Le refus de l'Occident des hydrocarbures lui coûtera l'industrie


L'exploitation de «l'or noir» commence à se relancer. Après de longues consultations et des négociations extrêmement difficiles, les pays de l'OPEP + sont néanmoins parvenus à un accord sur une augmentation progressive de la production pétrolière à partir du début de l'année prochaine. Dans le même temps, des déclarations péremptoires sont faites en Occident selon lesquelles «le temps des ressources énergétiques d'hydrocarbures est révolu» et que le monde entre dans une «nouvelle ère».


Dans quelle mesure ces maximes correspondent-elles à la vérité et pourquoi sont-elles si obstinément défendues, tout d'abord, aux États-Unis? Essayons de le comprendre.

Mieux qu'il ne l'était, mais moins que ce que nous voudrions


Mais pour commencer, revenons au fatidique sommet OPEP +, organisé dans les meilleures traditions de la «réalité coronavirus» actuelle, c'est-à-dire en mode visioconférence. Initialement, il était prévu de se tenir le 1er décembre, mais il a été reporté de deux jours en raison du fait que les discussions les plus animées se sont déroulées autour de l'accord imminent. Comme vous le savez, les réunions de ce type, qui se tiennent au niveau des ministres compétents des pays contractants, sont précédées de consultations préliminaires, au cours desquelles, en fait, tous les détails sont «réglés». Cette fois, le problème était que dans l'espace de négociation, trois points de vue complètement différents se sont affrontés sur la manière dont les pays exportateurs d'énergie devraient agir en 2021.

Permettez-moi de vous rappeler qu'après une longue "guerre du pétrole", qui a entraîné des pertes considérables pour tous ses participants et fait chuter les prix de l'énergie à des valeurs négatives, l'OPEP + est parvenu à un compromis mutuellement acceptable. Conformément à lui, les pays soutenant ce «pacte hydrocarboné» extraient de leurs entrailles au total 7.7 milliards de barils de pétrole par jour de moins qu'avant la pandémie, avant la crise économique et énergétique qu'elle a provoquée. De ce volume, la Russie représente 1.2 milliard.

Il est clair que les pétroliers de tous les pays et continents se démangent désespérément les mains du désir de «fermer le robinet», mais plus fort. Cependant, personne ne souhaite non plus un nouvel effondrement des prix. Ce scénario est le plus redouté en Arabie saoudite, dont les représentants ont insisté pour prolonger les restrictions actuelles jusqu'en mars 2021 au moins. Les Émirats arabes unis ont tenté de réduire la discussion au non-respect par certaines parties de la transaction de leurs quotas de réduction de la production - disent-ils, quel est l'intérêt de prolonger le moratoire s'il n'est pas respecté? La Russie était favorable à la reprise de la production.

Une telle opportunité avait été envisagée même lors de la conclusion des accords précédents, et il était prévu d'augmenter les volumes d '"or noir" fournis aux marchés de manière assez significative - de près de 2 millions de barils par jour. Néanmoins, la vie a fait ses propres ajustements loin d'être optimistes - la pandémie de coronavirus n'est pas seulement non terminée, mais a également éclaté dans certains endroits avec une vigueur renouvelée. D'où la décision - à partir de janvier, les pays OPEP + commenceront à se permettre d'augmenter leur production en quatre fois moins que prévu - un demi-million de barils par jour. Il est censé suivre les résultats, consulter et ajuster les quotas sur une base mensuelle. Ce sur quoi les représentants des hautes parties contractantes sont convenus sans équivoque et à l'unanimité, c'est qu'une reprise substantielle économie, l'industrie et l'industrie des transports, et, par conséquent, la demande de ressources énergétiques, il ne sera possible de parler qu'après la vaccination réellement massive de la population de la plupart des pays du monde.

Cependant, il y a ceux qui croient que l'industrie pétrolière et, par conséquent, les pays où elle forme la base de l'économie, rien de bon ne peut être attendu de l'avenir même après la défaite du COVID-19. À titre d'exemple, nous pouvons peut-être citer une publication récente dans une publication américaine aussi respectée que Bloomberg. Ses auteurs se sont permis une déclaration aussi audacieuse que controversée - ils sont sûrs à 100% que «le déclin de l'ère pétrolière est devenu un fait accompli», et la dernière, dernière année «pré-coronavirus» peut être considérée comme le pic historique de la consommation «d'or noir» dans toute l'histoire humanité. Sur quoi reposent ces «découvertes historiques» et à quel point peut-on leur faire confiance?

Les USA ne sont pas le monde entier


Tout d'abord, Bloomberg fait référence à certaines «prévisions à long terme» qui auraient été faites avant même le déclenchement de la pandémie et à la prise de conscience par les experts de son impact destructeur sur l'économie mondiale par des géants pétroliers de premier plan comme le britannique BP, les sociétés norvégiennes Equinor et Rystad Energy, ou le français Total SA, mondialement connu. ... Les experts de toutes ces entreprises ont prédit le point de demande le plus élevé pour les matières premières fournies par elles approximativement dans la «fourchette» de 2027-2030. De plus - seulement une baisse. Et ceci, remarquez, sans COVID-19. L'article dit aussi que "la fin de l'ère des hydrocarbures" est attendue même au sein de l'OPEP. Certes, ils ont mesuré plus avant lui - «une vingtaine d'années». Dans le même temps, il convient de noter que les références à des documents spécifiques ne sont pas fournies, il s'agit uniquement «d'évaluations négatives des perspectives de demande de ressources énergétiques fossiles, qui se font entendre de partout». De plus, cependant, les auteurs passent à des "arguments" plus importants, à leur avis. Il s'avère que la preuve peut-être la plus irréfutable que le pétrole se transformera bientôt en une sorte de relique du passé, presque une relique historique, est la «tendance à une augmentation de la popularité des véhicules électriques».

Écoutez, braves gens - Daimler et Volkswagen se plaignent d'une «baisse record des ventes», tandis que Tesla d'Elon Musk, au contraire, est en plein essor, et ses actions augmentent à pas de géant à un rythme sans précédent. Ici, comme il me semble, la manipulation la plus typique a lieu - il n'est en quelque sorte pas tout à fait correct de comparer les performances de certaines entreprises pendant la crise des coronavirus. De plus, il y a un détail très caractéristique à propos de Tesla - l'une des principales usines de la société est située à Shanghai et, en raison de la pandémie COVID-19, elle a été inactive pendant quelques semaines - contrairement aux entreprises européennes et américaines de l'industrie automobile. Eh bien, en ce qui concerne les cotations boursières ... Je me souviens que Musk avait déjà de gros problèmes dans cette affaire - et à peu près à propos de Tesla. Les accusations de fraude et de fraude étaient si fortes qu'il a même dû quitter le président du conseil d'administration de la société. Alors ne sautez pas aux conclusions ...

Dans le même article, bien entendu, il y a aussi des références à la voie vers «l'énergie verte» déclarée par de nombreux pays du monde, et surtout l'Europe. Ils disent que même la Chine va "éliminer les émissions de dioxyde de carbone". Mais à partir de ce point, il vaut la peine d'approfondir la question. Je ne sais pas de quelles sources les auteurs de la publication que j’ai citée ont tiré l’idée que l’Empire céleste entendait abandonner la consommation d’hydrocarbures ou au moins en réduire considérablement le volume. Cependant, dans les mêmes médias américains il n'y a pas si longtemps, une découverte très inattendue pour leurs lecteurs a été faite par les spécialistes de l'Agence internationale de l'énergie. Selon eux, la Chine deviendra le leader mondial du raffinage du pétrole à l'avenir, en 2021, en "déplaçant" de manière décisive de cet endroit les États-Unis, qui occupent la position de leader de l'industrie depuis le moment où les premières plates-formes pétrolières ont été érigées. Au milieu des années 60 du siècle dernier, les capacités américaines de traitement de «l'or noir» ont dépassé de 35 fois celles de la Chine! Il semblait que cet écart ne pouvait pas être comblé en principe.

Et, néanmoins, cette année, une autre raffinerie de pétrole (Convent), propriété d'un géant tel que Shell, est en cours de fermeture aux États-Unis, et quatre entreprises géantes de ce profil particulier sont en cours de construction dans le Céleste Empire à un rythme plus rapide. Les experts ont calculé que la capacité des entreprises récemment lancées par des camarades chinois dans le secteur concerné dépasse 1.2 million de barils par jour. Et ceci malgré le fait que le monde entier a maintenant réduit le volume de raffinage du pétrole à la limite la plus minimale. En Chine, selon les estimations du Research Institute of Economics et la technologie Chinese National Petroleum Corporation (CNPC), d'ici 2025, leur augmentation est attendue de 2.5 millions de barils par jour - et ceci en comparaison avec l'actuel, loin des petits «appétits» de l'industrie et des transports locaux.

Aux États-Unis même, la production «d'or noir» dans le contexte de la pandémie a subi d'énormes pertes - en mai elle «a chuté» de 20% ou 2.3 ​​millions de barils par jour, et depuis lors, les indicateurs ne se sont certainement pas améliorés. Compte tenu des spécificités locales de l'industrie, c'est-à-dire de l'extraction essentiellement de «schiste», cette perte de positions (au niveau le plus bas depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale) peut devenir irremplaçable. Non, l'industrie pétrolière américaine récupérera, bien sûr, des intérêts et des barils - après tout, les gens ont investi de l'argent dans l'entreprise, et beaucoup. Cependant, avec l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche, qui n'a cessé de diffuser sur «l'énergie verte» et autres tout au long de la course électorale, on peut définitivement dire que les «jours d'or» de cette industrie aux États-Unis sont révolus.

Soit dit en passant, selon les dernières données, les réserves de pétrole du pays diminuent rapidement, tandis que les importations augmentent. C'est peut-être la raison de tous les discours américains sur la «fin de l'ère pétrolière», qui attendait soi-disant l'humanité. Dans les conditions actuelles de la crise économique et sociale la plus sévère, le monde, même avec tout le désir, ne pourra pas abandonner les bons vieux hydrocarbures éprouvés par le temps et l'expérience, pour lesquels son système de transport et son industrie sont «aiguisés». Certes, des expérimentations sous la bannière de la «lutte pour l'environnement» seront entreprises, mais à peine à l'échelle mondiale - elles sont trop chères.

Mais le tournant de l'économie mondiale, y compris les flux de pétrole et de gaz vers l'Est, est non seulement tout à fait probable, mais, en fait, se déroule déjà sous nos yeux. L'UE s'efforce-t-elle de "décarboner"? Et à votre santé. Cela signifiera seulement accélérer le processus de transfert de toute l'industrie des pays occidentaux vers l'Asie. Et pourquoi pas en Russie? On ne peut que sympathiser avec les experts qui continuent constamment, parlant de tendances et de perspectives, à assimiler les concepts d '«américain» et d' «universel». Le monde entier, ce ne sont pas les États-Unis, mais les États-Unis, heureusement, pas le monde entier. Bientôt, ils devront le réaliser pleinement.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 4 décembre 2020 10: 52
    +1
    Encore une fois, tout est chamboulé.
    Le rattrapage de l'Asie et des Latino-Américains le rattrape depuis longtemps, et non pas parce que "les USA ..."
    Et la limitation est associée à un réchauffement réel. S'il n'existait pas, il n'y aurait pas de transition vers le diable.
  2. Jacques Sekavar Офлайн Jacques Sekavar
    Jacques Sekavar (Jacques Sékavar) 4 décembre 2020 12: 27
    +3
    Le budget de tous les pays producteurs de pétrole se forme au détriment de la production, et donc chacun d'eux souhaite augmenter et tente de tricher en fournissant des informations "inexactes". Cela conduit à des querelles, à une surproduction et à une baisse des prix.
    En outre, certains États producteurs de pétrole ne font pas partie du cartel pétrolier, comme les États-Unis, et poursuivent leur propre politique.

    Les experts de toutes ces entreprises ont prédit le point le plus élevé de la demande pour les matières premières fournies par elles approximativement dans la «fourchette» de 2027-2030.

    Les succès dans le domaine de la fusion thermonucléaire contrôlée et la construction d'une centrale thermonucléaire à hydrogène à Sarov justifient de telles prédictions, car la plupart des ressources énergétiques extraites sont utilisées pour produire de l'électricité et de la chaleur.
    Le besoin de ressources énergétiques naturelles diminuera et diminuera considérablement, et de combien - la vie le montrera, la consommation de produits de base a tendance à augmenter, et cela nécessite des matières premières, le même pétrole, par exemple.
    Lors d'un récent congrès en RPC, un programme de «double circulation» a été adopté - une orientation vers le plus grand marché intérieur du monde et une expansion externe grâce à la promotion de programmes tels que le VPTPP, le RCEP, le SCO, le NSHP, qui nécessiteront inévitablement une augmentation de la production, et par conséquent «la Chine deviendra un leader mondial dans le domaine du raffinage du pétrole déjà dans le futur, 2021 ». Peut-être pas dans le futur, 2021, mais au moins dans un proche avenir.

    Daimler et Volkswagen se plaignent d'une "baisse record des ventes", tandis que la Tesla d'Elon Musk, au contraire, est florissante.

    Elon Musk n'est pas allé dans les domaines où il ne pouvait pas rivaliser, et avec le soutien de l'État, il a investi dans des domaines gratuits, prometteurs et de haute technologie - l'espace, les voitures électriques, les avions électriques et est devenu le leader mondial dans ces domaines, auquel tout le monde est égal. Sa plus grande usine de véhicules électriques n'est pas n'importe où, mais en Chine, où il a été décidé d'interdire les moteurs traditionnels et de passer à des moteurs «verts», avec son vaste marché et un réseau de ravitaillement de voitures électriques d'environ 500 XNUMX unités. En le regardant, tous les grands constructeurs automobiles envisagent, sinon de passer complètement à la production de véhicules électriques, puis ils essaient de s'implanter sur les marchés de ces pays où il y a des conditions préalables pour cela et le marché de la RPC en premier lieu.
  3. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 4 décembre 2020 13: 06
    -1
    Ils disent que même la Chine va "éliminer les émissions de dioxyde de carbone". Mais à partir de là, il vaut la peine d'approfondir la question. Je ne sais pas de quelles sources les auteurs de la publication que j’ai citée ont tiré l’idée que l’Empire céleste entendait abandonner la consommation d’hydrocarbures ou au moins en réduire considérablement le volume.

    Probablement des autorités chinoises.

    https://www.kommersant.ru/doc/3407787
  4. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 4 décembre 2020 13: 10
    0
    Et quels véhicules civils et militaires prévoient-ils de voler dans le monde, des dirigeables?
  5. Oleg Rambover Офлайн Oleg Rambover
    Oleg Rambover (Oleg Piterski) 4 décembre 2020 14: 23
    -1
    Ils disent que même la Chine va "éliminer les émissions de dioxyde de carbone". Mais à partir de là, il vaut la peine d'approfondir la question.

    Comprendre:

    https://tass.ru/press-relizy/9553383

    «La pandémie COVID-19 nous rappelle que l'humanité doit lancer une révolution écologique et évoluer plus rapidement vers un modèle de développement durable et un mode de vie», a déclaré le président chinois Xi Jinping

    La Chine a l'intention de «plafonner ses émissions de CO2 d'ici 2030 et d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2060», a déclaré Xi Jinping.

    Encore un couteau dans le dos.