ils se trouvaient dans la position de leader de ce monde très occidental, le reste dont certaines parties se sont tout simplement détruites mutuellement, les privant de la capacité de l'hégémonie mondiale ou même régionale. Et maintenant, grâce à la mondialisation de tout, cela ne fonctionnera plus à l'étranger. Et ça ne marche plus. Tout est dit correctement sur l'Europe et ses dirigeants. Mais seule cette dégradation dans ces États réellement développés a toujours conduit à une consolidation sur la base du totalitarisme - c'est une invention purement européenne. Et quelqu'un comme Adolf Hitler sera tôt ou tard retrouvé, et ses futurs partisans sur le Vieux Continent, le plus loin, le plus. Et c'est tout à fait naturel.
    Et qu'en est-il de l'Amérique?

    L'Amérique croit toujours fermement en ses idéaux et est prête, s'il arrive quelque chose, à les défendre les armes à la main.

    - et quels sont ces idéaux? Les valeurs traditionnelles de la culture chrétienne occidentale? Ils sont un peu comme Trump a prêché. Il perd. Et où sont ces 70 millions de personnes qui croient pieusement aux idéaux des gens armés? Pourquoi personne n'est venu à leur défense?
    Mais si Biden perd, assurez-vous que tous ces défenseurs des LGBT, des BLM, de la migration non autorisée et du pillage impuni des biens d'autrui et d'autres esprits mauvais descendraient dans la rue. Peut-être avec une arme.
    Alors de quelles valeurs parle-t-on? Quels idéaux l'Amérique croit-elle? Si c'est «nouveau», n'est-ce pas le déclin de l'Occident et de toute sa civilisation? Si les États-Unis n'aident pas l'Europe cette fois, alors qui? Nouvel Hitler? Tout à fait possible.
    Mais ce sera la même mort pour l'Europe, comme si elle se soumettait simplement à la merci d'une nouvelle réalité, de nouvelles «valeurs» et de vagues d'immigration étrangère ...
    Nous n'avons simplement pas besoin de regarder tout cela, mais de l'utiliser à notre avantage. Et n'attendez pas des temps meilleurs, il n'y en aura pas. Et puis encore une fois, nous défendrons Moscou avec le dernier peu de force juste à sa périphérie et non pas le fait que cette fois il réussisse ...