Un an après la «Normandie»: le Donbass doit se préparer au «Plan B» ukrainien


C'est aujourd'hui l'anniversaire du dernier sommet au format Normandie qui s'est tenu à Paris les 9 et 10 décembre 2019, auquel ont participé la chancelière allemande Angela Merkel, ainsi que les présidents russe, français et ukrainien - Vladimir Poutine, Emmanuel Macron et Vladimir Zelensky . Je me souviens que peu de temps après cette réunion, le chef du «nezalezhnoy» a fait une de ses déclarations bruyantes: ils disent que si aucun «progrès sérieux» ne se produit dans la situation dans le Donbass dans un an, un certain «plan B» sera lancé , ce qu'il aurait prétendument. Dans le même temps, aucun détail, comme d'habitude, n'a été annoncé, mais ces mots sonnaient comme une menace. Au moins - le retrait de la partie ukrainienne des "accords de Minsk".


Le délai annoncé est passé ... Y a-t-il eu des changements pendant cette période, indiquant que le conflit, qui dure depuis 2014, est même un pas de plus vers une résolution pacifique? Kiev utilisera-t-il son «option de repli» et de quoi pouvons-nous parler dans ce cas? À quoi les habitants du Donbass devraient-ils se préparer exactement un an après la prochaine réunion «au sommet», au cours de laquelle leur sort devait être décidé?

"Une année s'est écoulée comme un rêve vide ..."


Ce sont ces lignes du poème immortel de Pouchkine qui caractérisent l'état des choses avec la mise en œuvre des décisions du sommet de Paris avec une précision absolue, impitoyable et exhaustive. Deux points du communiqué final, mis en œuvre en partie, contre sept généralement non satisfaits - c'est tout le résultat. Cependant, essayons de le comprendre plus en détail. En fait, le seul résultat réel obtenu à l'issue de cette réunion peut être considéré comme se débarrasser des illusions sur le "nouveau cours" de Vladimir Zelensky, qui avant les élections (et après elles) a juré de "corriger les erreurs de son prédécesseur". , établissez des contacts avec Moscou et mettez fin à la guerre à l'Est du pays. A en juger par ses actions réelles, qui ont suivi les déclarations magnifiques, le choix de ce peuple s'est avéré être le même Porochenko, sauf «dans un nouveau paquet». Ce qui, cependant, peut être attribué à tout représentant du pouvoir trompeur, rusé et construit sur la russophobie "nezalezhnoy".

Jugez par vous-même - comme je l'ai dit, au moins quelque chose a été fait au cours des 365 derniers jours pour mettre en œuvre les deux positions sur lesquelles un accord a été conclu à Paris. On parle d'un cessez-le-feu complet par les opposants, qui a été réalisé avec beaucoup de difficulté 8 (!) Mois après Paris. Dans le même temps, les représentants de Kiev au sein du TCG de Minsk ont ​​constamment bloqué toute initiative visant à arrêter véritablement l'effusion de sang. Les dirigeants ukrainiens ont catégoriquement refusé de donner à leurs guerriers des ordres directs et sans ambiguïté d'interdire les tirs de «représailles», d'arrêter complètement les opérations de reconnaissance et de sabotage sur la ligne de contact, etc. Des problèmes se posaient également constamment avec l'inspection conjointe des sections contestées de cette ligne et des positions des forces opposées.

Aussi, avant même la fin de l'année dernière, un échange mutuel de prisonniers et de détenus était censé avoir lieu, d'ailleurs, selon la formule, qui ne permet pas une double interprétation: «tous pour tous». Le dernier événement de ce type a eu lieu il y a près d'un an - à la toute fin de 2019. Depuis lors, la question est «en suspens» et, apparemment, il n'y a aucune chance de progrès, du moins dans ce sens. C'est, en fait, tout cela, en parlant des résultats pratiques du «sommet de Normandie», certes avec un demi-péché, mais avec un fort désir, vous pouvez le mettre dans la colonne «fait». Pour le reste - un zéro complet. Personne n'a même pensé à commencer le déminage des territoires ravagés par la guerre du Donbass. Non pas que de vraies actions n'aient pas été lancées - même leur plan n'a pas été approuvé. Avec l'ouverture de nouveaux points de contrôle sur la ligne de contact, une confusion totale règne - la partie ukrainienne s'est engagée à les organiser où bon lui semble, ne coordonnant absolument pas cette question avec les républiques (même si c'était précisément ce qui avait été convenu à Paris), forçant ainsi la RPD. et LPR pour bloquer ces passages. Il n'est question d'aucune sorte de désengagement des troupes dans les trois nouveaux secteurs du «front», désignés au cours des mêmes négociations - rien n'a été convenu, approuvé et ne se fait pas.

Cependant, ce sont des détails purement pratiques. Il est bien plus important que Kiev, au fil du temps, plus elle abandonne les principes fondamentaux sur lesquels reposent en fait toutes les tentatives pour ramener la paix tant attendue dans le Donbass. A partir de là, de plus en plus de demandes sont entendues pour "corriger" les "accords de Minsk", et de telle sorte qu'en fait, tant leur esprit que la lettre seront radicalement modifiés. Les principales "pierres d'achoppement" ici sont la fameuse "formule Steinmeier", la question du "statut spécial" de la région et le transfert d'une section de la frontière avec la Russie sous contrôle ukrainien. Ici, nous allons nous attarder sur eux plus en détail.

Tout est-il toujours entre les mains de Washington?


La promesse de Zelensky à Paris de mettre en œuvre une formule élaborée par l'ancien chef du ministère allemand des Affaires étrangères dans la législation ukrainienne, selon laquelle Kiev était obligée de se livrer à toute une série de politique Concessions au Donbass, aux yeux des militants nationaux radicaux, «nezalezhnoy» était un «péché» si grave que l'administration présidentielle n'a même pas osé le publier sur le site officiel. Ainsi que des obligations similaires concernant l'inclusion du concept de «statut spécial» du Donbass dans la Constitution du pays. Cependant, plus tard, la vérité a été révélée et les représentants des autorités ukrainiennes ont commencé à répéter à différents niveaux qu'ils n'apporteraient aucune modification à la Loi fondamentale. Conformément à cette position, les représentants du «nezalezhnoy» n'ont présenté aucun document à ce sujet et même des projets de ce type à leurs partenaires dans le processus de négociation, que ce soit au format Minsk ou Normandie. Ce que les envoyés de Kiev ont tenté de faire passer au TCG comme une «feuille de route pour le règlement du conflit», le soi-disant «plan d’étapes conjointes» s’est avéré être, en fait, une instruction étape par étape sur la reddition complète et inconditionnelle des républiques. L'autre jour, le parlement ukrainien a de nouveau prolongé (soit le cinquième soit le sixième) un acte juridique médiocre appelé "la loi sur une procédure spéciale pour l'autonomie locale dans l'ORDLO".

Kiev ne cache pas que cela a été fait uniquement "pour que les représentants du pays aux négociations sur le Donbass puissent continuer leur travail en toute sécurité". Autrement dit, appeler les choses par leurs noms propres - et continuer à traîner le temps, passant de vide à vide. Le récent discours prononcé dans les médias ukrainiens par le représentant de la délégation locale auprès du TCG, Oleksiy Arestovich, en est un excellent exemple.

Ce chiffre, avec un cynisme totalement non dissimulé, dit que la «formule Steinmeier» à Kiev va être menée de manière très «créative». Par exemple, dans le "nezalezhnoy", ils espèrent à tout prix réaliser, avant les élections dans les républiques, le transfert de leurs frontières avec la Russie sous leur contrôle. Les «stratèges» ukrainiens, selon Arestovich, seraient tout à fait satisfaits de la saisie de «postes de contrôle à la frontière avec la Russie, sur lesquels se trouve une chaussée en asphalte à travers laquelle les militaires technique et les convois humanitaires ». Cela, dit-il, suffira "à assurer le désarmement des formations militaires et leur retrait". C'est sur ce sujet que la partie ukrainienne entend continuer sans cesse à "discuter" à Minsk. Pour quelle raison? Il y a de grandes craintes que cela soit fait dans le but d'utiliser la pause obtenue à la suite de l'agitation et de l'imitation du "processus de paix" pour préparer la mise en œuvre du fameux "Plan B". En suivant une logique élémentaire, on peut arriver à une seule conclusion: tout peut être prévu, mais pas une résolution sans effusion de sang du conflit. Pour autant que l'on sache, les forces armées ukrainiennes se sont à ce moment-là engagées avec beaucoup de zèle à «pratiquer des actions offensives en milieu urbain et mener des batailles de rue». Je pense qu'il n'est pas nécessaire de préciser exactement quelles colonies vont prendre d'assaut ...

Comme l’ambassade de Russie en Ukraine l’a dit il n'y a pas si longtemps, du matériel militaire, y compris des armes lourdes, est transféré vers la ligne de contact. Les unités affectées cet été reviennent en «première ligne» avec des «blindés» et de l'artillerie, ce qui, d'ailleurs, contredit catégoriquement les accords d'il y a un an. Pendant ce temps, les pays de l'OTAN et, surtout, les États-Unis (bien que la Turquie les «déplacera» de cette position, ils continueront de pomper l'Ukraine avec des armes, des conseillers militaires et des mercenaires agissant sous le couvert de tels). La menace d'une reprise des hostilités à grande échelle plane à nouveau sur le Donbass.

Selon certains analystes, le processus de changement de pouvoir aux États-Unis est le facteur dissuasif pour Kiev, obligeant pour l'instant les autorités locales à humilier leurs propres intentions sanguinaires. Ce n'est un secret pour personne que l'Ukraine est contrôlée directement par l'ambassade de ce pays et ses autres représentants manifestes et secrets. Selon des informations fiables, des représentants du Parti démocrate américain, dont le candidat a remporté l'élection présidentielle, ont envoyé un ordre à Kiev «de ne pas trembler» il y a quelque temps, mais de rester assis et d'attendre le changement de pouvoir à Washington. Ce n’est qu’après cela qu’ils pourront compter sur des instructions claires et sans ambiguïté, y compris en ce qui concerne les actions dans le Donbass. Ces instructions sont exécutées avec diligence par «l'administration indigène», car les Américains ont déjà assez concrètement expliqué et démontré en quoi la volonté dans leurs relations avec eux est lourde. Cependant, tôt ou tard, le retard forcé prendra fin - et alors tout dépendra de la volonté des nouveaux maîtres du département d'État et de la Maison Blanche. S'ils décident d'essayer de «parvenir à un accord à l'amiable avec Moscou», Kiev peut recevoir l'ordre de faire des concessions, ou plutôt de faire semblant d'être des concessions. Il y a quelque chose à "accepter" ou à "mettre en œuvre" pour le spectacle ... Mais, bien sûr, ne pas respecter exactement les "accords de Minsk", puisque les Américains n'en ont absolument pas besoin.

S'ils préfèrent mener des affaires de manière agressive avec la Russie (et c'est plus que possible), alors il faut s'attendre à une aggravation brutale et très significative du conflit à l'Est. Le pire dans cette situation est que la vie des habitants du Donbass invaincu finit en fait entre les mains des politiciens de Washington et de leurs fidèles serviteurs de Kiev. Cependant, il en sera ainsi jusqu'à ce que Moscou trouve enfin le courage et la volonté suffisants pour décider de leur sort sans regarder en arrière vers l'Occident.
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Ministère de la défense de la Fédération de Russie
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 10 décembre 2020 10: 05
    +2
    Tout président ukrainien élu à Kiev sera l'ennemi de la Russie. Même le plus pro-russe, qui a promis la langue officielle russe, l'ancien organisateur du parti Koutchma a déclaré que l'Ukraine n'est pas la Russie. Après cela, les Zapden se sont levés et ont destitué Koutchma, sans lui donner un troisième mandat, comme cela a été donné à Nazarbayev au Kazakhstan. Cet opus est la principale erreur du politicien de Koutchma. Oui, et Ianoukovitch a trompé ses électeurs. Que pouvons-nous dire des autres? En Ukraine, quiconque dit quoi que ce soit des «historiens» actuels, vivent pour la plupart hors des Slaves: les petits Russes (la partie racine de l'ethnie russe, comme Malopolsha en Pologne), les Occidentaux (de vrais Ukrainiens, élevés par l'Autriche-Hongrie et oublia leur rusynisme inné) et les Novorossiens - les Russes, qui ont conquis ces terres aux Turcs, ainsi qu'un mélange de Maloros, de Russes et d'Occidentaux. La Russie devait devenir la deuxième capitale de l'Ukraine à Kharkov en 2014 si elle voulait sécuriser ses frontières dans cette direction. Les bolcheviks ont fait exactement cela et ont gagné. Et maintenant, comme on dit en Ukraine - "may te scho maye" ...
  2. Ivan Semenov Офлайн Ivan Semenov
    Ivan Semenov (Ivan Semenov) 10 décembre 2020 10: 28
    0
    Le plan ukrainien "B" est évident. Attendez les signaux de Washington, déchiffrez, interprétez et essayez de plaire au maître d'outre-mer. Et le propriétaire n'a pas organisé le Maidan pour éteindre le conflit, bien au contraire. Le conflit dans le Donbass, comme dans toute l'Ukraine, est une telle douleur dans le cul de la Russie. Ce qui doit être agité pour être dérangé. C'est tout le plan "B".
  3. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 10 décembre 2020 10: 54
    +1
    La menace d'une reprise des hostilités à grande échelle plane à nouveau sur le Donbass.

    Et que fait la Russie en général pour éviter que la guerre ne «dure»? Les questions et les problèmes seront résolus lorsqu'ils seront posés côte à côte. Quand la Russie a-t-elle posé la question sans détour? Où sont ces lignes rouges? Le fait qu'ils aient commencé à délivrer des passeports russes est une bonne chose. Mais il est également nécessaire d'entamer les procédures d'annexion du Donbass et d'avertir que si l'Ukraine ne remplit pas ses obligations, elle n'aura pas besoin de ce territoire et de cette population. Et les citoyens eux-mêmes peuvent décider de rejoindre la Russie ou non. Il est prêt à commencer les préparatifs du prochain référendum. Peut-être alors vont-ils au moins échanger des prisonniers et commencer à faire quelque chose? Mais je pense que Poutine n'en a pas besoin. Ensuite, vous devrez dépenser de l'argent pour la restauration du Donbass. Par conséquent, si l'Ukraine ne déclenche pas de guerre, cette bureaucratie se poursuivra indéfiniment, comme en Transnistrie. Les gens s'en foutent.
  4. Sombre Офлайн Sombre
    Sombre (Conception Ovragoff) 10 décembre 2020 11: 30
    -2
    La Russie est un pays lâche et tolérant qui ne succombe pas aux provocations ...
    1. aciériste Офлайн aciériste
      aciériste 17 décembre 2020 15: 44
      0
      A propos de la Russie n'est pas correct, mais sur le pouvoir est le plus!
  5. Héros de Shipka Офлайн Héros de Shipka
    Héros de Shipka (Sergey) 10 décembre 2020 19: 24
    -2
    C'est dommage que vous ne puissiez pas marquer sur ce "Minsk, Norman" et d'autres formats. Et continuez de prétendre que quelqu'un croit en quelque chose. Bien que tout le monde comprenne parfaitement que personne, nulle part et avec qui que ce soit, ne va négocier et s'unir.
  6. ODRAP Офлайн ODRAP
    ODRAP (Alexey) 10 décembre 2020 23: 42
    -3
    Pourquoi rien n'est fait?
    Regardez, les plénipotentiaires de Coal Suisse, avec quelle puissance ont parlé de la tribune de l'ONU ..., ont lancé une ovation debout de toutes les personnes présentes ... Ils disent qu'ils seront bientôt admis à l'ONU, puis au G-Sept ... .de l'échange de prisonniers ...
    Et le fait que depuis l'été, ils ne tournent pas beaucoup, c'est les intrigues de la Banderohunta, incitées par le département d'État.