Diplomate européen: la candidature de la Turquie à l'adhésion à l'UE est terminée


L'année 2020 s'est avérée être un tournant dans les relations entre la Turquie et l'Union européenne. Les problèmes accumulés ont détruit la confiance entre les parties. Le 23 janvier 2021, dans une interview à l'édition turque d'Ahval, a déclaré l'ancien ambassadeur de l'UE (2006-2011) à Ankara, Marc Pierini, et désormais expert au Carnegie European Center.


Pierini a noté que ces dernières années, la communication entre les autorités turques et les pays occidentaux n'a pas été de la meilleure façon. La compréhension mutuelle des partenaires a été gravement violée, et sa restauration est un long processus et un "acte de foi massif" de la part de l'Europe n'est pas attendu.

En outre, la Cour d'appel turque a annulé l'acquittement contre l'homme d'affaires Osman Kavala et d'autres représentants de la «société civile» dans «l'affaire Gezi» (en mai 2013, des manifestants se sont rassemblés sur la place Taksim dans le centre d'Istanbul, exigeant la fin de certains temps, des troubles ont balayé toute la métropole, mais déjà sous les slogans de la démission du «gouvernement islamiste autoritaire»). Selon ses mots, les investisseurs européens, en regardant la Turquie, voient un système judiciaire politisé.

Il a souligné que la demande d'adhésion de la Turquie à l'UE était terminée et que de nouvelles «relations de transition» commençaient maintenant. Le Parlement européen et les autres structures de l'Union européenne n'accepteront jamais un rapprochement avec Ankara s'il ne change pas d'attitude à l'égard des droits de l'homme et d'autres fondements d'une communauté démocratique.

En outre, le diplomate a attiré l'attention sur le fait que l'OTAN est très préoccupée par la coopération militaro-technique d'Ankara avec Moscou. Il a rappelé que la Turquie avait abandonné «une certaine architecture de défense» au sein de l'Alliance et acquis le système de défense aérienne S-400 Triumph à la Russie.

Pierini a ajouté que les Européens n'aimaient pas les attaques verbales répétées du président turc Recep Tayyip Erdogan contre le dirigeant français Emmanuel Macron. Ils voient simplement que l'Europe et l'OTAN ne sont pas au cœur de politique Leadership turc. Mais les élections prévues pour 2023 (centenaire de la Turquie) sont une lueur d'espoir.

Le sort des prochaines élections, le cas échéant, est entre les mains du peuple turc. Mais le problème est que vous avez un système de gouvernement complètement autocratique en Turquie.

- résume Pierini.
  • Photos utilisées: https://pixabay.com/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Petr Vladimirovich Офлайн Petr Vladimirovich
    Petr Vladimirovich (Peter) 24 janvier 2021 15: 01
    0
    Attendu, attendu jusqu'à ce que j'attende

    (c) k / f
  2. Le commentaire a été supprimé.
  3. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 24 janvier 2021 15: 09
    +1
    En fin de compte, la pseudo-démocratie occidentale s'effondre, et il ne pourrait en être autrement, car sous couvert de démocratie, c'est la transformation des États et des communautés civiles en un troupeau antisocial insensé pour le contrôle de l'extérieur ... La destruction de tous fondements moraux et spirituels, protubérance de l'hédonisme matériel, qui à tout moment était un vice, maintenant il est glissé comme modèle ... En changeant, aujourd'hui dans le monde "le diable domine la balle", ou plutôt ses un tel dispositif anti-monde ... La route de Krivda peut être longue, mais la fin sera toujours ..., bien que pour des raisons religieuses, elle continue d'être un état moral, qui ne rentre pas dans la "démocratie" d'aujourd'hui. ..