L'Occident contre la Russie - le premier coup dur sera sur les "républiques non reconnues"


L'exacerbation continue des relations entre la Russie et les pays occidentaux a récemment commencé à prendre des contours plus concrets. Sur la base des démarches fortement intensifiées de nos "amis", on peut supposer avec une grande confiance sur quoi exactement leurs efforts seront concentrés dans un proche avenir. Calculez, pour ainsi dire, la "direction", sinon la principale, puis la frappe la plus probable, dont le but sera l'affaiblissement maximal des positions géopolitiques de la Russie. Et pas dans une région en particulier, mais, au moins, dans tout «l'espace post-soviétique».


Il est très probable que l'Occident a pris une voie claire et sans équivoque vers le retrait de la protection de notre pays des formations étatiques qui ont le statut de «républiques non reconnues» avec leur élimination complète ultérieure. En principe, c'est plus qu'une décision naturelle et prévisible. Essayons de comprendre à quelles conséquences spécifiques l'évolution de la situation dans ce sens peut entraîner.

«Avant-postes du monde russe» ou source de problèmes?


Soyons francs - chaque région de ce type existe uniquement en raison du fait qu'elle bénéficie du patronage direct de Moscou. Républiques populaires d'Abkhazie, d'Ossétie du Sud, de la Pridnestrovié, de Donetsk et de Lougansk - aucune d'elles n'aurait existé depuis longtemps, si derrière leur dos le fameux «monde russe», si détesté et si redouté en Occident, ne se profilait pas clairement ... Jusqu'à récemment, la République du Haut-Karabakh était un «article spécial», mais depuis le 10 novembre de cette année, elle se retrouve également sur la même liste «d'États non reconnus» vivant sous l'ombre du pouvoir et du pouvoir russes. Il faut admettre que tout s'est déroulé comme il l'a été du seul fait que les territoires sur lesquels les enclaves autoproclamées ont surgi par la suite faisaient partie des républiques de l'Union soviétique, où, quoi qu'on en dise, la Russie occupait la position dominante.

En fin de compte, la naissance de tous (sauf, encore une fois, peut-être le Karabakh), les «États indépendants» formés après l'effondrement de l'URSS sont dus au fait que politique le nationalisme le plus scandaleux. Ce sont les actions dans son cadre, et au niveau étatique, qui ont littéralement «poussé» de ces pays que la Transnistrie, cette Abkhazie avec l'Ossétie du Sud, ce Donbass. La preuve de cette déclaration est le fait que jusqu'en 2014, avant l'arrivée au pouvoir des "voyous" néo-Bandera à Kiev à la suite d'un coup d'État, la Crimée et l'actuel RPD et LPR s'entendaient à tout le moins avec le reste de l'Ukraine et n'avaient pas l'intention de s'en séparer. Ainsi, lorsque l'Occident tente d'affirmer que les «républiques non reconnues» sont «un produit de la politique impériale de Moscou», ils essaient, comme on dit, de tout chambouler. C'est tout le contraire qui se produit.

Ce ne sont que des structures et des organisations occidentales bien définies, sachant très bien que l'établissement de leur contrôle complet sur les «États post-soviétiques» est impossible exactement tant qu'ils entretiennent des liens étroits avec la Russie, y organisent des révolutions de couleur », tout en promouvant le nationaliste le plus agressif ( sinon les forces nazies. En outre, le processus naturel de rejet de ce qui se passe par une certaine partie de la population commence, souvent concentré de manière compacte dans une région particulière. Ceci est suivi d'une tentative sanglante de "pacifier les séparatistes" avec le feu et l'épée. Et puis - les casques bleus russes apparaissent ... Jusqu'au dernier point, l'affaire n'est pas encore arrivée uniquement dans le Donbass. Hélas, il n’a pas réussi ... C’est ainsi que naissent les «républiques non reconnues» qui sont aujourd’hui si préoccupées par le Département d’État américain, la Commission européenne, l’OTAN et de nombreux autres «bureaux» sérieux, qui, en principe, n’ont absolument aucune raison de se lancer dans les affaires se produisant aux frontières de la Russie. Quelles sont ces enclaves pour notre pays?

Tout d'abord, à mon avis, une des rares preuves réelles de la légitimité de ses prétentions au rôle de puissance mondiale. C'est dans la capacité de sauver et de protéger ceux qui le demandent, et c'est la différence avec des pays qui n'ont pas longtemps été des sujets, mais des objets de géopolitique. Avantage militaire? C'est assez controversé. Après tout, les "plans agressifs de Moscou" existent exclusivement dans l'imagination fébrile de MM. Pompeo, Stoltenberg et autres. Preuve? Il est élémentaire que les troupes russes n'aient pris ni Tbilissi en 2008 ni Kiev en 2014. La justesse de ces décisions est une question distincte, mais le fait que la Russie avait toutes les possibilités d'une «solution définitive du problème» avec ses propres «voisins» dans les deux cas ci-dessus est incontestable. Économique l'intérêt? Il n'y a même rien à discuter ici - l'aide aux «républiques non reconnues» coûte à notre pays ce «joli sou». Et, néanmoins, nous ne pouvons en aucun cas les refuser. Ne serait-ce que parce que c'est ce dont l'Occident a tant soif aujourd'hui.

Reconnaître l'indépendance de quelqu'un d'autre ou perdre la vôtre?


En fait, il ne faut même pas essayer de nier le seul avantage incontestable pour la Russie de l'existence de «républiques non reconnues» sur les territoires qui lui sont adjacents. Il s'agit du fait que leur présence même est un obstacle insurmontable à l'entrée de nos pays voisins dans l'OTAN. Ni l'Alliance ni l'Union européenne n'ont besoin de nouveaux membres avec des problèmes territoriaux non résolus et un conflit militaire, même s'il est «gelé», comme on dit, personne n'en a besoin pour rien. Cependant, nous devons admettre que récemment, ce moment a perdu de sa pertinence. Sur le territoire de la Géorgie et de l'Ukraine, les combattants de l'Alliance nord-atlantique se sentent assez à l'aise et des objets qui ne sont manifestement pas à des fins pacifiques entièrement sous leur contrôle sont en train d'être installés. Récemment, en Occident, des voix ont été entendues de plus en plus fort, appelant dès que possible et plus largement à ouvrir les portes de l'OTAN à Tbilissi et à Kiev. Mais ils entendent fermement empêcher la Russie de décider du sort des «républiques non reconnues» et, encore une fois, le plus tôt possible.

L'exemple du Haut-Karabakh a clairement «mis à rude épreuve» nos «amis» et nous a poussés vers les actions les plus décisives. La manière dont les événements se développeront dans le Caucase lui-même n'est pas encore très claire. «Évincer» notre mission de maintien de la paix à partir de là fera automatiquement le jeu de la Turquie et conduira à un fort renforcement de ses positions dans la région. Cela ne profite désormais plus à la «communauté mondiale» - lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN qui s'est tenue la veille, le chef du département d'État américain Mike Pompeo, qui était présent là-bas, a donné à Ankara une «réprimande» naturelle, qualifiant ses actions (y compris dans le Caucase) de «provocantes» et de «destructrices». l'unité de l'Alliance ». Non, personne ne jouera avec Erdogan - du moins pas maintenant. Apparemment, la présidente nouvellement élue de la Moldavie Maya Sandu va devenir la "locomotive" des démarches anti-russes dans la région dont nous discutons. Tel était son rôle assigné par ceux qui ont contribué à son accession au pouvoir.

N'ayant même pas le temps de passer par la procédure d'inauguration, cette dame, au lieu de s'inquiéter des problèmes urgents, dont Chisinau a largement assez, a commencé avec une persévérance et une constance dignes de mieux servir, pour répéter l'urgence de retirer les soldats de la paix russes de Transnistrie. Moscou a tout naturellement perçu ces conversations comme "irresponsables" et "inacceptables", selon le chef du département russe de la politique étrangère, Sergueï Lavrov. Le chef du PMR lui-même, Vadim Krasnoselsky, n'a pas réagi moins froidement aux déclarations de Sandu, conseillant aux politiciens de Chisinau de «mieux réfléchir à leur position» et généralement de ne pas essayer de «créer des problèmes artificiels» là où ils n'existent pas. De l'avis du chef de la "république non reconnue", il n'y a même pas la moindre condition préalable au retrait des soldats de la paix russes de son territoire. Il est à noter que, parallèlement aux démarches concernant notre contingent militaire, Sandu a fait plusieurs déclarations plus ambiguës (surtout si nous les considérons dans un contexte général). Par exemple, sur le fait qu'au Bélarus «la volonté du peuple n'est pas respectée» et que la «violence» est en train de se produire, ce qui doit cesser »...

Plus intéressante encore sont ses propos adressés à Kiev: Sandu affirme que «les tentatives de« résoudre le problème de la Transnistrie par une «approche douce» se sont avérées «infructueuses», et Kiev devrait certainement «prendre en compte cette expérience dans la question de la réintégration du Donbass». Cela sent déjà une vraie provocation. Cependant, il n'y a rien de surprenant - après tout, toutes les déclarations de Mme Sandu et l'attaque qu'elle a lancée contre la mission de maintien de la paix russe en Transnistrie ne sont en fait qu'une répétition soumise des thèses avancées à des niveaux beaucoup plus sérieux. C'est ce qui m'inquiète.

Récemment, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, est devenu extrêmement préoccupé par le problème des «républiques non reconnues». On pourrait dire qu'il l'a abordé de la manière la plus fondamentale. S'exprimant lors d'une conférence régulière de l'Alliance, ce chiffre a déclaré que «l'annexion illégale de la Crimée par la Russie, ses actions pour déstabiliser l'est de l'Ukraine, ainsi que sa présence illégale dans certaines régions de Géorgie et de Moldavie» n'est rien de plus qu'une «violation flagrante du droit international» et « empiètement sur l'intégrité territoriale de ces pays ». Qu'y a-t-il devant nous? Oui, en fait, une liste exhaustive de ces endroits d'où la Russie sera "invitée à partir" très prochainement. Et cela se fera, très probablement, sous une forme extrêmement dure et ultimatum, ce qui implique les conséquences les plus désagréables pour notre pays en cas de refus. Il est fort possible qu’une alternative soit déclarée l’admission accélérée de la même Géorgie et de l’Ukraine (et à l’avenir - et de la Moldavie) à l’Alliance de l’Atlantique Nord avec toutes les conséquences qui en découlent. Il existe cependant une pire option. Il a été récemment exprimé à l'antenne de l'un des principaux "porte-parole" de la "Radio Liberty" occidentale, l'ex-ministre de la Défense de la Moldavie Anatol Salaru, qui a proposé de créer un "tribunal international spécial", qui devrait "reconnaître la Russie comme pays agresseur" et "l'obliger à retirer l'occupation troupes". Il est même difficile d'imaginer quelles méthodes sont censées mettre en œuvre une telle «coercition».

Il serait possible d'annuler ces appels pour la faible adéquation de certains politiciens actuels ou «en circulation», si exactement les mêmes idées n'étaient pas entendues de la bouche du chef du plus grand bloc militaro-politique du monde. Il est absolument sans ambiguïté prévu de commencer la destruction de l'influence de notre pays en dehors de ses frontières par l'expulsion des contingents militaires russes des «républiques non reconnues», qui seront immédiatement absorbées par les pays suivant docilement le cours vers l'Occident. Notre État se trouvera dans un environnement encore plus hostile, et les prochaines menaces à sa souveraineté et à son indépendance surgiront directement sur le territoire russe, qui deviendra automatiquement «la dernière ligne de défense» pour nous. La conclusion suggère que dans la situation actuelle, Moscou n'a tout simplement pas d'autre choix que de faire ce qu'elle n'a pas osé faire au cours des dernières décennies.

Il n'y a qu'une seule option - reconnaître officiellement toutes les «républiques non reconnues» de la même manière que ce qui a été fait pour l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud. Reconnaître et accepter sous leur protection avec la conclusion d'accords appropriés. Ce sera pire? Il n'y en aura plus ... Ou plutôt, peut-être, si la Russie ne prend pas l'initiative dans le nouveau cycle de conflit qui se déroule actuellement avec l'Occident et lui permet de se développer selon le plan et les règles de nos adversaires.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Ministère des communications de la République populaire de Donetsk
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
10 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. ustal51 Офлайн ustal51
    ustal51 (Alexander) 3 décembre 2020 12: 32
    +4
    Reconnaître le LPR et le DPR ainsi que la restauration de leurs frontières historiques.
  2. Kartalovkolya Офлайн Kartalovkolya
    Kartalovkolya 3 décembre 2020 13: 24
    +3
    Reconnaissez et exigez immédiatement le retour des «cadeaux de l'URSS» des territoires primordialement russes, annulant ces décisions comme illégales!
  3. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 3 décembre 2020 13: 34
    +6
    Vous devez d'abord éliminer la cinquième colonne en Russie même. Et aussi d'arrêter particulièrement dangereux pour le pays en échange de "détenus" américains.
    1. Inégal Офлайн Inégal
      Inégal (VADIM STOLBOV) 3 décembre 2020 23: 11
      0
      La «cinquième colonne» en Fédération de Russie est identique à la «verticale du pouvoir», à commencer par la détention provisoire du Kremlin ...
  4. A.Lex Офлайн A.Lex
    A.Lex (Informations secrètes) 3 décembre 2020 18: 37
    +1
    Alexandre (qui est l'auteur), il existe une méthode encore plus radicale de résolution des problèmes en Russie. C'est la reconnaissance de la «collusion Belovezhskaya» comme ILLÉGALE et la liquidation de l'URSS - un crime, dont nous donnons une appréciation juridique sans ambiguïté. L'annulation entraînera le retour des territoires anciennement contrôlés par l'URSS. Eh bien, là - par choix et par accord et par avantage!
  5. Lechi B. Офлайн Lechi B.
    Lechi B. (Traitez Bashirov) 3 décembre 2020 19: 53
    0
    Vous devez le frapper douloureusement, mais prudemment.
  6. Yuri Zubashkov Офлайн Yuri Zubashkov
    Yuri Zubashkov (Yuri Zubashkov) 4 décembre 2020 07: 02
    +1
    Retarder la reconnaissance des républiques non reconnues, c'est montrer que la Russie est encore faible. Il est nécessaire d'organiser un référendum dans le pays pour savoir s'il faut le reconnaître ou non, et je suis sûr que nous dirons oui et sur cette base, prendrons une décision.
    1. Xuli (o) Tebenado Офлайн Xuli (o) Tebenado
      Xuli (o) Tebenado 4 décembre 2020 09: 18
      0
      Récemment, j'ai lu quelque part sur la situation dans une "république reconnue" d'Abkhazie (bien que seule la Russie l'ait reconnu jusqu'à présent). Tout ce qui restait de l'URSS s'est effondré ou a été pillé par les habitants. Chômage, pauvreté. Les Abkhazes eux-mêmes ne font rien pour améliorer leur situation. Ils s'assoient et attendent la Russie pour les annexer, à l'exemple de la Crimée. Aucun argument de raison n'a d'effet sur les Abkhazes. Ils croient sérieusement que les Russes viendront, ils reconstruiront tout pour eux à nouveau, y ayant ajouté des milliards de milliards, et les Abkhazes eux-mêmes seront fiers de leur «indépendance et souveraineté».
      Si cette stupidité se produit vraiment, alors en Russie même, l'âge de la retraite devra être porté à 80 ans. Je ne suis personnellement pas prêt pour cela.
  7. Xuli (o) Tebenado Офлайн Xuli (o) Tebenado
    Xuli (o) Tebenado 4 décembre 2020 08: 07
    +1
    Il y a quarante ans, lorsque «l'ancien acteur de cinéma Reagan» était élu président des États-Unis, les médias soviétiques affirmaient avec sérieux qu'il y aurait bientôt une guerre, peut-être même une «star».
    Et maintenant, les Moldaves ont choisi une sandulette reniflée pour une position sans prétention, car ici certaines personnes perdent conscience à cause de la force de leurs propres cris :(
  8. nikola bb Офлайн nikola bb
    nikola bb (Nikolaj Wasiljew) 5 décembre 2020 08: 43
    -3
    Un article personnalisé plein de clichés russophobes et de mauvaise volonté anti-russe. La position pro-occidentale de l'auteur est évidente et personne n'essaie même de la cacher. La haine pour la Russie est hors du commun.