Doit-on s'attendre à de nouvelles bases militaires russes en Afrique?


L'ouverture d'une base navale russe au Soudan n'est pas passée inaperçue dans le monde. Non seulement la France et les États-Unis manifestent un intérêt accru pour cette région, mais aussi de nouveaux acteurs tels que la Turquie, la Chine et un certain nombre de pays du Moyen-Orient. Mais pourquoi les marins de la marine russe sur leur territoire se rendent-ils au Soudan lui-même, et devrions-nous nous attendre à nos nouvelles bases dans d'autres pays africains?


En détail sur le format de la présence de notre flotte à Port Soudan, nous dit plus tôt. Il y aura jusqu'à quatre navires de guerre et plus de trois cents militaires et fonctionnaires. Il était notamment stipulé qu'un navire doté d'une centrale nucléaire pourrait faire escale dans la mer Rouge, à laquelle nous n'incluons que les croiseurs lance-missiles des projets Orlan, Pierre le Grand ou Amiral Nakhimov, une arme redoutable. Selon les informations mises à jour, le contingent russe destiné à défendre la base pourra se déployer hors de son territoire. Il sera également couvert par un système avancé de missiles de défense aérienne. On ne sait pas lequel exactement, mais s'il s'agit du S-400, alors il est fort. En plus de tout cela, beaucoup d'armes seront fournies aux troupes soudanaises, ce qui signifie que nos experts militaires seront également là, entraînant les soldats locaux à gérer les «plies».

Tout cela a l'air bien, mais il est clair que beaucoup de quatre navires et 300 Russes ne se battront pas là-bas, si quelque chose arrive. Les vraies tâches consistent à donner aux navires de la marine russe l'opportunité de se ravitailler en carburant et d'être réparés, ainsi que de démontrer le drapeau naval russe. C'est pour ce drapeau que les autorités du Soudan nous ont invités dans leur pays. Ils ne cachent pas le fait qu'ils réalisent le plus multi-vecteur la politiquesans parier sur l'un ou l'autre. Parmi les partenaires de ce pays africain figurent les États-Unis, le Qatar, la Turquie, l'Arabie saoudite, la Chine et d'autres. L'objectif est de les faire concurrencer les uns avec les autres pour les meilleures conditions d'investissement. En d'autres termes, les intérêts de Khartoum et de Moscou coïncidaient complètement.

Mais vaut-il la peine de compter sérieusement sur l'apparition de bases militaires russes dans d'autres pays du «continent noir»? Dans la presse occidentale, il a été suggéré que le Kremlin tente d'obtenir le consentement pour le déploiement des installations du ministère russe de la Défense au Mozambique, en République centrafricaine, en Érythrée, en Somalie, en Égypte et à Madagascar. Les autorités centrafricaines semblent même avoir proposé à la Russie de le faire elles-mêmes, mais pour une raison quelconque, elles n'ont pas grandi ensemble. La raison, en fait, peut être extrêmement simple.

Le Kremlin n'a tout simplement pas assez de ressources pour créer et maintenir une infrastructure militaire aussi développée sur un autre continent. Si le Soudan donnait la permission d'ouvrir une base navale à titre gratuit, les autres États africains n'étaient manifestement pas aussi généreux. Il faut tout payer, et le budget fédéral russe est à court d’argent en raison de la baisse des revenus des hydrocarbures. Il est également très désagréable que dans la marine russe, il n'y ait pas autant de navires de surface qui pourraient être envoyés quelque part à travers plusieurs mers de manière permanente sans préjudice de la capacité de défense du pays. Le chat a crié pour les navires de la zone des mers lointaines, nous avons même dû négocier dans un accord avec le Soudan la présence éventuelle de Pierre le Grand là-bas, et c'est, pendant une seconde, le vaisseau amiral de la flotte du Nord. «L'amiral Nakhimov» est toujours en cours de modernisation.

En fait, la Russie voudrait peut-être s'implanter en Afrique, mais le manque de ressources ne le permet pas. Aujourd'hui, le format de la présence sur le «continent noir» présuppose une stratégie de faible implication à travers la vente d'armes à des partenaires, des contrats de sociétés militaires privées et de si petites bases où seuls quelques navires de guerre peuvent se tenir.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Ministère de la défense de la Fédération de Russie
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
9 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Jacques Sekavar Офлайн Jacques Sekavar
    Jacques Sekavar (Jacques Sékavar) 4 décembre 2020 18: 19
    +2
    Le Soudan adopte la politique «multi-vectorielle» de Djibouti, où se côtoient les mêmes bases des États-Unis, de la France et de la Chine. Pour un État pauvre, les paiements étrangers sont une reconstitution du budget, une occasion pour quelqu'un de rassembler des capitaux et peut-être même d'éviter un autre coup d'État.
    Il n'est pas nécessaire de se couvrir avec un système avancé de missiles de défense aérienne, c'est un point d'appui pour la protection duquel il n'est pas nécessaire de mettre en service un système de défense aérienne avancé pour lequel des systèmes et du personnel spéciaux seront nécessaires.
    Les armes obsolètes et déclassées sont vendues aux pays du tiers monde.
    Ils sont en cours de réparation dans des bases à part entière, et là-bas, le personnel pourra se reposer et faire le plein de ravitaillement du navire.
    L'escorte de force suit le rythme de la puissance économique et de l'expansion économique, comme les États-Unis, dont les intérêts couvrent le monde entier, ou la route maritime de la soie chinoise, et les intérêts de la Fédération de Russie en Afrique sont vagues, de plus en plus planifiés-prometteurs et très vulnérables, ce qui peut être jugé par l'arrogance de nos partenaires occidentaux qui envahissent sans crainte les eaux territoriales et imitent les frappes nucléaires contre la Fédération de Russie
  2. ODRAP Офлайн ODRAP
    ODRAP (Alexey) 5 décembre 2020 02: 20
    -3
    L'auteur, quelle est la base?!
    Cette station-service diffère de VMB de la même manière que le service de voiture d'un concessionnaire à partir d'un viaduc routier ...
    Ou, comme un charpentier d'un menuisier ... :))
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 5 décembre 2020 08: 54
      -2
      Cet article est une sorte de base militaire.
      1. ODRAP Офлайн ODRAP
        ODRAP (Alexey) 5 décembre 2020 11: 36
        -2
        Menuisier, également une sorte de menuisier. Et ici et là un arbre, à deux mains, une veine acérée ... L'échappement est différent. Cela s'appellera l'OMT, pas la base navale.
        Le diable est dans les détails.
      2. Volkonsky Офлайн Volkonsky
        Volkonsky (Vladimir) 5 décembre 2020 17: 37
        0
        Seryoga, donnez-lui un exemple de Tartous, (SAR), il y avait aussi une OMPT au début, et maintenant elle est devenue une base navale à part entière. Au fait, parmi nos navires avec un système de contrôle nucléaire, vous avez oublié tous nos sous-marins nucléaires, croyez-moi, ils veulent aussi vraiment étendre leur région de présence par l'océan Indien (on parle des sous-marins nucléaires de la flotte du Nord, les SSGN et les SNLE de la flotte du Pacifique peuvent y arriver quand même)

        https://topcor.ru/17410-kljuchi-ot-afriki-rossija-vozvraschaet-svoe-prisutstvie-v-mirovom-okeane.html
        1. ODRAP Офлайн ODRAP
          ODRAP (Alexey) 6 décembre 2020 00: 35
          -2
          Clés de l'Afrique ... :))
          Jetez un œil à la carte. Un point de ravitaillement pour les navires, en mer, borné d'un côté par la Manche, de l'autre, par le détroit de Bab, de part et d'autre duquel se trouvent des bases navales à part entière, et même pas d'amis du tout ... Qui contrôle les entrées de la mer Rouge, dis-moi? Et le couloir terrestre ne peut pas être percé, c'est une embuscade.
          Même si le btam s'est soudainement avéré être une piste inondée, les avions ne laisseront peut-être pas beaucoup de gens passer par leur route aérienne.

          Au fait, rappelez-moi combien de temps cela a pris entre le début des travaux à Tartous et la réception du statut de base navale?
          1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
            Volkonsky (Vladimir) 6 décembre 2020 00: 43
            0
            Allez, allez, dites-moi, qui peut nous interdire de passer par Suez et le détroit de Bab el-Mandeb?
            1. ODRAP Офлайн ODRAP
              ODRAP (Alexey) 6 décembre 2020 01: 35
              -2
              M. Volkonsky, s'il vous plaît adhérez aux règles de communication sur le forum et contactez-vous.
              1. Le commentaire a été supprimé.
  3. 123 Офлайн 123
    123 (123) 6 décembre 2020 13: 38
    +2
    Tout cela a l'air bien, mais il est clair que beaucoup de quatre navires et 300 Russes ne s'y battront pas, auquel cas.

    Et qu'est-ce qu'ils vont combattre là-bas? Ils construisent une base, pas une forteresse.

    Le chat a pleuré sur les navires de la zone de la mer lointaine

    Et pourquoi devrait-il s'agir de navires de la «zone de la mer lointaine»? Il peut s'agir de corvettes ou de RTO. La base est à proximité, les conditions sont assez confortables.

    nous avons même dû négocier dans un accord avec le Soudan la présence éventuelle de Pierre le Grand là-bas, et ceci, pendant une seconde, est le vaisseau amiral de la flotte du Nord. "L'amiral Nakhimov" est toujours en cours de modernisation.

    Ce serait plutôt étrange s'ils n'essayaient pas de s'entendre sur l'entrée des navires nucléaires. Pensez-vous qu'il n'y a pas d'autres navires et sont donc obligés d'envoyer un navire amiral? Il a donc été créé pour les longs voyages. Et "Nakhimov" ne sera pas en réparation pour toujours, l'accord n'a pas été signé depuis un an.

    En fait, la Russie voudrait peut-être s'implanter en Afrique, mais le manque de ressources ne le permet pas.

    En fait, vous aimeriez réécrire quelque chose de méchant, mais cela ne fonctionne pas très bien. Tout est comme d'habitude, l'actualité de la base, mais entre les lignes ça apparaît clairement - nous sommes orphelins et pauvres, nous n'avons pas de flotte, pas d'économie, nous n'avons rien à faire là-bas.