Guerre sans autorisation: les changements au sein de l'OTAN constituent une menace directe pour la Fédération de Russie


Il n'y a pas si longtemps, le rapport «OTAN-2030», préparé par ordre du secrétaire général de ce bloc militaro-politique, est devenu public. Pour nous, ce document est intéressant, tout d'abord, car c'est lui, très probablement, qui deviendra la base de la stratégie actualisée de l'Alliance de l'Atlantique Nord, qui remplacera l'actuelle, adoptée dans le lointain et très différent de l'époque actuelle de 2010.


Il ne fait aucun doute que les suggestions et recommandations formulées dans ce travail véritablement fondamental ne seront pas nécessairement mises en œuvre. Cependant, il vaut certainement la peine de les analyser et, sur cette base, d'essayer de prédire les lignes de comportement possibles de notre adversaire potentiel.

"Fading" Russie, qui "cauchemars" tout le monde


Le point de départ de la création d'une revue analytique très volumineuse (près de 70 pages), contenant en outre près d'un cent et demi de recommandations, a été le sommet des dirigeants de l'OTAN en 2019, qui s'est tenu à Londres. C'est alors que les fameuses paroles du président français Emmanuel Macron sur la "mort cérébrale" de l'Alliance ont été entendues, et les camarades d'armes, profondément offensés par le diagnostic posé par Paris, ont donné un ordre à Jens Stoltenberg: si vous êtes secrétaire général, s'il vous plaît, préparez un concept intelligent et scientifiquement fondé de réformer le bloc. Pour que tout le monde n'appelle pas de noms ... Le chef de l'OTAN a abordé la question avec tout le sérieux et a attiré vers lui ceux qu'il considérait comme les meilleurs esprits de notre temps.

La main dans la création du rapport, en particulier, a été mise par l'ancien chef du ministère allemand de l'Intérieur Thomas de Mezieres, Aaron Mitchell - Secrétaire d'État adjoint aux Affaires européennes et eurasiennes (bien que ce soit aussi un ancien). Contribué, comme indiqué, également des scientifiques, des militaires, politique, "Principaux représentants des entreprises". Humanitaires, technocrates, bureaucrates de 30 pays de l'Alliance de l'Atlantique Nord - ils ont tous travaillé sur le rapport pendant 8 mois. Aujourd'hui, ce travail historique est enfin achevé et soumis au jugement de Stoltenberg lui-même et d'autres dirigeants de l'Alliance. Le débat sur cette question promet de ne pas être trop long - dans un premier temps, un nouveau sommet au plus haut niveau, au cours duquel devrait avoir lieu l'adoption d'un nouveau concept stratégique de l'OTAN, était prévu pour l'été-automne de l'année prochaine. Cependant, à la lumière de l'élection du président américain Joe Biden, signalant de toutes ses forces la volonté de «restaurer l'unité transatlantique», les dirigeants des pays de l'Alliance ont décidé de forger le fer à chaud et de se réunir au printemps. Et puis dire - si vous en croyez les auteurs du rapport, la situation est urgente.

Quelle est, à leur avis, la principale menace à la paix et à la stabilité dans le monde aujourd'hui? Le vieux bogey complètement épuisé du "terrorisme international" a été oublié et jeté à la poubelle comme étant totalement inutile. Aujourd'hui, l'OTAN est confrontée à une «menace militaire et idéologique» posée par «des États autoritaires dont les programmes de politique étrangère révisionniste les forcent à essayer agressivement d'étendre leur propre influence et leur pouvoir». De qui parlent ces gars intelligents? Oui, à propos de nous, bien sûr. Et, bien sûr, sur la Chine. Dans le même temps, les analystes de l'Alliance nord-atlantique voient la Russie comme un pays qui "dépérit clairement économiquement et démographiquement", mais qui en même temps "montre constamment un désir d'agression territoriale". Selon les auteurs du rapport, les tentatives précédentes de construire une sorte de «relation stratégique de parité» avec Moscou étaient une perte de temps. Pouvez-vous construire avec ces Russes ?!

De plus, comme d'habitude, le document contient une liste de revendications spécifiques contre notre pays: imaginez, il a l'audace de «renforcer la puissance militaire dans les régions de la mer Noire et de la mer Baltique» (est-ce normal que ce soit réellement notre territoire?), Et même « mène des opérations militaires près des frontières de l'Alliance "- ici à titre d'exemple ... les exercices" Kavkaz-2020 "sont cités. Sans commentaire. De plus, les Russes "se montrent prêts à utiliser des armes chimiques sur le territoire de l'OTAN" - il s'agit, si personne ne l'a deviné, de Salisbury et des Skripals. Et aussi «mener des agressions sous des formes non traditionnelles». Non, non, pas du tout ce que vous pensiez! Je veux dire "attaques de pirates informatiques, ingérence dans les élections, soutien à l'extrémisme et au séparatisme en Europe". En un mot, un ensemble d'accusations russophobes les plus absurdes et les plus farfelues. Dans ce contexte, la mention «d'attaques contre l'Ukraine et la Géorgie» semble être un manque total de créativité.

Monde? Uniquement aux conditions de l'OTAN


Fait intéressant, dans ce rapport, la Chine est mentionnée dans un contexte légèrement différent, même si elle est mentionnée un peu moins souvent que la Russie (90 fois contre 100). L'Empire céleste apparaît à l'Alliance nord-atlantique non pas comme militaire (malgré "l'expansion de la présence militaire dans le monde et le développement d'armes à portée mondiale" indiqué dans le texte), mais comme un rival économique et idéologique. La raison est simple: l'Occident d'aujourd'hui ne peut tout simplement pas exister sans la Chine en tant que partenaire commercial et centre de production et de technologie le plus important au monde. Le même Jens Stoltenberg est forcé d'admettre que Pékin "n'est pas un ennemi de l'OTAN".

Cependant, il précise aussitôt: la volonté de ce pays de faire preuve de leadership dans certains domaines et ses efforts pour «se transformer en un monde de premier plan technologique superpuissance "sont, bien sûr, un" défi à l'avantage technologique et à la sécurité "de l'Alliance nord-atlantique et de tout" l'Occident collectif ". Maintenant, si la Chine, comme elle l'a fait autrefois, «connaissait sa place» et se contentait du rôle d'un «atelier mondial», fournissant aux «pays civilisés» une main-d'œuvre bon marché et des conditions sans entraves pour faire des affaires, peut-être même "être amis". Et s'il avait renoncé à «l'idéologie communiste totalitaire», il aurait accepté les «bons» indigènes, éclipsés par le rayonnement des «valeurs démocratiques». Mais puisque Pékin refuse obstinément de «prendre le bon chemin», alors il devrait être «contenu» et «opposé à sa politique expansionniste». Incidemment, des espoirs de «coexistence pacifique» sont également exprimés à propos de la Russie. Cependant, du point de vue de l'OTAN, cela n'est possible que si Moscou «change radicalement de comportement». Le refus de soutenir les républiques du Donbass et le transfert de la Crimée à l'Ukraine sont cités comme des marqueurs concrets de ces changements.

Il s’agit, en substance, d’une reddition totale et inconditionnelle, pas même à l’OTAN elle-même, mais à l’une de ses marionnettes les plus viles. Et il ne fait aucun doute que si ces conditions humiliantes sont remplies, rien ne s'arrêtera là. Le lendemain, les atlantistes du Nord ordonneront aux soldats de la paix russes de quitter la Transnistrie, le Haut-Karabakh, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud. Et sur les frontières ukrainienne et géorgienne à ce moment sera déjà debout, le réchauffement des moteurs, des colonnes de réservoirs, destinés à «restaurer l'intégrité territoriale». Soit dit en passant, en ce qui concerne Tbilissi et Kiev, les perspectives pour eux sont très prometteuses dans le document dont nous discutons. Les portes de l'OTAN s'ouvrent de plus en plus pour eux - en fait, la question de l'adhésion à l'Alliance de l'Ukraine et de la Géorgie n'est même plus discutée. Le sujet de la "discussion au plus haut niveau", comme ils le pensent, ne peut être qu'un calendrier et une procédure spécifiques pour l'admission de ces nouveaux membres "inestimables". Cela doit être fait, comme le soulignent les auteurs du rapport, malgré «la pression grossière que le Kremlin exerce sur les côtés ukrainien et géorgien, bloquant délibérément leur chemin vers l'Alliance».

En principe, ce passage à lui seul suffit à s'immerger pleinement dans les intentions de ceux qui posent aujourd'hui la pierre angulaire de la stratégie de l'OTAN pour la prochaine décennie, au moins. Il n'est même pas question de tentatives de dialogue, de recherche d'un consensus ou d'un compromis mutuellement acceptable pour la Russie et l'Alliance. Ils ont l'intention de «contenir adéquatement notre pays en utilisant tout l'arsenal des armes classiques et nucléaires,« pour résister à son agression de toutes les manières possibles », renforçant ainsi la puissance de frappe de l'Alliance à nos frontières occidentales. Il est proposé que les sanctions «non seulement soient prolongées, mais renforcées conformément au comportement de Moscou» - c'est-à-dire à l'infini ...

Malheureusement, il ne s’agit pas uniquement de sanctions. Pour ceux qui doutent encore des véritables intentions des dirigeants militaires de l'Alliance, je donnerai juste un exemple spécifique et très éloquent: comme on l'a appris récemment à la suite de l'annonce officielle des chemins de fer lituaniens, l'autoroute Rail Baltica actuellement en construction est principalement construite pour assurer le transfert des équipements militaires. OTAN à l'Est. Permettez-moi de vous rappeler qu'une "ligne" ferroviaire de 950 kilomètres reliera l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie à travers la Pologne à l'Europe occidentale. Ainsi - les sites destinés au chargement et au déchargement du matériel militaire lourd, dont chacun pourra accepter au moins 3 trains avec 300 unités d'équipement chacun, seront situés dans les districts de Kazlu Ruda, terminal de Kaunas à Palemonas, Jonava et Panevezhes. Entre eux, il est prévu de créer tout un réseau d'autoroutes - pour offrir aux troupes une maniabilité encore plus grande. Aujourd'hui, les combattants de l'Alliance sont contraints de décharger des trains à la frontière polonaise - au terminal de Sestokai. La création d'une toute nouvelle infrastructure facilitera certainement leur tâche. Je pense que cela ne vaut pas la peine d’expliquer - lequel?

Une autre innovation très inquiétante proposée dans le rapport est l'idée de créer deux mécanismes entièrement nouveaux au sein de l'Alliance. Premièrement, nous parlons d'un certain organe qui permettra de prendre des décisions importantes sans longs délais - littéralement dans les 24 heures. Pourquoi est-ce vraiment nécessaire? Ce n'est un secret pour personne que beaucoup de contradictions et de conflits se sont accumulés au sein du bloc, qui ont pour effet de bloquer par certains de ses membres les initiatives des autres. La même Turquie a pratiquement «gâté le sang» de ses propres alliés, défendant ses intérêts et opposant son veto aux projets de «protéger la Pologne et les États baltes de l'agression russe», ou autre chose. Désormais, ils prévoient d'élever le «seuil» d'une telle opposition au maximum, en transférant les pouvoirs de résolution des problèmes les plus graves et les plus urgents entre les mains des «hauts fonctionnaires» de l'OTAN et de ses pays membres. Mais ce n'est pas la chose la plus désagréable ...

La possibilité de "créer des coalitions temporaires au sein de l'Alliance" est sérieusement discutée, afin que "les pays alliés puissent mener des opérations urgentes sans attendre l'approbation universelle". Mais c'est déjà extrêmement dangereux pour nous! Permettez-moi de vous expliquer avec un autre exemple spécifique: disons, l'un des pays baltes a été témoin d'une "agression hybride" de la part de la Russie. Elle exige des «actions de représailles» immédiates et de nature militaire. La Pologne soutient l'idée avec enthousiasme. Les Etats-Unis ne sont pas du tout opposés ... Cependant, l'Allemagne et la France sont catégoriquement opposées à une telle aventure, ne voulant absolument pas d'une nouvelle guerre européenne. Dans les conditions actuelles, les incendiaires de la Baltique devront crier suffisamment pour se calmer. Mais que se passe-t-il si l'OTAN prend néanmoins la voie de la construction de «coalitions internes» avec des pouvoirs élargis? Dans ce scénario, provoquer un conflit armé à nos frontières occidentales sera plus facile que jamais.

Comme je l’ai déjà dit, ce n’est pas du tout un fait que les idées présentées dans le rapport seront pleinement mises en œuvre. L'OTAN n'a pas encore fait de choix définitif. Je voudrais espérer que cela ne se fera pas en faveur de la guerre.
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 17 décembre 2020 10: 15
    +2
    un défi à l'avantage technologique et à la sécurité "de l'Alliance nord-atlantique et de tout" l'Ouest collectif "

    Tard, manqué la Chine. Il apporte déjà le sol lunaire et les Américains ont fait la queue pour le recevoir. Alors technologiquement, l'Occident est déjà à la traîne et fume sur la plate-forme, regardant dans le sillage du train chinois sortant du progrès.
  2. Juste un chat Офлайн Juste un chat
    Juste un chat (Bayun) 17 décembre 2020 10: 40
    +1
    Bien sûr, l'Allemagne est contre ... ce n'est pas la Pologne qui paiera pour la présence des Américains sur son territoire.
  3. sgrabik Офлайн sgrabik
    sgrabik (Sergey) 17 décembre 2020 11: 59
    +5
    Des pays européens de premier plan comme l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Autriche ne sont pas du tout ravis de toutes ces initiatives folles de l'OTAN, proposées avant tout par les Américains, bien sûr, car ce sont les États-Unis qui jouent le premier rôle au sein de l'OTAN, mais les petits métis complètement dépendants, n'ayant pas de positions et d'opinions propres, ils sont très intéressés à gonfler encore plus la tension entre l'OTAN et la Russie, car c'est dans ce cas, en raison de leur situation géographique, qu'ils essaient d'en tirer au moins un avantage financier et au moins d'augmenter leur signification tendant à zéro en réalité !!!
  4. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 17 décembre 2020 12: 57
    +3
    "Créer des coalitions temporaires au sein de l'Alliance"

    Cela semble être le principal objectif du rapport.
  5. Shadow041 Офлайн Shadow041
    Shadow041 19 décembre 2020 05: 29
    +2
    S'ils veulent se battre, alors nous nous battrons, mais cela ne leur plaira guère. Ce n'est pas maintenant 1941 et les Yankees ne s'en tireront pas avec le Pearl Harbar brûlé.
  6. Jacques Sekavar Офлайн Jacques Sekavar
    Jacques Sekavar (Jacques Sékavar) 25 décembre 2020 14: 13
    +2
    Élargir la portée de l'OTAN au-delà du tropique septentrional, c'est-à-dire en fait, pour le monde entier, n'est-ce pas une manifestation du désir d'agression dans l'exercice des fonctions de gendarmerie avec les États-Unis dans le monde?
    Les tentatives de construction de partenariats avec l'OTAN, et non avec la RPC (!!!), venaient de Moscou et concernaient la création d'un système de défense antimissile unifié ou sectoriel.
    La politique est un dérivé de l’économie, et la rupture des relations économiques avec la RPC est inacceptable pour l’OTAN-UE. Par conséquent, la RPC ne peut pas être qualifiée d'ennemi, ce qui n'entrave pas les efforts visant à discréditer le rôle dirigeant du Parti communiste et à changer le système social de la RPC, et cela est fondamentalement et pour longtemps.
    Le danger que les petits conflits frontaliers dégénèrent en une grande guerre dans l'utilisation éventuelle d'armes nucléaires tactiques - artillerie et autres armes nucléaires à faible rendement, car la mobilisation totale, le potentiel industriel et militaire de l'OTAN est plusieurs fois (!) Supérieur aux capacités non nucléaires de la Fédération de Russie pour repousser l'agression non nucléaire de l'OTAN, et si La Fédération de Russie l'appliquera - elle sera certainement reconnue comme le coupable quels que soient les arguments.