Que faire pour les soldats de la paix russes à la reprise de la guerre au Karabakh


Malgré la fin officielle de la guerre, ils tirent et tuent à nouveau au Haut-Karabakh. Les soldats de la paix russes ont dû se tenir entre les Azerbaïdjanais et les Arméniens, qui ne réussiront certainement pas un voyage d'affaires tranquille. Doit-il y avoir la paix sur le territoire de cette république non reconnue, ou un accord de cessez-le-feu n'est-il qu'un calme temporaire avant une nouvelle guerre?


En regardant la carte de délimitation des forces opposées au Karabakh, on aimerait citer le maréchal français Ferdinand Foch concernant les conditions de la paix de Versailles, qui a mis fin à la Première Guerre mondiale:

Ce n'est pas la paix, c'est une trêve depuis 20 ans!

Et ce n'est pas un fait que la reprise des hostilités devra attendre deux décennies. L'accord de cessez-le-feu du 9 novembre 2020 contient une contradiction fondamentale, qui va certainement «tirer». Les territoires qui faisaient partie de la NKAO à l'époque soviétique devaient "en quelque sorte" rester avec les Arméniens. Cependant, l'offensive des troupes azerbaïdjanaises a été stoppée pendant la période de leur succès maximal; par conséquent, au moment de son arrêt le 10 novembre, des parties des régions de Hadrut, Martuni et Mardakert, qui appartenaient auparavant à la République autonome du Haut-Karabakh, sont restées à Bakou. Et les militaires azerbaïdjanais n'iront nulle part, au contraire, ils ont commencé à «couper» activement les enclaves arméniennes en leur faveur. En tant que vainqueurs, ils ont commencé à nettoyer ce qui restait à l'arrière du village et les positions de l'armée du Karabakh, qui ne sont allées nulle part, malgré la capitulation d'Erevan, et ont opposé une résistance armée. Le sang a coulé des deux côtés et les soldats de la paix russes ont dû intervenir.

Heureusement, ils n'ont pas eu à utiliser d'armes, mais pendant combien de temps? Conformément aux accords trilatéraux, Bakou ne devrait pas sembler être contraint de nettoyer ce territoire par la force, mais du point de vue du droit international, il s’agit d’une terre azerbaïdjanaise. Par conséquent, à proprement parler, les actions du président Aliyev ne sont limitées que par sa bonne volonté. Et la brigade de soldats de la paix russes, qui n'est là qu'avec le consentement officiel de Bakou et ne peut être fournie qu'avec la permission des pays environnants. La position, franchement, n'est pas la meilleure. Le plus intéressant est que, aux yeux de la partie arménienne, les soldats de la paix de la Russie ont déjà réussi à se rendre coupables d'être «en retard» sur la ligne de désengagement, ce que le Premier ministre Nikol Pashinyan a commenté très malheureusement:

Quelle est la raison du retard - le fait que les soldats de la paix n'étaient pas là au moment de l'attaque? Il s’agit d’une discussion séparée, d’une analyse approfondie, mais pour le moment, le plus important est que les soldats de la paix sont entrés dans la zone avec des forces assez importantes, ce qui devrait exclure l’avancée des troupes azerbaïdjanaises.

Notre armée est dans une position très difficile et ambiguë. D'une part, ils doivent assurer le maintien du statu quo, mais leur présence au Haut-Karabakh ne dépend pas d'accords internationaux à travers l'ONU, mais de Bakou lui-même. Le président Aliyev peut leur demander de partir après cinq ans. D'un autre côté, avec l'aide d'une brigade, ils ne peuvent pas assurer un contrôle réel sur les régions montagneuses reculées, ni arrêter l'avancée de l'armée azerbaïdjanaise si elle décide de prendre les territoires restants aux Arméniens. Jusqu'à présent, Bakou joue l'amitié avec Moscou, mais que se passe-t-il si «l'ami Recep» demande à son partenaire junior de lancer une nouvelle offensive au Haut-Karabakh et que l'armée azerbaïdjanaise cesse d'être polie avec la nôtre?

Il faut être des gens très naïfs pour ne pas se rendre compte que de tels plans sont manifestement élaborés et élaborés. Jusqu'à présent, le moment n'est pas venu pour eux, mais il y a eu aussi un répit entre la Première et la Seconde Guerre mondiale. Et qu'arrivera-t-il à nos soldats de la paix au Karabakh si les Azerbaïdjanais et les Turcs cessent d'être en forme d'amande avec eux et se retrouvent là entre un rocher et un endroit dur? En fait, ils sont les otages des ambitions de politique étrangère du président Erdogan. Si la Russie n'est pas en mesure de garder et de fournir un important contingent militaire là-bas sur une base permanente, et est déjà à blâmer devant les Arméniens, alors peut-être vaut-il la peine de minimiser le format de notre mission de maintien de la paix, en se limitant aux observateurs?
  • Auteur:
  • Photos utilisées: Ministère de la défense de la Fédération de Russie
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
    Juste un chat (Bayun) 15 décembre 2020 15: 49
    +3
    La Russie sera toujours «à blâmer» devant les «États» qu'elle a elle-même rassemblés. Mais au fur et à mesure qu'ils se rassembleront, ils le reprendront. Les Arméniens n'aimaient pas les Perses, ils n'aiment pas les Turcs, ils n'aimaient pas non plus la Russie, et bientôt ils se lasseront des États-Unis. Avec qui aiment-ils? Ou devriez-vous chercher le problème dans le miroir?!
  2. amateur Офлайн amateur
    amateur (Victor) 15 décembre 2020 17: 01
    +3
    Et qu'arrivera-t-il à nos soldats de la paix au Karabakh si les Azerbaïdjanais et les Turcs cessent d'être en forme d'amande avec eux et se retrouvent là entre un rocher et un endroit dur?

    Je me demande qui dans ce cas devra mâcher la cravate? Erdogan, Aliyev ou Marzhetsky?
    1. Marzhetsky Офлайн Marzhetsky
      Marzhetsky (Sergey) 16 décembre 2020 11: 37
      0
      Citation: profane
      Je me demande qui dans ce cas devra mâcher la cravate? Erdogan, Aliyev ou Marzhetsky?

      Vers quoi m'as-tu traîné? Je n'ai pas envoyé le soldat là-bas.
  3. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
    Petr Vladimirovich (Peter) 15 décembre 2020 19: 13
    0
    Quoi qu'il en soit, les 200 s'envoleront pour la Fédération de Russie, et tous deux seront mécontents ... 100 millions seulement aux points de contrôle, ou peut-être vaut-il mieux construire un hôpital avec cet argent pour qu'il y ait des toilettes dans chaque salle, et, au contraire, il n'y a pas de cafards ... .?
  4. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 15 décembre 2020 20: 34
    +1
    Pashinyan doit être supprimé par tous les moyens! Sinon, il n'y aura pas de paix. Les USA ne le permettront pas!
  5. ODRAP Офлайн ODRAP
    ODRAP (Alexey) 15 décembre 2020 23: 17
    -6
    Moins d'un mois plus tard. Le maintien de la paix a échoué.
    L'auteur a raison de prononcer enfin le mot interdit «otages». Aucun autre, ces deux mille ne le sont pas.
    Entièrement entouré, dans une zone inconnue. L'approvisionnement est en question (l'armée de Paulus n'était pas dans la meilleure position, pour ainsi dire).
    Ils se tiennent entre deux forces, dont l'une les considère comme des traîtres, et l'autre, pour le moins dire, «ne respecte pas».
    Qui a dit cinq ans? Une feuille de papier? Ils vont l'essuyer.
    Ils ne pourront pas retenir les hostilités, on leur demandera de partir.
    Mais ils ne pourront pas, puisque l'autorité est nulle ...
    1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
      Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 24 décembre 2020 14: 45
      +1
      Inutile de crier, - Tout est perdu ... Personne ne touchera les soldats de la paix russes, et ils n'ont rien pour entrer dans les affrontements. Leur tâche est d'enregistrer les violations, comme il se doit pour les soldats de la paix, et de s'asseoir par endroits sous le drapeau de la Fédération de Russie ... Bien sûr, les deux gémissements provoqueront, mais ils ne succomberont pas aux provocations et resteront neutres, enregistrant les événements, puis les politiciens décideront ...