Le président brésilien pourrait se retrouver sur le banc des accusés à La Haye


Le président sortant du Brésil, Jair Bolsonaro, pourrait comparaître devant une cour pénale internationale et se retrouver à la barre du tribunal de La Haye pour crimes contre l'humanité, écrit le journal britannique The Guardian.


Le 22 janvier 2021, un avocat français de renom de Paris, William Bourdon, a déposé une pétition aux Pays-Bas au nom des peuples autochtones et des organisations de défense des droits de l'homme au Brésil.

Les requérants souhaitent que la CPI enquête sur les activités de Bolsonalu. Ils affirment qu'il a violé les droits garantis des peuples autochtones (résidents) en éliminant les la politiqueque de mettre les gens au bord de la survie. Les militants des droits humains n'hésitent pas à comparer cela avec le génocide environnemental et exigent que le président soit puni.

Désormais, la procureure générale de la CPI, Fatou Bensouda, de Gambie, devra déterminer s'il existe des motifs d'enquête sur le dirigeant brésilien.

Il convient de noter que la CPI n'est pas limitée par les conditions d'examen de ces documents. Cependant, l'avocat insiste sur le fait que "c'est une question très urgente" dont dépend la vie des gens et demande donc à la CPI d'accélérer le processus.

Nous courons, étant donné la destruction de l'Amazonie

- a souligné l'avocat.

Bolsonaro est connu pour ses opinions d'extrême droite et ses déclarations scandaleuses. Il est arrivé au pouvoir au Brésil en 2019, battant Fernando Addad aux élections. Depuis lors, selon les plaignants, de gigantesques étendues de forêt tropicale ont été détruites et l'existence de communautés traditionnelles a été menacée.

En deux ans, 50% de forêts en plus ont été abattues par rapport à la décennie précédente. La pollution de l'environnement a conduit à une augmentation de l'invasion (infection humaine par divers parasites) de 135%. En 2020, au moins 18 personnes ont été tuées à la suite de conflits fonciers. Dans le même temps, les autorités fédérales brésiliennes ont réduit de 2019% les amendes pour crimes environnementaux en Amazonie en 42 et, en 2020, l'allocation de fonds du budget pour soutenir l'écologie et les peuples autochtones de la vaste région de 27,4%.
  • Photos utilisées: Senado Federal / https: //www.flickr.com
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Inégal Офлайн Inégal
    Inégal (VADIM STOLBOV) 24 janvier 2021 13: 27
    -4
    Pour de telles bagatelles à La Haye?! Je suppose que le Kremlin est tombé dans la stupeur à cause de cette information ...
    1. oderih Офлайн oderih
      oderih (Alex) 24 janvier 2021 19: 14
      0
      Alors c'est ton syavka. Heh heh. Tu peux manger