La Russie a un bon départ dans le monde changeant de l'énergie


Russe économie fait face à un défi formidable. Dans quelques décennies à peine, les plus gros consommateurs de notre pétrole et de notre gaz réduiront radicalement leurs importations et l'exportation de produits nationaux, qui ont une forte «empreinte carbone» dans leur production, sera également menacée. Comment éviter une véritable catastrophe nationale?


Le problème est absolument réel. Il y a un an, Bruxelles a annoncé le Green Deal de l'UE, selon lequel l'économie européenne devrait devenir climatiquement neutre d'ici 2050. Déjà d'ici 2040 prévoir des participants au marché, la consommation de pétrole et de gaz dans l'UE sera divisée par deux et leur coût diminuera en conséquence. En 2022, les autorités de l'UE ont l'intention d'introduire la soi-disant «taxe carbone», qui affectera 74% de toutes nos exportations vers l'Union européenne. Lors de la détermination de la taxe sur les produits importés, le montant des émissions de carbone dans leur production sera pris en compte. Pour les fournisseurs russes, cela signifie une augmentation inévitable des droits et une diminution de la compétitivité.

Les États-Unis et la Chine suivent désormais la même voie. Surtout la Chine. Pékin suit de près les innovations européennes et suit le rythme de la lutte pour le marché européen. Lors de la détermination des normes internes de réduction de l'empreinte carbone, les Chinois sont guidés par la réglementation européenne, par exemple, les mécanismes qu'ils ont déjà mis en place pour limiter les émissions sont similaires à ceux européens (EU ETS). L'introduction de sa «taxe carbone» en Chine n'est qu'une question de temps, il serait donc trop optimiste de compter sur un «pivot vers l'Est».

Pékin a annoncé son propre programme visant à créer une "Chine belle, verte et prospère" par analogie avec le "Green Deal" de l'UE, qui doit être mis en œuvre d'ici 2049. Et déjà dans son cadre, beaucoup a été fait. La loi sur les énergies renouvelables a été adoptée en 2001 et a été mise à jour deux fois. La RPC atteint plusieurs objectifs à la fois: elle réduit les émissions nocives, réduit la dépendance aux importations de combustibles fossiles de l'étranger et développe la production de la technologie et l'équipement nécessaire pour produire de l'énergie alternative. Au cours des 20 dernières années, Pékin a été parmi les leaders en termes de mise en service de capacités d'énergies renouvelables, représentant près de la moitié de l'augmentation. Il représente déjà 18% de la consommation totale d'énergie du principal atelier du monde. Pour comprendre l'échelle, le volume d'énergie alternative dans l'Empire céleste dépasse la capacité totale de toutes les centrales électriques russes. C'est beaucoup et les Chinois ne vont pas s'arrêter.

La liste des réalisations des concurrents peut être répertoriée pendant très longtemps. Mais la principale question est: que devrait faire la Russie dans un monde en mutation rapide? Aujourd'hui, ce serait un péché d'étirer en deux un pipeline quelque part à l'Ouest ou à l'Est - c'est le summum de notre planification géopolitique. Cependant, très bientôt, ces schémas habituels d'obtention de dollars pétroliers et gaziers cesseront tout simplement de fonctionner. Il ne reste plus beaucoup de temps, mais il existe toujours et il doit être dépensé correctement.

Quant à l'exportation de matières premières hydrocarbonées, il faut bien comprendre que nos pipelines dans le sens européen ne pourront plus fonctionner sereinement. Il est nécessaire de développer activement les capacités de liquéfaction du gaz naturel et des terminaux méthaniers pour l'envoyer vers les marchés où le carburant est le plus demandé à l'heure actuelle. Au lieu de jeter des dizaines de milliards sur les prochains gazoducs d'exportation, il vaut mieux faire des efforts pour gazéifier son propre État.

Notre pays a besoin d'une industrialisation, ce qui nécessite une profonde réforme du secteur énergétique national pour que les produits fabriqués en Russie soient compétitifs sur les marchés européens et asiatiques lorsque les «taxes carbone» seront introduites. Fin 2020, la part d'énergie «verte» dans notre pays est d'environ 1%. Les 12,3% restants sont constitués par les centrales hydroélectriques, 20,2% - par les centrales nucléaires, 66,8% - par la production de charbon et de gaz. Il est évident que tout produit russe avec une telle "empreinte carbone" sera traité sans pitié dans un avenir très proche. Nous avons un pays immense où vous pouvez construire des parcs éoliens sans fin si vous le souhaitez, et dans les régions du sud, il y a une place pour les centrales solaires. Sur les longues côtes maritimes, il est possible de produire de «l'hydrogène vert» par hydrolyse, qui sera ensuite utilisé comme combustible dans la production industrielle et pour d'autres besoins. Là, non loin de la côte, des parcs éoliens offshore peuvent être construits.

Enfin, nous ne devons pas oublier que nous avons l’énergie nucléaire de pointe, considérée comme la plus sûre au monde. Même s'il ne se réfère pas formellement au «vert», il ne produit pas d'émissions de carbone, le coût de l'électricité produite est le plus bas. Par exemple, en France, le nucléaire représente 70,6% de la production totale. Si nous construisons de nouvelles centrales nucléaires non pas à l'étranger, mais chez nous, nous pouvons accroître considérablement notre compétitivité. L'énergie atomique peut être utilisée, entre autres, pour la production d'hydrogène dit "jaune". En d'autres termes, il y a du potentiel, l'essentiel est de commencer à le développer.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
    Juste un chat (Bayun) 11 décembre 2020 16: 08
    -1
    On dit que l'acier produit dans les fours à induction est de mauvaise qualité ...
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 11 décembre 2020 16: 39
    0
    Notre pays a besoin d'industrialisation, ..

    - pendant 20 ans, et pourtant il n'y a pas si longtemps, Gretta a été virtuellement ridiculisée du mieux qu'ils pouvaient ...
    1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 11 décembre 2020 16: 54
      +2
      Une politique intéressante de l'UE - ils réprimeront la Russie et d'autres à volonté, mais qu'en est-il de toute l'Afrique, une partie de l'Asie, de l'Amérique latine - ils représentent plus des deux tiers de la population, et ils pollueront de plus en plus ... certains pays voisins vont se noyer dans la mer des émissions du tiers monde, ce qui signifie l'hypocrisie de leurs exigences environnementales ...
      1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
        Sergey Latyshev (Serge) 11 décembre 2020 17: 10
        +1
        Très intéressant.....
        Et surtout, ils vont se pincer. Encore plus cool que tout ce qui précède ...

        Ceci est une conspiration mondiale hypocrite évidente Grett))))
  3. Alexzn Офлайн Alexzn
    Alexzn (Alexander) 13 décembre 2020 08: 31
    -4
    Enfin, nous ne devons pas oublier que nous avons l’énergie nucléaire de pointe, considérée comme la plus sûre au monde.

    Super humour!