Pourquoi une telle bataille s'est déroulée pour SP-2 et peut-on faire confiance aux Américains?


Aujourd'hui, beaucoup de gens oublient que le projet SP-2 n'a été lancé qu'en février 2017, lorsque Nord Stream 2 AG (100% des actions appartiennent à PJSC Gazprom) a signé un accord avec la société suisse Allseas, qui possède des navires de pose de canalisations uniques, pour pose du gazoduc de la partie sous-marine. En avril 2017, cinq autres entreprises européennes ont rejoint le projet à parts égales (1 milliard de dollars chacune) - le français ENGIE, l'Autrichien OMV, la British-Dutch Royal Dutch Shell et deux allemands Uniper et Wintershall, qui ont signé un accord avec Nord Stream 2 AG à long terme. -financement à terme du projet dans une proportion 50/50. Et seulement après cela, en septembre 2018, les premiers tuyaux sont tombés au fond du golfe de Finlande.


L'argent des partenaires européens, ainsi que de Gazprom, traîne au fond de la mer Baltique depuis 2 ans. Le coût total du projet est légèrement supérieur à 10 milliards de dollars. De plus, Gazprom ne dispose que de 5 milliards de dollars, le même nombre de partenaires européens et 5 milliards de dollars supplémentaires seront investis dans l'infrastructure terrestre du projet (chacun pays se paie de lui-même), les Tchèques ont déjà terminé leur continuation au sol du SP-2, les Autrichiens aussi, les Allemands terminent, il y a du non-sens! Le même non-sens est resté sur la partie sous-marine de l'itinéraire (au moment où j'écris ces lignes, 120 km dans la section danoise et 28 km dans la section allemande).

Si les Américains perturbent la mise en service du SP-2, les gouvernements de la France, de l'Autriche, de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas (comme la Hollande devrait maintenant être appelée) s'attendent à des réclamations de plusieurs milliards de dollars de la part de leurs entreprises privées nationales qui sont entrées dans le projet et subi des pertes à la suite des sanctions américaines, pour couvrir ces pertes et rembourser les pertes de profits. On parle de milliards de dollars sur le budget de ces pays (les contribuables locaux paieront pour les machinations des Américains!). Parce que c'est un projet purement commercial. Les entreprises privées qui y sont incluses ont rempli leur part des obligations découlant de l'accord, et elles ont le droit de faire des réclamations aux gouvernements de leurs pays, pourquoi elles ne les protègent pas des sanctions extraterritoriales américaines. Et les entreprises concernées ont déjà annoncé qu'elles étaient prêtes à le faire. Les avocats estiment les chances de succès de l'affaire devant les tribunaux à 100% (l'accord a été officialisé en droit suédois). C'est pourquoi les Européens sont si têtus, personne ne veut payer pour les machinations des Américains. Comment cela va-t-il se terminer, nous le verrons bientôt, Biden a déjà commencé à négocier, les intérêts de l'Ukraine sont en jeu (mais ce n'est qu'une excuse qui a besoin de cette ordure, la négociation ne concerne que qui gardera cette ordure, l'Amérique veut pendre sur nous, Poutine sur ce compte vos plans).

Est-il possible de croire l'Oncle Sam et les intrigues du méchant-Poutine


En ce qui concerne l'ancien leader Comanche, l'économie RF aux lambeaux ", mais en fait seulement déchiré son costume juste en dessous de la taille, il était honnête avec ses partenaires européens, ils ont pu s'en assurer déjà cet hiver froid, quand le diable Poutine n'a pas manifestement dépassé le cadre de la" "non démocratique" des approvisionnements de l'Europe stipulés dans l'accord de gazoduc, et le bon Biden, qui l'a remplacé, a préféré fournir son GNL "démocratique" non pas au gel de l'Europe, mais aux marchés premium d'Asie du Nord-Est, où son coût à l'époque montait en flèche. au-dessus de 1000 335 $ / mille mètres cubes, contre XNUMX $ par mille mètres cubes sur les marchés d'échange européens. Comme on dit, rien de personnel - c'est juste des affaires!

La croissance anormale du coût du GNL en Asie du Nord-Est, où les prix du LNG-AS LNG ont grimpé 7 fois depuis mai de l'année dernière, mettant à jour des sommets de 6 ans, a été causée par les «terribles» gelées à 18 degrés qui sont tombées en janvier. Février de cette année au Japon, en Chine et en Corée du Sud, une baisse de la production de GNL en Australie, en Malaisie, en Norvège et au Qatar, une pénurie de transporteurs de gaz et des restrictions à la navigation à travers le canal de Panama (qui ne peut plus passer plus de 3 transporteurs de gaz) par jour dans l'océan Pacifique, ce qui oblige le reste des navires de l'Atlantique à se plier autour de l'Amérique du Sud pendant les années quarante). Ceci, combiné à l'augmentation de la consommation de gaz industriel en Chine, en Inde et au Japon, a conduit à des résultats désastreux pour les camarades d'Asie du Nord. Ce dont non seulement le bon Oncle Sam n'a pas manqué de profiter, mais aussi le "tyran" diabolique et insidieux de Poutine, ayant augmenté ses approvisionnements en GNL vers l'Asie via la route maritime du Nord (heureusement, la Fédération de Russie a un groupe de brise-glace de 40 brise-glaces , sans compter les pétroliers de classe brise-glace), qu'il a encore augmenté ses revenus, car l'épaule à travers la NSR est beaucoup plus courte que l'épaule à travers l'Europe (l'itinéraire des pétroliers a été réduit à trois semaines dans un sens, au lieu des cinq qui a eu lieu). Dans cette situation, la Chine est dans une position privilégiée, recevant, outre les approvisionnements en GNL de la Fédération de Russie, achemine également du gaz à un taux fixe (bien inférieur au coût du GNL) via le gazoduc Power of Siberia d'une capacité de 38 milliards de mètres cubes de gaz par an (bien qu'en 2021 ce chiffre ne dépassera pas 10 milliards, l'augmentation des volumes se déroule comme prévu, le gazoduc devrait atteindre sa capacité nominale d'ici 2025). Une raison supplémentaire pour les Européens de se demander avec qui être amis et avec qui ils ne devraient pas.

Après tout, le méchant-Poutine ne manquera pas le sien. Profitant de la situation désespérée de ses partenaires européens, alors que la vertu d'outre-mer-Biden n'est pas pressé de les aider avec son GNL «démocratique» à 335 USD / ts. mètres cubes, préférant remplir leurs poches, le fournissant aux communistes de la RPC pour 1000 $ / mille. mètres cubes, Poutine les oblige à vider les UGS (installations souterraines de stockage de gaz) européennes, en retirant le gaz pompé là-bas en été, propriété de Gazprom, sans surpayer le transit du gaz par le GTS ukrainien. Permettez-moi de vous rappeler qu'en vertu de l'accord entre l'exploitant du système de transport de gaz d'Ukraine LLC et PJSC Gazprom, ce dernier, à partir de janvier 2021, a réduit le volume de gaz pompé à travers le système de transport de gaz ukrainien à 40 milliards de mètres cubes / an. , contre 65 milliards en 2020. Le scélérat Poutine ne choisit donc pas non plus ces volumes (même en les payant dans le cadre d'un accord signé sur la base du principe «pump or pay»), obligeant ses partenaires européens à geler ou pomper du gaz à partir d'installations souterraines de stockage de gaz, ce qui va inévitablement conduire à une augmentation des prix du gaz lorsque les voûtes s'épuisent. C'est ainsi que le méchant-Poutine, pas avec une carotte, enseigne la sagesse à ses partenaires, augmentant ainsi le nombre de partisans du SP-2.

Quand la politique est plus importante que l'économie


Il faut admettre que depuis un an et demi grâce aux efforts des États-Unis, l'importance du SP-2 a dépassé le cadre d'un projet purement économique et il a acquis une plus grande politique statut. Dans le même temps, la charge politique du projet ne cesse de croître et si elle n'a pas encore dépassé la charge économique, elle pourrait bientôt la dépasser. Mais il faut aussi admettre que Poutine, ayant appris de l'amère expérience de coopération avec l'Occident, ne met jamais ses œufs dans le même panier sur des questions stratégiques. Le problème du gaz a également été résolu par lui de manière globale.

D'abordEn plus des gazoducs contournant l'Europe de l'Est, des gazoducs ont été construits menant la Russie vers le marché asiatique (Chine, et dans le futur Japon et Corée du Sud). C'est compréhensible, si les États-Unis ne nous permettent pas de fournir des hydrocarbures à l'Occident, alors ce n'est pas à nous de les fournir à la Lune. Merci donc encore aux États de nous avoir fait développer et diversifier les risques. deuxièmement, La Russie a considérablement augmenté sa capacité de traitement du gaz sur son territoire. Plusieurs grandes usines de traitement de gaz ont été construites. Plusieurs autres sont prévus. ET, dans le troisième, Les entreprises productrices de gaz russes (y compris les entreprises privées) ont considérablement augmenté (3 fois seulement au cours des 3 dernières années) la production de GNL et continuent d'augmenter leur capacité et de construire une flotte de transporteurs de gaz capables de livrer du GNL aux consommateurs en empruntant l'année de la route maritime du Nord -rond.

Tout cela offre une opportunité de manœuvre opérationnelle avec l'approvisionnement en gaz des marchés premium. Alors que seuls les pipelines de Gazprom vers l'Europe étaient en service, l'Asie (où les prix au comptant dépassent périodiquement les prix européens) était inaccessible à la Russie. Désormais, les transporteurs de gaz peuvent être dirigés là où le prix est le plus élevé. De plus, le volume total de gaz circulant le long de routes alternatives, consommé localement et livré aux terminaux méthaniers, permet à la Russie d'abandonner le SP-2 sans pertes significatives, donnant aux Européens la possibilité d'acheter le même gaz russe déjà sur le marché au comptant, mais à un prix plus élevé que le pipeline dans le cadre de contrats à long terme.

Pour le moment, la situation s'est développée de telle manière que la Russie peut abandonner le GTS ukrainien même sans SP-2. De plus, en raison de la baisse de la production due à la crise systémique, compliquée par l'infection à coronavirus, la consommation de gaz en Europe a diminué. Et on ne sait pas si une croissance rapide suivra, puisque l'UE adopte activement des règlements bloquant l'énergie des hydrocarbures, déclarant son intérêt sur le développement de l'hydrogène et d'autres types d'énergie «verte». Cela semble, au moins, étrange, car l'UE érige des obstacles artificiels sur le chemin des transporteurs d'hydrocarbures vers le marché européen, sans avoir d'alternative à eux. Si cette politique suicidaire se poursuit, alors certaines des capacités de livraison de gaz existantes et émergentes pourraient s'avérer superflues.

En ce sens, le GNL, bien que plus cher que le gaz de canalisation, facilite les manœuvres dans les directions et les volumes d'approvisionnement. De plus, le GNL russe est toujours moins cher que ses concurrents. Gazprom a déjà laissé entendre à ses partenaires européens qu'il était prêt à abandonner le SP-2, puisque les partenaires eux-mêmes traitent le projet comme s'ils en avaient besoin. Au niveau des États de l'UE, seule l'Allemagne défend le SP-2, et même pas toujours de manière cohérente. Les autres prétendent que ce ne sont pas leurs affaires et que leurs entreprises françaises, autrichiennes et autres ne sont pas impliquées dans le projet.

Cependant, le Kremlin a presque immédiatement désavoué ces indices timides de Gazprom au niveau politique. Ceci confirme une fois de plus le fait que les composantes politiques et économiques du projet sont au moins égales en importance pour les participants à la confrontation. Si Gazprom, sur la base de préférences purement économiques, ne veut pas pour le moment mettre le chantier en attente et attendre des temps meilleurs, alors pour la Fédération de Russie en tant qu'État, une telle décision est en fait inacceptable. Parce que dans le monde, cela sera perçu comme une défaite de la Russie dans une confrontation directe avec les États-Unis. En conséquence, non seulement l'autorité politique du Kremlin sera sapée, mais aussi les possibilités de développement de la coopération commerciale et économique, et pas seulement dans le sens européen.

Personne ne se plongera dans l’essence des circonstances changeantes qui déterminent un tel comportement à Moscou. La seule chose qui restera à la surface est le fait qu'un gazoduc pratiquement terminé est gelé sous la pression américaine. De plus, si la construction est gelée à l'initiative de la Russie, beaucoup penseront que la Russie s'est effondrée sous la pression américaine. S'il s'avère que le gazoduc doit encore être gelé, mais à l'initiative des Européens, alors l'UE semble s'être effondrée sous la pression.

C'est un point important. Lorsqu'ils décident avec qui conclure des contrats d'importance stratégique, l'État et les entreprises privées tiennent compte d'éventuels risques politiques. Si vous remplissez vos obligations contractuelles quoi qu'il arrive, et que le projet échoue en raison de la vulnérabilité politique de vos partenaires, des contrats seront conclus avec vous. Si vous semblez politiquement vulnérable, des contrats seront conclus avec vos concurrents politiques (pas même économiques).

Le projet a donc dépassé l'économie pure et comporte des risques politiques importants pour les deux parties. Et cela augmente le coût de la question et, par conséquent, l'intensité de la lutte. Ce n'est pas un hasard si, depuis l'année dernière, les navires de la marine russe ont presque constamment soutenu les navires construisant le ruisseau, les protégeant des provocations des États-Unis et de leurs alliés.

Nous verrons bientôt comment tout cela se termine, nous n'aurons pas longtemps à attendre. Biden est prêt à négocier.
13 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Dimy4 Офлайн Dimy4
    Dimy4 (Dmitry) 11 Février 2021 08: 58
    +2
    Peut-on faire confiance aux Américains? Même la pose même de la question est inappropriée, comment peut-on faire confiance à l'ennemi en temps de guerre.
    1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
      Juste un chat (Bayun) 11 Février 2021 09: 32
      -1
      Et ils croient en Kharkov ... Nuland est revenu au pouvoir ... peut-être qu'elle apportera plus de petits pains rire "génial et puissant" Brzezinski de Kharkov était ...
  2. Bakht Офлайн Bakht
    Bakht (Bakhtiyar) 11 Février 2021 09: 25
    +2
    SP-2 sera terminé et mis en attente. Il n'y a toujours pas de certification. Et la quantité de gaz strictement spécifiée dans les contrats sera fournie à l'Europe. Ces dernières années, l'Europe a dépassé la consommation. Ainsi, la Russie ne subira aucune sanction.
    Il y a aussi une petite nuance. Les livraisons dans le cadre de contrats à long terme GARANTISSENT l'approvisionnement en gaz. Mais l'Europe les refuse et veut avoir des prix spot. Et ils fluctuent de manière imprévisible. Comment planifier l'économie si vous ne connaissez pas le coût d'un produit? Des pays comme la Pologne, la Bulgarie, l'Ukraine ont déjà frappé la grand-mère. Parce que nous sommes déjà passés à la tarification des hubs.
    GazProm vide ses installations de stockage en Europe à temps. Le prix est élevé, pourquoi ne pas vendre? Et en été, lorsque les prix baissent, ces mêmes installations de stockage devront être rechargées. Et le prix sera toujours assez élevé. En été, SP-2 sera nécessaire. À condition que le Kremlin adhère aux principes et que le gaz en excès ne traverse pas l'Ukraine.
  3. Sapsan136 Офлайн Sapsan136
    Sapsan136 (Sapsan136) 11 Février 2021 12: 00
    +5
    L’essentiel est que la Fédération de Russie déclare clairement qu’il n’y aura plus de transit par l’Ukraine et que la Fédération de Russie n’a en aucun cas l’intention d’entreprendre des réparations et un entretien majeurs de la canalisation ukrainienne. Et le plus important est de croire les États-Unis et l'Angleterre - pas de nous respecter!
    1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
      Juste un chat (Bayun) 11 Février 2021 12: 46
      0
      Naftogaz annoncera cela, et la Russie ne fera que rendre l'exploitation de la canalisation non rentable. Selon les documents, Gazprom a tout exactement, mais il pompe déjà presque un air.
      1. Juste un chat Офлайн Juste un chat
        Juste un chat (Bayun) 11 Février 2021 13: 24
        -1
        ce dont on parle depuis si longtemps commence à se réaliser - le système ukrainien de transport de gaz devient inutile et est retiré du «jeu». Sans attendre la construction du Nord Stream 2, la Russie quitte les approvisionnements en transit via la principale de transport voisine. En utilisant les capacités de Nord Stream 1 et du gazoduc de Yamal, la Fédération de Russie coupe presque complètement l'approvisionnement de l'UE via l'Ukraine. Utiliser uniquement les volumes prévus par le contrat, sans pomper le gaz au taux journalier prescrit.

        De plus, Gazprom n'achète même pas de volumes quotidiens supplémentaires aux enchères RBP hongroises.

        La raison en est le transit ukrainien ultra-coûteux. Son coût se reflète finalement dans le prix final du gaz en Europe. Et la société russe (ainsi que des commerçants locaux) essaie de vendre le «vieux» gaz russe des installations souterraines de stockage de gaz remplies au printemps et à l'été de l'année dernière aux anciens prix d'aubaine, qui permettent de gagner beaucoup d'argent .

        Le carburant actuel, "ukrainien" de la direction est du transit, a cessé d'être pertinent et attrayant du point de vue de la rentabilité, car il est plus cher pour les revendeurs d'au moins 20% de plus, soit 38 dollars pour mille mètres cubes. .

        https://finobzor.ru/102938-evrope-deshevle-obhoditsja-staryj-rossijskij-gaz-chem-novyj-ukrainskij.html
  4. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 11 Février 2021 15: 57
    -1
    On parle de milliards de dollars sur le budget de ces pays (les contribuables locaux paieront pour les machinations des Américains!). Parce que c'est un projet purement commercial. Les entreprises privées qui y sont incluses ont rempli leur part des obligations découlant de l'accord, et elles ont le droit de faire des réclamations aux gouvernements de leurs pays, pourquoi elles ne les protègent pas des sanctions extraterritoriales américaines. Et les entreprises concernées ont déjà annoncé qu'elles étaient prêtes à le faire. Les avocats estiment les chances de succès de l'affaire devant les tribunaux à 100% (l'accord a été officialisé en droit suédois).

    - Ha ... - bébé parle ... - Eh bien, laissez-les poursuivre pendant des années ... - il y a tellement de "nuances" qui dureront des décennies ...

    C'est pourquoi les Européens sont si têtus, personne ne veut payer pour les machinations des Américains.

    - Oui ... - où sont-ils "si résistants" ??? - Tout est exactement le contraire ... -ils obéissent aux Américains en tout ... -S'ils "se reposaient si fort" ... -que ... alors ... alors le SP-2 aurait été construit il y a longtemps ... - C'est l'Europe qui ralentit le SP-2 pour plaire aux Américains ... - Et ce que les Américains pourraient faire ... - Comment les Américains eux-mêmes pourraient-ils directement ralentir la construction du SP-2 ??? - Pas question ... - L'Europe elle-même a ralenti le SP-2 avec le dépôt des Américains ...
  5. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 11 Février 2021 16: 24
    -1
    Les sociétés de production de gaz russes (y compris les entreprises privées) ont considérablement (triplé en seulement 3 ans) la production de GNL et continuent d'augmenter leur capacité et de construire une flotte de transporteurs de gaz capables de livrer du GNL aux consommateurs en empruntant la route maritime du Nord toute l'année.

    - Personnellement, je ne comprends tout simplement pas ... - pourquoi est-ce si coincé dans ces ... dans cette flotte de transporteurs de gaz (dans sa construction) ??? - Oui, la Russie a besoin d'une telle flotte; mais vous en avez besoin "juste au cas où" ... - Et il n'est pas si "primordial" ...
    - Ne serait-il pas plus facile pour la Russie de construire un chemin de fer (ou un réseau de chemin de fer) et des trains; transporter du GNL en conteneurs vers la Corée du Nord (Kim Jong-un deviendrait immédiatement le meilleur ami de la Russie et ne deviendrait pas aussi dépendant de la Chine) et vers la Corée du Sud ...
    - Pourquoi équiper des brise-glaces russes ... - Briser la glace, utiliser des navires - des transporteurs de gaz et tout transporter vers les ports ... - Non, et cette voie du Nord est absolument nécessaire (des transporteurs de gaz sont également nécessaires) Russie; mais cela ne devrait pas être le seul moyen de livraison) ... - Et les usines de GNL peuvent être situées non loin des gazoducs ... plus près de l'Extrême-Orient russe ... - tout le GNL russe ne peut pas être transporté depuis Yamal .. . - vous pouvez depuis d'autres endroits plus proches de l'Extrême-Orient pour produire et fournir ... - Tout de même, le "Power of Siberia-2" devra coûter en direction de l'Extrême-Orient ...
    - Oui, et le même chemin de fer peut livrer du GNL russe aux ports de Vladivostok, et là, il est déjà possible de charger ce GNL russe sur des navires russes et ... et ils ... - sont déjà passés de là à toutes les parties de le monde ... -Bien que l'Australie; Même en Nouvelle-Zélande; même en Malaisie; même aux Philippines ... - Au moins en Antarctique ... - une blague ... -Hahah ...
    - Ahh ... - Eh bien, oui ... - La Russie ne peut pas quitter la Chine ... - Après tout, un tel alignement n'est absolument pas rentable pour la Chine ... - Mais comment la Russie va-t-elle contre la Chine ... - Ceci c'est tout le problème ... - d'abord de tous les intérêts de la Chine; puis ......................
    1. Serval Офлайн Serval
      Serval 11 Février 2021 19: 45
      -2
      Citation: gorenina91
      Personnellement, je ne comprends tout simplement pas ...

      Je ne comprends pas non plus. Citoyen Gorennina, d'où venez-vous? sourire
  6. Le commentaire a été supprimé.
    1. Volkonsky Офлайн Volkonsky
      Volkonsky (Loup) 12 Février 2021 05: 20
      -1
      lire "Murzilka" il n'y a pas de politique
      1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
        Sergey Latyshev (Serge) 12 Février 2021 11: 18
        +1
        Vous aimez
  7. Yuri Shalnov Офлайн Yuri Shalnov
    Yuri Shalnov (Yuri Shalnov) 16 Février 2021 19: 47
    -1
    La Russie n'a rien à commercer avec l'Occident sauf le gaz et le pétrole ... C'est dommage!
    1. isofat Офлайн isofat
      isofat (isofat) 16 Février 2021 20: 26
      +1
      Citation: Yuri Shalnov
      La Russie n'a rien à commercer avec l'Occident sauf le gaz et le pétrole ... C'est dommage!

      Yuri Shalnovce qui est demandé, c'est ce que nous échangeons. clin d'œil

      Les marchés doivent encore être conquis. Vous avez peut-être entendu quel genre de batailles de marché se déroulent? Quel exemple pour aller loin, notre vaccin est constamment «critiqué», et sur le site aussi, des étrangers provoquent des batailles.

      Eh bien, et pendant notre temps libre ... nous transportons "ceux qui le souhaitent" à la Station spatiale internationale, pour de l'argent. clin d'œil Ce n'est certainement pas tout, nous avons beaucoup à offrir.

      PS La lutte pour les marchés de vente peut conduire à des conflits militaires. Bref, pas du tout à la fois. C'est dommage de ne pas comprendre cela.